Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 The world is indeed full of peril [HOT- terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mer 10 Juil - 19:17



Il était vrai que Lindórie ne mettait jamais de robes ; du moins, c'était la première fois que le maître d'armes la voyait ainsi. Maintenant qu'elle avait remis ses vêtements habituels, il pouvait la voir comme il l'avait toujours vu : une guerrière agile et têtue. Il ne répondit pas, se contentant de sourire. Le reste du trajet fut assez calme. Tous deux réfléchissaient sans se regarder. Ils pensaient à cette nuit, à ce qu'ils avaient partagé, mais aussi à leur mission, à la baronne et au roi Edmund et à la reine Lucy. Mais après quelques minutes, Braethan posa une question qui trottait dans sa tête depuis quelques heures. Et il n'en fut pas moins étonné de la réaction de Lindórie. Elle mit quelques instants à répondre, visiblement surprise. Il fronça les sourcils, ne comprenant pas ce qui paraissait si surprenant dans ses paroles.

L'elfe finit par prendre la parole, disant des choses que le maître d'armes ne comprenait pas. Bien sûr qu'il avait vu cette créature, il avait même pu sentir la vague d'humidité et d'eau qui avait déferlé sur leurs ennemis. Il avait croisé ce regard bleuté puissant et incompréhensible pour un simple humain comme lui. Elle parla de ses pouvoirs, d'Aslan. Les éléments furent rapidement reliés. Lindórie était une Élue comme la reine Susan ; elle avait utilisé ses pouvoirs pour le guérir, lorsqu'ils avaient été mis dans la même cage. Le même sentiment de magie avait envahi le corps et l'âme du guerrier à ce moment-là. Arrêtés, l'elfe reprit la parole, s'expliquant plus calmement. Il ne dit toujours rien, il essayait de comprendre. Lindórie paraissait vraiment vexée de ne pas pouvoir invoquer leur "sauveur", qui était son don. Braethan eut un peu de mal à se dire qu'une telle créature était liée à l'elfe.

Il n'eut pas à répondre, la créature elle-même apparut derrière lui. Il sentit à nouveau cette vague humide de magie près de lui, et vit le regard de Lindórie se poser derrière lui. Il se tourna lentement, apercevant un corps de serpent géant d'une couleur étrange mais magnifique. Un regard fut échangé entre l'Élue et son Don, un regard silencieux qui semblait dire pourtant bien des choses. Braethan se sentait alors bien inférieur aux deux créatures qui l'entouraient. Lui, pauvre humain qui ne pouvait compter que sur son esprit pour rester en vie. Il se sentit encore plus faible et petit lorsque la créature se mit à lui parler, le fixant de son regard lointain. Il ne comprit pas pourquoi il s'inclinait, et aurait presque voulu l'arrêter s'il avait osait. Après quelques instants de silence, Braethan se rappela qu'il valait mieux lui répondre : « Je n'ai fait que mon devoir. » Piètres paroles, après que la créature le lui ait parlé.

Il regarda un instant Lindórie, hésitant. Il ne comprenait pas pourquoi l'elfe et son Don n'étaient pas proches. Très souvent, le maître d'armes avait pu voir la reine Susan accompagnée de son Don, une petite fée, et il avait même pu converser avec elle comme avec n'importe quel autre être vivant. Lindórie avait évoqué le fait qu'elle n'arrivait pas à l'invoquer. Pourtant, elle possédait des pouvoirs en commun avec cette créature. « Narnia aurait bien besoin de vous plus souvent. » Il n'en resta qu'à ces quelques mots quant à ses questions. La créature avait du lire dans ses yeux sa confusion. Il espérait que Ánanda apparaitrait plus souvent, qu'il aiderait son Élue dans ses missions. Mais s'il était l'esprit des eaux, il devait aussi être occupé à équilibrer cette nature fragile qui les entourait. Braethan n'osa pas rajouter autre chose, bien qu'il aurait voulu dire que ce n'était pas à lui de protéger la jeune elfe ainsi que le peuple de Narnia. Cette créature venait d'Aslan lui-même, après tout.

Mais il ne pouvait s'empêcher de repenser qu'ils avaient bien failli y passer. Et cette créature magique sûrement très puissante n'était apparue qu'au dernier moment. Certes, beaucoup de personnes vivent de sales situations chaque jour, mais ne devait-il pas aider son Élue et protéger le peuple narnien comme Aslan aurait voulu ? Braethan serra les poings un instant, essayant de canaliser ses émotions et surtout la colère qui l'envahissait peu à peu. « Êtes-vous donc si occupé que vous ne vouliez pas aider votre Élue ? Elle est l'une des rares à pouvoir sauver Narnia, et vous ne venez qu'au dernier moment ? Vous laissez les humains s'occuper d'affaires humaines, alors que notre plus grande menace est le Don du roi Edwin ? Eux semblent s'entendre très bien et savoir collaborer pour répandre le mal partout. » Il savait qu'il n'aurait pas su s'emporter. Il manquait clairement de respect envers cette créature narnienne, mais il voulait agir. Les choses étaient devenues bien trop sérieuses et dangereuses, même pour protéger une simple baronne et son héritage.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Ven 12 Juil - 9:04



Lindórie se sentait défaillir sous les propos du maître d'armes, après tout elle comprenait sa colère soudaine et sa déception envers le don de l'elfe, il avait raison et personne ne pourrait sans doute rien y faire. La reine Susan avait une fée qui l'accompagnait partout et elles étaient toutes les deux en harmonie, pareil pour le roi Edwin, lorsque l'elfe avait posé ses yeux sur l'immense reptile elle avait compris oh combien ils étaient proches l'un de l'autre, comment étais-ce possible ? Eux ils étaient humain et Aslan leur avait offert un don, créature et humains faisaient bon ménage, mais elle, une elfe, et l'esprit des eaux, une créature, deux créatures qui ne s'entendaient pas à merveille... pourquoi ? La tâche d'aider ce monde aurait était trop simple si tout le monde s'entendait avec tout le monde ?

Lindórie était une guerrière, dans son sang coulait la magie endormie de ses ancêtres... existait-il un être plus apte à posséder un don et maîtriser cette magie ? Ou bien peut-être qu'elle n'en était pas digne, et qu'Ánanda se sentait offensé d'avoir été affublé d'un créature tel que Lindórie. Elle n'avait réussit qu'a apprendre à soigner les blessures, et son 'maître' ne lui enseignait pas toujours les choses clairement, c'était un peut comme essayer de recueillir de l'eau avec une passoire. La jeune femme baissa la tête et regarda le sol, plus honteuse que jamais, elle ne savait quoi répondre; c'était la première fois que le maître d'arme prenait sa défense verbalement parlant. C'est alors que l'esprit des eaux glissa un peut sur le sol en répondant d'un ton indifférent.

"Entre la vie et la mort, il n'y a qu'un pas, entre la tristesse et le bonheur, il y a une route infinie. Le mal rôde et il est très puissant, vous avez raison, humain, j'aurais due protéger mon Élue mais je n'en avait pas le pouvoir en cet instant car je suis une entité vagabonde, un esprit en constant déplacement et aux sens en éveil. Le monde n'a jamais été un océan de paix. "

En effet, lorsqu'il n'était pas avec l'elfe physiquement, il l'accompagnait spirituellement afin de garder un œil sur elle lorsqu'il devait s'occuper de ses responsabilité affectées à la nature. Et lorsqu'il revenait auprès de l'elfe, il avait besoin de sa propre énergie pour se servir de ses pouvoirs aquatiques; mais comme la dernière fois elle n'avait presque plus de pouvoirs, il n'avait pas pu déverser les torrents de sa haine sur l'ennemi. Ils ne pouvaient donc fonctionner qu'en duos, si l'un était faible, l'autre ne pouvait pas l'aider totalement, si l'un était tout puissant, l'autre pouvait se concentrer sur la magie et la faire apparaître. Ces derniers temps, ils ne se parlaient pas beaucoup, c'est ce qui donnait l'impression à l'elfe qu'elle n'avançait pas. Et il y avait autre-chose, quelque-chose qui la dérangeait au plus haut point.

La reine Susan avait une fée, personne n'avait peur des fées; le roi Edwin avait un dragon, une magnifique, mais terrifiante créature de légende... et elle... elle avait une créature mi homme, mi serpent géant... Qui ne la prendrait pas pour ennemie si elle se baladait avec un tel monstre a ses côtés ? Au fond, c'était peut-être de sa faute à elle, si l'esprit des eaux ne se montrait pas aux yeux de tous. Pourtant il s'était montré à Braethan et ce dernier n'avait pas eut peur, au contraire, il s'était même rebellé contre lui en lui exposant ce qu'il avait sur le cœur, à la plus grande surprise de Lindórie. Braethan était vraiment un homme courageux comme on en rencontrait peut, pensait l'elfe. Lindórie lança un regard noir à l'esprit des eaux qui s'affaissa quelque peut, lui aussi honteux, avant de replonger ses yeux couleur océan dans ceux de l'homme.

"Ánanda s'engage dans l'avenir, à faire de son mieux pour collaborer avec son Élue, en votre nom. La goutte d'eau séparée de l'océan peut trouver un repos momentané, mais celle qui est dans l'océan ne connaît pas de repos. "

Lindórie avait parfois du mal à suivre tout ce qu'il disait car il parlait parfois de manière étrange avec des énigmes et en employant la 3e personne comme s'il parlait de quelqu'un d'autre. Ce dont elle était sure, c'était que Braethan avait réussit à le faire abdiquer dans le sens où il venait de s'engager pour améliorer cette relation. Peut-être que c'était un pas vers le progrès et que l'elfe et son don pourraient mieux se comprendre et apprendre d'avantage de la magie de l'eau. La jeune femme releva enfin les yeux pour les poser sur le maître d'arme, elle s'approcha tout doucement et posa une main rassurante sur le bras de l'homme, puis lorsqu'elle la retira, elle lui dit en murmurant pour ne pas qu'Ánanda l'entende.

"Tu me vois me balader dans les ruelles des villages autour de Cair Paravell avec... ça ?"

Il n'était pas compliqué d'imaginer voir son corps de serpent se tortiller sur les pavés des ruelles, les écailles émettant des cliquetis de cotte de maille, le buste bien droit, les cheveux flottant derrière lui. Seule la famille royale n'auraient pas peur car chacun d'entre eux l'avait déjà vue, mais en serait-il de même pour le peuple ? L'elfe n'avait surement pas taure de se méfier.


_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mar 16 Juil - 22:11



Ses paroles avaient eu l'effet escompté. L'Élue et le Don se rendirent compte qu'il avait raison. Il voyait une lueur de honte, de stupeur dans leurs yeux. Le maître d'armes ne supportait plus de parler vaguement de la menace du Nord et de l'Ouest sans agir. La Reine Susan était prisonnière, bon sang ! Narnia était affaibli et le mal tentait de ronger le royaume de toute part. Braethan continua de fixer la créature un long moment avec un regard puissant et froid, inflexible. Au début, il avait été intimidé par cette créature mi-homme mi-serpent, mais à présent, il s'en moquait éperdument. Si elle était vraiment envoyé par Aslan, elle n'oserait pas priver Narnia d'un de ses meilleurs atouts. Alors il se tenait debout, fier et droit, et ne frémit pas en attendant la réponse de la créature. Il entendait le souffle coupé de Lindórie, lui indiquant qu'elle hésitait, se sentait mal elle aussi, et qu'elle n'interviendrait pas.

Le Don finit par répondre en s'approchant un peu. Il ne semblait pas vraiment avoir pris de décision, se contenta simplement de s'expliquer. Certes, la paix n'existait pas, Braethan en était bien conscient et n'était pas dupe. Les ères de joie dans un royaume duraient rarement longtemps. Mais il ne comprit pas ce que la créature évoquait à propos de ses pouvoirs. Certes, il était un esprit de l'eau, qui devait agir sur l'océan et ses habitants, les rivières et fleuves, la pluie, l'eau qui traversait la terre. Mais il avait été affecté à une elfe, ce n'était sans doute pas pour rien. D'ailleurs, Ánanda finit par reconnaître qu'il y avait comme une faille entre lui et son Élue, et sembla s'engager à régler ce souci. Comme Lindórie, le maître d'armes resta un peu perplexe quant à ses derniers mots. L'elfe s'approcha de lui, posa une main sur son épaule. Elle semblait à la fois nerveuse et soulagée de la décision de son Don. Avait-elle cru qu'il se déchainerait sur son amant d'une nuit pour l'avoir défié ainsi ?

Braethan lui glissa un léger sourire et l'écouta, sans quitter la créature des yeux. Certes...Il fallait dire qu'une telle créature, bien que bienveillante et protectrice, ne mettait pas tout de suite en confiance. Par son apparence, on croirait voir les monstres des contes et des légendes. Beaucoup de marins craignaient un jour de croiser la route d'un serpent de mer géant. Mais le fait que cette créature soit aussi couplée avec un torse d'humain était encore plus terrifiant. Un homme ou un cheval seul n'est jamais vraiment impressionnant ; mais dès que l'on se retrouve face à un centaure, l'affaire était plus compliquée. C'était à peu près la même chose, en pire. Sans utiliser le murmure comme la jeune elfe, Braethan reprit la parole en s'adressant à l'esprit à l'apparence monstrueuse : « Cette forme est-elle la seule que vous pouvez prendre ? Sur un champ de bataille, vous seriez parfait aux côtés de Lindórie. Mais comme je le disais, Narnia a besoin de vous, et vous êtes aussi, voire plus important que Lindórie. Toutefois, je doute que vous puissiez gagner leur confiance ainsi... »

Le maître d'armes se doutait bien que la créature pouvait apparaître sous plusieurs formes. N'était-il pas un esprit des eaux ? Il ne lui demandait pas d'apparaître comme un humain - bien que la plupart des esprits de la terre et des eaux que l'on trouvait dans les forêts prenaient cette apparence afin de pouvoir interagir plus facilement avec chaque habitant de Narnia - mais peut-être autrement. Il ne comprenait pas pourquoi Lindórie n'y pensait pas. A moins qu'il se trompe, que justement le Don ne puisse se transformer. A vrai dire, il n'imaginait même pas une telle créature sous une autre forme, sans cette puissance profonde et ce respect qu'il émanait ainsi. Il s'en voulait presque de poser la question de cette manière, sachant que Lindórie lui en voudrait peut-être. « Je sais que le monde des humains ne doit pas vous intéresser. Mais ce sont les hommes qui bouleversent l'équilibre de la nature et empêchent les esprits de faire leur devoir. La plupart n'interviendront pas, mais...vous pouvez le faire. Comme vous l'avez aujourd'hui. Plus qu'une collaboration avec votre Élue, je vous demande d'intervenir dans les affaires humaines, maintenant plus que jamais. »

Braethan avait osé faire cette dernière demande. Il n'en demanderait pas plus, mais il espérait de toutes ses forces que la créature accepterait. Il avait déjà discuté avec certaines créatures dont certaines qui n'étaient pas du tout des créatures guerrières. Mais Lindórie était une guerrière et son Don était tout à fait capable de l'être aussi. Ils n'avaient pas été liés par hasard. Le maître d'armes était convaincu qu'il pourrait y avoir une magnifique alliance entre ces deux créatures magiques, et que cette alliance permettrait de renforcer Narnia. A ce stade, il était prêt à tout pour sauver son pays et aider le roi Edmund et la reine Lucy à retrouver leur sœur et à restaurer un semblant de paix durable. « C'est ma dernière requête, et j'espère ne pas vous offenser en vous la posant. » rajouta-t-il par politesse et par respect, pour montrer à Ánanda qu'il ne le dérangerait pas plus et qu'il ne faisait tout ça que dans l'intérêt du peuple narnien.  

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mar 23 Juil - 16:09



Lindórie eut un léger pincement au coeur lorsque son compagnon dit à la l'esprit des eaux qu'il avait sans doute plus d'importance qu'elle, mais il avait raison, elle n'était qu'un pion entre les griffes du grand lion, un pion qui devrait faire ses preuves et qui devrait apprendre le plus de choses afin d'aider Narnia. Nous y revoilà, la lute pour protéger Narnia c'était son seule objectif, la nuit de détente était bien loin désormais, il fallait agir. Elle écoutait Braethan sans savoir quoi faire ni quoi dire, elle n'arrivait même pas à s'interposer entre l'esprit et lui, elle ne faisait qu'écouter et réfléchir très vite. L'elfe aperçut les lèvres de son don s’élargir en une sorte de sourire, il se pencha un peut en avant et répondit doucement au maître d'arme.


"C'est la seule forme de chair et d'os que je peut prendre pour le moment, lorsque le temps viendra, lorsqu'elle sera prête, je reprendrais forme originel. Et ce jour, je gagnerais la confiance de tous."


L'esprit se redressa en levant le menton puis écouta la suite de ce qu'avait à dire l'humain. Lindórie pouvait sentir la tension dans l'air, son souffle se faisait plus syncopé, moins fluide, elle en était presque mal à l'aise. Elle manqua de s'étrangler en écoutant le maître d'arme dire à l'esprit des eaux qu'il ne s'intéressait pas au monde des humains. Alors elle se glissa tout près de Braethan et lui tira doucement le poignet. Non elle n'était pas en colère, elle était angoissée et ça se lisait dans ce regard qu'elle lança à l'homme, il ne pouvait pas dire ça. Comme aucuns mot ne sortirent de la bouche de l'elfe, il poursuivit sous le regard attentif de la jeune femme. Les hommes ne faisaient pas que bouleverser la nature, Lindórie était bien placée pour le savoir, ils essayaient de modeler la nature, de la modifier, et aussi de la détruire quand ça les arrangeait. Alors cela signifiait-il que Braethan s'intéressait à toutes ces choses ? Il connaissait les problèmes des hommes mais aussi ceux des êtres de la forêt ? Il aurait fait un bon roi, pensait Lindórie, dommage qu'Aslan ne lui ait pas donné ce privilège. Faisait-il preuve de courage ou cherchait-il juste à offenser Ánanda pour qu'il réagisse ? L'elfe ne lâchait toujours pas le poignet de l'homme bien qu'elle soit un peut moins crispée. L'esprit des eaux gardait un visage impassible, les yeux braqués sur le maître d'armes.

"Si je ne m'intéressais pas au monde des humains les eaux aurait depuis longtemps engloutis cette terre mais il y a plus de larmes versées sur la terre qu'il n'y a d'eau dans l'océan... Nous réalisons que ce que nous accomplissons n'est qu'une goutte, dans l'océan. Mais si cette goutte n’existait pas dans l'océan, elle manquerait. Ánanda accepte votre requête."

La créature ferma les yeux, posa une main sur son coeur puis s'inclina, faisant scintiller les minuscules écailles qui ornaient sa peau. Lindórie prit une grande bouffée d'air puis soupira, elle repris des couleurs et hésita un long moment avant de lâcher le poignet du maître d'arme. Sentir quelque-chose sous ses doigts la rassurait toujours dans les moments critiques, elle ne s'était même pas rendue vraiment compte qu'elle tenait encore le poignet du maître d'arme. Elle le lâcha subitement pour se rapprocher de son don, croisant les bras sous sa poitrine.

"Ánanda... ce n'est pas tout d'accepter."

Il semblait que sa voix elle aussi était revenue et sur un ton qui laissait croire qu'elle ne faisait pas confiance du tout à la créature mi-homme mi-serpent. L'esprit des eaux posa enfin ses yeux sur l'elfe tandis qu'un étrange gloussement rauque semblait s'échapper de son poitrail. Il se pencha en avant vers son Élue pour lui sourire effrontément tandis qu'elle levait les yeux au ciel puis il se détourna et avança un peut vers le maître d'arme en lui adressant la même révérence qu'un peut plus tôt.

"Et je m'engage à accomplir votre requête dans les plus bref délais pour le peuple Narnien, Braethan Melendir."


_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mer 24 Juil - 13:16



Braethan sentait bien qu'il n'aurait pas dû s'exprimer ainsi. Il n'avait surtout aucun droit pour s'adresser de cette manière à une créature de Narnia, à un esprit. Mais il lui semblait que le Don de l'elfe souriait. Le maître d'armes n'osa pas en faire autant et se contenta de l'écouter. Il regarda Lindórie, ne comprenant pas vraiment cette histoire de formes ; il espérait seulement que le Don pourrait gagner la confiance de tous rapidement. Mais Braethan continua de parler, et il sut que ses mots étaient pires que tout ce qu'il avait pu dire jusqu'à présent. Lindórie sembla lui prier de se taire : elle lui agrippa le poignet tout en lui lançait un regard...angoissé ? S'il devait mourir ou mettre en colère une créature pour avoir dit la vérité, ainsi soit-il. Ses yeux froids et durs ne changèrent pas, et il continua de fixer ainsi la créature mi-homme mi-serpent.

Mais elle répondit toujours avec des paroles énigmatiques sur l'eau et l'océan. Braethan enregistra ces mots, se promettant de les déchiffrer plus tard. En temps normal, il aurait essayé de comprendre ce que disait le Don, mais il s'en moquait pour le moment. Il attendit simplement que Ánanda accepte, ce qu'il fit bientôt. Ce fut alors l'elfe qui intervint, restée silencieuse depuis le début. Il sentit ses doigts quitter son poignet, tandis qu'elle s'adressait à son Don. Il sourit légèrement devant ce petit face à face entre l'Élue et le Don. Lindórie reprenait confiance en elle visiblement. Bien sûr, il n'y eut pas grand chose, seulement une tension palpable entre les deux. Mais l'elfe avait bien agi, et la créature fut obligée de s'engager à faire ce que le maître d'armes lui avait demandé. Il s'agissait d'une promesse que le Don n'oublierait pas. Enfin, Braethan s'inclina avec grâce devant la créature.

Il était troublé qu'il sache son nom sans même qu'il ait été prononcé dans la conversation, mais il n'en parla pas. « Au nom du peuple de Narnia, je vous remercie, tout en espérant que la situation s'arrange pour que vous n'ayez pas à intervenir. Je suis conscient de ce que je vous demande, et je vous le revaudrai un jour. Je m'y engage personnellement. » Braethan ne savait pas vraiment ce qu'il lui avait pris. Mais il savait qu'il avait une dette envers la créature à présent. Il inclina à nouveau la tête respectueusement, et recula d'un pas. Maintenant, il n'avait plus rien à demander. Il regarda un instant Lindórie, puis son Don. La créature s'avança vers l'elfe, et Braethan s'écarta un peu afin de les laisser seuls. Il ne sut pas s'ils s'étaient parlés, ou s'ils s'étaient simplement regardés. Mais lorsque le maître d'armes tourna à nouveau la tête vers eux, la créature avait disparu. Il était à nouveau seul avec Lindórie.

Il s'approcha lentement d'elle, ne sachant pas vraiment s'il devait parler. Il avait vu à quel point la relation entre elle et son Don était difficile, et comment elle se sentait mal. « Nous ferions mieux d'y aller. » dit-il doucement. Lorsque Lindórie reprit ses esprits et se remit à marcher, il la suivit, se mettant à ses côtés. Après quelques secondes d'hésitation, il se rapprocha et entoura doucement ses épaules de son bras. Il sentait qu'elle n'avait pas besoin de réconfort, mais il avait l'impression qu'il devait faire ça. Autant dire que se montrer aussi proche avec une fille qu'il n'avait jamais apprécié, c'était assez dur. Quoique, après la nuit qu'ils avaient passé... Arrête de penser à ça. C'était encore plus difficile. Il savait qu'il aurait du en parler avec elle, mais quelque chose le retenait. La gêne peut-être ? Il rougit un instant, espérant que Lindórie ne le regarde pas, et finit par la lâcher pour se mettre à une distance convenable d'elle.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Lindórie
Elfe Narnienne || Élue
∞ messages : 220
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Frost Osbern, Ronal le Fourbe
∞ humeur : triste
∞ commentaires :

The greatest harm can result from the best intentions.
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mer 24 Juil - 15:27


L'esprit des eaux connaissait vraiment beaucoup de choses, mais qu'il sache le nom complet du maître d'armes avait néanmoins surprit l'elfe. Cela signifiait que même par le passé, lorsqu'elle s'entrainait avec Braethan, l'esprit des eaux était là sans qu'elle ne le sache ? Avait-il était là d'autres fois sans qu'elle ne le sache ? Lindórie repensa à cette nuit et frissonna à cette pensée tout en baissant les yeux sur ses pieds. Puis elle secoua discrètement la tête pour éloigner cette pensée qui la mettait mal à l'aise, se rassurant en se disant que c'était totalement impossible et qu'il avait des choses plus importantes à faire que de regarder... enfin bref, ne plus y penser c'est ce qu'il y avait de mieux à faire pour le moment. Braethan s'inclina avec une tel grâce que l'elfe en fut même surprise. Comment avait-il réussit à conclure une sorte de pacte avec le Don ? L'elfe avait auparavant tant de mal à entrer en contacte avec lui pour lui faire savoir le fond de sa pensée, et le maître d'arme avait réussit à le faire "obéir", elle en était presque jalouse au fond. Il avait fallut l'intervention de quelqu'un de l'extérieur pour en arriver là.

Difficile de refouler ce sentiment de honte et de faiblesse qui envahissait soudainement le cœur de l'elfe. Après les paroles du maître d'armes, Ánanda s'approcha de l'elfe et lui posa une main moite sur l'épaule tandis que son regard bleu semblait dire "garde espoir je t'aiderais". Elle répondit à e regard par un sourire triste avant qu'il ne disparaisse tel un fantôme, laissant dans l'air ambiant une odeur d'humidité et d'embruns. Un temps s'écoula avant qu'elle ne reprenne ses esprits. Il était temps de partir, le Narnien avait raison. Alors il se remirent en marche sur le chemin qui les mènerait à Cair Paravell. Lorsque le maître d'armes passa un bras autour des épaules de l'elfe, elle n'osa pas le regarder mais apprécia ce geste rassurant. Elle sourie timidement puis sentit qu'il s'éloigna. Sans doute était-il lui-même gêné ou surpris d’agir comme ça, après tout ce n'était pas dans ses habitudes d'être aussi "gentil" avec la guerrière. Une lueur d'amusement passa dans le regard de l'elfe qui se replongea dans ses pensées tout en continuant de marcher à allure normale. En silence ils marchèrent pendant un long moment, de temps à autre un oiseau piaillait dans un buisson au bord du chemin. Puis soudain, Lindórie s'arrêta net et déclara.

"Je ne peux pas aller au château tout de suite ! Je vais aller chez la baronne pour lui rapporter son bien. Ne t'inquiète pas, la récompense de quête ne m'intéresse pas je t'enverrais un coursier pour qu'il te la remette. C'est une grosse somme d'argent je crois... "

Elle était guerrière et pas soldat, elle n'avait donc aucun rapport à faire à sa majesté Edmund, et d'ailleurs elle ne savait pas comment est-ce que l'on faisait pour faire un rapport. Et puis, elle ne voulait pas se justifier devant Braethan, s'il apprenait qu'elle ne savait pas faire un rapport, ça lui donnerait une raison de plus de se sentir supérieur face à l'elfe. Elle planta ses yeux bleus dans les gris de l'homme et lui offrit un ravissant sourire. Il était temps de faire les adieux, si leur chemins se séparaient, elle ne pouvait pas aller plus avant car le chemin qui menait chez la baronne n'était pas sur la même route, mais un peut plus vers l'Ouest. Mais comment procéder ? Une poignée de main amicale ? Une révérence ? S'enfuir sans ajouter mot en ne faisant qu'échanger un regard ? Non... rien de tout ça n'était possible, pas après avoir vécu une telle mission, et encore moins après avoir passé une telle nuit... ça ne lui ressemblait pas, mais elle ne pouvait dire au revoir de manière normale au maître d'armes, et puis tant pie s'il lui en voudrait pour ce qu'elle s'apprêtait à faire, après tout, on a qu'une vie.

"A bientôt noble Braethan. "

D’ordinaire elle n'utilisait l'appellation "noble" que pour les gens qu'elle respectait vraiment. C'était sans doute la première fois qu'elle lui témoignait son respect. Petit sourire malicieux. Elle se rapprocha doucement du maître d'arme sans le quitter des yeux, le regard étincelant d'une lueur étrange. Trop près, c'est ce qu'elle était, presque aussi proche qu'il y a encore quelques heures. L'elfe passa ses bras autour du cou de Braethan et posa ses mains chaudes sur sa nuque. Puis elle se mit sur la pointe des pieds et leva la tête. Ses lèvres se posèrent avec délicatesse sur celles de l'homme dans un doux et long baiser d'adieu. Elle aurait aimé lui dire merci, le remercier de l'avoir aidé car c'était surtout grâce à lui qu'ils n'étaient pas morts brûlés vif par des ennemis, mais son tempérament l'en empêchait. Ce baiser voulait sans doute traduire ses pensées. Lorsqu'elle s'éloigna après quelques instants, elle sentit ses joues s'empourprer. Peut-être qu'elle n'aurait pas due faire ça car elle se sentait vraiment plus gênée. L'elfe sourit une dernière fois au maître d'armes puis elle recula avant de s'élancer au pas de courses loin du chemin, s'enfonçant sous les branches des quelques arbres alentours. Ses pensées encore embrumés par les derniers évènements, ce qui était certain, c'est qu'elle en garderait un bon souvenir même si leur prochaine rencontre risquait d'être un peut gênante...

_____________________
Warrior's heart

Trop de gentillesse peut encourager la paresse et rendre indolent un esprit pourtant sain. Plus on aide les gens, plus ils ont besoin d'assistance. Si ta bienveillance n'a pas de limites, elle les privera de la discipline, de la dignité et de la confiance en soi dont ils ont besoin. Ta bonté finira par les dévaloriser.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   Mer 24 Juil - 20:35



Ils marchèrent en silence, tous deux plongés dans leurs pensées. Chacun regardait dans une direction différente, et ils semblaient assez perturbés. En moins de douze heures, ils avaient vécu tant de choses... Les quelques preuves étaient leurs vêtements salis et parfois déchirés, ainsi que la nouvelle épée magique que Braethan sentait taper contre sa jambe. Mais bien sûr, aucun des deux n'oublierait ce qu'il s'était passé entre eux. Il n'avait jamais fait de mission avec l'elfe, ils s'étaient simplement parfois entraînés ou s'étaient croisés dans le village près de Cair Paravel. Bien sûr, ils n'avaient jamais eu de vraie conversation, d'où le silence qui s'établissait entre eux. Cette situation était vraiment étrange, et le maître d'armes ne savait pas comment réagir. Se reverraient-ils dans quelques jours ou dans quelques semaines sur le terrain d'entraînement du château, où l'elfe le battrait encore une fois à plate couture et se moquerait de lui ? Se croiseraient-ils avant en partageant ce qu'ils avaient partagé cette nuit ?

Car Braethan ne savait quoi faire par rapport à ça. Il n'avait jamais été du genre à coucher avec une femme pour une nuit. Et pourtant, une partie de lui le poussait à faire ça, cette fois-ci. Mais il ne voulait pas être cet homme. Il ne souhaitait pas non plus continuer cette relation étrange qui venait de se construire entre Lindórie et lui. Soudain, sans prévenir, l'elfe s'arrêta et déclara qu'elle partirait chez la baronne pour lui redonner son bien. Il hésita un instant. Certes, il lui avait dit qu'elle pourrait le lui ramener ; mais il aurait préféré donner l'épée - et surtout le rubis - au roi Edmund afin que quelqu'un l'examine. Finalement, il acquiesça, levant les yeux au ciel à l'idée de l'argent. « Très bien. Dis-lui que ceux qui étaient après elle ont été mis en déroute, mais qu'elle doit continuer de se méfier. Dis-lui aussi que je lui enverrai sûrement une lettre ou que j'irai la voir dans les jours à venir. » Malgré lui, il avait pris un ton dur et neutre, comme lorsqu'il donnait des ordres. Soupirant, il rajouta, avec un petit sourire et une voix plus légère : « Et dis-lui de garder l'argent et de s'en servir pour autre chose, je n'en ai pas besoin. »

En effet, Braethan se moquait bien de l'argent. Certes, son père était un bourgeois qui possédait une banque, il avait donc grandi entouré d'argent, mais il avait aussi appris qu'il devait gérer l'argent et que celui-ci ne fait pas tout. Le maître d'armes avait accumulé suffisamment d'argent, lorsqu'il était chevalier à Anvard et depuis qu'il était à Cair Paravel ; ce n'était pas pour autant qu'il s'habillait avec les mêmes habits que tous les seigneurs qui étaient au château. Il décrocha l'épée de Denethor de sa ceinture et décrocha le rubis étincelant du pommeau avec douceur. L'arme sembla revenir écarlate quelques secondes avant de reprendre son apparence initiale. Braethan reprit un bout de tissu qu'il avait gardé dans sa poche, enveloppa la pierre et tendit le paquet à Lindórie d'un air solennel. Lorsqu'elle le prit, il sentit que les adieux venaient. Comment s'y prendre ? L'elfe semblait penser la même chose que lui.

Elle sourit avant de prononcer un au-revoir qui exaspéra Braethan. Noble. Il savait qu'elle ne parlait pas du rang, mais des qualités qu'il lui avait montré. Bien qu'il soit loin d'être modeste en général - tout le monde n'avait pas sa technique et son habilité quand ils en venaient aux armes - il n'avait rien montré. Il avait peu combattu, et avait réussi à discuter avec son Don. Rien d'extraordinaire aux yeux du maître d'armes, bien au contraire, c'était elle et son Don qui avaient tout fait. Mais il ne dit rien, sachant qu'elle lui faisait un compliment et qu'il ne pouvait refuser. « A bientôt, Lindórie. Que la chance t'accompagne. » C'était sans doute la première fois qu'il disait ces mots. Il avait lu - il y a longtemps - que c'était une des formules de politesse que l'on retrouvait chez quelques peuples elfiques. Bien sûr, il ne pouvait en être sûr, puisque les elfes étaient pratiquement éteints, et qu'il existait plusieurs peuples tous aussi différents les uns que les autres. Il espérait seulement que Lindórie comprenne son geste.

Et elle paraissait le comprendre parfaitement. Elle s'approcha un peu plus - un peu trop surtout - passa ses mains sur la nuque chaude et soudain raide du maître d'armes, avant de l'embrasser simplement. Surpris, il n'osa pas bouger, si bien que ses bras restèrent contre son corps sans toucher à l'elfe. Les yeux fermés, il se rappela délicieusement de leur nuit, et il aurait aimé continuer. Il aurait voulu que ce baiser ne s'arrête pas, qu'ils ne puissent qu'être tous les deux, l'un contre l'autre. Tout semblait si facile, ainsi... Mais le baiser s'arrêta, Lindórie recula et partit sans un mot. Braethan, perdu, resta figé quelques instants avant de reprendre son chemin, légèrement tremblant. Il ne savait plus quoi faire, et décida de ne plus y penser. Non, il essaya de se remémorer leur lutte, le visage des voleurs ; il examina l'épée sans son rubis, découvrit des inscriptions humaines mais aussi étranges. Il pensa au rapport qu'il devait faire sur ce qu'il s'était passé. Ce n'était plus une histoire de protection, c'était bien plus. Après un temps qu'il ne put déterminer, Braethan arriva au château et se dirigea sans s'arrêter vers la salle du trône, espérant y voir le roi Edmund. Encore une fois, il essaya de ne pas songer à sa rencontre avec Lindórie.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The world is indeed full of peril [HOT- terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The world is indeed full of peril [HOT- terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA : A NEW AGE ™ ::  :: La Forêt :: Forêt côté Archenland-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit