Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 The world is indeed full of peril [HOT- terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Dim 19 Mai - 13:14









 All we have to decide is what to do with the time that is given us.


Braethan ミ Lindórie




Il ne se passait jamais rien en ce moment, l'elfe s'ennuyait à mourir. Plus de petits bandits à chasser des alentours de Cair Paravel. Elle ne portait ni armure ni épée, simplement deux petites dagues dissimulées sous ses jupons. Ses jupons ? Oui, elle ne portait pas son habituelle tenue de cuir, elle portait une longue robe blanche (inhabituel chez elle) dont le corsage était tenue par une petite ficelle de lin. De toute manière personne ne passait dans ce coin de la forêt, donc personne ne pourrais lui faire des remarques du genre "Oh il va neiger demain, lindo tu porte une robe !" Mais ce n'était pas due au hasard, elle portait cette robe car elle étais en mission. L'elfe marchait rapidement dans la forêt, regardant à gauche à droite entre les troncs d'arbre comme si elle cherchait quelque-chose. Soudain elle s'arrêta. Une petite maison de bois trônait dans une zone où il n'y avait aucuns arbres. La demoiselle s'approcha alors tandis qu'une voix d'homme provenant de sa gauche l'interpella.

"Qui vas là ?!"
"C'est la baronne Alicia de Whiteglow."
"Madame la baronne, pardonnez-moi, allez-y entrez, votre paquet vous attends"

C'est d'une démarche royale et le menton haut que la jeune elfe s'avança vers la petit maison et disparut en refermant la porte derrière elle. Une fois à l'intérieur elle expira de satisfaction. Elle avait réussit à arriver jusqu'ici sans avoir à tuer un garde. A bien y réfléchir, ça lui faisait tout drôle de se comporter comme une jeune femme normale. Elle ne se sentait pas vraiment à l'aise dans cette robe et ce comportement hautain ne lui plaisait vraiment pas du tout, heureusement qu'il n'y avait personne pour la surveiller à l'intérieur de cette maison. Mine de rien vue de l'intérieur cette petite bicoque paraissait bien plus grande que de l'extérieur. Le mobilier était en bois et en fer forgé, il y avait des poteries un peut partout et de magnifiques tableaux sur les murs; cette maison appartenais vraiment à une noble. L'elfe s'approcha d'une table sur laquelle était posé un tout petit coffre dont la charnière était arrachée. Le cœur de Lindórie se mit à battre plus vite en proie au stresse, elle approcha doucement les mains de la petite boîte, soulevant avec sa délicatesse habituelle le couvercle sans faire de bruit. Un juron sortit de sa bouche et elle referma le coffret. Son regard affolé parcourait la pièce de long en large. Elle passa une mèche de cheveux derrière son oreille pointue qui frémit. En proie alors au désespoir, elle tira la chaise et s'assit dessus, se tenant la tête entre les mains. Il n'y avait pas le moindre bruit dans la maison, tout était calme, sauf Lindo...

"C'est pas possible... je suis arrivé le bon jour, je ne me suis pas trompée... ça devait être là ! Mince alors... comment je vais faire..."

Cette étrange mission lui avait été donné par la véritable baronne en personne, cette dernière craignait qu'un assassin n'ait été envoyé chez elle pour l'assassiner dans les jours à venir. La baronne en question s'était réfugiée chez son frère dans la ville voisine, mais elle avait demandé à Lindórie de récupérer quelque-chose dans sa maison. Elle avait aussi oublié de prévenir l'elfe qu'elle n'était pas la seule sur cette mission.


© Méphi.



_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Dim 26 Mai - 11:54



« Rien ne vous arrivera ici. Elidias, suis-moi. » Le maître d'armes salua la baronne et partit de ses appartements avec un des gardes de Cair Paravel. Des espions avaient révélé qu'un complot de brigands visait la noble, notamment un de ses biens les plus précieux. Un bien qui était transmis dans sa famille depuis des générations, et qui avait presque une légende à son compte. On disait qu'il contenait de la magie et qu'il datait de l'époque même où les rois et reines de Narnia prospéraient, dans l'Âge d'Or. Mais peut-être était-ce faux. Braethan ne savait même pas de quoi il s'agissait, et s'en moquait éperdument. Il voulait seulement protéger la baronne et ce bien auquel elle tenait tant. Elle s'était réfugiée chez son frère, dont la demeure était entourée de gardes, à Beruna. Avant de partir, la jeune femme avait révélé au maître d'armes qu'elle comptait demander l'aide d'une elfe reconnue dans le royaume, ce qu'il n'avait absolument pas pris mal. Sa première mission était de la protéger, pas de récupérer ses affaires. Malgré tout, il demanda le nom de l'elfe en question. Lindórie.

Il s'était rendu dans le sud de Narnia, en direction de la forêt voisine d'Archenland. A cheval, accompagné d'Elidias, Braethan avait rapidement atteint la demeure de la baronne. Une maison à l'apparence modeste pour son rang, plantée au milieu des bois. Un garde personnel de la baronne se trouvait à l'intérieur, et nous laissa rentrer. Autant récupérer le fameux bien dont elle m'avait parlé. L'affaire ne dura pas longtemps, et on lui donna un coffret sombre et mystérieux. Braethan réfléchit un instant et ouvrit le coffret pour prendre ce qui se trouvait à l'intérieur. Il s'appliqua à ne pas y prêter attention, et le cacha avec soin dans une petite bourse qu'il rangea à l'intérieur de sa tunique. Il laissa ensuite quelques instructions à Elidias qui restait ici, tandis que le garde de baronne restait de l'autre côté. A la fois par sécurité, mais aussi parce qu'il avait autre chose en tête. Le maître d'armes finit par quitter la demeure seule, mais resta cependant dans les environs, histoire de dénicher éventuellement des choses intéressantes.

Une heure plus tard, Braethan venait de trouver une trace suspecte accompagné d'un bout de vêtements déchirés à quelques centaines de mètres de la maison de la baronne lorsque l'un des deux gardes vint le voir. « Elle est là. Elle a prétendu être la baronne. » Le jeune maître d'armes le remercia et dégaina son épée tout en s'approchant de la maison. Il ouvrit la porte doucement et trouva une femme, aux longs cheveux noirs et vêtue d'une robe blanche, assise sur une chaise, en proie à une visible angoisse. De dos, on aurait pu vaguement la confondre avec la baronne, si on ne la connaissait pas. Pourtant, une oreille pointue dépassait de cette chevelure sombre. En un dixième de seconde, la femme se retourna, dagues à la main, plus vive que n'importe qui. Aussi vive qu'une elfe. Lindórie ne ressemblait vraiment pas à la baronne, et Braethan se demandait quel idiot pourrait la prendre pour une noble. Elle n'était même pas une elfe ! Il leva les yeux au ciel sans pour autant perdre sa concentration et sa méfiance. Lindórie avait beau être du même côté que lui, elle n'était pas une tendre dès que les armes étaient sortis, et le maître d'armes en savait bien quelque chose...

L'elfe et l'humain se regardèrent, se toisèrent des yeux, s'observèrent avec intensité, tandis que les doigts qui tenaient leurs armes tremblaient sous la tension de cet échange. Finalement, Braethan baissa un court instant sa garde pour prendre la bourse cachée sous sa tunique, et et ressortir le fameux bien que Lindórie était sans doute venue chercher. « Tant d'efforts pour ça... » L'elfe fit une tentative très rapide à laquelle Braethan eut juste le temps de réagir, si bien qu'il recula d'un bond et pointa à nouveau son épée sur elle. Cette joutelle sans importante était idiote et puérile. Ils n'avaient aucune raison de se méfier l'un de l'autre de cette manière, et au fond ils ne se manquaient même pas de respect. Pourtant, ils avaient toujours été en compétition. Pour les armes. Pour la protection de la reine Susan et du roi Edmund. Pour la protection de Narnia. « Au lieu de partir à la recherche d'objets, tu devrais plutôt protéger la propriétaire. Je ne comprends même pas pourquoi elle t'a donné cette mission. Tu aurais dû te mettre à la poursuite de ceux qui en veulent à la baronne à la place... » Des paroles creuses et dénuées de sens. Seulement pour éveiller une quelconque frustration en elle. Un léger sourire aux lèvres, Braethan tourna les talons et quitta la demeure de la demeure, rangeant à nouveau le bien qu'il devait rapporter.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Dim 2 Juin - 12:04

Lindórie était paniquée, c'était limite si elle venait tout juste de comprendre ce qui venait de se passer sous ses yeux. Elle tenait ses dagues dans les deux mains, face à un homme qu'elle connaissait. Ils se regardèrent pendant un bon moment, et là l'elfe compris son erreur. Braethan abaissa le premier sa garde, il tenait ce qui semblait être ce qu'elle était venue chercher. Mais que faisait-il ici ? Il l'avait devancé, ça elle venait tout juste d'en prendre conscience, mais le fait que ce soit lui qui l'ait devancé l'agaçait, mais elle ne montra rien, rien d'autre que son ravissant sourire avant de tenter de porter un coup à l'homme. Mais celui-ci était déjà prêt à parer, et ce fut elle qui se retrouvait avec la pointe de l'épée proche de son visage. Frustrée de ne pas avoir sa propre épée aujourd'hui pour lui faire rabattre son caquet, elle baissa simplement les armes puis elle les rangea (a contre coeur, car elle se serait bien lancée dans une nouvelle joute avec Breathan) avant de planter ses yeux dans ceux du maître d'arme. Deux enfants, ils étaient comme deux gamins entrain de se chamailler pour savoir qui serait le meilleur. Une lueur d'amusement passa dans le regard de l'elfe avant de laisser place à la frustration. Finalement elle n'était pas bonne pour cacher ses émotions, cela ne l'empêcha pas de répondre à Braethan qui sortait, elle le suivait en ronchonnant presque.

-Mais c'est elle qui m'a dit de venir chercher ça pour le lui raporter, j'avais compris qu'elle n'avait pas besoin de protection elle était avec un homme costaud quand je l'ai quittée. Et puis après qui veux-tu que je cours ?! Personne ne sait qui en veux à la baronne, on ne les as pas encore vu pointer le bout de leur nez ! Et puis pourquoi on ne me prévient jamais moi ?

L'homme rangea le bien dans sa poche, ce qui éveilla la curiosité de l'elfe, elle attrapa le poignet du maître d'arme pour qu'il s'arrête de marcher et affronte son regard. Devaient-ils vraiment faire équipe sur ce coup là ? L'elfe repris la parole, asseyent tant bien que mal de dissimuler sa panique derrière des phrases calmes.

-Ne me dit pas que tu es dans le camp de l'ennemi Braethan ? Qu'est-ce que tu fais ici exactement à part me devancer ? Pourquoi la baronne ne m'a pas dit que l'on été deux sur cette mission hein ? J'espère que ce n'est pas un piège.

Non pas qu'elle lui en voulait particulièrement, mais elle avait tendance à soupçonner tout le monde en ce moment, elle ne voulait pas qu'on la prenne pour une imbécile qui fonce toujours tête baissée. Et puis cette robe blanche la mettais vraiment mal à l'aise, notamment face à cette personne qu'incarnait le narnien. Emplie de soupçons, elle ne savait plus où donner de la tête; elle relâcha le poignet de l'homme sans le lâcher du regard. Soudain l'oreille visible de l'elfe se mit à frémir, un peut comme lorsqu'un chat entend un bruit. Ils étaient tout les deux à 6 mètres de la maison, entre les arbres et les buissons aux feuillages denses, il était donc très difficile de regarder au loin, mais néanmoins, l'elfe avait entendue quelque-chose, quelque-chose qu'elle ne mentionna pas à son "co-equipier". Son visage pâlit légèrement, mais elle attendais la réponse du narnien.





_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Jeu 27 Juin - 20:10



Braethan était sur le point d'éclater de rire. L'elfe était des plus frustrées et ne manquait pas de le faire savoir. Il abaissa peu à peu son épée sans pour autant la ranger, prêt à tout. Elle prononça quelques paroles qui servait plus à faire passer sa mauvaise humeur plutôt qu'à vraiment parler au maître d'armes. Il leva les yeux au ciel tandis qu'il rangeait ce pour quoi il était venu. Malgré tout, il l'écouta pendant qu'ils s'éloignaient tous deux de la maison de la baronne. Braethan fit un signe discret au garde venu avec lui afin qu'il reste ici, comme ils avaient convenu durant leur trajet jusqu'ici. Un sourire involontaire étira ses lèvres lorsque l'elfe se remit à râler. Un peu plus, et il se moquerait ouvertement d'elle. Il n'était pas de ce genre habituellement, mais la jeune femme arrivait à éveiller ce côté caché chez lui.

Elle lui attrapa alors le poignet. Braethan, surpris, ne réagit pas. Il était réellement étonné par la force dont disposait l'elfe, car elle avait réussi à le faire arrêter sans pour autant forcer comme une simple humaine aurait fait. Ceci lui rappela qu'il ne devait jamais arrêter de se méfier des créatures de ce monde, et notamment de Lindórie. Cependant, le maître d'armes appréciait peu ce retournement de situation et le regard que l'elfe lui lançait. Un regard dur, froid, tout autant que le sien. Un regard d'affrontement. De confrontation. Il sentait venir la question qu'elle lui posa juste après. Il savait que beaucoup de personnes se la posaient. Mais peu le connaissaient vraiment et pouvaient réellement le juger. Car oui, Braethan était froid. Presque asocial. A l'apparence insensible et mystérieux. Il n'agissait que selon ses désirs et n'obéissait qu'au roi et aux reines de Narnia. Sa politesse et son respect ne semblaient être que des façades. Un parfait espion qui joue un double jeu.

Et pourtant, l'honneur et le respect étaient les valeurs auxquelles le maître d'armes adhérait. Son honneur, il avait du le reconstruire après avoir été banni de la terre sur laquelle il était né et avait grandi. Le respect, il ne l'accordait qu'à ceux qui le méritaient. Ainsi, jamais il ne pourrait respecter le roi Edwin, qui avait profité d'une guerre et d'une apparente amnésie du roi pour prendre le pouvoir, ou l'ancien Tisroc qui avait, dit-on, tué son père et exilé sa sœur pour accéder au trône plus rapidement, et qui avait conduit son peuple à la guerre sans la moindre pitié. Le récent roi des Sept-Îles, le mari de la jeune Aurore qu'il connaissait bien, faisait aussi partie du lot, ayant osé violé un traité, une allégeance vieille de plusieurs siècles. Qu'était devenu ce monde plein de magie ? Braethan n'était guère dupe, et était plutôt du genre réaliste et pessimiste. Les âges d'or dont les livres parlaient ne servaient qu'à masquer des centaines d'années de guerre, de famine, de misère, de mort. Alors le maître d'armes se mit à rire. Un rire noir, ironique, vide d'humour.

« Si j'étais dans le camp de l'ennemi, je ferais quelque chose de plus honnête et je n'agirais pas comme un vulgaire voleur. »  Paroles contradictoires, certes. Le camp de l'ennemi représentait le mal. Or, tout ce que Braethan voulait faire, était combattre ce mal qui empoisonnait cette terre magique et noircissait la vie de chaque être vivant. Comment pouvait-on être honnête si l'on faisait le mal ? On s'adonnait à de vulgaires pratiques, en manquant d'honneur et de courage. L'accusation de Lindórie était tout simplement absurde. Ainsi distrait et plongé dans de telles pensées, Braethan ne savait pas qu'ils étaient suivis. Encerclés petit à petit. Ils tombaient dans un piège. Ils s'éloignaient peu à peu de la maison et s'enfonçaient dans la forêt méridionale de Narnia, loin du chemin tracé et emprunté par bon nombre de monde. Mais les deux compatriotes, loin d'être des amis, étaient tous deux trop têtus et trop fiers pour penser à se méfier et à prendre les chemins plus sûrs. Une drôle de paire qui partait droit dans le piège qu'ils ne voyaient pas encore.

« Si tu es sage, tu auras le droit de le donner à la baronne. En attendant, tiens toi tranquille. » Braethan sentait la gifle arriver, ou peut-être un coup de poing, étant donné le manque évident de féminité de l'elfe. Quoique, la robe lui allait drôlement bien. S'il ne la connaissait pas, Braethan aurait même pu dire que cette jeune femme était ravissante, et qu'elle cachait un certain mystère très intriguant, derrière cette longue chevelure noire et ces yeux d'un bleu étonnamment perçant. Dans une autre vie, peut-être aurait-il pu la complimenter. Ou lorsqu'elle se montrerait digne de gagner son respect d'une manière ou d'une autre.

Un brusque son le fit s'arrêter. Il plaça un bras devant l'elfe afin de l'arrêter. Les yeux du maître d'armes balayèrent les arbres. Malgré tout, sa vision n'était pas parfaite, et il savait que Lindórie serait bien meilleure que lui pour ça. A regret, il se tourna vers elle, et n'eut même pas besoin de l'interroger du regard. Elle semblait déjà alerte. Pourtant, après un long instant qui parut durer plusieurs minutes, seul le silence perdura. Sans doute était-ce un oiseau ou un renard. Braethan se sentit idiot, mais ne perdit pas son temps et continua son chemin. Il resta silencieux, ne désirant pas passer le reste du trajet à parler à Lindórie de toute manière. Habituellement, il était assez discret, et de telles "plaisanteries" étaient rares pour lui. Il avait donné son quota de la journée. Plusieurs minutes passèrent, et rien ne se passa. Ils se retrouvèrent momentanément bloqués devant une longue pente dont le sol était couvert de feuilles mortes et décolorées de vie. L'elfe proposa de passer la première. Elle était bien plus légère et agile que le maître d'armes après tout. Tout semblait aller bien. Il la suivit avec plus de précautions qu'elle, ne souhaitant pas finir étalé comme un idiot dans un paquet de feuilles.

Mais alors qu'il descendait la pente, les feuilles se mirent à glisser sans qu'il puisse y faire quelque chose. Devant lui, il aperçut Lindórie qui perdait aussi l'équilibre. Un trou se forma devant eux. Des mailles de filet firent leur apparition sous les feuilles. Tous deux se mirent à dévaler la pente sans aucun contrôle, et se retrouvèrent par terre, plusieurs mètres plus loin, leurs armes ayant glissé de leurs mains. Plusieurs individus vêtus de noirs, s'approchèrent des deux Narniens, les encerclèrent, les bougèrent. Braethan put se saisir de son épée tombée et atteignit un des ennemis. Malheureusement, la chute l'avait sonné et blessé, et un autre homme se chargea rapidement de lui enlever sa lame, avant de l'assommer brutalement. Ce fut ensuite le noir complet.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Ven 28 Juin - 17:11

Lindórie sentit sa main lui démanger à la réplique cinglante que son coéquipier venait de lui lancer, une véritable pique, à croire qu'il la traitait comme une gamine inexpérimenté. Et ce rire, Lindórie frissona. L'elfe lui lança un regard glaciale, heureusement qu'on ne pouvait pas tuer en un regard parce que c'est ce qui se serait produit. Finalement il abandonna et baissa les yeux. Si les gens de son entourage réagissaient comme ça, c'était peut-être parce que son comportement à elle n'était certainement pas très glorieux. Elle ravala donc sa colère en abaissant les bras, ne faisant rien, elle ne répondis même pas à Braethan. Puis elle le vit se mettre devant elle, il tendait sans doute l'oreille. La jeune femme se crispa et essaya de regarder par dessus les épaules de l'homme, le regard plongé dans les profondeurs de la forêt, mais elle ne voyais rien de suspect, seulement des feuilles. Il se tramait quelque-chose, mais de là où ils étaient, ils ne pouvaient rien voir. La forêt murmurait, la bise soufflant doucement entre les feuillages, l'elfe sentait le trouble dans l'immense bois, mais rien de quoi s'alarmer. Elle ne disait rien, mais lorsqu'il se retourna, Braethan semblait avoir lue tout ce dont il avait besoin dans le regard de l'elfe. Il n'y avait plus un bruit, le calme, un temps. Ils poursuivirent alors leur route un bon moment, l'elfe repris la tête, marchant avec assurance car elle était dans son élément. Puis tout se passa très vite, trop vite...

La pente était plus abrupte, et ils glissèrent tout les deux le nez droit dans un piège. Arrivés enfin en bout de piste, des hommes en noir les attendaient, et ils n'avaient pas l'air commode. Lindórie sauta sur ses pieds avec l'agilité d'un félin, portant sa main sur le côté de sa ceinture, par réflex, elle cherchait la garde de son épée. Malheureusement elle n'était pas venue avec son arme fétiche, et ses deux dagues l'avaient abandonnée dans sa chute. Pas le temps de tergiverser, il falait agir, et rapidement. Elle évita deux coups en traître, puis elle ferma les poings et les enfonça dans l'estomac de son ennemi qui se pencha sous la puissance du coups qu'il ne s’attendait pas recevoir. Elle n'avais pas le temps de compter combien ils étaient. Elle aperçut Braethan entrain de s'effondrer, pourvu qu'il ne soit pas mort ! Elle poussa un cri de rage et balança un coup de pied dans la tête d'un assaillant. Il fut touché mais ne tomba pas, un autre se rapprocha de la jeune femme, puis un autre, et encore un autre. Lindórie devait se servir de son don pour les sortir de cette salle affaire, mais cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas convoqué la magie de l'eau et de son gardien. L'esprit de l'eau lui apparut sous sa forme fantomatique, il prononça deux mots "Trop tard." avant que le noir n'envahisse la vision de l'elfe. Puis l'esprit disparut.

L'elfe était inconsciente depuis un bon moment, et elle ne semblait pas prête de revenir à elle, l'homme en noir qui s'était glissé derrière elle l'avait frappé un peut trop fort, un filet de sang commençait à couler sur le front de l'elfe. Elle sentait qu'on la transportait, mais ne pouvait rien faire. Etais-ce ces hommes que la duchesse craignait ? Avaient-il repris la chose à Braethan ? Le temps s'écoula. Lorsque Lindórie ouvrit les yeux avec peine, sa vue était brouillé et son esprit embrumé, mais il faisait nuit noir et seule des torches piqués dans le sol un peut plus loin, éclairaient les alentours. L'elfe se redressa pour mieux voir où elle était, et manifestement elle se trouvait dans une cage au barreaux de métal plat. Enfin elle repris pleinement ses esprits, en proie à une panique soudaine.

"Braethan !"
"La ferme vile créature !"

Une ombre bougea sur sa droite, à l'extérieur de la cage spacieuse, un homme en noir avec une torche la dévisageait, puis il s'éloigna. Lindórie restait assise, à observer ce qui l'entourait. La cage devait mesurer 1 mètres 50 de large sur 2 mètres de long. L'elfe regardait partout, sauf au bon endroit, et elle ne comprenais rien. On alluma un immense feu, une sorte de bûcher à une cinquantaine de mètres, loin du couvert des arbres.

_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Sam 29 Juin - 14:20



Noir. Tout était noir. Braethan ouvrit les yeux, mais il ne voyait plus rien. Il crut un instant être devenu aveugle, et la panique le prit. Puis il se rendit compte qu'un bandeau épais et rugueux entourait sa tête et lui masquait la vue. Il tenta alors de se calmer, et remarqua soudain que son crâne lui faisait un mal de chien. La tête lui tournait, mais il commença à se rappeler de ce qu'il s'était passé. Il avait été attaqué. Dans la forêt. Il avait été assommé. Malgré le coup, il n'avait pas tout de suite plongé dans l'inconscience. Il s'était débattu pendant que des hommes l'emmenaient, mais pas suffisamment fort pour se libérer. Pendant un bref moment, l’adrénaline l'avait réveillé, et il avait été à deux doigts de mettre une raclée aux bandits. Mais il n'avait plus son épée, ni aucune arme sur lui. Et ils étaient nombreux, trop nombreux. Alors ils lui avaient mis un bandeau sur les yeux, et l'avaient à nouveau frappé jusqu'à ce qu'il plonge dans le noir pendant plusieurs heures.

Quelqu'un lui arracha le bandeau, et il put enfin y voir, après quelques secondes. Ils étaient près d'une torche enflammée qui brûlait les yeux du maître d'armes. Il put voir qu'ils étaient toujours dans la forêt, mais où ? L'homme présent avec lui, habillé comme un vulgaire bandit, se planta devant lui, et lui posa des questions. Sûrement dû aux coups qu'il avait reçu, Braethan eut du mal à saisir ce qu'il lui demandait, et ne comptait pas lui répondre de toute manière. Il reçut un nouveau coup au visage, et d'autres hommes se saisirent de lui, le fouillant. Ligoté aux mains et aux pieds, il ne put rien faire. Il priait pour que le bien de la baronne ne soit pas trouvé. Mais il était trop évident, et fut rapidement dans les mains des brigands. Braethan crut comprendre que c'était ce qu'ils cherchaient. Il soupira doucement, mais ne dit rien, ne fit rien. Étaient-ils donc les hommes qui en voulaient à la baronne qu'il avait promis de protéger ? Il était content qu'elle soit en sécurité, et loin de tout danger.

Braethan entendit alors un cri. Il lui sembla comprendre son prénom, mais ne fut pas sûr. Il se rappela alors qu'il n'était pas venu seul. Lindórie ! Que lui était-il arrivé ? Braethan avait beau ne pas apprécier l'elfe, il se sentait responsable. C'était sa faute si elle était venue, il lui avait tendu un "piège". « On a ce qu'on voulait. Ramène-le dans la cage. » La cage ? De plus en plus lucide, Braethan s'agita, refusant d'être enfermé comme un vulgaire animal. Des hommes l'empoignèrent fermement, et l'un d'eux pointa une dague aiguisé sous ses côtes, lui faisant aisément comprendre que s'il résistait, il souffrirait. Alors il se laissa conduire. Il observa les lieux au passage, essayant de trouver un moyen de s'échapper de là. Ils passèrent alors devant un énorme feu, qui éblouit le maître d'armes. On le jeta dans une cage sans le ménager, et les barreaux furent bloqués avant qu'il n'ait plus se relever. Assez grande, il pouvait toutefois se tenir debout et bouger. En se tournant, il vit alors Lindórie dans la même cage que lui. Il se contenta de la regarder, en laissant brièvement échapper un air de soulagement que dut apercevoir l'elfe.

Une lumière étrange et éblouissante envahit soudain leur entourage. Rien à voir avec le feu qu'ils avaient allumé. Une lueur rougeâtre, vive et mystérieuse, venait visiblement d'un objet. Braethan s'avança dans sa cage et tenta de comprendre d'où venait cette lumière - sans aucun doute magique. « C'était donc vrai... » La lumière finit par disparaître, et l'ambiance redevint sombre, vide. Le maître d'armes, en grand connaisseur, reconnut une épée de taille moyenne, dont la lame était recouverte d'un fourreau à l'apparence luxueuse, décoré de motifs dorés et écarlates aux couleurs de Narnia. L'homme qui tenait l'arme - et qui semblait être le chef de la bande - vit le regard de Braethan et s'approcha de la cage, un sourire sadique aux lèvres. « Sais-tu ce que c'est ? » Bien sûr qu'il le savait.

L'homme présenta l'épée devant le maître d'armes, et il put confirmer son hypothèse. En bas du pommeau de l'arme, un véritable rubis brillait d'une lueur rouge sang assez saisissante. Le chef se mit à rire et enleva la pierre précieuse, la cachant sous sa tunique sale et déchirée. « Il s'agit de l'épée du roi Denethor. » Il s'agissait d'une légende. On disait que le roi Denethor, plusieurs siècles avant la domination telmarine, avait voulu la meilleure épée du royaume. Bien entendu, la commande fut donnée aux nains, les meilleurs forgerons que l'on pouvait trouver à Narnia et dans tous les royaumes de ce monde. Ils forgèrent la plus belle des épées, avec le meilleur acier magique que l'on pouvait trouver. Le roi, qui avait sauvé le peuple des nains quelques années plus tôt, eut un autre présent : un rubis que les nains avaient trouvé au fond d'une mine. On lui attribuait des propriétés magiques. Le rubis fut fixé à l'épée. La lame était alors protégée jusqu'à être indestructible ; elle pouvait détruire n'importe quel objet magique, bon ou maléfique ; et bien d'autres propriétés légendaires. Mais une guerre eut lieu quelques décennies plus tard, et le roi Denethor mourut sur le champ de bataille. L'épée ne fut jamais trouvé, mais le rubis fut transmis dans les plus nobles familles narniennes, sans que l'on puisse y trouver la moindre magie.

Et c'était précisément ce rubis que Braethan avait du récupérer chez la baronne. Il n'avait pas su ce que c'était lorsqu'il l'avait pris, avant de le voir ici sur le pommeau de l'épée légendaire. Hypnotisé par l'arme et son fourreau d'une beauté indescriptible, il sembla presque oublié qu'il était prisonnier. Le chef de la bande le vit, et en profita pour tirer le maître d'armes de ses pensées en lui assennant un sacré coup de poing. Braethan recula sous le choc, sentant le sang couler, un peu sonné. Il releva la tête peu après et fixa l'homme avec le regard froid qu'il savait tant utiliser. « Que comptez-vous faire de ça ? Et pourquoi nous retenir, maintenant que vous avez ce que vous voulez ? » Evidemment, ils ne répondirent pas. Tous les hommes partirent plus loin vers le feu qu'ils avaient allumé, fêtant leur victoire ensemble, et laissant seuls avec deux "gardes" les deux narniens prisonniers dans cette cage d'acier.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Dim 30 Juin - 14:38



L'elfe se leva d'un bond et recula au fond de la cage jusqu’à toucher les barreaux, croyant qu'on venait la chercher, puis elle vit le maître d'arme, il était manifestement dans un sale état, sans doute parce qu'il s'était débattu comme un diable. Elle tremblait et son regard oscillait entre la peur et la colère, ne sachant pas quoi faire, elle attendis. Une lueur dans le regard de l'homme la rassura un peut, quelque part elle aussi était soulagée qu'il soit là en vie. Puis il y eut de la lumière un peut plus loin, et l'elfe aperçut une épée qu'elle ne reconnu pas au premiers abord. Puis l'homme qui possédait l'arme se rapprocha et révéla à qui appartenais cette épée. Lindórie en eût le souffle coupé, manifestement, ils nageaient en plein cauchemar. Mais elle ne savait pas ce qu'était la petite pierre bien que la puissance qui émanait d'elle lui paraissait plutôt bienfaitrice, mais dans la main d'un ennemis, la situation était délicate. Pour ne pas causer plus de taure, elle garda la bouche fermé et regarda ce qui se passait. Braethan échangeait une joute visuelle avec le chef des homme en noir jusqu’à se prendre un bon coup, faisant sursauter l'elfe. Il avait le visage tâché de sang. Sans un mot elle alla vers son compagnon de cellule en plongeant ses yeux bleu dans ceux de l'homme. Arrivé tout proche de lui, elle déchira une manche de sa robe blanche et essuya le sang du visage de Braethan. Elle tremblais légèrement et ne se sentais pas à son aise, car en temps normale elle ne se serait pas tant soucié de lui que ça, mais que pouvais-t-on faire de plus lorsque l'on était dans une situation pareille ? Elle jeta ensuite le morceau de tissus sur le sol et leva ses deux mains, un peut hésitante. Alors, avec une douceur jusque là méconnaissable chez elle, l'elfe apposa ses deux fines mains sur les joues de Braethan, puis elle ferma les yeux. Elle visualisait une rivière ou courant doux et à l'eau chaude puis il se produisit quelque chose de nouveau. Un flux d'énergie apaisante et réparatrice coulait invisible, des mains de l'elfe et pénétraient de toute part le maître d'arme, ses plaies et lésions guérirent doucement. Le temps semblait s'être figé, comme si personne ne pouvais venir perturber cet instant magique. Lindórie avait déjà fait ça en mer, mais c'était pour des blessures plus importantes, et elle était en pleine forme, alors qu'aujourd'hui, elle se rendait compte combien la magie était épuisante à pratiquer lorsque l'on ne s'en servait pas pendant une longue période. Sa magie était invisible, pas de flash lumineux, juste des énergies et un peut de chaleur. Elle ouvrit enfin les yeux, épuisée. Ses mains chaudes s'écartèrent des joues de l'homme.

"C'est tout ce que je peux faire, je suis désolée..."

Elle détourna les yeux et s'appuya d'une main sur les barreaux de la cage. Elle ne pourrais plus se servir de sa magie parce qu'elle était trop épuisée et elle ne savait pas non plus à quoi elle lui aurait servit d'autre dans cette situation. Le bûcher qui brûlait au loin n'était même pas à proximité d'une rivière, s'ils s'en rapprochaient, elle serait totalement incapable d'éteindre les flammes, donc autant dire qu'ils étaient dans de beaux draps. Elle avait du mal à se l'avouer, mais sans armes, dans une cage en métal, et épuisée comme jamais, il n'y avait pas beaucoup d'alternative. L'elfe regardait ses pieds pour cacher ses yeux emplis de tristesse.


"Le bûcher, c'est pour nous, ça émane de tout ces hommes, ils se moquent de notre sort, ils veulent nous tuer cette nuit, ils pensent que je suis un monstre. Peut-être... peut-être que nous n'avons pas le choix, si tel doit être notre destin... c'est Aslan qui a pris cette décision, peut-être que nous méritons ce qui nous arrive..."

_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Dim 30 Juin - 20:30



Quand l'homme fut parti, Braethan laissa échapper un long soupir. Non pas un soupir de soulagement ou d'une simple contrariété. Non, il s'agissait d'un véritable soupir annonçant un triste devenir pour les deux Narniens. Sonné par le coup, il recula dans la cage, et pendant un court instant, il ne comprit pas que Lindórie tentait de le soigner. Il aperçut de grands yeux bleus, puis il sentit un tissu et des doigts éponger le sang qui avait coulé sur son visage. Quand il eut les idées claires, l'elfe posa alors ses mains sur les joues du maître d'armes, ce qui acheva de l'étonner. Surpris par ce geste doux qu'il n'aurait jamais deviné chez elle, il la laissa faire, et fut encore plus étonné lorsqu'il sentit une douce chaleur l'envahir. La douleur quitta son corps, et il lui semblait que sa peau se tirait afin que ses plaies se cicatrisent. Il comprit qu'elle venait de le guérir à l'aide de la magie.

Braethan se rendit compte - sans doute trop tard - que Lindórie avait utilisé une grande partie de son énergie corporelle pour accomplir cette guérison. Il ne comprenait pas d'où elle tenait cette magie - depuis quand les elfes avaient de tels pouvoirs ? - jusqu'à ce qu'il se rappelle qu'elle était comme la reine Susan ; l'une des Élus. Il ne l'avait jamais vu avec son Don et ils n'en avaient jamais parlé. Braethan, soudain perdu, s'approcha lentement de Lindórie tandis qu'elle prononçait de nouvelles paroles. Son cœur eut un pincement de douleur au fur et à mesure que les mots déchirants de l'elfe parvenaient à son oreille. Comment pouvait-elle renoncer aussi facilement ? L'Archenlandais banni s'était toujours promis de ne jamais renoncer, de se battre jusqu'à la mort s'il le fallait. Ils n'allaient sûrement pas se faire amener au bûcher aussi facilement !

Il saisit l'elfe par les épaules et lui fit faire demi-tour doucement, afin qu'elle le regarde. Il attendit quelques secondes, jugeant qu'elle était réellement démoralisée. Il aurait voulu prendre la technique brutale, froide, celle qu'il utilisait habituellement pour motiver n'importe qui. Mais ils n'étaient pas à un entraînement, ni à une guerre. Ils étaient sur le point de se faire assassiner sans laisser la moindre trace. La situation était particulière et critique. Braethan releva lentement le visage de l'elfe pour la regarder droit dans les yeux, et prit la parole d'une voix douce : « Lindórie, écoute-moi. Notre destin n'est pas de mourir. Notre destin est de sauver Narnia et son peuple parce que nous sommes les rares à pouvoir le faire aujourd'hui. Pour cela, nous devons nous battre. Je sais que nous pouvons le faire, et j'aurai besoin de toi. Et même si notre destin est de mourir maintenant, alors faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour combattre le destin. Les Rois et les Reines de Narnia ne nous ont-ils pas appris qu'il faut être brave et vaillant ? »

Braethan ne put savoir si son petit discours marcha réellement, car l'un des deux hommes restés ici pour les surveiller s'approcha de la cage et donna un violent coup de fléau suivi d'un « Fermez-la ! » Le maître d'armes saisit Lindórie et recula d'un bond afin qu'ils ne se prennent pas la masse hérissée de pointes. Braethan était des plus frustrés, et supportait de moins en moins d'être enfermé entre des barreaux comme un criminel. La dernière fois qu'il avait été dans une telle situation, c'était cinq ans plus tôt, avant qu'il ne soit banni d'Archenland. Et jamais il ne voulait revivre une telle humiliation. Sans parler de son épée, qu'il devait absolument retrouver. Ce n'était pas une épée comme les autres, qu'il aurait pu prendre dans la réserve du château. Non, c'était son épée, celle qu'il avait fait forger par les nains qui avaient repris leur activité de forgerons dès le retour des Rois et des Reines de l'ancien temps. Une épée qui correspondait à sa taille, à son poids, à sa technique de combat, à sa condition. Il refusait de la laisser entre les mains de brigands des plus ignobles !

Il s'énervait de plus en plus, et il n'était jamais bon de le voir dans un tel état. Braethan, malgré le fait qu'il soit assez doué en tactique militaire, ne pouvait pas réfléchir en étant aussi énervé. Certes, ils étaient enfermés. Certes, ils n'avaient pas d'armes. Certes, Lindórie était fatiguée. Mais ils étaient à Narnia. La terre bénie par Aslan. Si Aslan n'était pas là, ils devaient quand même continuer à avoir foi en lui. Braethan savait que le grand Lion pourrait, d'une manière ou d'une autre, les aider. Il ne les laisserait pas mourir, surtout une créature de Narnia telle que Lindórie. Ils devaient avoir foi. Le maître d'armes se tourna vers elle, appuyant cette pensée par un long regard dans les yeux de l'elfe. Tous deux se calmèrent ; l'une retrouva espoir, l'autre reprit son calme. Il s'approcha un peu d'elle, et murmura, afin de ne pas se prendre un nouveau coup de la part du garde, et surtout pour qu'il ne l'entende pas : « S'ils veulent nous tuer, ils ne le feront pas tout de suite. Ils viendront nous chercher. Là, j'aurai besoin que tu réfléchisses et que tu cherches un moyen de nous échapper. » Il hésita, et rajouta : « On s'en sortira, Lindórie. Je te le promets. »

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Lun 1 Juil - 19:10



En plein désespoir, elle faillit céder à la panique. Sentant qu'on lui touchait les épaules en lui faisant faire demi-tour doucement, Lindórie se redressa, ravalant la boule qui s'était formée dans sa gorge. Elle crue d'abord qu'il allait la secouer comme un prunier pour la faire revenir à la raison, mais non. Le maître d'arme lui releva lentement le menton pour que leurs yeux se croisent et à en juger par la douceur de sa voix, il avait bien compris qu'elle n'était pas bien. L'écoutant attentivement, elle se détendit, sentait son souffle sur son visage car l'homme était bien plus grand qu'elle et bien plus vaillant ( en tout cas pour le moment plus qu'elle). Il se passa un temps, puis avant même que l'elfe n'ait pu répondre, le garde manqua de les blesser avec une monstrueuse arme, arrachant à la demoiselle un crie de stupeur. Si le maître d'arme n'avait pas été là, elle serait surement dans les vapes à l'heure qu'il est, car il l'avait saisit et faite reculer en même temps que lui. Encore une fois, elle ne pu que reconnaître que ses capacités étaient vraiment diminuées, et elle détester montrer qu'elle était faible, notamment devant cette personne en particulier. Elle s'écarta donc de Braethan pour se tenir de nouveau aux barreaux jetant des coups d'oeil à l'extérieur de la cage. Le maître d'arme était sur les nerf, et l'elfe ne savait plus quoi penser. Il avait raison, certes, et Lindórie crue qu'elle allait retrouver espoir facilement, mais c'était plus compliqué, elle finissait même par s’apitoyer sur elle. Les dernières paroles prononcées à voix basse par son compagnon de cellule firent remonter cette boule dans la gorge de l'elfe. Elle leva alors ses yeux bleu. Une promesse... elle aussi en avait faite une aux rois et reines de Narnia,  les protéger jusqu’à la mort, elle avait voué allégeance au roi Edmund et aujourd'hui, la reine Susan avait disparut sans qu'elle n'ait pu rien y faire. Elle leur avait promis de veiller sur eux, et elle avait échoué lamentablement. Que pouvait-elle faire pour les sortir de cette pagaille ? Sans épée, sans pouvoirs ? Sa réflexion dura un long moment, sans qu'elle ne trouve solution.Elle répondit à voix basse en se rapprochant de Braethan pour qu'il n'y ait que lui qui puisse l'entendre.


"Sans armes face à des types armés, je doute que nous leur tiendrions tête bien longtemps. S'il faut se battre et mourir de la main de ces chiens, nos noms seront oubliés. Surtout s'ils font brûler nos corps. Je suis désolée Brathan... je n'ai pas les même capacités que si j'étais en pleine forme. Si nous nous lançons dans un combat contre ces brutes je ne pourrais pas parer les coups et je me serais faite transpercé par cette épée magique."

Elle se tue et détourna les yeux car un garde s'était rapproché de celui qui surveillait l'entrée de la cage, puis lorsqu'il fut éloigné, ses membres se remirent à trembler. Elle serra les poings tellement fort que ses ongles commençaient à s'enfoncer dans la paume de ses mains. Les tremblement se calmèrent puis l'elfe planta ses yeux dans ceux de Braethan. Devrait-elle mourir en mission sans connaître la joie de devenir une femme ? N'était-elle qu'une guerrière ? Quelqu'un qui luttait pour le bonheur des autres sans se soucier du sien ? Les temps actuels n'avaient rien de paisible et l'idée qu'ils doivent mourir ici lui déchirait les entrailles. Sans cesser de le regarder dans les yeux, une larme perla sur la joue de l'elfe épuisée. L'espoir était autrefois son pain quotidiens, mais en cet instant, même les conseils du maître d'arme n'avaient suffit, sans doute étais-ce parce qu'elle était bien plus affaiblie qu'elle ne voulait le montrer. Son masque de guerrière avait laissé place à celui de la créature triste. Jamais elle ne pourrais sauver les siens s'ils étaient toujours en vie dans une partie de ce monde, le feu la terrorisait autant que les hommes en noir, elle avait vue comment ils s'en étaient pris au maître d'arme et pourtant il n'avait rien fait de mal. La baronne allait être sacrément déçu, peut-être même qu'elle ne reverrait jamais son héritage... Lindórie aurait aimé pouvoir terrasser tout ces hommes sous des eaux déchaînées, elle aurait aimé les voir se noyer dans les torrents infinis et se faire démembrer par l'esprit des eaux; hélas, elle ne pouvait rien faire de tout ça et le grand Lion ne semblait pas vouloir leur rendre visite ce soir.

"Je suis désolée... je n'ai pas de solution, à moins de leur jouer la comédie lors de nos dernières volontés. Et d'arriver à courir pour éviter leurs armes. Je ne serais qu'un fardeau... Un miracle ne se produit jamais deux fois dans la même journée..."

Spoiler:
 

_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mar 2 Juil - 20:36



Lindórie ne retrouva pas espoir. Braethan tentait de lire dans ses yeux, et il n'y voyait que tristesse et déception. Même après ses quelques mots, cette promesse qu'il faisait rarement, l'elfe n'y croyait plus. Elle renonçait et l'exprimait très bien dans ses paroles. Elle s'avouait vaincue sans essayer. Elle n'avait pas tord. Braethan voyait bien qu'elle était fatiguée, qu'elle tremblait et qu'elle tenait à peine sur ses jambes. Il aurait voulu lui transmettre le peu d'espoir qu'il possédait encore. Il était énervé, il était déterminé. Mais cet espoir fut brisé lorsqu'il aperçut une larme couler sur la joue de Lindórie. Le maître d'armes savait comment redonner espoir à des soldats, à un bataillon, à une personne qu'il entraînait. Il possédait une certaine présence et le ton suffisant pour leur redonner courage et envie de se battre pour ce qu'ils voulaient. Pour leur vie, pour leur famille, pour leur patrie.

Mais Lindórie n'avait plus rien à présent. Braethan ne comprenait pas, et était complètement perdu. Comment pouvait-il croire en lui-même quand même l'elfe, qui était sans doute aussi têtue que lui, voire plus, une grande guerrière qui défendait Narnia au prix de sa vie, renonçait aussi facilement ? Il écouta à peine ses derniers mots, soudain démoralisé. Il s'approcha d'elle, une dernière lueur de détermination parcourant son cœur. Braethan posa ses doigts sur le menton de la jeune elfe afin qu'elle le regarde une nouvelle fois, et essaya avec douceur la larme qui coulait de son œil. Il n'était pas habitué à agir comme ça, et ses doigts tremblèrent un peu d'hésitation. Lindórie elle-même semblait surprise de se révéler autant devant lui, et de son geste. Mais il sentait qu'il devait enlever cette armure d'acier invisible qu'il portait sans cesse, surtout dans une telle situation. Il entendait redonner espoir à l'elfe après ce geste, et pourtant, ses mots furent bloqués. Lui aussi perdait l'espoir. Son regard froid et profond se fit finalement triste, bien qu'aucune larme ne coula.

Braethan laissa ses doigts ainsi sur le visage de l'elfe pendant un long moment, comme si le temps s'était soudain suspendu. Son cœur mis à vif, il aurait voulu la consoler. Et se consoler lui-même. « Lindórie, je t'en prie... » Sa voix elle-même tremblait. Il suppliait presque l'elfe à présent. Quelle drôle de mort. Que faire quand vous êtes sur le point d'être tué par des brigands malhonnêtes, et quand vos corps vont sans doute être brûlés ? Lindórie et Braethan perdaient leur honneur, leur gloire, leur réputation, leur vie en même temps. Rien ne pouvait être plus terrible, plus humiliant pour eux. Ils n'avaient ni l'envie, ni la force, ni les moyens de se battre. Alors il se contenta de fixer l'elfe dans les yeux. Des yeux bleus, habituellement puissants, aujourd'hui désespérés. Des yeux gris, normalement froids, maintenant désespérés. Deux êtres désespérés.

Mû par une émotion qu'il n'avait encore jamais ressenti dans un tel moment, Braethan s'approcha encore un peu. Bien que l'elfe soit assez grande par rapport à n'importe quelle femme humaine, le maître d'armes était encore un peu plus grand qu'elle, et dut baisser la tête pour continuer d'échanger ces regards...désespérés. Il n'y avait décidément aucun autre mot pour désigner l'état dans lequel ils étaient. Braethan, soudain comme attiré par Lindórie, baissa la tête, et ne put résister à l'appel de ses lèvres. Il avait beau agir comme un véritable enfoiré parfois à cause de paroles dures et de regards froids, il restait un homme. Un homme qui avait déjà connu des femmes, très rarement, très vaguement, sans aucun sentiment, sans aucune étincelle. Aujourd'hui, le maître d'armes savait qu'il n'avait aucun sentiment pour l'elfe, ni même une étincelle. Et pourtant, ses lèvres se posèrent sur les siennes sans aucun souci, avec une assurance étrange. Ses doigts renfermaient toujours son menton, tandis que son autre bras glissa sur celui de Lindórie afin de la serrer contre lui, le temps du baiser.

Ne réalisant pas vraiment ce qu'il venait de faire, Braethan s'écarta doucement après quelques secondes, très hésitant. Il continua de regarder l'elfe, avant de détourner les yeux, gêné. Il la lâcha mais n'osa pas reculer plus. « Je...Je... » Ne dis rien. Tais-toi. Il valait mieux ne pas en rajouter et conserver le silence. Silence qui fut rapidement brisé par les brigands. L'un d'eux se mit à éclater de rire bruyamment au loin, suivi par les autres. Le feu fut soudain plus vif, la lumière et la chaleur plus agressives. Les deux prisonniers tournèrent la tête vers là, et échangèrent rapidement un regard alarmé. Visiblement, leur heure venait. Et Braethan restait muet et paralysé. Il aurait préféré rester enfermé des années et des années, plutôt que de mourir ainsi. Il en était alors réduit à prier. Il leva les yeux au ciel d'un air suppliant, répétant les mêmes mots dans son esprit. Venez nous aider. Nous avons besoin de vous. Ne laissez pas le mal se propager ainsi. Aidez-nous.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mer 3 Juil - 15:05



L'elfe baissa les yeux impuissante et ne pouvant plus soutenir le regard du maître d'arme, elle était faible, et cette position la mettais mal à l'aise. Puis le maître d'arme lui releva le menton et essuya sa larme. Alors elle replongea son regard dans celui de Braethan, surprise qu'il lui témoigne tant de douceur, mais elle ne s'en plaint pas. Qui se plaindrai de compassion avant de mourir ? Personne... Sentant ce contacte hésitant, l'elfe perçut les angoisses de l'homme, lui aussi perdait espoir et il refusait de dissimuler sa véritable personnalité, il n'était pas qu'un guerrier emplit de hargne et de muscles. Lindórie manqua de détourner le regard car elle ne voulait pas le dévisager, mais elle ne le fit pas et perçut cette tristesse, jumelle de la sienne. Le temps semblait s'être suspendue dans le désespoirs de ces deux êtres. S'il fallait mourir, pourquoi ne pas garder comme dernière image de ce monde, celle d'un homme ? Puis il se produisit quelque-chose d'étrange. Il la supplia presque, mais elle ne répondit pas. Le visage de Braethan se rapprochait de celui de l'elfe qui s'empourpra soudainement sans le quitter des yeux. Le souffle chaud de l'homme la réconforta et à cet instant, elle aurait vraiment aimé être dans ses bras, pour oublier l’inévitable, pour oublier les flammes qui les attendaient non loin. Il continua à baisser la tête, rapprochant son visage un peut plus de celui de l'elfe. Lindórie ferma alors les yeux tandis que les lèvres du maître d'arme se posèrent sur les siennes dans un doux baiser qu'elle prolongea sans se poser de question. Alors c'était donc ça un baiser ? C'était sans doute de loin la sensation la plus agréable à laquelle elle avait pu gouter de toute sa vie mais il n'y avait pas d'amour bien qu'elle se sentait alors agréablement apaisé, quelque part au fond d'elle. Sentir son corps se serrer contre celui de l'homme lui fit du bien, elle se sentait un peut plus rassurée. Puis il s'éloigna et détourna les yeux. L'elfe tourna la tête vers les flammes qui s'étaient soudainement élevées sur le bûcher, les joues roses jusqu’à la pointe de ses oreille. Ses yeux se plissèrent comme si elle réfléchissait tandis que son compagnon balbutiait. Elle l'ignora superbement avant de s'écrier les yeux pétillant d'un lueur nouvelle.

"Braethan ! J'ai une idée !"

Un sourire plein de malice apparut sur les lèvres de l'elfe, elle fit un pas afin de se rapprocher du maître d'arme, lui pris les main et lui déposa un baiser sonore sur la joue avant de se précipiter vers la porte de la cage, elle interpella les gardes pour qu'ils aillent chercher leur chef. Quelques instants plus tard, le chef s'approcha de la cage, dévisageant la demoiselle, il lui aboya.

"Qu'est-ce que tu veux ?!"
"Je sais que les hommes de votre peuple respectent les dernières volontés de ses victimes. Alors je vous supplie de m'accorder une dernière volonté."
"Parle femme ! Et ne me prend pas pour un abrutis."
"Laissez-moi... partager une dernière nuit avec mon compagnon sous cette tente là-bas."
"Accordé. "

Comme elle l'avait pensé, ces hommes avaient beau être des colosses, ils n'étaient pas très intelligents. Elle jeta un coup d’œil à Braethan, histoire de savoir s'il avait compris son petit manège priant pour qu'il n'essaye pas de faire quelque-chose qui les trahirais une fois qu'ils seraient dehors. Les deux gardes ouvrirent les barreaux les saisirent par les bras non sans violence puis il les escortèrent jusqu’à la tente situé à quelques pieds sur la droite. Les brutes les poussèrent à l'intérieur en ricanant puis ils refermèrent les pans de tissus qui servaient de porte tout en marmonnant on ne savais quoi. Il n'y avait presque rien dans la tente, pas même une peau de bête sur le sol, juste une table, des chaises et quelques bougies pour éclairer la pièce. Lindórie s’essaya sur la table en faisant le plus de bruits possible, elle poussa les gobelets, la coupelle de fruits et d'autre truc qui trainaient dessus sur le sol sauf une chose pointue qu'elle cacha dans un geste très rapide, sous sa cuisse. Laissant pendre ses jambes dans le vide, elle prit Le maître d'arme par la taille et l'attira vers elle, leurs corps très proches. Le visage de la demoiselle était redevenu normale, sans doute étais-ce due à sa concentration. Puis elle sortit de sous sa cuisse la dague qui traînait sur la table et l'enfila sans faire crisser le métal sur la ceinture de l'homme, agissant dans l'angle mort de la porte d'entrée. Elle plongea alors ses yeux bleu dans les gris de Braethan et le pressa à voix basse.

"Ne fais pas cette tête. Enlève ton haut, vite..."

Avec toute la grâce et la douceur dont elle était encore capable, elle passa ses mains autour du cou du maître d'armes et l'attira à elle tandis qu'elle basculait en arrière sur la table. L'elfe inspira profondément comme pour se motiver. Elle avait un plan, mais il ne pouvait pas totalement fonctionner pour le moment. Son regard un peut paniqué regardait derrière l'homme, puis elle approcha son visage tout près de son torse et remonta jusqu’à son oreille, là elle pu lui murmurer rapidement.

"Lorsque les gardes arrêterons de nous regarder... tu devra sortir par l'arrière. Il n'y à personne, tu te retrouvera sous le couvert des arbres. Alors, tu pourra faire le tour de la tente et te glisser derrière le chef pour le tuer, ou retrouver ton arme."

Puis pour que ça ne paraisse pas suspect et plus réaliste jusqu'au bout, elle passa ses main dans les cheveux du maître d'arme en gémissant un peut trop fort. Puis de nouveau à voix basse.

"Je vais faire diversion."




_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Ven 5 Juil - 15:32



Jamais Braethan n'avait été aussi écarlate de sa vie. Il avait commencé à rougir au niveau des joues, jusqu'à ce que la couleur atteigne le reste de son visage, le faisant étrangement ressembler à une tomate mûre. Mais l'elfe ne semblait guère s'en apercevoir. Son visage s'éclaira d'ailleurs peu à peu jusqu'à ce qu'elle crie presque...qu'elle avait une idée. Braethan retrouva en un instant sa couleur habituelle et s'interessa à ce qu'elle avait à dire. Elle avait l'air d'avoir repris...espoir. Intrigué, il essaya de la comprendre. Elle vit venir les deux gardes puis le chef, qui portait à sa ceinture la légendaire épée dont il semblait très fier. Le maître d'armes crut avoir mal entendu quand Lindórie lui demanda...de passer une dernière nuit avec lui. Ce baiser dont il n'était pas fier lui avait-il donc donné des idées ? Pourtant, son sourire et ses yeux disaient autre chose. Non, elle n'avait pas envie subitement de sauter sur lui. Elle avait un plan.

Et le chef accepta, tandis que ses hommes riaient. Un peu de sexe sous leurs yeux et près de leurs oreilles, quoi de mieux après tout ? Braethan se réjouissait de ne pas être le genre d'homme à céder à ce genre de plaisir dès qu'une femme passait par là. Ils les accompagnèrent jusqu'à une petite tente vide, dont le tissu était assez épais mais facilement ouvrable. Lindórie vira tout ce qui se trouva sur la petite table avant de s'assoir dessus et de tirer le maître d'armes vers elle. Très proche. Trop proche. Il voyait bien qu'elle exagérait et qu'elle n'était pas sérieuse, qu'elle avait autre chose en tête, mais cela ne l'empêchait pas de se sentir étrange en étant dans une telle situation. S'ils n'avaient pas été en danger de mort, il serait sans doute redevenu rouge comme une pivoine, et aurait ri nerveusement. Il s'efforça de respirer calmement et réussit à rester sérieux. Aussi, il ne rit pas et ne rougit pas quand l'elfe lui demanda tout à fait normalement de retirer son haut. Hésitant au début à l'idée que Lindórie le voit ainsi, il finit cependant par enlever sa veste à présent sale, puis son haut en tissu léger.

Elle s'allongea ensuite sur la table en l'obligeant à le suivre, et il se retrouva bientôt allongé sur elle, sans pour autant s'appuyer. Il avait senti qu'elle glissait quelque chose à sa ceinture, et aperçut une lame brillante. Il sourit légèrement tandis que les "gardes" ricanaient derrière la tente. Puis il écouta ce qu'elle avait à dire, tandis qu'il gigotait un peu pour donner l'illusion aux hommes qu'il se passait bel et bien quelque chose. Il ne répondit pas, faillit rire après le cri de l'elfe, et retrouva son sérieux en continuant de jouer le rôle. Le maître d'armes sentit les mains de Lindórie dans ses cheveux pendant qu'elle lui murmurait qu'elle allait faire diversion. Il ne se posa pas de questions, sachant qu'elle avait déjà son plan prévu. Il attrapa les jambes de l'elfe, glissant ses mains sous sa robe - décidément, quelle idée avait-elle eu de mettre pareille tenue - et ramenant ses cuisses contre lui d'un geste rapide mais non violent. Il simula un souffle coupé où quelques légers gémissements s'ajoutaient parfois.

Aurait-il fermé les yeux qu'il aurait pu croire que cette situation était réelle, et non pas un plan pour s'échapper ! Braethan fit remuer la table qui commença à trembler et à grincer, bien qu'il ne se passait toujours absolument rien. Discrètement, il tourna la tête et vit que les gardes s'étaient un peu éloignés pour parler avec quelqu'un, sans doute leur chef. Alors il profita de l'occasion. Enfouissant son visage dans le cou de Lindórie, il lui murmura : « Je vais y aller. Continue un peu avant ta distraction, quelle qu'elle soit. Et fais attention à toi. » Doucement, Braethan laissa ses doigts glisser sur les cuisses de la jeune femme, remit sa robe comme il fallait, et descendit de la table le plus doucement possible. Il s'accroupit au sol et réussit à atteindre l'autre côté de la tente, en veillant à ce que personne ne se tourne et ne voit ce qu'il se tramait par ici.

Une fois dehors, il prit garde à analyser la position de chaque homme comme il put, et observa aussi les ombres. Il revit le chef avec l'épée légendaire à sa ceinture. Il entendit alors Lindórie bouger, mettant sûrement sa distraction en oeuvre. Et elle marcha. Le chef et l'autre voleur étaient de côté et semblaient ne rien remarquer - bien que Braethan lui-même ne savait pas ce que faisait l'elfe. Il fit exprès de faire du bruit, amenant le chef vers lui, avant de se laisser tomber au sol. Le chef, ne comprenant pas, s'approcha en saisissant le maître d'armes brutalement. Celui-ci réussit en quelques gestes à coincer le cou du chef des brigands sous son bras, tandis que son autre main l'empêchait de bouger. « Mon épée. Où est-elle ? Dépêchez-vous, je ne me répèterai pas. »  Il redevenait le Braethan autoritaire qu'il avait toujours été. Bien sûr, il ne répondit pas. C'est alors que l'autre homme les aperçut et s'approcha, dégainant une épée...qui ne lui appartenait pas.

Braethan comprit que cet homme portait sa propre épée au côté. Le maître d'armes se mit à bouillir intérieurement. Il aurait préféré que son arme soit mise au feu, perdue, jetée, détruite de toutes les manières, plutôt que de laisser un tel homme la porter ! « Vous allez être bien gentils, et me donner mon épée, ainsi que l'épée de Denethor. C'est votre dernière chance. » L'autre voleur lui rit au nez, commençant à courir vers lui en levant la lame, tandis que le chef tentait de se défaire de l'étreinte solide de Braethan. Ce dernier soupira, respira profondément, et d'un coup sec, brisa la nuque du chef. Il tomba au sol dans un bruit mou. Le maître d'armes eut le temps de saisir la dague que lui avait glissé Lindórie, et la lança directement vers l'autre homme. Il se reçut l'arme en plein bras, mais n'arrêta pas son geste pour autant. Braethan put prendre l'épée légendaire de Denethor qui se mit à luire d'une couleur écarlate, comme si la lame demandait elle-même du sang frais.

Sans qu'il comprenne comment, il sentit l'épée prendre le contrôle de son bras. Même s'il était très vif, Braethan était à présent épuisé et blessé, et ses réflexes diminuaient en conséquence. Pourtant, il lui semblait que toute la scène se déroulait au ralenti. Sans un bruit, il eut le temps d'avancer un pied, de reculer l'autre, de placer sa lame comme il le fallait au millimètre près. Une seconde plus tard, le brigand était là, mais il n'eut pas le temps de terminer son attaque que son torse fut ouvert sur toute la largueur. Du sang gicla, éclaboussant sur le torse nu et sur le visage du maître d'armes. Sa chère épée tomba au sol, avant que l'homme ne s'effondre, toujours en vie, se vidant petit à petit de son sang alors qu'il ne pouvait plus bouger et manquait d'air. Braethan se pencha tranquillement, récupéra son épée qu'il vérifie un instant, puis reprit son fourreau ainsi que celui de l'épée magique. Il remit les lames dans leurs fourreaux respectifs et revint dans la tente. Lindórie n'y était plus. Il alla alors de l'autre côté afin de savoir ce qu'elle faisait. Et il ne put qu'être étonné de ce qu'il voyait alors.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Sam 6 Juil - 0:21



Le maître d'arme se prêta au jeu à merveille, à vrai dire, elle ne pensait pas qu'il l'aurait fait. Lorsqu'il retira ses vêtements, les yeux de l'elfe se mirent à scintiller d'un étrange éclat, elle avait vraiment beaucoup de mal à se concentrer sur le plan. Il était plutôt séduisant... s'obligeant à détourner les yeux pour regarder vers la porte, l'elfe sentit son visage s'empourprer. Quand au contacte du torse nue de Braethan sur sa peau, c'était l’apothéose. Jamais elle ne s'était retrouvée dans une situation pareille. Son cœur se mit alors à palpiter, comme si à chaque bond il voulait sortir de sa poitrine. Priant pour que son compagnon ne l'entende pas, elle continua à gémir timidement au contacte des mains de Braethan sur ses cuisses. Puis elle se laissa faire et ne put se retenir de glousser lorsqu'il simula un souffle coupé. Elle reprit son teint normale au prix d'un effort exceptionnel. Le maître d'arme jeta un œil discrètement, et il semblait que l'ennemie avait cessé de les observer. Elle essayait tant bien que mal de le fuir des yeux, c'est lorsqu'il enfouit son visage dans le cou de l'elfe, qu'elle sentit son souffle chaud et rassurant. Un mystérieux frisson parcourut tout son corps, accélérant malgré elle ses palpitations. L'homme lui murmurait dans le creux de l'oreille, elle lui répondit d'un ravissant sourire juste avant de lui déposer deux baiser à la base du cou et de lui caresser doucement le dos. Puis tout doucement Braethan se releva, plissa les pans de la robe blanche et descendit de la table tandis que l'elfe en était presque déçu qu'il s'éloigne. A son tour d'entrer vraiment en jeu, la distraction sortit de sa gorge pour monter en crescendo dans un subtile...

"HAAAAN !"

Elle se redressa à son tour pour rester dans une position assise sur la table et continuer à la faire grincer en faisant de léger mouvements de bassins. Elle se sentait ridicule et en aurai bien rie aux éclats mais la situation l'en empêchait. Le maître d'armes avait eut le temps de s'éclipser discrètement vers l'arrière de la tente, l'elfe lui lança un dernier regard, cette fois ci emplit d'inquiétude car une fois dehors, elle ne saurais pas ce qui lui arriverait, et elle ne pourrait sans doute pas l'aider. Enfin, si, elle pouvait l'aider, mais en restant dans la tente. A nouveau elle poussa un gémissement, puis un autre, et encore un autre de plus en plus fort de tel sorte qu'au bout d'un court instant, elle avait réussit à capter toute l'attention des gardes qui étaient postés devant la tente, mais aussi de tout ceux qui se trouvaient aux alentours. Elle espérait couvrir les bruits de pas de l'homme, priant pour qu'il ne lui arrive rien d'horrible, d'autant plus qu'il était sortit sans remettre sa veste, exposant alors sa peau à nue. Heureusement aussi que nous étions en été et que la température était plutôt agréable à cette période de l'année. Tendant aussi l'oreille, elle entendit le crissement du métal d'une épée tout juste sortie de son fourreau. Elle gémit de plus belle encore quelques fois puis se tue. Baissant la tête et incapable de savoir ce qui se passait dehors, elle adressa une dernière parole au grand lion.

"Majestueux Aslan puisse-tu garder ton fils en vie et faire abattre la justice sur ces hommes qui veulent nous envoyer dans ton royaume... !"

A ce moment elle sentit la magie de l'épée de Denethor non loin. Braethan avait-il réussit à la récupérer ? Ou étais-ce le chef qui l'avait brandie ? Impossible de savoir, la panique gagnait peut à peut l'elfe. Soudain les deux hommes postés devant la tente partirent en courant et en hurlant. Puis d'autres cries, tous sortant de la bouche des hommes en noir. Au centre du campement une créature venait d’apparaître dans toute sa splendeur, sa chevelure bleu flottant dans les aires comme s'ils avaient étaient dans l'eau. Se déplaçant en faisait crisser les écailles de son corps de serpents géant, il poursuivait l'ennemie , les foudroyant du regard, un regard lumineux où semblaient se mêler toutes les nuances de bleu des océans. L'esprit des eau gronda tandis que les hommes fuyaient dans les bois en courant comme s'ils avaient vue la plus effroyables des choses de ce monde. Lindórie se leva tout doucement, les mains tremblantes et les jambes faibles, elle souleva le pan de tissus de la tente et s'avança dehors. La créature bleu fit volte face et lança un bref regard à l'elfe puis il tourna sur lui même pour regarder aussi le maître d'arme. Lindórie tourna doucement la tête et vit la lame du maître d'arme pourfendre le dernier ennemi. L'esprit des eaux disparut en passant au travers du bûcher qui s'éteint comme s'il s'était agit d'une vulgaire bougie. Soulagée, Lindórie fit quelques pas sur la droite et s’allongea de ton son long dans l'herbe, entre les racines d'un énorme arbre. Elle détestait cette robe avec ce corsage trop serré qui lui écrasait la poitrine et qui l'empêchait de bien respirer. Il ne lui fallut qu'un geste vif et sec pour détacher la maudite ficelle que sa main jeta au loin tandis que ses yeux se posèrent sur la silhouette de Braethan qui s'avançait sous la splendeur du ciel étoilé. Reprenant son souffle, elle ne prononça pas le prénom complet de l'homme qui lui apparaissait désormais comme étant un vaillant guerrier.

"Brae... on est vivants."

Elle déchira la deuxième et dernière manche de sa robe puis fit signe à Braethan de s'approcher pour qu'elle essuie les projections de sang qui maculaient sa peau.

"Et, l'herbe est bien plus confortable qu'une table."

Un sourire malicieux apparut alors sur les lèvres de l'elfe.

_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Sam 6 Juil - 13:36



Il ne savait pas vraiment ce que faisait Lindórie. Il lui avait semblé avoir entendu de drôles de bruits, mais il était plutôt occupé à récupérer les deux épées les plus précieuses à ses yeux - la sienne, et celle de Denethor. Heureusement pour lui qu'il n'avait pas entendu les cris de l'elfe, sinon...il aurait probablement été choqué à vie. Braethan savait seulement que la distraction de Lindórie lui avait permis de tuer le chef et de récupérer son arme. Il avait même pu utiliser l'espace d'un instant une lame légendaire. Finalement, il se mit à découvert, et découvrit le plan de Lindórie. A moins qu'elle n'y soit pour rien. Devant lui, une immense créature bleue, qui semblait humaine mais avait le corps d'un serpent. Elle chassa les hommes, en tuant certains. Braethan sortit son épée de son fourreau et s'occupa de tuer le reste avant qu'ils ne partent dans la forêt. Il n'avait guère apprécié son traitement durant son emprisonnement ; il était temps de se venger un peu.

Puis le calme revint. Tous étaient morts. La créature disparut dans le feu qu'elle éteignit en un rien de temps. Elle avait regardé Braethan un instant, et celui-ci s'était soudain senti petit, insignifiant, faible. Il resta figé quelques secondes, puis parcourut la clairière de ses yeux gris afin de s'assurer que personne de vivant n'était encore là. Il planta son épée dans la poitrine d'un homme qui respirait encore faiblement, puis il rejoignit lentement Lindórie. Celle-ci était allongée entre les racines d'un arbre, et semblait en avoir marre de sa robe qu'elle déchirait. « On est vivants. » Lui-même paraissait ne pas réaliser qu'ils n'étaient pas morts. Quelques minutes plus tôt, tous deux désespéraient de ne pas retrouver la liberté, de mourir brûlés, de n'avoir aucun honneur après leur mort, de mourir en vain. Et les voilà à présent dans la forêt soudain plongée dans le noir, au milieu de plusieurs hommes morts.

Braethan s'assit à côté de Lindórie et la laissa essuyer les quelques gouttes de sang qui perlaient sur sa peau - le sang des hommes qu'il venait de tuer. Il posa les deux épées à côté de lui après les avoir essuyé dans l'herbe, puis se tourna vers elle. Il ne put se retenir et éclata de rire devant sa remarque. Certes, au fond il était gêné. Il ne s'était jamais retrouvé dans une telle situation. Lindórie l'avait vraiment surpris, et il avait du jouer le jeu autant qu'elle. Mais une part de lui - son deuxième cerveau d'homme, celui qui ne réfléchissait pas - avait aimé ce moment sur la table. Leur baiser échangé lui revint également en tête. « Dommage, j'aimais bien cette robe. » dit-il en désignant les manches déchirées et la ficelle retirée. Mais je t'aimerais encore mieux sans, pensa-t-il sournoisement. Braethan était devenu incapable de réfléchir. Il se souvenait du contact entre son torse et la peau de Lindórie. Il se souvenait de ses mains sur ses cuisses, de leurs corps collés. Il se souvenait de son souffle quand elle lui avait murmuré à l'oreille. Il se souvenait du baiser.

Et il sentait son cœur battre à une allure folle à l'idée de telles pensées. Il se félicitait que le bûcher soit éteint, car Lindórie ne pouvait pas voir à quel point il rougissait. Puis son regard repartit sur la robe de l'elfe. Il savait à quel point il serait facile de glisser à nouveau ses doigts sous ce tissu. Il voyait comment il pourrait la lui enlever, et dénuder ses épaules, maintenant que rien ne retenait les pans de tissu blanc. Et le sourire de Lindórie. Et son regard. Elle partageait les mêmes pensées que lui. Elle était aussi perturbée que lui à ce moment précis. Le maître d'armes reprit sa respiration pour essayer de réfléchir clairement, et en profitant pour enlever quelques feuilles qui s'étaient collées à sa chevelure noire. Sans qu'il le veuille, il s'était retrouvé bien plus près de Lindórie qu'il ne l'aurait pensé. Son regard croisa celui de la jeune guerrière, avant de descendre vers ses lèvres. Non, je ne dois pas faire ça. Mais il le pouvait pourtant.

« On est vivants. » répéta-t-il. Le maître d'armes sentit toute l'adrénaline et toute l'énergie de ses combats, et peut-être même la magie de l'épée et de l'elfe, parcourir son corps, brûler ses veines comme un feu, comme de la lave. Un feu qui rongeait ses entrailles, qui créait un vide que ses reins voulaient combler de plaisir. Alors il ne put résister. Braethan, sans doute pour la première fois de sa vie, cédait à ses émotions, à son désir, devant une femme qu'il n'avait jamais réellement apprécié, mais avec qui il avait failli mourir. Sans oublier qu'il était loin de s'y connaître car contrairement à beaucoup d'hommes, il n'était pas du genre à se taper la servante du château ou à aller dans le bordel du coin. Il était à vrai dire plus gêné qu'autre chose. Ce n'est pas pour autant qu'il refusa ce désir qui lui brûlait les veines... Il plongea sur Lindórie, l'embrassant à nouveau comme il l'avait fait quelques minutes plus tôt, avec bien plus de passion et d'envie.

Braethan restait hésitant au début, et il semblait bien que la jeune femme était surprise. S'il avait réfléchi un peu, il se serait sans doute arrêté, se serait levé et serait parti loin pour reprendre ses esprits. Mais il n'en fut rien. Il leva un instant la tête, observant la réaction de Lindórie pendant quelques secondes, puis se pencha à nouveau sur elle jusqu'à ce que ses lèvres touchent les siennes. Une de ses mains glissa sur le corps de l'elfe, agrippant sa taille et l'emmenant contre lui. Le maître d'armes s'arrêta un instant pour murmurer : « En effet, l'herbe est vraiment plus confortable que cette fichue table... » Il sourit. Il oubliait de réfléchir. Il oubliait qu'il était un homme d'honneur. Il oubliait Narnia et tous ces problèmes. Il oubliait les morts, le sang et l'eau autour d'eux. Il oubliait tout, sauf Lindórie et lui.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Sam 6 Juil - 18:37



Lorsque Braethan s'assit à côté d'elle, la demoiselle se redressa puis elle essuya tant bien que mal les traces de sang qui couvraient le torse nue et le visage du maître d'arme, elle sentait combien ses muscles étaient encore tendue à cause de ses derniers affrontements, ce qui la fit tressaillir. Par chance elle ne trouva aucune plaie, ce qui signifiait que le sang n'était autre que celui de l'ennemie. Une fois terminé, elle envoya à l'écart le chiffon imbibé de sang. Les angoisses réduites à néant, l'elfe éclata d'un rire cristallin à la remarque de Braethan; il aimait cette robe ou il aimait voir l'elfe dans cette robe ? Lindórie lui offrit alors son plus ravissant sourire. La mort les faisaient donc apparaître sous leur véritable jour ? Eux qui encore en début de journée se lançaient des piques à tour de bras, avaient faillit mourir et s'étaient retrouvé dans une position vraiment très gênante à cause du plan de l'elfe, mais ce n'était pas non plus si mal. Elle croisa les yeux gris de Braethan qui se trouvait désormais vraiment très proche de son visage, les palpitation reprirent de plus belle, comme tout à l'heure dans la tente.

Ils étaient aussi perturbé l'un que l'autre. D'une main habile, Braethan lui enleva quelques feuilles qui s'étaient accrochées dans sa longue crinière noir, l'elfe sentit la délicieuse caresse du souffle chaud de l'homme sur son visage empourpré. Il lui était désormais impossible de lâcher son emprise visuel, après avoir traversé tout ça, elle s'en sentait incapable. Répétant ses mots Lindórie lui sourie de plus belle sentant une chaleur monstre lui brûler les lèvres; elle avait faillit mourir avant d'avoir pu être une femme, et à cet instant elle était bien vivante et n'avait d'autre désir que de vouloir en devenir une ce soir même. Après tout, Braethan était l'homme le plus séduisant qu'elle avait rencontré et bien qu'ils ne s'entendaient en temps normale, elle se sentait terriblement attiré par lui, lui qui l'avait aidé à rester en vie, la seule et unique personne qui s'était comporté comme un véritable chevalier servant. Répondant à ses propres pulsion, Braethan réagit avant elle, scellant leurs lèvres dans un nouveau baiser cette fois-ci emplit de passion.

La main droite de l'elfe se posa tout en douceur sur le torse du maître d'arme qui releva doucement la tête, son murmure approuvant ce qu'elle avait dit plus tôt, faisant naître dans le regard de la demoiselle une étincelle flamboyante. Se laissant faire comme une poupée de porcelaine, elle sentit que Braethan l'attirait à lui comme elle l'avait fait dans la tente. La douce caresse de le peau chaude et musclé de l'homme se fit comme un coup de fouet déclenchant quelque-chose d'étrange chez la créature de Narnia. Elle lui rendit son baiser passionné puis elle pivota et grimpa à Cali-fourchon sur les jambes de Braethan sans briser le lien qui les unissait. Faisant glisser ses mains dans le dos de son compagnon, elle caressa sa peau en décrivant des cercles avant de les faire longer ses côtes pour venir se loger sur son torse. Éloignant un peut son visage pour pouvoir admirer ce regard gris si envoutant, l'elfe lui offrit un sourire charmeur et le fit basculer en arrière sur l'herbe pour qu'ils soient tout les deux allongés. Le souffle désormais haletant, elle lui déposa à intervalle régulier des baiser langoureux dans le cou et sur le torse, puis remontant jusqu’à son oreille, elle lui murmura tendrement, ses seins débordant de son décolleté ouvert en l'absence de la ficelle.

"Cette robe est trop serrée."


_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Sam 6 Juil - 19:46



C'était sans doute mieux que le maître d'armes n'ait pas remis ses vêtements, car une soudaine chaleur s'empara de son corps. Il se serait sans doute débarrassé de sa veste en un rien de temps, même si c'était loin d'être son habitude que d'enlever ses vêtements devant n'importe qui. Mais vu comment la situation était partie... Il savait qu'à ce stade, il ne servait à rien d'arrêter. Ils en ressortiraient tous les deux frustrés, énervés, gênés. De toute manière, Lindórie s'assurait de le garder là. Elle inversa soudain la situation, se mettant sur lui assez violemment, le gardant collé à elle. Il ne brisa pas pour autant leur baiser langoureux, et il appréciait avec plaisir les caresses de ses mains douces dans son dos. Elle s'écarta un instant, et ils échangèrent un long regard enflammé ainsi qu'un sourire des plus suggestifs.

L'elfe l'obligea à s'allonger, se mettant cette fois sur lui et commençant à embrasser chaque parcelle de son cou et de son torse. Braethan ferma les yeux quelques instants, savourant ses baisers qui avaient l'effet d'une décharge électrique sur sa peau. Il les ouvrit lentement lorsqu'elle murmura à son oreille. Il sentit un frisson parcourir tout son corps, un frisson qui se répéta lorsqu'il baissa les yeux sur le décolleté de la jeune femme. Il avait presque honte, au fond, d'avoir de telles pensées, mais elle ne le ménageait pas non plus. Avec un grand sourire, il se remit à l'embrasser, la faisant basculer afin d'être sur elle, comme ils l'avaient été dans la tente. Ses mains parcourent le corps de Lindórie, glissant sur sa taille, son ventre, ses hanches, ses cuisses. A nouveau, il glissa ses doigts sous la robe, sur sa peau, et plaqua ses cuisses fermes contre lui. Une nouvelle vague de désir déferla en lui.

Braethan remonta ses mains, effleurant la poitrine de l'elfe. Devant le regard très envieux qu'elle lui lançait, il empoigna d'une main ferme les pans de sa robe et la déchira violemment. Vu l'état dans laquelle la tenue était de toute manière... Il s'allongea un peu mieux sur Lindórie, son torse touchant enfin sa poitrine nue. Et quelle poitrine ! Elle cachait ça sous ses vêtements d'habitude, et jamais il n'aurait imaginé voir ce qui pouvait se cacher en dessous. A vrai dire, il ne s'y était jamais intéressé, mais maintenant qu'il y était... Il enfouit son visage dans son cou, y déposant quelques baisers, y soufflant quelques mots. Plus doucement, il finit de déchirer la robe, y allant plus lentement afin de découvrir le corps de Lindórie au fur et à mesure. Bientôt, le tissu fut jeté plus loin, et l'elfe se retrouva complètement nue sous le corps du maître d'armes. « J'espère que cette robe ne te posera plus de soucis désormais... »

Braethan se mit à rire doucement puis posa à nouveau ses lèvres sur celle de Lindórie. Au fond, elle était carrément mieux sans cette robe. Il ne restait plus que lui et son pantalon à vrai dire maintenant. Sans quitter les lèvres de l'elfe, il défit sa ceinture qu'il jeta près des épées. Puis il dénoua la ficelle qui retenait son pantalon avec un large sourire. Il finit par enlever ses bottes puis se redressa pour enlever tout ce qui lui restait, avant de s'allonger à nouveau sur Lindórie. « Ton plan n'était pas si mal, en fin de compte. » lui murmura-t-il à l'oreille d'un souffle chaud et sensuel. Il faut dire que sans l'idée de la jeune femme, que de faire semblant de coucher dans une tente, sans doute il n'aurait jamais autant voulu se déshabiller devant elle et l'embrasser comme il le faisait.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Dim 7 Juil - 14:38



Pour une fois l'elfe s'accordait un moment à elle, ils avaient faillit mourir pour Narnia, pourquoi n'aurait-elle pas le droit de partager quelques instants de bonheur dans une vie où c'était elle qui s'évertuait à toujours aider les autres, pour une fois, elle ne voulait rien faire d'autre qu'être avec le maître d'arme. Que se passerait-il après ? Peut leur importait, il fallait profiter de l'instant présent quitte à le regretter par la suite. De toute manière, il était déjà trop tard, il était impossible à l'elfe de réfléchir correctement, entre la fatigue et les pulsions, elle n'avait en cet instant que d'yeux pour le Narnien. Leurs lèvres se détachèrent tandis qu'ils s'échangèrent un sourire à peine perceptible dans l'obscurité, puis elle sentait que Braethan la faisait basculer sous lui, il était donc aussi têtu et dominateur qu'elle. Lindórie voulait le refaire rouler à nouveau, mais ne fit rien, pour une fois elle ne lui tiendrais pas tête et resterait dans cette position. Les mains de l'homme parcoururent le corps de l'elfe qui frissonna de plaisir à cette sensation qu'elle n'avait encore jamais éprouvé auparavant. Son sang brûlait comme de la lave en fusion sous les caresses du maître d'arme, elle retint un gémissement lorsqu'il passa ses mains sur ses cuisses, les plaquant contre lui, puis remonter jusqu’à sa poitrine. Lindórie lui lança un regard pétillant de désir. En réponse à ce regard, l'homme empoigna le tissus de sa robe et le déchira violemment, libérant l'elfe de cet étouffement, elle inspira bruyamment le souffle haletant. Pas un seule sous-vêtement, l'elfe ne portait rien sous sa robe, car elle avait toujours l'habitude de ne jamais rien mettre sous une robe, les rares fois où elle en mettait. Il continua de déchirer les autres morceaux de la robe qui ne s'étaient pas déchirés avec plus de douceur. Ce qui restait de la robe vola plus loin; être nue ne semblait pas tant gêner que ça l'elfe car après tout, c'est en étant nue qu'elle pouvait révéler sa véritable beauté au diapason de ses origines elfiques. Elle passa ses bras autour du cou de Braethan et sentit son cœur battre comme jamais, ressentant toute cette passion qui émanait aussi de l'homme. Entre la haine et l'amour, n'y aurait-il qu'un pas ?  Le corps puissant du maître d'armes se posa un peut mieux sur celui de la créature déjà nue. Puis lorsqu'il lui dit que sa robe ne la dérangerait plus ainsi, elle éclata de rire avant de sentir à nouveau les lèvres du Narnien sur les siennes. L'elfe fit glisser l'une de ses mains sur le corps de Braethan, remontant jusqu’à ce qu'elle touche ses cheveux, comme dans la tente, elle sentit les mèches douces sous ses doigts avant qu'il ne se relève pour enlever ce qui lui restait de vêtements. Puis il revint sur elle, la faisant frissonner de plaisir, son murmure fit sourire l'elfe.

"C'est toi qui m'avais donné l'idée. Et puis la fin, était complètement improvisée. "

Elle voulait bien sur parler de l'apparition de l'esprit des eaux, elle n'y était pour rien, c'était lui qui apparaissait à sa guise, drôle de don n'est-ce pas ? L'elfe avait vraiment beaucoup de mal à le maîtriser, elle avait encore beaucoup de travail devant elle. Replongeant de nouveau ses yeux papillonnant dans ceux du maître d'armes, les joues de l'elfe s'empourprèrent de plus bel avant qu'elle ne ferme les paupières et qu'elle embrasse langoureusement Braethan. Lindórie passa ses bras autour de la taille du Narnien puis elle se serra contre lui dans une étreinte sensuel tout en plongeant son visage brûlant dans la nuque de l'homme. Sentir sa peau et ses muscles chauds contre son corps nu était la deuxième chose la plus agréable qu'elle ressentait après les lèvres de l'homme, et elle serait morte sans avoir connu cette sensation ? Devait-elle remercier Braethan de lui avoir volé ce baiser tout à l'heure alors qu'ils étaient prisonniers ? Non, elle n'y arriverait pas, ses sens étaient trop altérés pour qu'elle puisse prononcer des mots compréhensibles. Oublier tout les tourments de ce monde, se sentir protéger une fois dans sa vie en étant dans les bras de cet humain, au cœur d'une forêt, ils étaient là, les premiers instants de bonheur de la dernière elfe de Narnia. Relâchant son étreinte, elle mordilla gentiment du bout des dents le cou de Braethan puis sa langue sortie de sa bouche pour chatouiller sa peau si douce. L'elfe glissa sous l'homme, sa langue longeant ses pectoraux pour remonter jusqu’à sa bouche; son souffle s’accélérait au rythme de sa poitrine qui se soulevait frottant sur le torse du maître d'armes. Les trois mots emplis d'une douceur céleste qui sortirent de sa bouche dans un souffle presque imperceptible à ce moment là étaient des mots elfiques, sans doute des mots magiques car Braethan pouvait les comprendre.

"Je te veux. "

_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Dim 7 Juil - 19:36



Braethan prenait conscience de ce corps de femme qu'il tenait dans ses bras, de cette peau pâle et fine, presque translucide, que ses doigts touchaient. Lindórie n'était pas une femme banale. Elle était une elfe, et il le voyait parfaitement. Chaque parcelle de sa peau était parfaite, aussi douce et lisse que de la soie, semblait briller autant que de l'acier. Chaque geste qu'elle effectuait était rempli de grâce et de douceur, contrairement à ce qu'elle laissait paraître habituellement. Elle révélait sa nature d'elfe devant les yeux du maître d'armes, qui se contentait de montrer qu'il n'était qu'un homme derrière son épée et ses yeux gris. Il sourit à son commentaire, bien qu'il ne put vraiment réfléchir sur la fin en question. Il ne savait pas ce qu'il s'était passé, mais il s'en moquait bien pour le moment. Ils étaient en vie, et s'amusaient plutôt bien même...

Lindórie savait s'y prendre pour le faire devenir chaud et tremblant sous le désir. Sa peau contre la sienne, leurs corps collés sans qu'ils soient encore joints, ses lèvres hypnotiques... Elle glissa dans le cou de l'homme, utilisant sa bouche à merveille pour le faire frissonner. Elle descendit un peu sur son torse avant de remonter vers ses lèvres. Il sentait ses seins frôler sa peau, ce qui fut encore plus plaisant que le souffle doux de l'elfe. Son désir augmenta encore quand il entendit un « Je te veux » rempli de sensualité, d'envie, avec un accent étrange et une voix lointaine et belle. Braethan sentit quelque chose prendre contrôle de son corps. La magie. Il le sentait parfaitement, et il trembla davantage. L'elfe avait-elle usé de magie ? Ou était-ce simplement sa nature ?

Il se remit à embrasser la jeune femme, glissant ensuite sur sa mâchoire puis taquinant le lobe de son oreille. Il déposa quelques doux baisers enflammés dans le coin de son cou, puis descendit petit à petit. Il enfouit sa tête dans sa poitrine où il resta un peu plus longtemps, embrassant volontiers les seins de l'elfe tandis qu'un large sourire étirait ses lèvres. Il descendit encore un peu, frôlant de sa bouche son ventre plat pendant que ses mains se posaient délicatement sur ses hanches. Le maître d'armes aurait pu continuer plus bas, mais il n'était pas encore expérimenté et confiant pour ce genre de choses. Il remonta sur le corps de Lindórie, prenant soin à ce que leurs peaux se frôlent, se brulent. Ses doigts ne lâchèrent pas les hanches de la jeune elfe, et il lui murmura à l'oreille : « Je te veux. Maintenant. »

Une manière comme une autre de lui annoncer ce qu'il était sur le point de faire. Braethan, sans quitter la jeune elfe des yeux, glissa une de ses mains sur sa cuisse. Leurs bassins se rapprochèrent en douceur, leurs corps s'unirent. Malgré le désir qui lui brûlait les veines et lui criait d'être comblé, il prit son temps, il y alla doucement. En aucun cas il ne voulait être violent, même si il le souhaitait de toutes ses forces. Il contenta de quelques va-et-vient lents mais passionnés, tandis que ses lèvres reprirent leur chemin vers celles de Lindórie. Mais son souffle devient peu à peu coupé, haché, sous l'effet du plaisir que lui procurait le corps de l'elfe, et parfois, quelques timides gémissements s'échappaient de sa bouche. Après quelques minutes, il accéléra légèrement le rythme, sentant que Lindórie en demandait tout autant que lui. Ses mains glissèrent sur son corps, allant parfois se loger sur sa poitrine, tandis que ses lèvres cheminaient vers son cou. Il sentait sa peau brûler à son contact, et le désir ne fut que plus grand. Quelque chose chez l'elfe rendait ce moment unique et particulier pour le maître d'armes. La magie, peut-être ?

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Lun 8 Juil - 12:45



L'elfe sentit l'humain trembler sous l'effet de ses paroles. Avait-elle fait de la magie sans s'en être rendu compte ou étais-ce quelque-chose dont elle ne se souvenait plus à propos des créature de son peuple ? Après tout, elle n'avait pas été très bonne élève lorsqu'il s'était agit de suivre les cours sur les relations chez les elfes... seule le temps pourrait lui rappeler ce qu'elle a oublié. Lindórie avait presque honte que de tel mots soient ainsi sortis de sa bouche, ce n'était plus elle qui parlait, mais son corps et son corps ne désirait que Braethan. Ce dernier vint lui taquiner le lobe des oreilles, ce qui fit sortir de la gorge de l'elfe des petits gloussements, elle se tortilla sous le corps chaud du maître d'armes. Fermant les yeux, le dos de l'elfe s'arqua lorsqu'elle sentit les doux baisers de l'homme sur sa chair pâle, le sentant descendre de plus en plus bas en s'arrêtant un moment au niveau de ses seins puis continuant sa descente comme s'il taquinait le désir de la guerrière qui en frémissait de plaisir. Les mains chaudes et puissantes de Braethan se posèrent avec une douceur interdite sur les anches de l'elfe qui sentit leurs corps brûlant de désir se frôler, se chevaucher dans une sublime sensation.

Lorsque les murmures de l'homme pénétrèrent les fines oreilles de l'elfe, elle comprit où il voulait en venir et pris son visage entre ses mains pour l'embrasser passionnément. Leurs corps se rapprochèrent doucement puis s'unirent arrachant à Lindórie un gémissement de plaisir très vite suivit par d'autres plus doux, presque mélodieux. Cette fois-ci elle n'avait pas à faire semblant, et les sons étaient vraiment très différents de ceux qui était sortis de sa bouche lorsqu'elle faisait la diversion un peut plus tôt dans la tente. En même temps, elle ne pouvait pas réellement savoir avant, car c'était la première fois qu'elle se laissait 'dominer' par un homme. Si elle avait la capacité de réfléchir en cet instant, elle aurait été incapable de trouver un moment du passé où elle se serait sentie aussi bien, et aussi heureuse, même lorsqu'elle vivait avec les siens. Lindórie entre-ouvrit ses yeux d'un bleu étincelant où se mirent à refléter les étoiles des cieux semblables à des joyaux incandescents. Le rythme s'accéléra au plus grand plaisir de l'elfe. Ces yeux azur rencontrèrent ceux d'argent du visage qui la dominait de toute sa stature.

Le souffle plus haletant que jamais, oscillant au rythme des vas-et-viens des reins du maître d'armes, l'elfe fit glisser ses mains sur le torse de l'homme, caressant fougueusement sa peau épaisse et douce en s'attardant sur ses tétons, puis ses doigts glissèrent dans le dos de l'homme qu'elle attira un peut plus à elle afin de sentir encore mieux le contacte de sa peau et de tout ses muscles qui se contractaient sous l'effort. Les arbres silencieux et les étoiles pour témoins, il ne semblait y avoir que ces deux uniques êtres vivants sur cette terre, deux guerriers de sexe et d'origine différente, mais deux guerriers qui ne faisaient à cet instant qu'un. Le souffle court, un autre gémissement sortit de la gorge de la demoiselle qui en demandait encore, plus mélodieux et sensuel que jamais, emprunt de son accent elfique à en faire vibrer l'air.

"Braethan. "


_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Lun 8 Juil - 20:02



Braethan était incapable de réfléchir. Il ne songeait qu'à ce corps de femme qu'il dominait, qu'il touchait, qu'il possédait. Il avait le contrôle de ce désir désorientant et enflammé. Il oubliait ce qu'il s'était passé quelques instants auparavant, il oubliait qu'il n'avait jamais aimé Lindórie. Il sentait le plaisir monter tandis que son désir était peu à peu comblé. Mais il était loin d'avoir fini. L'elfe continuait de le stimuler en le collant contre elle, en l'embrassant, en faisant de douces caresses. Sans parler de ses gémissements de plaisir qui devenaient comme une drogue pour le maître d'armes. Lui-même commençait à ne plus pouvoir se retenir. Jamais encore il n'avait ressenti ça en faisant l'amour avec une femme. Il s'en souviendrait pour sûr de cette journée. Il finit par entendre son prénom, ce qui fut encore mieux. Prononcé dans un gémissement, de la même manière que les derniers mots de l'elfe, il se sentit une nouvelle fois encore mieux, encore plus fort, encore plus désireux. Cet accent, n'importe quel homme aurait fondu en l'entendant.

Trop occupé, Braethan ne se rendait pas compte qu'il n'aurait pas du comprendre ces mots. Ses coups de reins gardèrent la même allure mais devinrent plus puissants, plus contrôlés, plus ciblés. Il ne pouvait plus embrasser les lèvres si tentatrices de Lindórie car son souffle était à présent si coupé par le désir qu'il était presque en manque d'air. La tête lui tournait, mais il restait tout à fait conscient de ce qu'il ressentait dans ses entrailles. Bientôt, il sentit l'apogée du plaisir venir. Le maître d'armes ouvrit les yeux, les posèrent sur le visage de Lindórie puis sur le reste de son corps que ses mains caressèrent encore et encore, comme s'il ne pouvait plus s'en passer. Sous ses coups de reins puissants, l'elfe s'arquait et tremblait de plus belle. Quelques minutes plus tard, il sut qu'il lui avait donné le maximum de plaisir possible. Braethan sourit, embrassant la jeune femme à présent comblée.

Peu après, ce fut à son tour. Si c'était possible, il aurait cru exploser sous cette douce douleur qui lacerait ses reins, qui brûlait ses veines et qui mettait son cerveau en effusion. Il laissa échapper son plaisir dans un dernier gémissement, avant de rouvrir les yeux, tremblant et transpirant, le souffle coupé. Le maître d'armes, qui n'était qu'un homme heureux parmi tant d'autres à ce moment précis, sourit une nouvelle fois, riant même. Il cessa les va-et-vient, embrassa langoureusement et fougueusement Lindórie, et s'écarta pour se laisser retomber sur l'herbe, sur le dos. Il observa un instant le ciel étoilé, reprenant son souffle. Il put se remettre à réfléchir calmement et à se remémorer précisément tout ce qu'il venait de se passer.

Braethan savait qu'il allait regretter. Il regrettait déjà de l'avoir embrassé, d'avoir cédé aussi facilement. Il n'avait aucune excuse pour avoir agi comme tous ces hommes qu'il regardait malgré lui de haut, se pensant plus fort et plus sage qu'eux. Pourtant... Lindórie était attirante, sa haine encore elle avait du renforcer une certaine forme de passion. Son plan n'avait pas été très malin aussi, quelle idée de les mettre tous les deux dans une telle position ! Non...il ne voulait pas y penser maintenant. Il tourna doucement la tête vers l'elfe, observant sa réaction. Après quelques instants de silence, il se redressa, s'appuyant sur son coude, et embrassa plus doucement la jeune femme. « Tout ça pour un rubis... » Il sourit un peu plus. Oui, pour une pierre précieuse, ils s'étaient disputés, puis avaient été capturés, volés, violentés, avaient failli mourir, et avaient finalement défait chaque voleur avant de finir nus sur l'herbe. Faut dire que ça n'arrivait pas tous les jours, quand même.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mar 9 Juil - 7:59



Lindórie sentait que les coups de rein de Braethan étaient plus précis, plus puissants et plus savoureux que jamais, le souffle entrecoupé, Lindórie aurait eut beaucoup de mal à respirer si leurs lèvres étaient jointes en cet instant. Les gémissement de l'homme ajoutés aux siens lui procurèrent une sensation de piqûre d'adrénaline. Arquant le dos de plus belle, l'elfe perdit un instant toute notion d'espace et de temps, le désir étant à son plus haut point, ils n'était plus sur le sol dans la forêt mais comme en plein milieu de ce ciel étoilé. Elle revint à la réalité lorsqu'un dernier gémissement de satisfaction sortie de sa bouche presque en un crie aigüe. Elle se mit à trembler et ce n'était pas à cause de la fraicheur de l'air, puis elle ouvrit des yeux brumeux juste à temps pour voir le sourire du maître d'arme avant qu'il ne l'embrasse. Comprenant qu'il avait tenue plus longtemps qu'elle, Lindórie voulait elle aussi qu'il soit comblé alors elle se mit à faire quelques légers mouvement de anches. Peut de temps après, à son tour, le maître d'arme fut satisfait et comblé, il tremblait autant que la créature qu'il venait de chevaucher.

L'elfe apprécia et prolongea ce baiser langoureux et fougueux qu'il lui fit avant de rouler sur le côté, dans l'herbe. Elle avait du mal à reprendre son souffle, faire l'amour c'était aussi épuisant qu'un combat à l'épe ou à mains nues ! Il lui fallut quelques minutes avant que son souffle ne redeviennent normale, mais son cœur ne semblait pas vouloir plus se calmer, c'est comme si tout ce qui venait de se passer le poussait à exploser dans la poitrine de l'elfe. Elle aussi ouvrit les yeux pour regarder le ciel nocturne scintiller tandis qu'une étoile filante passa au dessus de leur tête laissant dans la noirceur de la nuit un sillon bleuté, comme si Aslan par l'intermédiaire des étoiles leur faisait un clin d’œil. Lindórie sursauta à cette pensée puis elle la chassa très vite en pensant à autre chose. S'ils en étaient arrivés là, c'était sans doute due au plan qu'elle avait inventé pour ne pas terminé brûlé, et jamais elle n'avait pu s'imaginer qu'elle aurait autant été attiré par le maître d'armes.

Comment étais-ce possible ? En générale ils passaient tout les deux leur temps à se disputer comme de véritables enfants, à savoir qui ferait mieux que l'autre dans tout les domaines, ils étaient presque rivaux, et là, ils se trouvaient totalement nue au beau milieu de la forêt et des cadavres de leurs ennemis. La vie nous réserve toujours des surprises ! Plutôt que de penser à ce qu'il adviendrait après, l'elfe se mit à glousser en se tournant sur le côté pour faire face au séduisant visage de Braethan. Il se redressa sur ses coudes, dominant une fois de plus l'elfe qui lui souriait puis il lui déposa un doux baiser sur les lèvres. Lindórie ferma un bref instant les paupières, appréciant une dernière fois la caresse de ses lèvres et le souffle chaud de Braethan. Serais-ce réellement leur dernier baiser ? Seul le grand lion en connait la réponse. Lindórie éclata littéralement de rire. Il avait raison, tout ça dans la même journée et pour une simple pierre ! Ils en avaient baver et avaient donc bien mérité de prendre un peut de bon temps. Il avait fait de l'elfe une véritable femme... avait-elle une dette envers lui pour ça ? Elle n'en savait rien et n'oserait surement jamais lui poser la question ! L'elfe souriait, elle fit passer ses longues boucles de cheveux par dessus son épaule, les mèches noir glissèrent pour venir camouffler sa poitrine.

"Oui, je n'ose imaginer ce qui se serait passé si ça aurait été quelque-chose de plus important ! "

Trop épuisée pour réfléchir ou parler d'avantage, l'elfe se blottis contre le flanc de l'humain, posant une main aux doigts fins sur son torse, l'observa d'un regard plein d'admiration et de mystère, puis ses paupières se fermèrent doucement. La jeune femme à la chevelure noir de jais tomba dans un sommeil apaisant.


_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mar 9 Juil - 10:46



Il avait du mal à imaginer qu'il venait de se retrouver dans une telle situation. Avoir été pris au piège par de vulgaires brigands était déjà déshonorant pour lui, mais comment expliquer ce qu'il venait de se passer ? Mais Braethan s'en moquait pour l'instant, il chercherait les regrets sur le chemin du retour, ou lorsqu'ils seraient revenus à Cair Paravel. L'avantage était qu'ils avaient récupéré le fameux et secret bien de la baronne, ainsi qu'une relique longtemps disparue, et avaient sans doute déjoué le complot qui visait la dame. Malgré tout ce qu'ils avaient pu traverser en une seule journée, ils étaient en vie et avaient accompli leur mission. Et puis il n'allait pas vraiment se plaindre de ce qu'il venait de se passer... Il sourit en réponse à l'elfe. En effet, s'ils avaient du protéger quelque chose de plus puissant, de plus recherché, qu'auraient-ils subi ?

Lorsque Lindórie se coucha en partie sur son torse, il glissa un bras derrière elle pour l'entourer d'une étreinte puissante et ferme. Il ne quitta pas ses yeux mystérieux. Ils n'avaient plus besoin de parler, ils se comprenaient d'un simple échange de regard. Peu à peu, l'elfe ferma les paupières et sembla s'endormir. Le maître d'armes desserra un peu son étreinte tout en gardant son bras autour d'elle, et glissa son autre bras sous sa tête pour se caler. Il resta ainsi un long moment, les yeux ouverts, observant le ciel étoilé d'un air très calme, tandis que son corps se reposait. Il lui sembla s'endormir à son tour quelques instants, ou peut-être quelques heures, il ne sut pas. Lorsqu'il se réveilla, il se sentait bien. Douteux, mais bien. Il regarda un instant Lindórie qui dormait toujours, un léger sourire aux lèvres. Il se demandait bien de quoi elle pouvait rêver.

Le soleil finit par se lever, éclairant petit à petit la clairière dans laquelle ils se trouvaient. Les arbres ne laissaient passer que quelques rayons qui donnaient un côté magique aux alentours, mais aussi un côté sinistre lorsque la lumière venait frapper les cadavres. Une douce odeur de nature qui s'éveille parvint aux narines de Braethan, ainsi qu'une désagréable puanteur de mort. Malgré cette ambiance peu enviable, il ne bougea pas. Il attendit patiemment que Lindórie se réveille. Lorsque ce fut le cas, il lui sourit doucement, puis décrivit quelques petits cercles avec les doigts posés sur son dos. « Bien dormi ? » La question paraissait vraiment étrange, et il fut lui-même surpris d'avoir sorti quelque chose comme ça dans une telle situation. Il attendit qu'elle lui réponde pour poursuivre : « Il va falloir y aller. Je doute que ces crétins soient seuls, d'autres vont sûrement revenir. »

Braethan resta pourtant quelques instants ainsi. Finalement, après un dernier soupir et un léger sourire, il se leva, obligeant l'elfe à bouger également. Il ramassa son pantalon qu'il remit, suivi de ses bottes. Il se dirigea ensuite vers la tente, poussa un cadavre qui bouchait l'entrée, et partit chercher sa chemise et sa veste. Il en profita pour fouiller rapidement la tente, mais ne trouva rien d’intéressant. Il ressortit ensuite, se penchant sur les morts pour chercher des armes ou des infos. Il ne put récupérer que deux ou trois lames suffisamment bonnes, sûrement volées, les autres étant inutilisables. Il rangea quelques bouts de parchemin dans sa veste qui pourraient être utiles. Il finit par retourner auprès de Lindórie qui était toujours nue. Le maître d'armes se souvint soudain de ce qu'il avait fait à sa robe, et rougit en même temps qu'il souriait. « Je doute que ce soit une tenue appropriée pour rentrer à Cair Paravel, même si je n'ai rien contre... »

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mar 9 Juil - 14:34



Lindórie se réveilla en plissant les yeux, il faisait déjà jour et Braethan était toujours là et ses caresses faisaient un bien fou à l'elfe qui lui répondit par un sourire avant de se redresser.

"Très bien même, j'ai récupéré toute mes forces. Et toi tu t'es reposé ?"

Il avait raison, ils ne pouvaient pas rester ici sinon ils risqueraient de tomber nez à nez avec les autres hommes en noir qui viendraient surement jeter un coup d’œil dans la zone. Le repos du guerrier touchait à sa fin, au plus grand déplaisir de l'elfe qui commençait à prendre goût aux bras protecteur de l'homme. Elle se releva un peut après lui, tout de même un peut gênée d'être toute nue en plein soleil. Un frisson de dégout traversa les narines de l'elfe lorsque l'odeur du sang lui parvint en même temps que les odeur du matins. Elle se pinça le nez en regardant le carnage de la nuit passé, elle n'avait aucune peine, ces hommes avaient mérités ce qui leur était arrivé. Braethan s'éloigna pour aller chercher ses affaires et d'autres choses, elle le regarda faire de loin en réfléchissant. Puis le maître d'armes revint, les bras chargés et le visage rougissant. Elle prit d'abord sa remarque pour un compliment et sourie un peut gênée. Cair Paravell !! Elle écarquilla les yeux soudainement paniquée et détourna les yeux. Comment allait-elle faire, elle ne pouvait pas retourner là-bas, ça aurait l'air de quoi. Elle passa une fois de plus à la couleur rouge pivoine avant de se frapper le front du plat de la main.

"J'ai mes autres vêtements cachés dans un arbre creux, un peut plus loin, c'est au bord d'une rivière ! Suis moi... on sait jamais sur qui on pourrait tomber en chemin, ça sera moins suspect si je ne suis pas toute seule. A moins qu'on tombe sur un Narnien... "

D'un geste rapide elle lui saisit le poignet bien qu'il portait des choses et l'attira, puis elle se mit à marcher très vite en s'enfonçant dans les bois. Au bout d'un long moment elle le lâcha pour plonger dans la rivière dont elle avait parlé. Rien de mieux qu'un bon bain d'eau fraiche pour se réveiller et enlever les herbes ! Elle nagea un bon moment en évitant les racines de certains arbres, Braethan pouvait la suivre de la rive rocheuse. Sans prévenir, elle sortit de l'eau, le corps ruisselant de gouttelette au soleil, puis elle s'approcha d'un vieux tronc d'arbre, passa sa main dans le trou au centre et en retira un ballot, le posa sur le sol, puis elle replongea la main et en ressortie sa magnifique épée. L'elfe jeta un coup d’œil au maître d'arme, puis elle lui tourna le dos tandis que sa crinière noir goutait sur le sol de la forêt. Elle s'habilla à la hâte, sortant des vêtements de toile et un pantalon de cuir vert foncé qu'elle enfila, puis elle mis par dessus son haut de toile noir un corset de la même couleur que le pantalon. Ensuite elle fixa son baudrier avec son épée puis elle se retourna enfin vers Braethan. Un pas lui suffit à la faire se retourner encore une fois, elle remis sa main dans le tronc et en sortie une paire de botte de voyage et les enfila en sautant dedans. S'éloignant du tronc d'arbre elle essora ses longs cheveux avant d'adresser un ravissant sourire à Braethan.

"Je ne peux pas faire mieux ! Allons-y maintenant."

_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mar 9 Juil - 21:05



Tout en faisant remarquer à l'elfe qu'elle ne portait aucun vêtement, Braethan ramassa son épée qu'il remit à sa ceinture, de même pour cette nouvelle arme légendaire qu'il ramenait. Il prit soin de détacher le rubis du pommeau de l'épée puisque celui-ci appartenait à la baronne. Il l'enveloppa dans un bout de tissu et le cacha sous sa veste. Lindórie, pendant ce temps, lui dit qu'elle cachait des vêtements quelque part non loin d'ici. Elle lui prit le poignet et l'entraîna il ne savait où, sans rien lui indiquer. Il eut du mal à suivre son rythme. Il avait beau être rapide, il était assez fatigué, courbaturé, blessé, et il portait plusieurs armes dans les bras. Sans compter qu'il ne pourrait jamais atteindre la rapidité, la légèreté et la grâce d'une elfe dans une forêt !

A la voir ainsi, se balader à toute vitesse entre les arbres, le regard furtif, aucune feuille ne collant à ses pieds, était quelque chose d'incroyable pour le maître d'armes. On disait la race des elfes éteinte, ou peut-être certains peuples se cachaient. Seuls quelques individus sortaient et acceptaient d'aider Narnia. Jamais encore il n'avait fait une mission avec un elfe. Il fallait dire que la seule elfe qu'il connaissait lui avait tapé sur les nerfs dès qu'il l'avait rencontré... Malgré tout, Braethan sourit et suivit Lindórie comme il pouvait. Soudain, l'elfe le lâcha et disparut dans une rivière. Il put la suivre des yeux tandis qu'elle nageait tranquillement mais rapidement dans l'eau. Plus d'une fois, il manqua de glisser sur le bord, distrait par le corps de la jeune guerrière qui se mouvait avec une grâce et une beauté incomparables. Elle finit par sortir de l'eau, et sortit de nulle part - dans un vieux tronc d'arbre - des vêtements et même une épée.

Décidant qu'il valait mieux à présent oublier toute pensée sur leur nuit, Braethan détourna les yeux pendant qu'elle se rhabillait. Il tenta de se concentrer sur leur mission, sachant qu'il devrait en faire un bilan et qu'il devrait parler à la baronne d'un ton sérieux. Il valait mieux que personne ne soit au courant de ce qu'il s'était passé entre l'elfe et lui. Le maître d'armes jeta un coup d'oeil, et vit que Lindórie avait fini de s'habiller, ou presque. Tandis qu'elle remettait des bottes et essorait sa longue chevelure noire, elle lui sourit et lui dit, déterminée, qu'elle était prête à y aller. « Est-ce que je peux demander pourquoi tu gardes des vêtements ici, et comment tu as su que nous n'étions pas loin ? A moins que ce soit un truc d'elfe. » Il lui retourna son sourire et se mit à marcher à ses côtés.

Après une quinzaine de minutes de marche rapide, ils rejoignirent le chemin principal qui coupait la forêt - la grande voie entre Narnia et Archenland - et reconnurent tous deux où ils se trouvaient. Ils n'étaient pas très loin du château, mais ils avaient été sacrément éloignés de la maison de la baronne. Braethan espérait qu'il n'y avait pas d'autres cachettes de voleurs dans le même genre. Il y avait déjà trop de tensions avec Telmar, avec le Nord, pas besoin que des aventuriers s'y mettent aussi. Il pensa un instant à l'histoire de cet homme qui volait aux riches pour donner aux pauvres et qui rétablissait la justice là où il passait. Un conte qu'il avait entendu quand il était enfant. Bien sûr, jamais ce genre de choses n'arrivent. Braethan était très réaliste et ne croyait aux choses que s'il les voyait. Or, il venait de trouver une épée de plusieurs siècles qu'il n'avait jamais cru vraie. Il y avait aussi cette créature qui les avait sauvés, venue de nulle part. D'ailleurs... « Est-ce que tu sais par quoi on a été sauvés ? Je n'ai jamais rien vu de tel. »

Il l'avait rapidement aperçu, même si la créature avait croisé son regard pendant une longue seconde. Quelque chose d'intense avait fait frissonner le maître d'armes, mais il ne comprenait pas. Serait-ce une créature de la nature qui aurait décidé d'agir pour sauver les quelques rares loyaux Narniens ? Ou avait-elle été envoyée par Aslan lui-même ? « Il vaut mieux rentrer au château d'abord, raconter ce qu'il nous est arrivés. Après, tu n'auras qu'à aller à Beruna pour remettre ce rubis à la baronne. » Et pendant qu'il parlait, Braethan ressortit le petit paquet qu'il déballa, et qu'il montra à la jeune femme. Il en avait vu des rubis, des tonnes de pierres précieuses, mais il sentait qu'il y avait autre chose derrière ce petit caillou brillant. Il l'avait constaté de ses propres yeux, lorsqu'il avait utilisé l'épée. Et tandis qu'il le tenait, il sentait une force étrange, invisible traverser ses doigts. Après quelques instants, il le rangea à nouveau. C'était aussi une occasion pour mettre Lindórie en valeur auprès de la dame noble, car il savait qu'elle avait été vraiment contrariée de ne pas pouvoir mettre la main dessus.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mer 10 Juil - 13:45



Lindórie rie doucement, c'était normale qu'il lui pose ce genre de questions car après tout, ils ne se connaissaient pas tant que ça et d’ordinaire ils ne parlaient pas de leur vie. Pourtant, le maître d'armes avait surement due remarquer que l'elfe n'habitait pas à Cair Paravell car elle n'y mettait en réalité quasiment jamais les pieds.

"Je les avaient dissimulé ici avant de me lancer dans cette mission, je devais mettre la robe avant d'arriver dans la maison. Je ne sais pas si c'est un truc d'elfe comme tu dis, mais sache que j'anticipe. Et non je n'avais pas prévue que ma robe se retrouve en charpie..."

Sentant qu'elle s'empourprait à ce souvenir, elle se détourna et poursuivit sa route. La marche était longue, mais pas pénible, en tout cas pour l'elfe qui avait repris sa démarche légère et gracile biens qu'elle avançait plutôt rapidement. Ils arrivèrent enfin sur la grande voie entre Narnia et Archenland. Après réflexion l'elfe comprit qu'ils ne devaient pas être très loin du château, elle reconnaissait certains arbres dont un grand chêne qu'elle avait déjà pris plusieurs fois par le passé comme point de repère sur ce chemin. Elle n'aimait pas beaucoup emprunter les grandes voies, c'est pour cette raison qu'elle coupait à travers bois, mais là, elle ne pouvait pas le faire. Ils marchèrent donc suivant ce chemin à ciel ouvert. Lindórie profita de cette marche pour réfléchir. Cette nuit il s'était passé vraiment beaucoup de choses et elle craignait ne pas pouvoir se souvenir de tout s'il était question qu'elle fasse une sorte de rapport. La tête du chef des homme en noir ne lui revenait déjà plus du tout, heureusement qu'il était mort sinon elle n'aurait jamais pu le reconnaître si elle le croisait un jour sur une route, pourtant, l'elfe avait toujours sue bien reconnaître et mémoriser les visages des personnes qu'elle rencontrait. Les yeux gris de Braethan traversèrent son esprit. Puis d'autres images lui revinrent, mais elles concernaient toutes le maître d'arme, sa vaillance, sa douceur, son corps... Lindórie trébucha sur un petite cailloux et se rétablie en vitesse, l'air de rien. Poursuivant sa réflexion, elle se disait qu'il fallait enfermer tout ce qui s'était passé cette nuit dans un coin de son esprit pour pouvoir y repenser plus tard, à tête reposée. Elle fut tirée de ses pensées lorsque le maître d'arme lui posa une question. Écarquillant les yeux comme prise sur le fait, elle ouvrit la bouche mais rien n'en sortit. Braethan poursuivit donc en lui disant qu'il fallait aller au château, puis qu'elle partirait rendre le rubis à la baronne. L'elfe s'arrêta de marcher pour lui répondre la voix emprunte de surprise.

"Tu ... tu dis que tu l'as vue ! J'en reviens pas... Je ne pensais pas qu'il apparaîtrait car comme j'étais épuisée, je ne pouvait pas me servir de ses pouvoirs. Alors j'ai adressé une prière à Aslan pour qu'il t'aide et... "

Elle ne termina pas sa phrase, la laissant en suspens dans le vide. Elle savait qui était venu les sauver la nuit dernière, et elle se sentait presque honteuse de ne pas être capable de pouvoir "l'invoquer" quand bon lui semble. Cette créature était sensé lui apprendre la maîtrise de l'eau, mais comme il semblait à l'elfe que cette créature n'en faisait qu'a sa tête, il lui était alors devenu très difficile d'avoir ne serais-ce l'ambition d'apprendre quo que ce soit ensemble. Pouvait-elle en parler au maître d'armes ? Un homme, un humain qui ne devait sans doute pas se préoccuper de la magie, sans doute la prenait-il pour quelque-chose dont on ne parle que dans les contes et légendes. Il disait l'avoir vue, c'était donc que la créature était apparue aux yeux de tous en chair et en os... y avait-il une raison à ça ? Lindórie reprit son calme, ses yeux bleus rivés dans ceux de l'homme.

"Cela m'étonne qu'il ne t'ai pas effrayé, d'habitude, il ne se rend pas visible aux yeux des hommes. C'était Ánanda. L'esprit des eaux... le don qui m'a été fait par Aslan. Comme je ne pouvais plus user de magie, j'ai crue comprendre qu'il s'était manifesté pour agir de son propre chef. Il n'a même pas eût à les menacer pour leur faire la peur de leur vie ! Le problème c'est que je ne le maîtrise pas du tout, après tout c'est un être vivant, du coup j'ai l'impression qu'il ne m'apprend pas grand chose... "

Sa voix baissa doucement tandis que ses yeux dérivèrent sur la droite du maître d'armes. Là à deux mètres de Braethan, il venait d’apparaître en plein jour, les écailles bleu marines et blanches de son corps de serpent géant luisaient au soleil, le bout de sa queue oscillait de gauche à droite; son buste d'homme fièrement dressé était recouvert par endroit d'écaille translucides; ses longs cheveux bleu turquoise formaient des dread fines et souples qui  ondulaient autour de sa tête comme s'il se trouvait sous l'eau; un éclat lumineux émanait de ses yeux où la couleur de bleu semblait changer au rythme d'un rouleau marin. La créature étain un peut plus grande que l'humain. L'esprit des eaux restait silencieux, dévisageant sa "maîtresse". Lindórie arqua un sourcil, manifestement elle ne s'attendait pas à le voir de nouveau. La créature tourna lentement sa tête vers le maître d'arme puis il s'inclina bien bas, une main sur le cœur, l'autre glissant dans les aires. Il se mit alors à parler d'une voix guttural qui emplissait l'air, mais ses lèvres ne bougeaient pas normalement, elles s'entre ouvraient comme la bouche d'un poisson.

"Vous vous êtes vaillamment battus humain. Dommage qu'a mon tour, je n'ai pu vous montrer mes talents. Merci, néanmoins, d'avoir défendue cet elfe."

_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The world is indeed full of peril [HOT- terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA : A NEW AGE ™ ::  :: La Forêt :: Forêt côté Archenland-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com