Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Quand les créatures de la nuit sont de sorties ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Quand les créatures de la nuit sont de sorties ...    Dim 19 Fév - 0:31

    Il faisait un temps de chien ce jour là en terre Telmarine . L'hiver était arrivé et avec lui, le mauvais temps et la neige. Depuis quelques temps déjà, beaucoup de terres narniennes s'étaient vu recouvrir d'un épais manteau blanc immaculé, l'air s'était refroidit et le soleil se faisait rare. Heureusement, nous autres vampires n'étions pas affectés par le froid, pas comme ces humains, obligés de porter des couches épaisses pour se protéger du froid et tombant malade facilement. Nous autres vampires pouvions librement nous balader en manches courtes même lors des plus froides journées d'hiver. Toutefois, j'avais plusieurs tenues très belles pour les temps froid et j'avais envie d'en profiter. J'étais donc vêtu d'une robe longue d'un bleu pâle, avec de petites bottines assorties. Dans mes cheveux blonds, bouclés dans mon dos, j'avais mis un petit serre-tête de la même couleur que ma robe. J'étais très mignonne la dedans, il fallait l'avouer. Habillée ainsi, il ne serait pas compliqué de charmer un homme pour le vider ensuite de son sang. Oui, j'avais envie de sang aujourd'hui, du sang frais et bon, venant d'un homme charmant avec qui j'aurais même pu faire une partie de jambes en l'air pour me faire du bien.

    J'avais donc quitté la très grande demeure des Salvatore ce jour là, chaudement habillée comme les humaines et je m'étais rendu dans la ville. Il y avait pourtant trop de monde ici et c'était un jour de marché, ainsi, il y avait des effluves de poissons, de légumes, de fleurs quasi fanées, de transpiration et un tas d'autres odeurs répugnantes qui ne m'ouvraient en rien l'appétit. J'avais envie d'être plus isolée, plus tranquille pour œuvrer. Je décidais alors de m'éloigner de la ville et de tous ses humains dégoutants pour trouver chaussure à mon pied. Je m'approchais de la forêt quand je vis un homme couper du bois avec force. Je restais quelques instants loin de lui afin de l'observer. Il avait l'air fort musclé sous ses habits d'hiver, de plus il semblait charmant à première vue. Il mettait beaucoup d'énergie à couper ce bois et son coeur battait vite dans sa poitrine, il était essoufflé. Son sang était ainsi plus chaud car il redoublait d'efforts et je pouvais quasiment sentir le goût du liquide pourpre. Je frissonnais d'envie et m'approchais rapidement de l'homme en question. Il sursauta en me voyant lorsqu'il releva la tête. J'étais arrivé près de lui bien trop vite pour que sa perception humaine n'ai le temps de me détecter. Ces humains sont si lents … Je m'approchai de lui en souriant, lui offrant un « Bonjour » de ma plus charmante et ma plus innocente voix. Il eut un sourire gêné et surpris à la fois et me répondit en me demandant ce que je faisais la. Doucement, je m'approchai encore de lui puis vins caresser son visage avec mes doigts froid, observant son cou avec envie. J'avais plus envie de sang que de faire l'amour à ce moment précis et, sans répondre à ce doux jeune homme, je penchais ma tête sur le côté pour déposer un baiser dans son cou. Je senti sous mes lèvres le flux de son sang couler dans ses veines. Je ne pu me retenir plus longtemps, c'était plus fort que moi, j'en avais envie si fort … Sans crier gare je plongeais alors mes crocs dans la peau douce du jeune homme, mes yeux devenant alors aussi rouge que le sang coulant dans ma gorge. Il était chaud et légèrement sucré, un vrai régal ! Je dégustais ce sang délicieux et savoureux comme si je n'en avais pas bu depuis des années, tenant dans mes bras l'homme en train de tomber, subissant mon attaque sans pouvoir se débattre. En très peu de temps je l'avais complètement vidé de son sang et je laissais ce corps vidé et froid tomber à terre. J'essuyais alors avec mon pouce les quelques gouttes de sang qui avaient coulés le long de mes lèvres puis mon regard aux yeux toujours rouge se posèrent sur le cadavre. J'aperçus une petite maison non loin de là et en une seconde je me retrouvais à l'intérieur. Il y avait là une bougie encore allumée que je pris et me retrouvais à nouveau rapidement près du corps sans vie. Je laissais alors tomber la bougie sur le corps de l'homme, regardant les flammes commençant à brûler les vêtements de l'humain. Dans quelques minutes il ne serait plus qu'un tas de cendres sur la neige. Je ne pris même pas la peine de regarder le spectacle jusqu'au bout, décidant d'aller me balader dans la forêt afin de me détendre un peu après ce délicieux repas.

    C'est alors que, marchant depuis quelques minutes, j'entendis des voix masculines un peu plus loin. Je reconnu sans mal la première car je connaissais bien cette voix et je l'aimais beaucoup d'ailleurs. J'eus plus de mal à reconnaître l'autre mais tout à coup je m'en souviens. La seconde voix provenait d'un homme que je ne portais pas spécialement dans mon cœur, au contraire. Je me dirigeais alors vers eux et, en quelques secondes, je me trouvais tout proche. C'est alors que je les vis : Ange Adam, mon très cher Ange, amant un jour, ennemi un autre jour. Il m'avait toujours beaucoup attiré mais sa gentillesse et sa tendresse envers les humains me dégoutait. Il était tranquillement en train de discuter avec ce cher William Earons, ce satané loup garou aussi mignon avec les humains qu'un chien en peluche ! Ils faisaient bien la paire tous les deux … M'approchant doucement, je coupais court à leur conversation.

      « Tiens donc qui voilà donc ? Deux petits loups gambadant dans les bois … »


    En une seconde j'étais devant Ange et je le regardais avec un air légèrement charmeur, passant ma main sur sa joue puis dans ses cheveux.

      « Ca faisait un moment Ange. Comment tu vas depuis le temps ? Je vois que tu choisi toujours avec soin tes amis ... »


    Dis-je en me tournant vers William. Lui et moi nous nous détestions et ce n'était pas nouveau. J'étais d'ailleurs persuadé que si Ange passait moins de temps avec lui mais plus avec moi, il ne serait pas aussi fragile et faible qu'il ne l'était aujourd'hui. Je regardais les deux loups garou dans les yeux avec mon petit sourire narquois mais tout de même très mignon. Ma condition de vampire me rendait naturellement plus belle que les humaines normales et je le savais, j'en jouais beaucoup d'ailleurs. Toutefois, je n'étais pas ici pour plaire, mais pas le contraire non plus. Voir ces deux loups garous ici m'avais donné une idée, toutefois, j'étais quasiment sure que ni l'un ni l'autre n'allaient l'aimer.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Ange Darennor Adam
Loup-garou nomade || Admin
∞ messages : 960
∞ camp : le sien
∞ double-compte : Matías Ernelio, Soren Eshbaan, Braethan Melendir
∞ humeur : indifférent
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: Quand les créatures de la nuit sont de sorties ...    Sam 25 Fév - 20:46

Comment avais-je trouvé William ? J'aurais pu raconter une longue histoire telle qu'on en voit dans les contes pour enfants ; comme si au prix d'ultimes efforts, après une recherche démesurée à travers tout le continent, pendant cet hiver glacial, je l'avais trouvé, me souvenant de notre ancienne amitié si précieuse, et que la fin de cette aventure serait la plus joyeuse possible, se terminant sur le fameux "Et ils vécurent heureux". Mais....non. C'était beau d'imaginer de belles choses, mais ce n'était pas le cas. Ce qui m'avait poussé à chercher William n'était sûrement pas joyeux. Mais étrangement, cette raison m'avait parue importante, et depuis, elle ne quittait pas mes pensées. C'était presque devenu obsessionnel.

Voilà une dizaine de jours que j'étais parti de chez moi. Depuis quelques temps, je ne restai pratiquement que dans la forêt archenlandaise. Ma maison ne semblait plus être un foyer chaleureux, comme j'avais pu parfois l'imaginer. Les rares amis que j'avais étaient nomades, ou habitaient bien loin d'Archenland. J'envisageais de partir, et ne jamais revenir. Rester ici ne faisait que ramener des mauvais souvenirs, un passé étouffant et encombrant. Cependant, j'étais parfaitement conscient de la condition de nomade. Je savais me débrouiller, mais ce qui me permettait de tenir, c'était mon travail. J'étais loin d'être riche et de compter sur l'aide de mes parents. Je n'avais pas revu ces derniers depuis bien longtemps, bien que j'avais parfois de leurs nouvelles. Mais voilà, j'étais grand, adulte, et je me refusais de demander quelque chose à mes propres parents. Je vivais ma propre vie, et si j'en étais là, c'était à cause de moi seul.

La raison de ce départ précipité, donc ? Voilà près d'un an qu'une ancienne de mes petites amies, prénommée Alice, était morte. Malgré tous les problèmes et toutes les difficultés par lesquelles nous étions passés, il me semblait que j'étais encore amoureux d'elle. Enfin, si on pouvait appeler "amour"... Je ne savais pas exactement les raisons de son décès, c'était un ancien ami - ayant la même condition de vie que moi...autrement dit, il était un loup-garou - William, qui me l'avait annoncé. Lui aussi connaissait Alice, et était en quelque sorte son meilleur ami. Pour résumer...j'avais été soudainement pris d'un désir de savoir ce qui était advenu d'elle. Je voulais savoir les détails de sa mort, chose que je n'avais aux premiers abords pas osé demandé, et peut-être demander deux ou trois choses. Mais pour cela, j'avais besoin de William...

J'avais mis longtemps à le trouver. J'étais allé à Narnia, dans les endroits qui me paraissaient évidents pour lui. La dernière fois que je l'avais revu, il m'avait dit se trouver là, et pensait y rester. Bien que j'allais parfois à Narnia, je ne connaissais pas le territoire par cœur, et je ne disposais pas de carte. Finalement, après avoir suivi des rumeurs, ou des indications de gens louches, j'avais trouvé William, dans les environs de la frontière entre Telmar et Narnia. Sur ce coup, je ne savais pas si c'était du hasard ou de la chance. Mais sans m'encombrer longtemps des débuts de conversation ennuyants et inutiles, j'étais venu directement à la raison de cette recherche. J'étais tout de même content de revoir William ; il était plus ou moins un ami, et nous nous comprenions sur de nombreux points, et pas que sur notre "malédiction".

Nous avions décidé de faire un tour du côté de Telmar. Il nous faudrait longtemps avant de sortir de cette forêt recouvrant les montagnes, mais ce n'était pas dérangeant : nous étions habitués. Je n'étais jamais allé bien loin sur ce territoire. J'étais méfiant envers les Telmarins, tout comme les Calormènes du sud. Je préférais m'aventurer à Narnia, où les coutumes étaient proches de celle d'Archenland. Mais après tout, ça pouvait être intéressant... Je ne connaissais personne de Telmar. A part...Angela. Mais c'était une autre histoire ça, encore trop longue à expliquer. Mais visiblement, le destin souhaitait que je parle de ceci. En effet, pendant que j'étais en train de faire part à William de mes hésitations concernant mon envie de vivre par mes propres moyens, loin de ma maison maudite, une magnifique blonde, d'un air presque surnaturel, surgit devant nous.

« Tiens donc qui voilà donc ? Deux petits loups gambadant dans les bois … »

Je n'eus pas besoin de devoir la distinguer pour savoir qui c'était. Je ne savais pas si il y avait un rapport avec le fait de penser à Angela et sa soudaine apparition, mais ça faisait peur. Je soupirai, lorsqu'elle arriva devant moi plus vite que la foudre. Je la laissai faire, ne réagissant aucunement à son petit jeu. Un moment...C'était bien gentil comme mot. Voilà pratiquement deux ans que nous ne nous étions pas vus. Pour elle, ce ne devait pas être grand chose, puisqu'elle était en réalité une créature des ténèbres, de la nuit : un vampire. De mon côté, j'étais une créature de la lune, il était sans doute compréhensible que nous étions amis. Bref, ceci était du passé. Je n'avais plus rien à faire avec Angela. J'étais tout de même surpris de la voir ici, mais ce sentiment fut vite remplacé par l'exaspération.

« Quelle surprise de te voir ici... Je comprends maintenant pourquoi je n'ai jamais aimé les surprises. »

Je ne pus m'empêcher d'étudier son regard. Évidemment, elle s'amusait bien. Je savais qu'elle n'aimait pas du tout William, mais j'étais plus de son côté que de celui de cette garce. Mais un court instant plus tard, je discernai dans ses yeux autre chose. Angela réfléchissait à quelque chose en nous regardant. Le fameux regard qui anticipait une mauvaise idée ou un mauvais plan. Bien que je ne l'avais pas vu depuis longtemps, je la connaissais bien encore. Je n'aimais pas du tout ça ; aussi, je préférais partir avant qu'elle ne prononce un mot. Je jetai un coup d’œil à William : lui aussi n'avait visiblement pas envie de rester là.

« A ce que je peux sentir, tu viens de bien t'amuser avec un humain... Je ne sais pas ce que tu prévois, mais ça ne m'intéresse pas. A la prochaine Angela. »

Je me remis en route, sans même regarder William, et dépassai Angela sans un mot.


[le début est un vrai fouillis...OO Bon courage Marie Laughing ]

_____________________


i see this life like a swinging vine, swing my heart across the line and my face is flashing signs. seek it out and you shall find. old, but i'm not that old, young, but i'm not that bold. i don't think the world is sold, i'm just doing what we're told. | -damons (tumblr)

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand les créatures de la nuit sont de sorties ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA : A NEW AGE ™ ::  :: Les RP abandonnés-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit