Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Why you come to be with me ? [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Ronal Le fourbe
Mort-vivant serviteur
∞ messages : 82
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Drôle
∞ commentaires :
MessageSujet: Why you come to be with me ? [terminé]   Lun 10 Juin - 13:33



Why you come to be with me ?
«I died
So many years ago
But you can make me feel
Like it isn't so »


Le maître l'avait envoyé dans les contrées d'Ettinsmoor avec une poignée de compagnons, d'autres serviteurs du château, il y a trois jours. Tous des humains, en bonne santé, mais sans armes, sauf Ronal, enfin, il n'était ni humain et n'avait non plus aucune arme. Il faisait nuit noir et la neige tombait doucement sur le sol enneigé; seule les bruits de pas de ce petit groupe venait briser l'agonie du silence. Trois torches enflammées étaient leurs seule source de lumière afin d'éclairer le chemin. Le petit groupe sortait enfin de dessous les pins argentés et il se retrouvèrent alors dans une clairière. Le sol était jonché de boue glissante à cause de la fine neige et par endroit des touffes d'herbe émergeaient de la terre. La groupe se dirigeait vers une sorte d'immense monticule rocheux; en se rapprochant, les yeux des serviteurs pouvaient enfin apercevoir l'entrée d'une caverne, noir, lugubre silencieuse. Alors sans un bruit, la petite troupe s'engagea à contre coeur pour s'enfoncer dans les profondeurs de la terre. Il ressortirent quelques heures plus tard, une épaisse couche de terre et de poussière recouvrait leur peau. Deux des humains poussaient un chariot dont le contenu était recouvert par une épaisse toile. Un léger cliquetis métallique indiquait qu'un objet dur venait d'heurter le sol, mais personne ne sembla s'être rendu compte qu'une pépite d'or venait de tomber sur le sol. Ronal fermait la marche, l'air inquiet. Le petit cortège avançait doucement vers la forêt, personne ne semblait sentir que la terre tremblait.

Puis tout se déroula très vite, on ne voyait presque rien. Dans la lueur des flammes des torches, le chariot disparut en s'élevant dans les aires. Un craquement. Un homme hurla, puis il disparut comme aspiré par le ciel. Ronal plissait les yeux pour essayer de comprendre ce qui se passait, il ne vit qu'une torche s'éteindre, puis une autre. Un second craquement et la terre qui tremble. Un grognement familier vibrait dans l'air. Ronal pris de panique manqua de hurler à son tour, mais il pris son courage à deux main et recula tout doucement. Plus un bruit. Les tremblements dans le sol s'éloignèrent au loin, le pauvre serviteur restait pétrifié. Il ne restait qu'une torche, elle était sur le sol, non loin de ce qui restait des hommes qui avaient accompagnés le jeune homme. Tous morts... sauf Ronal. Etais-ce un géant qui venait de faire ce carnage ? C'était sans doute la lumière des torches qui l'avait attiré. Et le chariot ? Où était-il maintenant ?

Ronal se précipita sur la dernière torche allumée pour l'éteindre et la frottant sur le sol, puis il se mit assis sur un gros rocher au pied duquel se trouvait des amanites tue-mouche. Il plongea son visage dans ses mains, au bord de la crise épileptique, il réfléchissait à une solution. Mais comme rien ne lui vint, il fut vite gagné par le sommeil.

_____________________
Maître Frost nous guide ! Maître Frost nous protège! À sa lumière nous nous épanouissons. Dans sa bienveillance, nous nous réfugions. Devant sa sagesse, nous nous inclinons. Nous existons pour le servir et nos vies lui appartiennent.
“votre chère épouse.” .narnienne.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Lun 10 Juin - 17:50

Il faisait froid en ce temps, ce n'était pas un hasard si elle était là, malgré ses ailes gelées, parce qu'elle l'avait sentit. Comme un appel, il avait résonné dans le lointain, une sorte d'incantation, la sensation qu'une créature plus puissante qu'elle attendait là-bas. La neige, c'était un phénomène qu'elle trouvait particulièrement superbe, lorsqu'il n'était pas l’œuvre de Jadis, cette idiote de sorcière pas foutu de rester sage plus d'un millénaire. La créature marchait lentement, ses pieds nus ne touchait pourtant pas le sol, elle flottait légèrement au dessus de celui-ci, et ses voiles formaient autour d'elle comme une auréole, suivant son immense chevelure avec la même grâce que ses gestes. Elle avait derrière elle plusieurs jours de "marche" et attendait patiemment que cet appel résonne à nouveau, elle voulait savoir, parce que la source magique de la flèche coudée ne suffisait plus, parce que son état empirait, parce que même le miroir magique qui l'avait formait ne lui convenait plus. La Dame de la lune se laissa doucement flotter le long des rocs gelés, ignorant l'étrange atmosphère chargée de mort qui commençait à poindre vers elle, ayant l'habitude des cadavres, elle ne s'en formalisa pas immédiatement.

Bientôt, elle put voir, sous la pâleur de Sélène, l'entrée stable d'une forêt enneigée. La créature à la douce apparence de femme s'approcha donc, posant sa main pâle sur le tronc sec d'un sapin, qui brusquement, s'agita. Elle cherchait à savoir si l'arbre, et par la même, la forêt avait sur elle des trace de cet appel magique. Mais aucune trace ne parvint jusqu’à elle par le biais du sapin, et finalement, la jeune Vesperina décida de traverser celle-ci par la voix des airs, ne voulant pas trainer plus, qui sait si l'auteur de cet appel pouvait s'être éloigné depuis. Ainsi donc, la semi-fée traversa une bonne partie de la forêt enneigée en la survolant, constatant d'étranges dégâts causés en hauteur, comme si un être puissant mais bourru s'était enfoncer en ces lieux et avaient détruit tout ce qui était à sa hauteur par inadvertance. Bientôt, elle put même apercevoir l'auteur de ces dégâts cauchemardesque, un crétin de géant, sans grande intelligence en vue de son air perdu, mais le plus perturbant aux yeux de la fée, fut le sang qui recouvrait la plupart de ses membres. L'odeur de la mort se rappela à elle, et Vesperina Blêmit. Combien de gens étaient mort par la faute de cet immonde créature?

Ce que Vesperina avait oubliée, c'est qu'en tant que fée, chaque battement d'ailes provoquait la chute de la fameuse poussière offrant fertilité à la terre, mais aussi un son semblable au tintement d'une clochette. Et les géants étaient loin d'être sourd...

C'est un coup de massue qui la réveilla, fonçant tout droit sur elle. Elle eut tout juste le temps d'esquiver ce premier qu'un énorme poing sombre s'abattait de nouveau sur elle. Cette fois-ci, la fée ne put y coupé, et reçut la violence du choc sur la hanche. Elle voltigea un temps avant de percuter une arbre. Pour autant, elle ne fut pas assommée et se releva assez rapidement, grimaçant sous la douleur de l'impact. Il avait de la force ce bougre. La fée tenta de sortir de sa sacoche le miroir qui lui permettait d'utiliser la puissance élémentaire, mais peine perdue, elle reçut un autre coup, son poing faisait au moins la taille de son corps à elle, et bien qu'au moment où elle reçut le coup, elle réussit à reprendre le contrôle de sa chute à la dernière seconde, la sacoche avait volée plus loin, et avec la noirceur de la nuit, malgré la Lune pleine, il lui était impossible de voir où son cabas avait atterrit. Le géant grogna, mais cette fois-ci, elle était prête, alors que sa massue allait l'écraser, la fée tendis les mains devant elle, et un sort, bien que faible, percuta l'arme des crimes de cet être bourru. La massue de bois prit vie et attaqua son possesseur en jetant sur lui des liens forestier, l'attachant et le ligotant sur place avec des ronces.

Vesperina sentait son souffle se tarir, elle était déjà épuisée, manque de force, surtout que le miroir désormais disparu, elle n'avait plus aucune source d’énergie vitale sous la main. Avec le peu de magie qui lui restait pour le moment, la fée des cristaux acheva son œuvre d'art en un chant mélodieux accompagné de sa lyre, et des éclats dorés envahirent la clairière pour filer sur le géant ligotés, le changeant en statue de cristal. Un soupir de soulagement franchit les lèvres de la semi-fée, qui posa la main sur son cœur, pour tenter de le calmer. Elle s'était emballée, et voilà qu'elle n'avait plus assez de magie pour reprendre son vol, elle devait donc réellement marcher à présent. La Dame vêtue des nombreux voiles blancs et gris se dirigea donc vers la clairière de cette forêt à pied, délaissant son chef-d’œuvre sur place, et cherchant des yeux sa précieuse sacoche. Plus elle avançait, et plus l'odeur du sang montait à ses narines, mais elle continuait, se rapprochant toujours plus de la scène de crime. Elle ne craignait pas la vue des cadavres, pour en avoir été l'auteur bon nombre de fois, mais l'odeur du sang la perturbait depuis quelques temps. Elle parvint enfin à atteindre le lieu tant redouté, et aperçu des corps, beaucoup d'hommes, tous mort, sur le sol boueux de la forêt, d'ailleurs, ses voiles étaient à présent sales de son trajet, dommage.

Mais alors qu'elle croyait tout les êtres humains mort, une forme recroquevillée, près d'un rocher, attira son attention. C'était un corps, qui respirait encore, et d'ailleurs, ils n'avait aucune plaie, rien. Un soupir de soulagement prit la semi-fée, et elle se pencha à la hauteur de l'homme dormant sur le roc. Il était fragile, du moins sa santé le laissé croire, alors, avec douceur, Vesperina l’appela doucement, lui quémandant de s'éveiller, et caressant avec une extrême délicatesse sa chevelure ébène pour l'entrainer à elle...

"Monseigneur, éveillé vous... Ouvrez les yeux... Le danger est loin..."

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Ronal Le fourbe
Mort-vivant serviteur
∞ messages : 82
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Drôle
∞ commentaires :
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Lun 10 Juin - 18:32

Quelle étrange sensation que voilà, d'où viens cette chaleur ? Ronal sentit qu'on passait une petite main dans ses cheveux hérissés. Il se réveilla enfin, le corps parcourut d'un étrange frisson. Il se leva d'un bon et se mit à hurler.

"AU BÛCHER !"

Les yeux écarquillés comme s'il se trouvait encore dans la bataille, Ronal ne compris pas tout de suite ce qui venait de se passer. Il cligna des yeux deux ou trois fois et là il la vit. Une ravissante et toute de blanc vêtu demoiselle, sans doute étais-ce elle qui venait de passer sa main dans les cheveux du jeune homme. Ronal déglutis puis il s'inclina bien bas.

"Je ne vous avait point vue votre majesté. Ne prenez point la peine de vous attarder sur mon malheur et passez votre chemin, je ne vous causerait point de taure. Voyez."

Majesté ? Bah oui, une jolie demoiselle bien coiffée, qui porte des vêtements aussi blancs, aussi voluptueux, cela ne pouvait être qu'une noble, et Ronal s'apprêtait déjà à se faire ruer dans les brancards. Il se redressa tout penaud et regarda aux alentours. Ce n'était pas un rêve, ses compagnons de quêtes étaient tous passés de vie à trépas, et il était le seule larbin qui avait survécu au massacre, et en plus le charriot n'était pas revenu... son expression faciale passa de la passivité oisive à la panique. Il remarqua soudain que la demoiselle était peut vêtut, et il savait de source sure combien il faisait froid sur les terres de son maître. Alors il enleva sa chemise verte et la déposa délicatement sur les épaules de la noble. Il ne portait rien en dessous, seulement un corps bien taillé, mais pas non plus bardé de muscles, Ronal n'était pas un combatant, mais un serviteur, quelques cicatrices visibles, deux traces de morsures, quoi de plus normale. Il sourit alors nerveusement.

"Tenez, je n'ai pas froid, vous en aurez plus besoin que moi. *soupire* Que vais-je bien pouvoir faire... j'ai échoué dans ma quête et je ne retrouverais jamais ce foutu charriot... "

L'homme soupira une seconde fois, il se parlait à lui-même, mais à voix haute. Puis il repris son observation des alentours.

_____________________
Maître Frost nous guide ! Maître Frost nous protège! À sa lumière nous nous épanouissons. Dans sa bienveillance, nous nous réfugions. Devant sa sagesse, nous nous inclinons. Nous existons pour le servir et nos vies lui appartiennent.
“votre chère épouse.” .narnienne.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Lun 10 Juin - 20:54

Alors que Veperina continuait d'appeler avec tendresse l'homme recroquevillé sur lui même, elle le sentit tressaillir, puis, il se leva prestement et hurla : "AU BÛCHER !" Ce qui suivit fut encore plus surprenant à vrai dire, puisqu'il cligna plusieurs fois de ses yeux étrangement bicolore, et s'inclina ensuite au plus bas, prenant le risque de se salir plus qu'il ne l'était déjà par la boue et la neige fondue."Je ne vous avait point vue votre majesté. Ne prenez point la peine de vous attarder sur mon malheur et passez votre chemin, je ne vous causerait point de tords. Voyez." L'homme fureta les alentours, avant de changer d'expression faciale et de brusquement paniquer, surprise de plus, la semi-fée n'eut même pas le temps de réagir qu'il posa avec le plus de finesse possible son veston sur ses épaules à elle, prétextant : "Tenez, je n'ai pas froid, vous en aurez plus besoin que moi. *soupire* Que vais-je bien pouvoir faire... j'ai échoué dans ma quête et je ne retrouverais jamais ce foutu charriot... " C'était bien la première fois que Vesperina voyait un homme agir ainsi avec elle, déjà, l'appeler Majesté, bon d'accord, elle était devenue Reine en étant la dernière représentante des fées élémentaires à forme humaine, mais tout de même! Et puis, cette façon d'agir, toujours inquiète, et il semblait même éteint. Parlant d'une mission ayant raté. En voyant les cadavres tout autour, un soupir peiné franchit les lèvres de la Dame, si elle était arrivée plus tôt, tous ces hommes seraient encore en vie, et le géant ne serait pas passé. Pauvre homme, elle se sentait triste pour lui. D'autant plus qu'il se fourvoyer, elle n'était pas si noble que ça, auparavant, elle était une simple fille de marchands de légumes, avant d'être devenue la fée des cristaux...

Inconsciemment, elle huma avec douceur le parfum qui se dégageait de l'homme en face d'elle, et quelque chose perça ses défenses. Il l'avait là, une trace de cet appel magique, il en était couvert, sans pour autant en être l'auteur. Il devait être envoyé par celui-là même, et par déduction, l'auteur de cette puissante magie était celui qui l'avait envoyé ici, mais pour chercher quoi? D'abord, Vesperina trouva plus juste de le rassurer, après tout, elle n'aimait pas laissé les gens dans l'ignorance. Alors, doucement, elle se rapprocha un peu plus de lui, et tandis la main pâle qui était la sienne vers son visage, cherchant à reprendre contact avec son regard vairon, espérant pouvoir l'apaiser avec ses paroles. "Vous n'avez pas à me nommer ainsi, je ne suis point une noble, et encore moins une humaine, alors soyez rassuré mon ami." elle lui sourit et passa finalement sa paume contre sa joue avec la tendresse qui la caractérisait depuis qu'elle s'était entièrement unie avec son autre "elle". "Ensuite, peut-être pourrais-je vous aidez à vous rattraper dans votre quête, en échange, vous pourriez m'aider à retrouver le bien que j'ai perdu durant mon combat? Il semblerait que le géant et frappé dans ma sacoche et l'ai envoyé plus loin, il est probable que ce que vous cherchez ait subit le même sort, non?" Elle n se rendit même pas compte qu'elle venait tout juste d'avouer avoir combattu un géant et en être sortit sans aucune égratignure, si l'on omet le superbe hématome qu'elle allait avoir sur la hanche. Finalement, elle lui sourit avec douceur et prononça une phrase qui, dans un sens, allait former une nouvelle branche à son avenir encore non tracé. "On me nomme Vesperina, et vous, bel humain, quel est votre nom?"

Vesperina était à la fois très enthousiaste et surprise de découvrir un homme encore vivant dans le massacre qu'avait causé le géant avant leur rencontre, mais le plus important, était que cet humain encore vivant était surtout porteur de ce parfum de puissance, il avait beau ne pas en être le créateur, il le portait, donc, par logique, il savait d'où cette énergie, cet appel, provenait. Elle lui sourit donc, attendant sa réponse, et pencha la tête sur le coté, sa chevelure nouée de perle suivit le mouvement, et les pierreries de cristal tintèrent ensemble dans une sorte de mélodie atypique. Les écailles bleutés dans le coin de ses paupières brillèrent sous l'éclat de la lune, et la jeune femme leva ses yeux tout aussi bleus vers le Ciel. Timidement, la neige reprenait son cours, se laissant poindre sans vraiment chuter, dansant en l'air par groupe de flocons, comme de petites danseuses féeriques dégringolant dans le vide entre deux cabrioles. L'air se refroidit encore, et les petites danseuses finirent leur courses sur la chevelure ébène du jeune homme, sous le regard amusé de la semi-fée, sa chevelure blanche cachait l'arrivée des petits flocons sur la sienne, mais lui, il allait en être rapidement recouvert. Alors, avec douceur, Vesperina déploya ses grandes ailes translucides et dorées, à peine filandreuses tandis que trois tons de couleurs variante, le rouge, le jaune et le bleu, se mettait à briller, et que la poudre féerique se rependait au sol sous les faibles battements. Ainsi, elle se retrouva plus haute que lui, et put aisément lui retirer les quelques flocons qui s’emmêlait à ses cheveux en bataille.

Depuis longtemps, Vesperina cherchait la paix intérieur, et grâce à une certaine personne, elle avait sue la trouver, grâce à Ange, elle avait enfin compris son rôle de fée, de protectrice de chaque être vivant. Elle agissait depuis peu comme une mère pour les enfants, et comme une gardienne pour les autres. Sur le coup, cet homme, dont elle ignorait encore le nom, lui semblait familier, comme si, le fait qu'il porte cette trace, puisse aussi l'aider à s'accepter, elle avait envie de le protéger, d'une quelconque manière. La semi-fée finit par user du peu de magie qui lui restait pour former un pied de lierre, qui vint pousser autour d'eux, et former une très grande feuille au dessus de leur tête, les abritant des jolies danseuses enneigée qui tombaient depuis le ciel.

"Alors, acceptez-vous mon aide?"

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Ronal Le fourbe
Mort-vivant serviteur
∞ messages : 82
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Drôle
∞ commentaires :
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Mar 11 Juin - 6:45

Encore un contacte qui se voulait rassurant. Les muscles de son visage se crispèrent car le jeune homme craignait de recevoir une baffe, mais la sensation était toute différente, la main chaude de la demoiselle sur sa peau froide le fit tressaillir, il recula gêné, incapable d'accepter pareil douceur. Elle n'était donc pas humaine, cela faisait d'elle une créature, donc certainement quelqu'un de plus robuste qu'une simple humaine. Il la dévisageait de ses yeux verrons et l'écoutait avec attention. Il crue d'abord qu'elle se moquait soudainement de lui en lui proposant son aide et en lui parlant d'un combat contre le géant. Il fronça les sourcilles, signe qu'il cogitait nerveusement. Elle avait donc terrassé le géant... impossible. Ronal restait muet, ne sachant pas vraiment quoi dire dans cette situation. Enfaite si, sa gorge émit un bruit entre le grognement et la complainte. C'était donc un géant qui avait réduit à néant sa quête, une douleur atroce tambourina contre sa boite crânienne, le regard dans le vide, des images du passé traversèrent son esprit, mais son visage restait impassible. Elle avait réussit à l'occire, comment avait-elle fait ? Comment étais-ce possible ? Les géants sont des monstres atroces qui ne sont emplit que de haine et de couardise, leur passion est d'arracher les têtes des hommes... Ronal se passa une main sur la gorge et déglutis à ce souvenir atroce. La crise ne dura pas bien longtemps, et lorsqu'il reprit ses esprits il faisait face à l'étrangère. Bel humain ? C'était la première fois que quelqu'un le qualifiait de beau, une ébauche de sourire apparut sur son visage blême.

"Euh... moi c'est Ronal, je suis serviteur au Château..."

Il voulait dire qu'il n'était pas humain lui non plus, mais il avait l'esprit bien trop embrumé et il ne voulait pas révéler ses origines, et puis personne n'était au courant qu'il existait en ce monde des créatures de son espèce. Il incarnait à la foi un cauchemar pour les vivants et un véritable handicape dans les relations à l'humain. Il restait silencieux et observait les réaction de la demoiselle. Ses oreilles décelèrent un tintement cristallin lorsqu'elle pencha la tête. Il y avait plein de belles pierreries dans les cheveux clairs de Vesperina, ce qui éveilla de l'intérêt chez le jeune homme. Un temps s'écoula et la neige repris sa chute. Puis une chose étrange se produisit, des ailes sortirent du dos de l'étrangère, surpris, Ronal tomba à la renverse, fesse sur le sol. Ses yeux dépareillés rivés sur les deux ailes aux reflets colorés, presque semblables aux ailes des libellules. Une fée ! Vesperina était donc une fée, mais qu'est-ce qu'elle était grande pour une fée, Ronal savait combien elles devaient être petites car il en avait vu en dessin dans les vieux livres de son maître, mais il en avait aussi observé au marché noir, dans des bocaux. Puis une immense feuille vint l'abriter de la neige, de la magie, enfin... de la bonne magie, pensait le nordique. Le calme revint alors en lui, il était enfin prêt à répondre à la grande fée, la voix emprunt de motivation.

"J'accepte votre aide et j'accepte de vous aider à mon tour. Il faudra faire attention, il se pourrait que d'autre géants rôdent dans les parages et nous ne pouvons nous permettre d'éliminer toute la faune et la flore de cette région de peur que le maître ne se fâche. Donc pas de feu avant que le soleil ne se soit levé. Le feu c'est mauvais parce que ça attire toute sorte de méchante bestiole et, ne le prenez pas mal mais, je doute que vous puissiez nous sauver d'une créature pire qu'un géant des glaces. *Renifle l'air bruyamment* celui qui est passé ici n'était qu'un jeune, ce n'était pas un adulte... "

Le jeune homme se releva enfin, toujours plus couvert de terre qu'auparavant mais plus de neige dans les cheveux, il avait hâte de quitter cette clairière car il préférait les arbres comme couverture entre lui et le ceux qui peuvent voir du ciel. C'était donc repartit pour un tour, la quête reprenait son cours, fort heureusement, car il n'aurais que quelques jours de retard, surtout s'il arrivait à revenir avec son charriot, le maître le sanctionnerais certainement moins que s'il revenais les mains vide. Étrangement, il était vraiment motivé à reprendre les recherches, sans doute étais-ce parce qu'il sentait déjà peser au dessus de sa tête l'épée de Damoclès. Il se frottais les mains pour enlever la terre et l'herbe et sourit doucement.

"Vous avez dit l'avoir combattus... cherchons donc dans cette zone votre bien, il n'a pas due atterrir bien loin, peut-être dans un arbre au près d'un rocher. Dépêchons nous avant que la neige ne recouvre votre bien, nous chercherons le charriot plus tard. Où étais-ce ? Je vous suit."



_____________________
Maître Frost nous guide ! Maître Frost nous protège! À sa lumière nous nous épanouissons. Dans sa bienveillance, nous nous réfugions. Devant sa sagesse, nous nous inclinons. Nous existons pour le servir et nos vies lui appartiennent.
“votre chère épouse.” .narnienne.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Mer 12 Juin - 17:53

"Euh... moi c'est Ronal, je suis serviteur au Château...J'accepte votre aide et j'accepte de vous aider à mon tour. Il faudra faire attention, il se pourrait que d'autre géants rôdent dans les parages et nous ne pouvons nous permettre d'éliminer toute la faune et la flore de cette région de peur que le maître ne se fâche. Donc pas de feu avant que le soleil ne se soit levé. Le feu c'est mauvais parce que ça attire toute sorte de méchante bestiole et, ne le prenez pas mal mais, je doute que vous puissiez nous sauver d'une créature pire qu'un géant des glaces. *Renifle l'air bruyamment* celui qui est passé ici n'était qu'un jeune, ce n'était pas un adulte... Vous avez dit l'avoir combattus... cherchons donc dans cette zone votre bien, il n'a pas due atterrir bien loin, peut-être dans un arbre au près d'un rocher. Dépêchons nous avant que la neige ne recouvre votre bien, nous chercherons le charriot plus tard. Où étais-ce ? Je vous suit."

Vesperina acquiesça, elle trouvait le jeune homme assez adorable dans sa manière d'agir, un peu comme un enfant pris en faute et qui essaie de réparer ses erreurs. Ensuite, cependant, il avait à la fois raison et tords sur le fait qu'elle ne pourrait pas les défendre, sa magie noire, lorsqu'elle laissait son autre "Elle" prendre le dessus, elle pourrait bien plus qu'un seul géant, mais il valait mieux éviter cette situation, parce qu'elle ne tuerai pas que lui. Mais elle le trouvait attachant tout de même, et sa réaction lorsqu'elle avait déployé ses ailes très amusante, parce qu'elle n'avait jamais vu un homme tomber en arrière sur les fesses. À cette pensée, un rire clair s'échappa de ses lèvres qu'elle tenta de couvrir avec sa main pâle, souriant doucement pour éviter d'attirer l'attention sur sa personne. Vesperina tenta de se reprendre, et finit par calmer son rire toujours aussi clair. Elle sourit à l'homme aux yeux vairons, Ronal, étrange nom d'ailleurs, et l'entraina donc vers le cœur de la forêt, suivant les traces de sa propre essence. Ils marchèrent longtemps, et la neige continuait toujours de tomber, laissant cette impression de danseuse blanche dans les yeux de la semi-fée, qui cligna plusieurs fois des paupières. Elle commençait à avoir des hallucinations, ce manque de magie était de plus en plus flagrant, mais elle faisait tout pour le cacher. Elle expira lentement, et tenta de reprendre consistance, cachant son malaise aux yeux de son nouveau compagnon de voyage.

La semi-fée tourna la tête en direction de son aura encore bien présente, pouvant presque apercevoir les ondes bleues et grises de sa propre magie flotter dans l'air. Elle trembla un peu, le miroir était encore loin, mais elle pouvait presque sentir son aura meurtrière d'ici, l'aura propre à Dementia, un sourire légèrement dément se forma sur ses lèvres rosées, et elle accéléra le pas, enjambant les troncs brisés sous le passage du géant. Elle parvint enfin sur le lieu de son combat, l'air était surchargé de magie grise, et des particules de quartz voletaient dans l'air en même temps que les petits danseuses de la neige. Elle était tellement captivée par cette source tarie en elle, qu'elle faillit percuter la jambe du géant qu'elle avait statufier, son acte la fit s'arrêter brusquement, et elle due se retenir de rire en se rendant compte de la position dans laquelle il était à présent. En fait, il tenait en équilibre, comme s'il était en plein élan, le bras tendu en avant avec sa massue, mais il était recouvert de lierre, autour de la tête, des bras, des jambes, et même sa massue en était couverte, mais le plus amusant, c'était le fait que seuls ses yeux pouvaient encore bouger, alors que tous son corps était cristallisé dans une couleur joliment bleutée. Un autre rire claire franchit les lèvres de Vesperina, et cette fois-ci, elle ne put s’empêcher de toquer gentiment sur la jambe du géant, se demandant comment elle avait fait pour le cristalliser alors qu'elle était vraiment épuisé.

"Eh bien, je ne t'ai pas raté toi, mais bon, tu aurais dus te méfier, tu sais parfaitement que notre race à anéantit la votre pendant des siècles avant que les telmarins n'arrivent ici." Sa voix était froide, et légèrement en éccho, parce qu'elles avaient toutes les deux parler : Vesperina et Dementia.

Le sourire enfantin s'éffaça, et la dernière des Farell se saisit, avec la délicatesse d'une mère, la main du jeune homme, l'entrainant avec elle et contournant le corps statufié du géant pour se placer à l'endroit même où elle avait été frappée et où sa sacoche avait volée dans les airs sous la violence du coup. Pour autant, elle ne lâcha pas la main du jeune homme, s'étonnant un peu qu'elle soit aussi froide, et observa les alentours. Elle fut surprise de voir l'impact qu'elle avait causée en percutant le sapin, et à présent, le tronc massif de celui-ci donnait l'impression d'avoir été frappé d'un roc. Vesperina s'approcha de l'arbre, s'excusant de l'avoir blessé en le percutant, et timidement, elle chanta. C'était un petit menuet, mais de son chant s’élevèrent quelques perles magiques qui filèrent s'implanter dans le sol, au pieds du grand sapin. c'était le dernier sort qu'elle pourrait faire, elle avait atteint sa limite, et d'ailleurs, Ronal avait du le sentir, parce qu'elle avait resserrée son étreinte sur sa main, et qu'elle tremblait de plus en plus. Bien que son pouvoir soit grand, son corps, divisé entre sa moitié fée et son héritage humain, était trop fragile. Le silence se fit alors, et alors, un craquement sonore, provenant de la terre, résonna dans toute la forêt, tandis que du pied du sapin jaillissait des branches et des ronces. Elles vinrent s'enrouler autour du tronc avec rapidité, et s'unir à lui, et tandis que le bois des deux apparitions se fondait dans celui, abimé du sapin, la semi-fée haletait.

"Et une bonne... action de faite"

Elle retint un gémissment plaintif, et serra les dents, ignorant les battements douloureux de son cœur partagé en deux. Au loin, elle venait de repéré le miroir brisé de son passé, la source de tous ses pouvoirs, étalé, comme le contenu de sa sacoche, au pied d'un autre arbre, bien plus loin. Et un reflet scintillant provenant de la surface miroitante de l'objet vint s'unir à l'éclat de la Lune, faisant briller à leurs tours les petits flocons de neige qui continuaient leur ascension vers le sol boueux de la clairière. Avec un sourire rassuré, la Dame de cristal finit par s'avancer vers l'éclat lointain de son bien, mais plus elle s'approchait de la sacoche, plus le manque se faisait ressentir, et elle lâcha même l'étreinte qu'elle portait à la main toujours gelée du jeune homme, incapable de tenir. Elle parvint jusqu'a son bien, tombant à genoux devant, et réussit à sortir le miroir et la lyre sans trop de difficultée, avec un soupir de soulagement. Vesperina se plongea alors dans un profonde transe, murmurant en litanie d'étranges paroles, de la langue si longtemps oubliée de sa propre race. Les deux objets se mirent à luire doucement, l'éclat de la lyre d'un blanc légèrement doré vint se poser délicatement sur sa chevelure blanche, se deversant dans les parures qui la recouvait, tandis que l'éclat sombre et bleuté du miroir fendu venait doucement s’immiscer à l'emplacement de son cœur. Car oui, Vesperina Cassandre Farell était une semi-fée élémentaire, et elle vivait des deux magies, noire et blanche, s'unissant dans son cœur et son corps comme deux sangs venant se lier et se promettre éternité.

"Allons réparer vos erreurs et rattraper votre mission à présent, je me sens parfaitement revigorée!" Prononça-t-elle, comme prise dans deux voix, une froide et lointaine, et une autre, claire et chaleureuse. Le regard qu'elle lui offrit était décidément bien différent de celui qu'elle avait posé sur lui lorsqu'il était inconscient, et à présent, c'était deux prunelles d'un bleu sombre qui remplaçaient ses yeux empli de douceur. "Vous venez Ronal?"

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Ronal Le fourbe
Mort-vivant serviteur
∞ messages : 82
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Drôle
∞ commentaires :
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Jeu 13 Juin - 15:55



Le rire de la demoiselle mis Ronal de bonne humeur pendant un bref instant. Puis les expressions de la demoiselle changèrent tandis qu'elle le traînait par la main. Personne ne lui avait jamais tenue la main, sentir la chaleur de cette main vivante contre sa peau froide, Ronal frémissait, une nouvelle sensation. Il était vrai que notre jeune homme n'était pas contre ce contacte presque enfantin, c'était même très agréable, bien plus agréable que les coups et blessures que les gens de son entourage avaient l'habitude de lui infliger à longueur de temps. Il dérapait par moment sur le sol boueux, mais essayais tant bien que mal de ne pas se vautrer sur le sol. Leurs course folle stoppa soudainement. Il se passa plusieurs choses, mais il ne compris et ne vue pas tout, car le soleil n'était pas encore levé et il faisait encore sombre dans la forêt. Ronal perçut une autre voix dans l'intonation de la demoiselle, et il aurais aussi aimé voir ce dont elle parlait. Il n'avait même pas eût le temps de répondre qu'elle lui saisit une nouvelle fois la main pour l’entraîner un peut plus loin. Les premiers rayons du soleil commençaient à passer par dessus l'horizon, illuminant d'une faible lueur le sous-bois. Enfin Ronal pouvait comprendre ce qui se passait, car jusque là il n'avait fait qu'entendre et suivre sans réagir. Il se passait quelque-chose de magique, la terre craquait, des plantes recouvraient un tronc brisé sous la direction de Vesperina. Les yeux grands ouverts comme un enfant en admiration devant un beau jouet, le jeune homme sentait que la fée était affaiblie. Ne sachant pas quoi faire, il resta là à regarder tour à tour sa coéquipière de route et l'arbre. Elle avait du mal à se déplacer après cet effort, évidemment, la magie ça demande beaucoup de force vitale, Ronal le savait, combien de fois il avait vue son amie Morrigan s'effondrer à force de trop persévérer. Vesperina tomba à genoux, elle venait de trouver ce qu'elle chercher. La chance, pensa Ronal. Il se rapprochait doucement, ne la voyant que de dos, il ne vu pas ce qui se passa, mais il fut heureux de constater qu'elle était ensuite en pleine forme. Et il nota aussi que son regard avait changé. Boh... après tout, il en avait vue bien pire, tant qu'elle l'aide vraiment et qu'elle ne lui cause pas plus de taure qu'il n'en a déjà trop commis. Il se retourna alors et leva la tête vers les cieux tandis qu'un étrange éclat lui tapait dans l'oeil. Il se protégea les yeux un bref instant puis regarda d'où cela pouvait-il provenir. Immense, dépassant de plusieurs pieds les cimes des arbres, une sorte de statue de glace ou de diamant, recouverte de boiseries et de lierre trônait dans la clairière non loin de nos deux protagonistes. Le plus effrayant, c'était ces deux yeux gigantesque qui regardaient le jeune homme comme s'il avait fait quelque-chose de mal. Ronal eût un court instant de panique qui laissa échapper un juron de sa bouche.

"Ah ! Bordel ! Quelle est cette abomination ?! Vesperina, regardez, on dirais des yeux sur cette colline de cristal ! Partons, je n'aime pas la manière dont ça me regarde..."

Puis il se retourna dos à la chose qui le regardait et avança droit devant, les yeux rivés sur le sol à la recherche d'une quelconque trace de roue qui aurais pue resté incrusté dans la boue. Au bout de quelques minutes de recherches infructueuses, Ronal ne trouva rien de mieux que de s'avancer sur un étrange promontoire rocheux. En une détonation sonore, le serviteur disparut dans un trous car le sol venait de s'effondrer sous ses pas. Il atterrit 3 mètres plus bas dans ce qui semblait être un tunnel caverneux. Ronal se releva péniblement et s'épousseta tout en étant pris d'une quinte de toux. Des bruits de coups données sur la roche résonnaient alors des profondeurs de la terre. Ronal leva enfin la tête pour que Vesperina l'entende.

"C'est fichu... pour le chariot, je pense que le géant l'a avalé, j'ai entendu des confrère dire que ça les amusaient en ce moment. Stupides bestioles... Et ça tombe bien, enfin, je veux dire, je suis bien tombé, c'est la mine de mon maître. On va pouvoir retrouver une cargaison et un chariot. Venez. Il faut trouver les mineurs."

L'idée ne l’enchantais guère, mais il ne pouvait rentrer au château les mains vides. S'enfoncer plus profond dans la mine était le seul moyen de trouver les mineurs et de leurs demander de préparer une nouvelle cargaison. Il s'agissait bien sure d'une mine naine, et Ronal déteste les nain car ils sentent mauvais, il sont bourrus, cupides, hargneux et on en passe... et ils sont toujours entrain de lui chercher des noises, tout les prétextes sont toujours bons pour frapper Ronal quand on est un nain. Espérons ne pas tomber sur leur chef... Ronal attendais la demoiselle. Les parois rocheuses étaient incrustées de quartz rose et bleu, la galerie était spacieuse et s'enfonçait de droite à gauche. Des torches enflammées fixés aux murs faisaient office de lumière, ce qui amplifiait cette étrange odeur de souffre. 

"Euh... au préalable, laissez-moi entamez la conversation avec le premier que nous trouverons, et un conseil, ne toucher pas les pierreries, ils risquent de devenir nerveux. "
Sur ces mots il gratifia la demoiselle d'un sourire amicale avant de s'engager dans la galerie, prenant grand soin de se tenir à distance des torches. Il fredonnait croyant parler dans sa tête.

"Le feu c'est mauvais... le feu c'est mauvais... le feu... "

_____________________
Maître Frost nous guide ! Maître Frost nous protège! À sa lumière nous nous épanouissons. Dans sa bienveillance, nous nous réfugions. Devant sa sagesse, nous nous inclinons. Nous existons pour le servir et nos vies lui appartiennent.
“votre chère épouse.” .narnienne.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Jeu 13 Juin - 17:58

Le pauvre Ronal, semble-t-il, n'avait pas vu immédiatement le géant, car lorsqu'il parla d'une montagne qui le regardait bizarrement et de l'effet que cela provoquait chez lui, un rire enfantin franchit les lèvres de la fée, qui ne put se retenir, tant c'était loquace. Il s'avança donc rapidement, Vesperina était sur ses talons, le couvant légèrement du regard, comme une mère. Mais il y eut une détonation, et brusquement, le sol sous ses pieds céda, et la fée n'eut pas le temps de lancer un sort d'arrêt, que déjà, le jeune homme tombait. Elle paniqua, son cœur accéléra ses battements dans une sorte de cacophonie douloureuse, et la semi-fée se jeta au bords du trou, cherchant de ses prunelles bleutés la silhouette de Ronal. Mais le jour ne s'était pas encore montré, et seule la clarté de la lune éclairait les lieux, elle ne voyait donc rien d'autre que le haut de la parois rocheuse qui avait cédée sous le poids du jeune homme. Finalement, elle entendit toussoter, c'était lui, un sentiment rassurant s'empara d'elle, il était encore en vie, une chance. Il ne devait pas être très loin, de là, mais tout de même. Vesperina tendit l'oreille, cherchant le moindre son pouvant lui assurer que tout allait bien de son coté, elle perçu la toux encore insistante du jeune homme, ainsi qu'un bruit de fond, comme si quelqu'un, ou quelque chose, tapait avec des outils contre les parois rocheuse de la caverne.

"C'est fichu... pour le chariot, je pense que le géant l'a avalé, j'ai entendu des confrère dire que ça les amusaient en ce moment. Stupides bestioles... Et ça tombe bien, enfin, je veux dire, je suis bien tombé, c'est la mine de mon maître. On va pouvoir retrouver une cargaison et un chariot. Venez. Il faut trouver les mineurs.Euh... au préalable, laissez-moi entamez la conversation avec le premier que nous trouverons, et un conseil, ne toucher pas les pierreries, ils risquent de devenir nerveux. " Sur ces mots il gratifia la demoiselle d'un sourire amicale avant de s'engager dans la galerie, prenant grand soin de se tenir à distance des torches. Il fredonnait croyant parler dans sa tête. "Le feu c'est mauvais... le feu c'est mauvais... le feu... "

Elle fut entièrement rassurée, et, déployant de nouveau ses ailes, elle sauta, se laissant planer jusqu'en bas, et atterrissant aux cotés du jeune homme. Il fredonner, semblant ne pas être conscient du fait qu'elle pouvait l'entendre. Lorsqu'elle tourna la tête, observant les longues parois rocheuse, son visage s'éclaira, du quartz, partout, tout autour d'elle, voilà pourquoi elle se sentait faiblir, c'est parce qu'elle n'avait pas réellement pu se ressourcer depuis. Timidement, ses ailes filandreuse rentrèrent en contact avec les quartz bleu et rose de la paroi, et alors, tandis que l'étrange son causé par les battements et semblable à un carillon retentissait, la couleur translucide de ses appendices vint se mêler à celle des cristaux sur la parois. Les ailes s'allongèrent doucement, prenant une autre forme, plus longues et plus larges aussi, et elles s’effilèrent sur le bas, comme si des perles d'eau venait s'y ajouter. La couleur de celles-ci vint se mêler délicatement à celle du quartz, partagées entre le bleu, le rose, le doré et l'argent. Dementia n'était pas la fée des roches pour rien. Et alors qu'ils avançaient, à chaque pas que la semi-fée faisait, les cristaux des parois, du sol, et du plafond s'illuminaient, comme au contact d'un chaud rayon solaire. Ils luisaient fortement, rendant inutile les torches enflammées sur les murs.

"Les nains... ils risquent d'être très surpris de me voir je pense... moi qui les ais délaissé si longtemps, faisant perdre leurs éclats aux pierres qu'ils récoltaient... l'accueil risque de ne pas être chaleureux..."
murmura-t-elle, ignorant qu'elle pouvait facilement être entendue en ces lieux.

Elle constata d'ailleurs que malgré l'inutilité des torches, Ronal en restait loin, aurait-il peur du feu? cela expliquerait pourquoi il chantonnait cette étrange comptine depuis qu'ils étaient descendus dans la galerie. Le feu, un élément qu'elle avait souvent utilisé, autrefois, lorsqu'elle ignorait encore d'où provenait son malaise, et qu'elle n'avait pas encore compris qu'elle était une fée. La dernière fois, elle avait mit le feu à son village, par le biais de sa propre sœur qu'elle avait possédée, tuant tous les habitants et faisant de nombreux blessés parmi ceux qui étaient venus éteindre l’incendie. Cette pensé la laissa dans une sorte de malaise, elle ne se contrôlait plus à l'époque, ne comprenant pas pourquoi il nécessitait de prendre des vies humaines pour se nourrir en magie, ni même pourquoi ce désir de sang était si fort, alors qu'elle était née humaine, d'un père et d'une mère archelandaise. Vesperina secoua la tête, chassant les étranges pensés qui l'envahissait, faisant carillonner deux fois plus les perles qui retenaient ses cheveux en cette coiffure méticuleuse. Les bruits de marteaux et d'outils frappant et cognant contre la roche solide étaient de plus en plus fort, et elle pouvait désormais percevoir des voix, rauques et lointaine. Le malaise de Ronal était toujours présent. Avec un sourire, et puisque de toute façon, elle pouvait aisément éclairé les galeries à elle toute seule en utilisant les quartz, elle leva la main doucement, et les flammes enroulées autour de l'embout des torches qu'ils passaient vinrent se réunir dans sa paume, qu'elle referma, les faisant disparaitre.

"Voilà, avec moi, le feu ne pourras plus jamais vous faire de mal!" dit-elle, réjouie par cet apport de sécurité qu'elle pouvait offrir au jeune homme.

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Ronal Le fourbe
Mort-vivant serviteur
∞ messages : 82
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Drôle
∞ commentaires :
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Jeu 13 Juin - 18:30

Ils rejoignirent une seconde galerie tandis que Ronal jubilait du fait que sa camarade ait trouvé un subterfuge pour éteindre les torches. Elle est magnifique et tout devient magnifique autour d'elle, que c'est merveilleux, ce coup-ci Ronal ne regrettais pas d'être sortie du château. Soudain une grosse voix emprun d'un fort accent retentit à quelques mètres, entre les coups de pioche et les bruits de roche qui tombe.

"Vindioux !! C'est qui la CAGOUILLE qui s'amuse à éteindre ces foutus torches?!"

Ronal se figea et lança un regard inquiet vers la demoiselle. Pas de chance, il avait reconnu cette voix était bien celle de Dagnöt, le chef de cette mine. Le serviteur déglutis puis s'avança à vive allure vers le nain, laissant Vesperina en retrait. C'était un nain très costaud, cheveux roux, barbe tressée rousse, un rubis incrusté dans le front,une couronne de branchages sur la tête, des petits yeux noir et des vêtements de lin bleu foncé couverts de poussière et de transpiration. Il y avait aussi d'autres nains dans la grotte, tous entrain de piocher. En voyant le jeune homme approcher, un étrange sourire carnassier apparaît sur les lèvres du chef.

"Ronal..."
"Dagnöt... j'ai comme qui dirait... égaré le chariot et..."
ZBAFF !

Avant même qu'il n'ait pu terminer sa phrase, il se prit une baffe monumentale à vous décrocher la mâchoire. Il resta là 1 bonne minute à regarder dans le vide les yeux écarquillés comme s'il faisait un blocage cérébrale (et c'était sans doute le cas) puis il replongea de nouveau ses yeux dans ceux du nain qui semblait le foudroyer du regard.

"L'Empereur n'aurais jamais due te confier une mission aussi banale que celle-ci, bon à rien ! Je n'en reviens pas, un chariot remplit d'or et d'argent ! Tu l'a fais expré bougre de con !"
"Non, non, c'est un géant... enfin je crois. J'aurais besoin d'un autre chariot."
"QUOI ?! Oh que non, tu va aller te les trouver et te les fondre tout seul mon gars hein !"
"Non s'il vous plaît je ne sais même pas à quoi ça ressemble, aidez-moi, je suis certain que vous en avez dans un coin du déjà tout prêt."

Supplier, oui c'était ce qu'il était en train de faire, il tenait dur comme fer à repartir avec une nouvelle cargaison, qu'il devra traîner jusqu'au château pendant plus d'un jour. Il lança un regard discret vers Vesperina, espérant qu'elle aurais surement de meilleurs arguments que lui pour que les nains l'aide.

_____________________
Maître Frost nous guide ! Maître Frost nous protège! À sa lumière nous nous épanouissons. Dans sa bienveillance, nous nous réfugions. Devant sa sagesse, nous nous inclinons. Nous existons pour le servir et nos vies lui appartiennent.
“votre chère épouse.” .narnienne.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Jeu 13 Juin - 19:30

"Vindioux !! C'est qui la CAGOUILLE qui s'amuse à éteindre ces foutus torches?!"

La voix était brute, rauque et franchement désagréable à l'oreille, d'ailleurs, à l'entente de celle-ci, Ronal blêmit. Ne comprenant pas la raison de ce bouleversement émotif, Vesperina regarda face à elle, il y avait un nain plus en avant, et d'autres derrière. Le premier était le plus imposant de tous, des cheveux et une barbe rousse, tressée, sans compter le joyau qu'il portait sur la tête grâce à des liens de ronces. Ses yeux étaient encore plus noir que le fond de la caverne depuis qu'elle avait retiré les flammes des torches. Il aperçu le jeune homme, et son expression faciale passa de colérique à sadique, ce qui inquiéta un peu la Dame des cristaux.

"Ronal..."

"Dagnöt... j'ai comme qui dirait... égaré le chariot et..."

Le son d'une gifle magistrale retentit dans toute la caverne, et pendant l'espace d'un instant, Ronal resta stoïque, la fée sentie son cœur s’arrêter sur le coup, tandis que le nain jubilait.

"L'Empereur n'aurais jamais due te confier une mission aussi banale que celle-ci, bon à rien ! Je n'en reviens pas, un chariot remplit d'or et d'argent ! Tu l'a fais exprès bougre de con !"

"Non, non, c'est un géant... enfin je crois. J'aurais besoin d'un autre chariot."

"QUOI ?! Oh que non, tu va aller te les trouver et te les fondre tout seul mon gars hein !"

"Non s'il vous plaît je ne sais même pas à quoi ça ressemble, aidez-moi, je suis certain que vous en avez dans un coin du déjà tout prêt." Et sur ces dernières paroles, il lança à la Fée un regard plein de désespoir.

Il fallut quelques micro-secondes à peine pour qu'elle se souvienne du nain et de son ascendance, il lui fallu encore une seconde complète pour voir l’entièreté de son plan, et enfin, deux autres pour que toutes les galeries souterraines des nains s'illumine comme en plein jour. Les ailes de Vesperina étaient plus brillantes que jamais, et leur éclat était similaire à celui de tous les cristaux des lieux, eux même luisant comme s'ils formaient leur propre lumière et se la renvoyer les uns les autres. Les paupières de la dernière des Farell se tintèrent d'une couleur bleue-verte, et des symboles argentés ornèrent son visage, telles que des arabesques, des lignes et des traits prolongés. Sa chevelure déjà soigneusement coiffée changea, et les perles se nouèrent de telle sorte qu'un large chignon soit sur le haut de sa tête et que le reste de sa chevelure se balance de part et d'autre d'elle, recouvert de pierreries. Le plus étrange, était cette sinistre pierre noire sur son front, en forme de croissant de lune, et décorée de signe elle aussi. Vesperina s'avança en voletant, et se plaça devant le jeune homme avec prestance. Elle arborait un sourire plus qu'effrayant sur ses lèvres désormais bleues, et elle embrassa l'assemblée de nain de son regard de haine si puissamment travaillé depuis des années. Si elle le voulait, elle pourrait en possédé un et le forcer à tuer tous ses congénères, mais elle ne le désirait pas pour le moment, après tout, les nains pouvaient encore être utiles.

"Hmmm... Dagnöt... cela faisait si longtemps que je n'avais pas ouïe ce nom... Si mes souvenirs sont bons, c'est votre ancêtre qui, par mégarde, avait laissé plus de six tonnes de mes précieux cristaux s'échouer dans la rivière de Beruna..." Elle rit, mais sa voix était la plus sinistre qui soit, il n'y avait absolument plus de chaleur en elle, seule la dureté, et la froidure de son ton était présent. "Pourriez-vous, je vous prie, m'expliquer pourquoi vous venez non seulement de frapper ce jeune homme sans raison concrète, mais en plus, réclamer qu'il fasse VOTRE travail, en sachant que vous ne supportez pas qu'on y touche? Il me semble que vous n'avez pas réellement respecté les termes du contrat depuis les dernières siècles où je siégeais encore sous terre à vos cotés... "

Vesperina éclata d'un rire sardonique, et sinistre, tout son corps suinter la magie noire, et de toute évidence, elle était prête à châtier. Pour qui se prenait-il, ce nain? non seulement il frappait son nouvel ami et supérieur à lui de surcroit, mais en plus, il se permettait de lui ordonner de remplir SON travail, tout en sachant que cela abimerait les minerais. Les nains s'étaient tous tus en la voyant et en reconnaissant cette vague de magie emplir les cristaux qu'ils tentaient d'extraire de la roche. La plupart d'entre eux tremblaient de rage, et d'autres semblaient prêt à prendre les pioches pour se lever contre elle. Mais elle s'en fichait, elle savait qu'elle était plus forte qu'eux, puisqu'ils la craignaient encore et ignorait sa moitié désormais humaine. Avec ce même sourire sinistre, Vesperina tendit sa main droite vers le nain, et ses ongles désormais tinter de noir s'allongèrent pour devenir de très longues griffes d'obsidienne, alors qu'une jolie sphère bleutée apparaissait au creux de sa paume. Des paillettes s'en échappèrent et vinrent se sceller aux cristaux de quartz qui recouvraient les parois rocheuses, les teignant de noir, par petites taches, les faisant comme pourrir.

"Alors, qu'as tu à répondre, Dagnöt, à ta maitresse, sans qui jamais tu n'aurais pu extraire ces joyaux puisque non existant?" demanda Vesperina de sa voix si cruelle.

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Ronal Le fourbe
Mort-vivant serviteur
∞ messages : 82
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Drôle
∞ commentaires :
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Sam 15 Juin - 9:34

Toutes les pierres incrsutées dans les murs de la galerie se mirent à scintiller de mille feu, Ronal plissait les yeux car cette intensité de lumière lui faisait mal aux pupilles, lui qui n'était habitué qu'a la faible lueur des torches. Il se rendait aussi compte qu'une étrange chose se produisait chez Vesperina, sa voix n'était pas la même que lorsqu'ils s'étaient rencontrés et des arabesques argentés. Ce coup-ci, c'était Ronal qui restait en retrait, s'éloignant à reculons du nain. Les bruits de pioche cessèrent alors, et tout les regards se tournèrent vers eux. Ronal paniquait, il voulait prendre ses jambes à son cou et sortir d'ici ou s'enfoncer dans la terre histoire de ne pas être mêlé à cette querelle car il savait que ce qui allait se passer finirais par lui retomber dessus. Mais il ne pouvait pas fuir, encore et encore, d'autant plus qu'il ne savait pas où se trouvait la sortie. Il posa alors un regard inquiet sur Dagnöt dont le visage s'était teinté de rouge. Il était clair que ce dernier n'avait guère apprécié les remarques de la demoiselle. Il se calma en voyant les joyaux dépérir, pensant à sa fortune qui allait disparaître. Puis de nouveau un sourire moqueur se dessina sur ses lèvres, bien qu'il ne voulait pas perdre sa mine, il dit d'un ton plus calme.

"Cet affaire ne te regarde pas demoiselle de cristal, tu n'es plus notre maîtresse et cette mine ne t’appartiens pas non plus. Si tu détruis cette mine comme tu as détruit la précédente... cette fois-ci c'est tout le territoire du nord qui te pourchassera. Mais bon, je dit ça, moi hein, je dit rien."

Ronal avala sa salive, le regard posé tour à tour sur la demoiselle et sur le nain. On long silence suivit tendis que la tension montait dans le tunnel, la lumière diminuait, et le chef des nains commençait à avoir le front perlé de sueur. Ce temps semblait interminable pour le jeune homme, il ne put donc échapper à une crise car il subissait trop de pression pour que son cerveau ne puisse en supporter d'avantage. Il bascula sur le côté et s'appuya douloureusement contre la parois rocheuse, le regard dans le vide, il secoua la tête dans tout les sens, la bouche grande ouverte, tandis qu'un crie rauque s’échappait de sa gorge entre quelques "Non ! Non !" puis il tomba à la renverse et le calme revint. A genoux, il contemplais le vide, comme absent. Dagnöt tapa du pied et poussa un grognement de déception, il ne regardait même pas le serviteur, mais il était toujours concentré sur la demi-fée.

"Je n'entend plus les coups de pioche, allez, au boulot ! Quand à vous deux, dirigez-vous vers la galerie plus au nord, celle qui est pleine de lapis-lazuli et trouver un chariot de petite taille. Puis dirigez vous vers la surface, et vous trouverez la fonderie. Je vous rejoindrais dans trois heures."


Capituler. Il avait capitulé, et ce n'était pas le genre de la maison, mais Dagnöt n'était pas chef pour rien, il  n'était pas non plus stupide au point de voir disparaître sa mine une seconde fois à cause de la fée, mais ce qu'il craignait le plus en réalité n'était autre que son maître actuel, un elfe bien plus puissant que quiconque sur cette terre, et qui connaissait la magie runique bien mieux que n'importe lequel des nains. Dagnöt posa son regard emplit de haine sur les cristaux, espérant qu'ils retrouveraient leurs couleur originale d'ici peut. Il savait qu'il aller regretter ce geste, et en plus il ne pouvait pas vraiment rapporter cet incident à l'Empereur de peur que celui-ci n’apprenne qu'ils aient perdue une cargaison dans la nature à cause du serviteur. Il lui lança un bref regard emplit de dégoût, mais ce dernier était toujours inconscient. Puis le chef des nains se détourna pour s'engager dans une autre galerie, les bruits de pioche et de pelle avaient repris. Ronal se releva enfin pour regarder Vesperina et lui murmurer comme s'il ne s'était rien passé.

"On doit faire quoi au fait ?"

_____________________
Maître Frost nous guide ! Maître Frost nous protège! À sa lumière nous nous épanouissons. Dans sa bienveillance, nous nous réfugions. Devant sa sagesse, nous nous inclinons. Nous existons pour le servir et nos vies lui appartiennent.
“votre chère épouse.” .narnienne.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Dim 16 Juin - 18:24

"Cet affaire ne te regarde pas demoiselle de cristal, tu n'es plus notre maîtresse et cette mine ne t’appartiens pas non plus. Si tu détruis cette mine comme tu as détruit la précédente... cette fois-ci c'est tout le territoire du nord qui te pourchassera. Mais bon, je dit ça, moi hein, je dit rien." Il y eut un long moment de silence, pendant lequel le serviteur sembla prit d'un malaise, et sombra dans l'inconscience la plus totale. Pendant ce même silence, Dagnöt réfléchissait, elle le voyait bien. Parce que même si les mines n'appartenaient plus aux fées, elles étaient tout de même issue de leurs pouvoirs, et si Vesperina le décidait, la magie qu'elle avait mis en œuvre pour former ces cristaux il y a bien longtemps reviendrait à elle, et toutes les roches précieuses disparaitrait comme si elles n'avaient jamais existé. Le regard glaciale de la fée ne broncha pas, et peu à peu, la figure du nain passa du rouge au blanc cassé, il avait peur, il craignait sa magie, parce que les foudres de son maitre retomberait ensuite sur lui. Il finit par se résigner."Je n'entend plus les coups de pioche, allez, au boulot ! Quand à vous deux, dirigez-vous vers la galerie plus au nord, celle qui est pleine de lapis-lazuli et trouver un chariot de petite taille. Puis dirigez vous vers la surface, et vous trouverez la fonderie. Je vous rejoindrais dans trois heures." Le sourire de Vesperina ne pouvait pas être plus satisfait, et elle reprit immédiatement sa précédent apparence et son sourire tendre.

"Tu vois, Dagnöt, il est plus simple de parler que de frapper, cela s'appelle la Diplomatie. Merci pour tes indications nous partons sur le champs, en espérant te voir revenir rapidement." Le nain lança un regard profondément écœuré envers le serviteur et la Dame et retourna vers le cœur de la mine en grognant.

"On doit faire quoi au fait ?"

La fée sursauta, elle ne s'était pas rendue compte qu'il s'était réveillé. inquiète pour sa santé, elle posa sa main fraiche sur le front du serviteur, cherchant une quelconque poussée de fièvre, mais le plus étrange, fut qu'il était encore plus froid que sa propre main. Elle frissonna d'ailleurs, et lui expliqua ensuite qu'ils devaient prendre l'autre galerie et suivre les torches éteintes pour atteindre la fonderie, qu'ils récupèreraient au passage un chariot dans l'aire des lapis-lazuli pour ensuite directement aller vers la surface, soit dans la fonderie, où ils devraient ensuite attendre l'arrivée du nain rabat-joie. Sa voix était d'une manière étrange, parfaitement redevenue normale, de même, la douceur qu'elle avait utilisée à son égard était surprenante. Mais avant de reprendre leur descente vers la seconde galerie, avec un sourire mutin, Vesperina fit un geste vague de la main, et une légère brume se matérialisa dans le tunnel, rallumant les torches des nains et faisant disparaitre les taches sombres sur les cristaux. Le visage de Dagnöt se décomposa, il s'était fait avoir, parce que la brume venait d'effacer l'illusion, une simple illusion, qui l'avait forcé à céder devant son ancienne maitresse et un simple serviteur.

Le rire clair de Vesperina retentit de nouveau, égayant la monotonie des coups de pioches et autres outils destinés à creuser dans la parois rocheuse des lieux. Tendrement, elle prit la main de Ronal dans la sienne, la serrant doucement, et l'entraina avec elle au fin fond des souterrains, suivant les changements de couleurs des cristaux, se rapprochant toujours plus de la couleur naturelle de ses yeux. Le quartz finit par disparaitre, remplacé par les jolies pierres bleues nuit qui luisaient timidement, comme la voie lactée. Les ailes de Vesperina suivirent à nouveau la tendance, devenant bleue nuit constellée de paillettes d'or et d'argent, et luisant par leurs rainures blanches et miroitante. L'éclat lumineux était donc plus sombre, plus cosy, mais aussi plus agréable pour les yeux du serviteur, qu'elle avait vu plissés lorsque la luminosité était plus grande à cause de ses ailes.

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Ronal Le fourbe
Mort-vivant serviteur
∞ messages : 82
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Drôle
∞ commentaires :
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Jeu 20 Juin - 16:43

Le rire de Vesperina fit sortir Ronal de son engourdissement cérébrale. Il cligna plusieurs fois des paupières comme s'il ne comprenait pas bien ce qui se passait, puis il sentit que la demoiselle lui prenait une fois de plus la main, ce qui le fit sourire bêtement. Alors il la suivait, s'enfonçant tout les deux de plus en plus profond sous terre jusqu’à atteindre cette zone emplie de pierres bleus. Ronal en eût le souffle coupé, les ailes de Vesperina prenaient la couleurs des pierres, un sublime bleue nuit constellée de paillettes d'or et d'argent, une lueur vraiment très agréable à observer pour les yeux du serviteur qui en oubliait de respirer. Il toussa en reprenant sa respiration, interrompant leur marche et en profita pour parler, les yeux emplis de paillettes.

"Vesperina... c'est magnifique ! Vous êtes la plus belle fée que j'ai rencontré de toute ma vie !"

Ca y était, il l'avais dit d'une traite ! Depuis le temps qu'il voulais en parler et qu'il n'avais jamais eut l'occasion, il s'était lancé et n'en était pas peut fière puisqu'il gratifia ce compliment d'un ravissant sourire. Il faisait chaud ici, et nos deux compagnons n'avaient pas vue l'énorme fonderie qui se trouvait à une trentaine de pieds d'eux, car oui, cette salle quant on prenait le temps d'en contempler les parois, était vraiment gigantesque. Ce n'est qu'au bruit du soufflet puis d'un chariot que l'on pousse, que Ronal sursauta et détourna la tête de sa compagnonne de voyage. Il brisa le liens qui les unissait en lâchant la mains chaude de la créature, puis il s'avança vers le chariot, faisant signe au nain qui le poussait de le laisser faire, et il lui expliqua par la même occasion que c'était un ordre du chef. Le mineur le laissa donc agir en s'éloignant à une autre occupation. Ah ! Si seulement on pouvait en croiser des comme celui-là tout les jours, pensa Ronal en levant un sourcil d'incompréhension. Un temps s'écoula tandis que Ronal posait ses coudes sur le chariot, une intense expression de réflexion sur le visage.

"On a plus qu'a attendre Dagnöt. J'espère qu'il va faire vite, j'aime pas trop cette endroit. Non pas que je n'aime pas être sous terre, au contraire, on s'y sent protégé, mais c'est ce bassin de feu, de magma en ébullition, leur fonderie, qui me laisse songeur, voyez. Il suffirait que quelqu'un bute avec sa pioche sur le rebord de pierre et c'est bon, là on y passe tous, le flot de feu se déverse sur nos pieds, nous rendant tous unijambiste . Moi je dis, ils sont fou ces nains, ingénieux, mais fou..."



_____________________
Maître Frost nous guide ! Maître Frost nous protège! À sa lumière nous nous épanouissons. Dans sa bienveillance, nous nous réfugions. Devant sa sagesse, nous nous inclinons. Nous existons pour le servir et nos vies lui appartiennent.
“votre chère épouse.” .narnienne.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Mar 2 Juil - 16:49

"Vesperina... c'est magnifique ! Vous êtes la plus belle fée que j'ai rencontré de toute ma vie !"

Il lâcha ensuite sa main en voyant un nain poussant un vieux charriot arriver dans leur direction. Vesperina n'avait pas eut le temps de lui répondre.

"On a plus qu'a attendre Dagnöt. J'espère qu'il va faire vite, j'aime pas trop cette endroit. Non pas que je n'aime pas être sous terre, au contraire, on s'y sent protégé, mais c'est ce bassin de feu, de magma en ébullition, leur fonderie, qui me laisse songeur, voyez. Il suffirait que quelqu'un bute avec sa pioche sur le rebord de pierre et c'est bon, là on y passe tous, le flot de feu se déverse sur nos pieds, nous rendant tous unijambiste . Moi je dis, ils sont fou ces nains, ingénieux, mais fou..."

Cette phrase, cette manière, à la fois innocente et pleine de logique qu'il venait de prononcer acheva la fée. Elle resta entièrement attendrie par sa remarque, et un sourire maternel se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle posait ses yeux bleus scintillants sur le jeune homme. Voilà, c'était fait, maintenant, elle voulait pouponner, et l'enfant - parce qu'a ses yeux, son coté féerique devait bien posséder cent fois son âge, quand bien même son coté humain serait plus jeune, donc Ronal était l'enfant - avait peur du feu, donc, du feu et des laves en fusion, elle le protégerait. Un son de clochette résonna dans l'immense tunnel, et de nouveau, les ailes changèrent de couleur, devenant turquoise, argentée, blanche, elles vacillaient entre les couleurs les plus froides, comme pour signifiait que, si le feu parvenait jusqu'ici, elle serait là pour changer cette masse brûlante en pierre par le froid et l'eau. Et puis, il lui serait aisé de le porter avec elle jusqu’à la surface, donc il n'avait pas à s’inquiéter. Vesperina se rapprocha du jeune homme et déposa une main compatissante sur son épaule, diffusant une douce lumière argentée tout autour d'eux.

"Vous semblez craindre avec une force incroyable les flammes Ronal... Seriez-vous mort par le feu dans une vie antérieur pour être à ce point là effrayé de celui-ci?" Elle resta silencieuse un moment avant de reprendre de sa voix mélodieuse "Le feu, au même titre que l'air, l'eau, la nature, la roche et l'acier sont des facteurs de notre monde. Ils sont indissociables, et vouer une peur à l'un d'entre eux consiste à voué une crainte à la création de cet univers...Nous pouvons craindre leur puissance, supérieur en tout aux nôtres, mais pas leur présence, car sans eux, nous ne serions pas ici..."

Ses paroles ravivèrent en la semi-fée de lourds souvenirs, Lyra et elle-même, cachée dans un grenier, tandis que l'emprise de la magie ne se faisait pas encore sentir, apprenaient les sciences de la vie à travers les livres - volés au préalable au patron de l'ainé. Mais plus jamais elle n'en avait reparlé, ni même pensé à la création de ces choses, puisqu'elle était devenue une créatrice en devenant fée, alors, l'évocation de sa sœur, tuée de sa main dans un crise d'identité et de violence. Son souffle se tarit un instant, et une unique larme coula de son œil pour s'échouer sur la main encore et toujours gelée du jeune homme. Elle secoua la tête, et un nouveau sourire chaleureux reprit possession de son visage, l'expression de nouveau paisible, elle se plaça dans la même position que lui et commença à jouer un peu avec sa magie. De petits éclats de diamants vinrent se former au bout de ses doigts, et se mirent à flotter devant leurs yeux, peu à peu, ils prirent une forme presque humanoide, avec de petits appendices dans le dos, représentant des ailes. Les éclats devinrent des statuettes animées représentant des fées, et certains prirent des couleurs, rouge, vert, bleu, brun, violet, gris, et chacun se mit à danser un étrange ballet, faisant voltiger des objets invisibles. Deux vies, deux mémoires se mélanger dans cette danse, celle d'une petite fille qui avait toujours imaginé que les fées étaient aussi joyeuses que celles-là, et une fée de l'ancien temps, qui avait donné la vie aux éléments, puis s'en était emparer pour mettre un terme à la vie des siens afin de s'octroyer leur puissance et de la déverser sur les hommes. Mais elle avait été scellée par les dernières de ses consœurs, qui étaient morte pour l'enfermer à jamais dans un miroir.

Un bruit au loin la fit sursauter, et la danse des petites fées en pierres précieuses s'arrêta, tandis que dans un geste similaire, les créations se tournaient à leurs tours vers la provenance du bruit. Ce n'était pas Dagnöt, c'était un autre nain, plus vieux, même très vieux à coté de son supérieur, et il semblait particulièrement enjoué d'être là. Il s'inclina devant Vesperina, devant les statuettes, puis, fit de même devant le jeune homme. Il ne cessait de plisser les yeux, comme s'il ne voyait rien.

"Dites donc, j'avais rarement vu autant de fées depuis... Depuis... Ben je sais plus... Seigneur donc pourquoi attendez-vous là?" la voix était légèrement bourrue, et le nain apparaissait maintenant comme quelqu'un de très vieux, et légèrement bigleux...

"Nous attendons le nain Dagnöt, et vous même?" demanda l'une des petites fées en empruntant la voix de Vesperina.

"Oh non, au grand jamais je ne jouerais ma cagnotte, je ne gagne pas grand chose alors!"

Et légèrement sourd apparemment. Ce fut ce moment là que choisit Dagnöt pour revenir, il grognait des injures à chaque pas, et il sembla ne pas les voir pendant un moment avant d'arriver. La première chose qu'il remarqua, fut le vieux nain en pleine remontrance au sujet des jeux d'argents, puis, les deux perdus des deux fauteurs de trouble qui venaient l'ennuyer aujourd'hui, et enfin, les sept figurines de fées animée, construites dans des pierres précieuses magiques, imitant le vieux nain en train de parler.

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Ronal Le fourbe
Mort-vivant serviteur
∞ messages : 82
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Drôle
∞ commentaires :
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Jeu 4 Juil - 7:45


Mort par le feu. Ronal sursauta tellement fort qu'il manqua de tomber dans le chariot. Il n'osait pas regarder Vesperina en face, il était pris au dépourvu et ne savait pas quoi dire si ce n'est que de balbutier des "Non... Non je..." et puis il ne compris pas totalement le sens des mots "dans une autre vie" et se racla la gorge tandis qu'il tentait de reprendre son calme en écoutant la demoiselle. Au fur et à mesure qu'elle lui parlait, il avait de plus en plus de mal à comprendre, la regardant avec des yeux grands comme des soucoupes, il ne put que hocher la tête.

"C'est pas faux."

La magie ce n'était pas vraiment sa tasse de thé et il était bien content de ne pas avoir à la pratiquer car il avait vue de nombreuses images dans les livres où les sorciers non expérimentés avaient périt de leur propre pouvoir. Bien sur, Ronal ne savait pas lire, c'est pour cette raison qu'il préférait les vieux livres imagés et enluminés. Elle avait tout de même réussit à le faire réfléchir, bien qu'il n'ai saisit tout ce dont elle parlait. Il ne compris pas non plus pourquoi la fée pleurait, il ouvrit la bouche mais aucun mot n'en sortit, il était ému et en même temps ne savait s'il fallait qu'il s'en veuille. Étais-ce de sa faute ? Avait-il dit quelque-chose de mal sans le vouloir ? Avait-il été blessant par mégarde ? La larme tomba alors sur la main du mort-vivant qui sursauta à ce contacte. Il ne pouvait sentir totalement la douleur lorsqu'un animale le mordait ou lorsqu'il se prenait un coup de fouet car sa peau était comme endormie, mais cette larme, il la sentit s'écraser sur la peau de sa main bien mieux que s'il ne s'était agit de la lame d'un couteau. Et étrangement cette chose humide ne lui fit pas mal, il la regarda même un long moment, ne trouvant pas de mot pour décrire cette sensation, il arqua un sourcil et tourna doucement la tête vers les mains de Vesperina. Une fois encore il écarquilla les yeux en voyant la magie qui se produisait devant lui, il s'écarta sur le côté, quittant sa position d’appuis sur le chariot, pour mieux voir les cristaux s'élever dans les aires comme de véritables êtres vivants. Devait-il avoir peur de ces choses ? Il s'écarta un peut plus et se rendit compte que leur voltige n'était autre qu'une danse, chaque petit être avait une couleur différente, de véritables bijoux vivants, à en rendre fous de jalousie un nain, pensait Ronal qui les regardait avec des yeux d'enfants. Puis la danse s'arrêta et Ronal tourna la tête dans la même direction que celle de Vesperina. Un nain qu'il connaissait bien, sans doute parce qu'il était vieux et à moitié sourd, c'était l'un des rare dont Ronal n'avait pas à se méfier, il l'aimait bien car celui-ci ne l'avais jamais traité comme un serviteur bon à rien. Un sourire amusé prit alors place sur le visage du jeune homme. Il manqua de sursauter et de pousser un crie en entendant une nouvelle voix sortir de la bouche de Vesperina. Lorsque le vieux nain répliqua, Ronal éclata littéralement de rire, il était plié en deux et commença à se rouler par terre lorsque les fée s'en mêlèrent en imitant le nain. Dägnot leva les yeux au ciel en passant à côté de Ronal et se retint de ne pas lui asséner de nouveau une magistrale baffe.

"Cache moi ces dents et cesse de te gausser Ronal !"


Le nain dévisagea le serviteur qui ne tenait même pas compte de sa remarque, il se tenait le ventre, toujours en proie à une crise de fous rire. Le chef des nain grogna et s'avança vers le feu. Il déballa les trois gros sac qu'il transportait et en vida leur contenue dans de nombreux moules. L'opération pris beaucoup de temps, et pendant ce temps libre, Ronal qui venait tout juste de retrouver son sérieux, posa une question au vieux nain tandis que le chef jetait de temps en temps des coups d’œil aux fées.

"Mais tu ne devais arrêter de miner ? La semaine dernière on t'a retrouvé avec une pioche entrain d'extraire on ne sait quoi d'un des mur du château !"
"Ah tu trouve que je suis efféminé ? Ta vue est aussi faible que la mienne mon garçon. Hein ? La couturière à retrouvé une main dans ma poche de derrière, il y a un mois, près d'un mur du caveau ? Oh bah ma foie, je ne comprend pas tout ce que tu dis."

Ronal ouvrit grand les yeux et jeta un regard inquiet à Dagnöt, sentant un rire monter en lui, il gloussa la bouche fermée.

"Si, on lui a dit qu'il devait arrêter de travailler, même l'Empereur lui à annoncé en personne, mais il ne comprend rien, alors on le laisse faire."


Les lèvres du serviteur s'entre-ouvrirent et de nouveau, un rire sortit de sa gorge, se répercutant en échos sur les parois rocheuses. Dagnöt revint vers eux avec les bras chargés de ses trois sac qu'il avait remplit une nouvelle fois mais cette fois-ci ce n'était plus de pierres mais de pièces et de lingots. Il balança non sans violence les trois sac dans le charriot et lança un regard noir au serviteur qui ravala son rire avec peine, n'affichant que son habituel sourire. Le chef des nains regarda alors mélancoliquement les petites fées, bijoux mystérieux, puis il porta son regard sur leur créatrice.


"Ne parler pas à l'Empereur de ce qui s'est passé, il a bien assez de soucis en ce moment. Vous le croiserez en chemin, dehors, si vous survivez au froid. Ronal doit passer par les sous-terrains et traverser la mine pour retourner au château, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre une fois de plus la cargaison. "


Ronal s'appuya joyeusement les coudes sur le rebord du chariot plein avant de se rappeler d'une chose. Il s'approcha de Vesperina, se mit à genoux, puis s'inclina tellement bas que son front toucha presque la terre du sol. Le chef des nain lança un dernier regard dur à Vesperina et s'éloigna pour disparaître entre deux parois rocheuses. Ronal restait prosterné.

"Merci mille fois Vesperina, si vous ne m'auriez pas aidé, je serais déjà entrain de me faire châtier pour avoir échoué. Sincèrement merci, mon amie."

_____________________
Maître Frost nous guide ! Maître Frost nous protège! À sa lumière nous nous épanouissons. Dans sa bienveillance, nous nous réfugions. Devant sa sagesse, nous nous inclinons. Nous existons pour le servir et nos vies lui appartiennent.
“votre chère épouse.” .narnienne.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   Jeu 4 Juil - 18:53

Vesperina ne se rendit compte que trop tard que Ronal avait paniqué lorsqu'elle avait parlé de mourir par le feu. Ainsi donc, elle avait vue juste, il n'était pas réellement un mortel, il était un ramené, mais qui avait bien pu faire un travail pareil sur la vie et la mort? Qui était assez puissant pour cet exploit? Son maitre surement, mais était-il aussi puissant que la lueur qu'elle sentait toujours? Elle l'ignorait. Tout ce qu'elle savait, c'est que peu à peu, elle s'épuisait, de garder son corps à température ambiante. Pour l'instant, Dagnöt était en train de remplir le charriot d'une nouvelle cargaison de lingots et d'argent. Pendant ce temps, lui et Ronal semblait discuté du vieux nain qui était apparemment complétement sourd, et ne comprenait que quelques sons, par la suite, il se persuadait d'autre phrase, et répondait avec autant de sérieux sur des sujets si incongrus que cela en était comique. Le chef de la mine observa un temps les figurines danser avec mélancolie, se rappelant surement du temps où les sept races féeriques vivaient encore en paix, plus précisément avant la création de Démentia. Enfin, le nain tourna son regard vers elle, et prononça d'une voix morne :

 "Ne parler pas à l'Empereur de ce qui s'est passé, il a bien assez de soucis en ce moment. Vous le croiserez en chemin, dehors, si vous survivez au froid. Ronal doit passer par les sous-terrains et traverser la mine pour retourner au château, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre une fois de plus la cargaison. "

Elle acquiesça, ainsi donc, elle serait seule au retour, peu importe, au moins, elle ne risquait pas d'avoir à fausser compagnie à qui que ce soit si le parfum enivrant de l’énergie ressurgissait brusquement. Le nain emporta son confrère plus qu’âgé vers un autre tunnel, tandis que Ronal s'approchait du charriot, mais brusquement, il fit demi tour, comme s'il s'était rappelé de quelque chose de très important. Et tout aussi promptement, il s'agenouilla devant elle, avant de s'incliner si bas qu'il toucher le sol avec son front. Le cœur de Vesperina fit un bond dans sa poitrine, et elle paniqua. Pourquoi faisait-il cela, il n'avait pas à s'incliner!"Merci mille fois Vesperina, si vous ne m'auriez pas aidé, je serais déjà entrain de me faire châtier pour avoir échoué. Sincèrement merci, mon amie." Ces paroles réchauffèrent alors le cœur de la fée, et plusieurs larmes jaillirent de ses yeux bleus. Il était le premier, le premier à la considérer comme une amie en si peu de temps. Évidemment, le dernier qui l'avait fait était aussi devenu celui qu'elle aimait, mais il était aussi partit... Alors, ce revirement lui faisait tant de bien que d'autres larmes de joies coulaient librement sur ses joues tatouées de symboles ésotériques.

Vesperina s'agenouilla à son tour devant le jeune ressuscité et prit ses mains afin de le relever du sol, puis, tendrement, elle l'enlaça. Son corps réchauffa celui de Ronal dans une étreinte presque fraternelle, et elle approcha son visage de son oreille, où elle murmura de sa voix la plus douce "Non, merci à vous, de me considérer comme une amie, et de m'avoir permise de vivre d'assez bon moments en votre compagnie..." Et elle ponctua sa phrase en prenant le visage de Ronal entre ses deux mains pour lui offrir un baiser sur le front. Elle lui sourit ensuite et l'aida à se relever. Elle le salua une dernière fois, et tandis qu'il s'enfoncer dans les tunnels en poussant le charriot et sa précieuse cargaison, elle déploya ses ailes, et s'envola vers le puits qui menait à l’extérieur, espérant retrouver facilement la source d’énergie qui l'avait conduite jusqu'ici et lui avait permise de rencontrer le jeune Ronal. Peut-être se reverraient-ils un jour, mais pour le moment, elle devait trouver la lueur de l'espoir.

Elle ne pouvait savoir que cette lueur de l'espoir l’amènerait forcément à revoir son nouvel ami, mais ça, c'est une autre histoire...

_____________________







Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Why you come to be with me ? [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Why you come to be with me ? [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA : A NEW AGE ™ ::  :: Ettinsmoor-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit