Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Croiser quelqu'un qu'on a pas vu depuis des années [Braethan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Jace Deynor
Roi d'Archenland || Admin
∞ messages : 245
∞ double-compte : Amanda Lynn, Eden J. Thoryse, Theo E. Dacan
MessageSujet: Croiser quelqu'un qu'on a pas vu depuis des années [Braethan]   Lun 5 Aoû - 17:48


    Je déambulais dans les couloirs du magnifique palais de Cair Paravel sans but précis. Après tout, je pouvais très bien me promener, plongé dans mes pensées, sans avoir quelque chose d'important à faire, même si j'étais toujours préoccupé par l'absence de Susan. J'étais impuissant face à cette situation et cela me rendait la vie impossible. Je n'arrivais pas à fermer l’œil de la nuit. J'avais demandé conseil à un médecin qui m'avait fourni du somnifère à boire avec une tisane avant d'aller au lit. J'avais donc pu profiter de la nuit tranquillement pour une fois, une nuit réparatrice. Cela se voyait sur mon visage qui avait déjà meilleure mine. Finit pour le moment les cernes noires et les poches gonflées sous les yeux. J'avais retrouvé mon teint naturel. Je n'étais plus fatigué certes, mais on pouvait toujours lire l'inquiétude en moi.

    J'étais à Cair Paravel depuis quelques jours à présent. Edmund et moi devions nous entretenir à propos des enlèvements, dont celui de Susan, à propos d'Edwin et de pleins d'autres choses encore. J'étais donc venu exceptionnellement d'Archenland pour pouvoir le voir. Lui et moi n'étions pas spécialement proche, mais cette situation, je ne pouvais le nier, nous permettait d'approfondir notre relation, bien que j'aurai préféré que cela se produit dans des conditions différentes.

    Je continuais de marcher, croisant quelquefois des servantes, qui s'arrêtaient pour me faire la révérence. Je leur adressais alors un rapide regard de remerciement, histoire d'être polis. Je n'étais pas habitué à être dans ce genre d'état et puis tout le monde au palais était déjà habitué à me voir comme cela.
    Je m'arrêtais près d'un tapis qui ornait un mur dans un coin, je le regardais avec un air étrange. Je ne l'avais jamais vu, pourtant, j'étais déjà passé dans ce couloir il y a peu.
    Tout en me grattant la tête, je regardais l'oeuvre, si je puis dire, en face de moi. C'était un tapis ni trop long ni trop large, recouvrant la quasi-totalité de la hauteur du mur. Il représentait un lion, j'en déduisais que c'était Aslan, car il n'y avait pas quatre mille lions à Narnia.
    Je n'eu pas le temps d'analyser en profondeur le tapis orné que des pas se firent entendre. Des pas produisant un son assez lourd. Je tournais alors la tête et c'est là que je le vis. Braethan Melendir.

    J'eu un hoquet de surprise. C'était un de mes anciens chevaliers, un ancien Archelandais, un ancien ami. J'avais été obligé de le retirer de ses fonctions de chevalier, lui retirer son rang et pour finir le bannir de sa terre. J'avais toujours eu de la sympathie pour lui et lorsque je m'étais retrouvé face à lui pour le juger de crime et de trahison, cela m'avait brisé le cœur.
    Il n'avait pas réellement changé, seulement légèrement vieilli, comme moi quoi. Il s'approcha de moi. Je n'arrivais pas à lire dans ses yeux s'il était dégoûté de me voir ou heureux. Rien. Impassible. De peur qu'il lise le doute et la culpabilité en moi, je me vêtue de mon masque de roi, essayant d'être aussi impassible que lui pour le moment, attendant de voir comment la discussion allait se dérouler, s'il y en avait un.


    - Braethan, dis-je soudainement, parlant en premier. Quelle surprise de te voir…ici !

    J’avais tellement de question à lui poser, qu’est-ce qu’il était devenu depuis tout ce temps, que faisait-il à Narnia, mais cela aurait été déplacé.

    - Tant de temps est passé depuis la dernière fois que nous nous soyons vu…C’est fou à quel point tu n’as pas changé !

    J’essayais de prendre un ton sympathique afin qu’il ne puisse se méprendre sur mes paroles et voire cela comme une sorte d’ironie dans le but de me moquer de lui ou autre. Je ne savais pas trop comment il allait réagir, la situation était plutôt inattendue, car en me levant ce matin, je ne me doutais pas une seule seconde que j'allais le croiser. L'ironie du sort ? Je sentais un peu gêné, mais j'espérais qu'il n'y ait aucun malaise entre nous.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: Croiser quelqu'un qu'on a pas vu depuis des années [Braethan]   Mer 7 Aoû - 12:20

J'avais effectué des tas de mission ces derniers temps. Peu importantes, en général. J'en avais fait une qui m'avait conduit avec deux autres personnes à Telmar, et j'avais fait quelques allées et venues du côté de Ettinsmoor. La plupart du temps, je devais simplement faire en sorte de rassurer les habitants du château et le reste de la population. Protéger quelques personnes, les escorter, passer dans les villages pour aider, organiser quelques fêtes locales, apprendre les gens à se défendre, ce genre de choses. Je jouais parfois le messager entre les villages, entre les provinces, entre les seigneurs, et même entre les contrées. Rien de bien excitant et de bien dangereux, mais c'était important et j'étais fier de jouer ce rôle. En parallèle, je continuais mon métier de maître d'armes au château auprès de mes apprentis et de quelques seigneurs et chevaliers qui voulaient se mesurer à moi. Malgré leurs entraînements, peu y arrivaient, mais cela leur donnait une motivation pour être encore plus fort, comme pour se préparer à une guerre à venir.

Je me proposais régulièrement pour ce genre de "missions". La raison ? En plus d'être utile, cela me permettait de quitter un peu l'atmosphère étouffante d'inquiétude et de peur du château royal, mais surtout... J'échappais à quelque chose que je redoutais depuis plusieurs semaines. Le roi d'Archenland était présent à Cair Paravel depuis quelques jours et était donc souvent dans les couloirs. C'était sans doute bon qu'il soit là, afin de retrouver la reine Susan et d'aider le roi Edmund à gérer une telle situation. Pourtant, je devais être le seul à ne pas apprécier sa présence. Une certaine rancœur étreignait mon cœur à la simple évocation de son nom. Je m'étais promis de ne pas lui en vouloir, mais je ne pouvais m'empêcher de le haïr du plus profond de mon être pour m'avoir pris tout ce que j'avais, cinq ans auparavant. Ainsi, je venais d'entendre que le roi était sorti de ses appartements, et je me dépêchai d'aller vers ma salle d'entraînement en espérant qu'il n'ait pas l'idée de venir me rendre visite.

Je parcourus les couloirs rapidement, silencieux, saluant quelques personnes que je connaissais. Je dus m'arrêter lorsqu'un garde me parla de son jeune fils et qui souhaitait lui faire apprendre l'art de manier les armes. Je discutai quelques minutes, acceptant de voir si je pouvais prendre son fils, le remerciai et repartis. C'est au détour d'un couloir que je l'aperçus. Mes pas ralentirent petit à petit, restant à quelques mètres de cet homme que je souhaitais à tout prix éviter. Jace d'Archenland se trouvait devant moi, et semblait me reconnaître. Un long silence tendu s'établit. Je ne savais quoi faire ; si je m'étais écouté, je serais sans doute reparti dans l'autre sens sans rien dire. Mais je me trouvais devant un roi, et je ne pouvais pas agir n'importe comment. Jace lui-même hésitait, et après quelques instants, il prit la parole assez maladroitement. Mon regard s'assombrit. Que pensait-il ? Que j'aurais erré pendant cinq ans ?

Il continua, parlant de ces cinq ans pendant lesquels nous ne nous étions pas vus. J'avais presque oublié notre ancienne amitié ; il me parlait comme à un vieil ami, et pas comme un roi discutant avec un inconnu. J'aurais du paraître plus sympathique, mais toute ma rancœur et ma colère surgissaient. Je m'efforçai de respirer un bon coup, sachant que je devais répondre le plus poliment possible. Mais après tout, il n'était plus mon roi... Je n'avais pas changé ? Il allait vite comprendre à quel point, au contraire, j'avais changé. Je m'inclinai, raide, et prononçai quelques mots d'une voix froide : « Votre Majesté. » Je me redressai et le fixai quelques instants avant de poursuivre : « Vous n'avez pas changé non plus, mais vous ressemblez de plus en plus à votre défunt père. » J'avais en effet été quelques temps dans la garde royale, lorsque j'étais plus jeune, avant de devenir chevalier et avant que Jace ne soit roi ; j'avais alors connu son père.

Mais pourquoi parlais-je de ça ? Simplement parce que je ne voyais pas quoi dire sans l'offenser. Je m'étais retenu de préciser que son père avait été bien plus respecté et sage que lui, c'était suffisant. Cependant, je ne pus me retenir plus longtemps. Je savais que nous ne pouvions pas échapper à une discussion sérieuse. « Cinq ans sont passés. Cela vous étonne-t-il vraiment que je sois ici ? Peut-être m'auriez-vous imaginé dans un village perdu, ou encore sur les routes ? » Bien sûr, le tout prononcé avec un ton glacial et plein de reproches. Je gardais des mots polis et respectueux ainsi que le vouvoiement car il s'agissait d'un roi, d'un seigneur, de quelqu'un de bien supérieur à moi, mais la manière de le dire changeait tout.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Jace Deynor
Roi d'Archenland || Admin
∞ messages : 245
∞ double-compte : Amanda Lynn, Eden J. Thoryse, Theo E. Dacan
MessageSujet: Re: Croiser quelqu'un qu'on a pas vu depuis des années [Braethan]   Mar 13 Aoû - 13:57

    Étrangement, je me sentais un peu stupide. Je le compris lorsqu’il s’inclina, son visage tel le marbre. Comment avais-je pu penser une seule seconde qu’il oublierait la dernière fois ? Comment avais-je pu croire qu’il aurait de la sympathie pour moi après tout ce temps. Oui, il me parla d’un ton normal, mais je sentais qu’il n’avait pas particulièrement envie d’être sympathique avec moi. Il me dit que je n’avais pas trop changer non plus et que je ressemblais de plus en plus à mon père, malheureusement décédé. C’était un homme sage, fort, respecté et aimé de son peuple. Je ne sais pas pourquoi, j’aurai pu être flatté par les paroles de Braethan, mais j’étais mal à l’aise, car d’une part, je savais que je ne ressemblais en rien à mon père et d’une autre, je sentais qu’il m’avait dit cela par politesse, mais qu’il n’en pensait pas un mot.
    Je ne pouvais lui en vouloir, car de toute façon, j’avais perdu le respect de mon peuple depuis la guerre, depuis qu’Edwin et Yoren m’avait arraché de pouvoir. J’avais tenté, après être revenu sur le trône, de faire en sorte que mon peuple croit de nouveau en moi. Cela avait été difficile et cela avait demandé du temps, mais j’avais réussi, du moins, j’avais reconquéris  les cœurs d’une grande partis des Archelandais, mais beaucoup encore doutaient de moi.

    Déjà cinq ans, depuis qu’il avait été banni. Quant on y pense, ce n’est pas beaucoup cinq ans, mais en fait, ça peut se révéler être un temps très long. Je soupirais. Je doutais bien que si j’avais changé en l’espace de cinq ans, lui aussi avait changé. Bien sûr, il était toujours le même physiquement, mais je savais parfaitement que dans sa tête et dans sa vie plus rien n’était pareil.
    Vu que j’avais l’air un peu surpris de le trouver ici, il me demanda si je l’avais imaginé sur les routes ou dans des villages perdus, à errer pendant cinq longues années. Je ravalais ma salive et le regarda avec un air sérieux.


    - Non, bien sûr que non, répondis-je calmement. Lorsque je fus contraint de te bannir d’Archenland, je ne te souhaitais pas une seule seconde que tu erres sans but dans la nature. Au contraire, je te préfère savoir ici plutôt qu’à Telmar…

    En effet, même si je ne savais pas ce qu’il avait bien pu faire pendant cinq ans à Narnia, peut-être à servir les rois et reines, au moins, il n’avait pas fait le mauvais choix en se rangeant du côté d’Edwin, l’actuel ennemi de Narnia et d’Archenland. Le fourbe avait kidnappé ma chère Susan ainsi que certains citoyens, alors que je donnais une fête sur la grande place d’Anvard. Je ne pu m’empêcher de me mordre la lèvre à cette pensée. M’imaginer Susan derrière les barreaux, ne sachant pas ce qu’il advenait d’elle avait le don de m’énerver. C’était un sujet capable de faire bouillir mon sang en moins de deux.
    Je repris mes esprits. Après tout, Braethan n’avait rien avoir avec cela et je ne suis pas sûr qu’il était très disposé à écouter mes petits problèmes, de toute façon je n’avais aucune envie de lui raconter mes malheurs.


    - Qu’as-tu fais durant ces longues années à Narnia ?

    Demandais-je sans trop de discrétion, histoire de parler un peu avec lui quand même. Sans doute me rembarrerait-il poliment avant de poursuivre son chemin, ou ne voudrait tout simplement par répondre. Je tentais d’étudier les traits de son visage, ses yeux, mais il restait impassible, comme je l’avais connu. Après tout, il avait été formé pour cela, ne pas dévoiler ses sentiments à certains moments, comme par exemple s’il était prisonnier de l’ennemi.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: Croiser quelqu'un qu'on a pas vu depuis des années [Braethan]   Mer 14 Aoû - 15:52

Braethan n'était pas sympathique, et il n'avait aucun remord. Comme s'il allait se prosterner aux pieds de son roi. Car oui, maintenant que le bannissement était levé, Braethan redevenait un Archenlandais et se devait d'obéir à son roi. Mais personne ne pouvait l'empêcher de dire ce qu'il pensait à son souverain. Il se contenta de répondre au roi sur un ton froid, sans être malpoli, si bien que Jace eut l'air déconcerté pendant quelques instants. S'était-il imaginé que son ancien chevalier et ami lui aurait pardonné si facilement, et qu'il aurait fait comme si les cinq dernières années n'avaient jamais existé ? Certes, le maître d'armes pouvait se sentir soulagé que son bannissement n'ait duré que quelques années, et non pas dix ou quinze ans, voire à vie, comme la plupart des exilés. Peut-être aurait-ce été mieux ; il aurait pu abandonner complètement sa vie en Archenland, et de plus vivre dans le passé. Finalement, le roi répondit, arrachant Braethan de ses pensées fumeuses de colère et de rancœur.

Pas à Telmar ? Le banni n'aurait jamais eu l'idée d'y aller. Il ne se serait pas rabaissé à ça. Telmar et Calormen étaient les dernières destinations où il aurait voulu aller. Pourtant, Braethan aurait pu aller à Telmar, c'est vrai. Après tout, il avait été banni parce qu'il avait voulu aider Caspian à récupérer son trône à Telmar, non ? Mais il songea à ce qu'était devenu ce royaume aujourd'hui. Serait-il resté, malgré la tyrannie de Caspian dans ses derniers mois de règne ? Aurait-il suivi Edwin, le roi usurpateur ? Non, jamais il n'aurait pu changer de camp ainsi. Il ne répondit rien, seulement un léger sourire ironique. Il aurait pu aller Telmar et être resté là-bas, mais non, il était resté du bon côté, dans le camp du bien qu'il avait toujours servi. Jace, visiblement dans ses pensées, resta silencieux quelques instants avant de reprendre la parole. Braethan hésita à lui répondre. Il était toujours remonté, mais son égo voulait montrer au roi qu'il n'avait pas perdu son temps.

Aussi, il voyait bien que le jeune souverain était en proie à des doutes et à des difficultés. Bien que généralement insensible à ce genre d'émotions chez les autres, Braethan ne put s'empêcher de penser à ce que traversait Jace. A contrecœur, il renonça à s'énerver contre son ancien ami et se détendit. Sa voix resta cependant assez distante et froide. « J'ai pu devenir garde au château grâce au roi Edmund. Après la guerre, la reine Susan m'a nommé maître d'armes de Cair Paravel. » Il ne souhaita pas s'étaler plus, il n'en avait pas besoin, et les explications n'étaient pas nécessaires. Braethan resta également bloqué après avoir mentionné la reine de Narnia, et il vit le même problème dans les yeux du roi. Le maître d'armes se souvint du moment où on lui avait dit que la reine avait été enlevée à une fête archenlandaise donnée pour le peuple mais aussi pour les fiançailles de Susan et de Jace. Jamais il n'avait été aussi en colère. Il avait toujours juré de protéger Susan, et celle-ci lui avait fait confiance. Mais puisqu'il était banni d'Archenland, il n'avait pu participer à la fête et aller à Anvard. Et voilà que la reine disparaissait.

Comme ils n'étaient pas très loin du hall d'entrée, Braethan fit signe au roi de le suivre, en silence. Lorsqu'ils furent là-bas, le maître d'armes s'assit sur une chaise présente normalement pour les invités, et espéra que Jace ferait de même. « Je suis sincèrement désolé pour la reine. Mais je vous fais une promesse comme je l'ai faite au roi Edmund : je ferai tout mon possible pour la retrouver. Je me suis juré de toujours veiller sur elle et de la protéger, et j'ai failli à ma tâche. Je réparerai cette erreur, et elle sera de nouveau ici, bientôt. » Cette fois, il fut plutôt sincère et son ton était au contraire fort et chaleureux. Il n'oubliait pas sa colère envers son roi, mais en ces temps, il savait qu'il était mieux d'avoir des alliés que des ennemis. En d'autres termes, il acceptait de le servir également pour l'aider à retrouver sa bien aimée, la reine de Narnia et la future reine d'Archenland.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Jace Deynor
Roi d'Archenland || Admin
∞ messages : 245
∞ double-compte : Amanda Lynn, Eden J. Thoryse, Theo E. Dacan
MessageSujet: Re: Croiser quelqu'un qu'on a pas vu depuis des années [Braethan]   Jeu 15 Aoû - 19:20

    Braethan me répondit qu’il était arrivé à Cair Paravel grâce à mon ami et allié le roi Edmund et qu’après la guerre il avait été le maître d’armes du palais par Susan. Rien qu’à l’évocation de ce nom, mon cœur bondit dans ma poitrine comme un félin en cage qui tente de s’enfuir par tout les moyens. Je ne savais même pas que lui et Susan se connaissaient, en même temps c’était logique, puisqu’il connaissait Edmund.
    J’avais envie de lui poser d’avantage de question par rapport à son lien avec la Reine, mais non pas par jalousie, mais par curiosité pure et simple. Cependant, mon ancien ami ne semblait pas vouloir s’aventurer d’avantage sur le sujet, du moins pas avec moi.
    Je ne pu m’empêche par la suite me demander si Braethan avait été présent le fameux soir de fête où Susan avait été kidnappé, même si elle était parti de on plein grès avec Edwin pour éviter qu’il y ait d’avantage de mort. Je me souvins alors que la fête avait eue lieu à Anvard, donc en Archenland et que Brae était banni, du coup il n’avait pas pu y assister. Vu le regard furieux qui s’animait dans ses yeux, il devait s’en mordre les doigts, je pense. Il s’excusa de suite après par rapport à cela et me promit qu’il réparerait son erreur en la retrouvant. Je souris. Je retrouvais là cet homme valeureux et courageux, autrefois mon ami.


    - Merci…

    Répondis-je, ma bouche s’étant ouverte toute seule pour laissé sortir ce mot. Il y eu un moment de silence, mais pas parce que je ne savais quoi dire, mais parce que je réfléchissais.
    Cinq ans étaient passés, certes, mais je sentais que Braethan avait changé, même si notre amitié était éteinte pour toujours à présent, car il me détestait trop à présent, mais je ne souhaitais pas qu’il y est plus de conflit entre nous qu’il y en avait déjà. J’allais prendre une décision, celle que me dictait mon cœur, et tant pis si cela ne plaisait pas à mes conseillers et autres Archelandais travaillant avec moi.


    - Le règne de Caspian est révolu, commençais-je en essayant d’aborder un air détendu. Je sais qu’à l’époque tu pensais bien faire en voulant l’aider et cela t’a valu d’être banni pour cause de trahison envers Archenland. Cependant, les temps ont changés et je pense que ta « punition » doit être levé sur-le-champ !

    Le ton solennelle sur lequel je parlais me fis trembler. J’étais tellement stresser ses derniers temps que j’en avais oublié cette habitude à parler ainsi lorsque je disais des paroles dites officielles. Je n’arrivais pas vraiment à savoir si Braethan était surprit ou s’il se moquait éperdument de ce que je venais de lui dire. D’un côté, je pouvais comprendre vu sa situation qu’il soit indifférent.

    - Bien sûr, je ne t’oblige en rien à revenir en Archenland, me rattrapais-je, car je constate que tu as fais du chemin depuis cinq ans et que tu t’es construit une nouvelle vie ici et j’en suis content pour toi. Sache seulement que si un jour tu passes pour une quelconque raison sur les terres Archelandaises ou que tu es de passage à Anvard, tu seras le bienvenue !

    Un sourire, se voulant bienveillant et sympathique s’afficha ensuite sur mes lèvres. Non, je ne m’attendais pas à ce que la rancœur de Braethan s’évapore sur de belles paroles, je voulais juste qu’il comprenne qu’au nom du peuple Archelandais je lui pardonnais son erreur passé, même si je n’avais jamais souhaité en venir au bannissement.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Braethan Melendir
Narnien
∞ messages : 146
∞ camp : Narnia
∞ double-compte : Ange Darennor Adam, Soren Eshbaan, Matías Ernelio
∞ humeur : froide
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: Croiser quelqu'un qu'on a pas vu depuis des années [Braethan]   Lun 26 Aoû - 22:48

Braethan, le cœur toujours aussi lourd, laissa un moment de silence. Tous deux semblaient réfléchir sur leurs « retrouvailles », sur ces cinq années. Les tensions s'apaisaient pour laisser place à l'air pur et magique qui régnaient avec grâce et puissance dans les couloirs de Cair Paravel. D'habitude, les murs du château étaient décorés à l'aide des fées narniennes, apportant une touche de joie et de couleurs. Mais depuis quelques temps, un gris pâle envahissait chaque coin de l'illustre lieu et plongeait ses châtelains dans un semblant d'hiver sans fin, comme autrefois. Le maître d'armes et le roi étaient plongés dans de sombres pensées qui les perdaient au fond des abîmes et qui n'éclairaient pas leurs cœurs braves et forts. Mais il semblait soudain qu'une lueur traversait leurs yeux et pénétrait leurs deux âmes semblables. Le jeune roi prit un ton solennel, si rare chez lui qu'il en était lui-même surpris. Quant à Braethan, il sentit son courage et toutes les raisons qui le poussaient à combattre pour le bien se loger dans sa poitrine et réchauffer son cœur meurtri par la rancœur.

Bien qu'il n'ait pas vraiment à le faire, car officiellement, le bannissement ne durait que cinq ans, le roi leva la sentence qu'il avait passé tant d'années auparavant. L'air frémit soudain entre les deux hommes, plein de majesté et de puissance. Une atmosphère semblable aux couronnements et aux adoubements sembla se répartir dans la pièce. Braethan, mû par cette ambiance royale et forte, quitta sa chaise et s'agenouilla avec fierté et honneur devant celui qui était redevenu son roi. Un genou au sol, une main contre le cœur, il fixa son souverain de ses yeux bleus brillants. Pendant un instant, il lui semblait être revenu au jour où il fut adoubé et qu'il prononça son serment de chevalier. Il entendait le souffle uni de ses confrères chevaliers, des seigneurs, des gardes. Puis soudain, lorsque le roi prononça le dernier mot et rangea son épée, les échos d'un tonnerre d'applaudissements rugirent dans les oreilles du jeune homme. Peu à peu, ces échos disparurent pour laisser place au souffle frais du vent de printemps qui pénétrait incessamment les couloirs par la fenêtre ouverte.

Finalement, Braethan, revenu à la réalité, se releva. Une certaine déception amère pouvait se lire dans ses yeux froids. Non, il n'était pas chevalier. Peut-être aurait-il pu essayer de le redevenir, il savait pertinemment qu'il avait toujours les qualités pour l'être. Mais son égo, sa fierté, dont sa carapace extérieure était constituée, lui interdisaient de seulement y songer. Peut-être que son bannissement et le comportement qu'il avait opté étaient un signe ; peut-être devait-il avancer, et ne plus revenir en arrière. Le passé n'était pas fait pour être répété. Alors il resterait maître d'armes. Peut-être intégrerait-il un autre poste dans les années à venir, il n'en savait rien. « Je vous remercie, Votre Majesté, pour la bonté dont vous faîtes preuve une nouvelle fois envers moi. Je ne peux guère vous promettre de revenir, car je sais que ma place n'appartient désormais plus à Anvard. Mais je reste mon humble sujet, prêt à vous servir si tel est le besoin, et rien ne m’honorerait plus que de venir en aide à Votre Majesté et au royaume à qui j'ai toujours juré fidélité et loyauté jusqu'à ma mort. »

Le jeune maître d'armes avait usé du même ton gracieux et solennel que le roi. Il n'était pas adoubé, mais il redevenait un sujet archenlandais, dont le devoir était de servir le peuple et la royauté. Aussi venait-il de dire à Jace que son cœur restait archenlandais, mais que le passé était derrière lui et qu'il ne reprendrait pas le même chemin glorieux. Un sourire ne put éclairer le visage fatigué de Braethan, et les traits de l'ancien banni s'assombrirent. Il ne revivait pas son adoubement. Il laissait derrière lui cinq années. Cinq longues années. Un certain poids sembla l'oppresser alors. Tout était fini. Il ne pouvait plus prétendre être cet homme à l'apparence froide qu'il avait adopté après son bannissement. Il n'avait désormais aucune raison de se cacher derrière une apparente colère et une froideur injustifiée. Mais Braethan ne pouvait laisser derrière lui cette armure, cette force qui lui permettait d'avancer et de combattre ses ennemis sans pitié mais avec une once de sagesse et d'expérience. Il avait changé, et ne redeviendrait sûrement pas l'homme joyeux et profiteur des fêtes et banquets avec ses vieux amis.

Aussi, afin que ce soit clair, malgré son engagement auprès de son roi, Braethan reprit un air assez froid qui lui était propre et auquel Jace n'était habitué, et prononça quelques mots sur le ton qui convenait. « Mais ne vous attendez pas à ce que j'approuve la décision que vous avez prise il y a cinq ans. Je sais que vous n'aviez pas le choix et que vous l'avez regretté. Mais même si je vous offre mon aide, il n'est pas question que je reprenne un quelconque poste à Anvard pour vous servir. Peut-être qu'un jour, je vous pardonnerai et j'accepterai de revenir au château, si vous me le permettez encore. En attendant, je reste au service du roi Edmund et de la reine Susan, en espérant que vous serez bientôt à la hauteur de votre défunt père. » Des mots durs qui n'aidaient en rien à faire une conversation. Encore qu'il avait été plutôt soft et n'avait pas cherché à dire qu'il n'était pas digne d'être sur le trône et de régner sur un peuple qui venait d'échapper à une guerre et à une invasion.

_____________________

If it be a sin to covet honor, I am the most offending soul.
Swift as a deer. Quiet as shadow. Fear cuts deeper than swords. Quick as a snake. Calm as still water. Fear cuts deeper than swords. Strong as a bear. Fierce as a wolverine. Fear cuts deeper than swords. Then man who fears losing has already lost. Fear cuts deeper than swords.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Jace Deynor
Roi d'Archenland || Admin
∞ messages : 245
∞ double-compte : Amanda Lynn, Eden J. Thoryse, Theo E. Dacan
MessageSujet: Re: Croiser quelqu'un qu'on a pas vu depuis des années [Braethan]   Ven 6 Sep - 15:39


    Je devinais facilement qu’il ne souhaitait pas forcément revenir à Anvard, de toute façon je ne l’obligeais en rien (encore heureux). Je souhaitais simplement lui faire comprendre que je n’avais aucune réticence au fait qu’il puisse revenir à tout moment, même de passage. Peut-être avait-il envie de revoir des amis ? De la famille ?
    Je détaillais discrètement le visage de Braethan tandis que je lui parlais. Il avait l’air si fatigué et son regard avait quelque chose de froid et dur. J’avais également remarqué qu’il ne souriait presque pas. Où était passé l’homme que j’avais connu ?
    Son cœur était peut-être resté Archelandais, mais je me doutais bien que même s’il disait me servir, cinq ans avaient passés et même si ce passé était derrière lui, ce n’est pas comme si rien n’avait changé, car en fait, tout avait changé.
    C’est alors qu’il reprit soudainement cet air froid qui me perturbait de plus en plus, moi qui était habitué à le voir en soldat souriant, heureux et drôle. Je l’écoutais attentivement sans rien dire. Je savais bien qu’il n’avait jamais approuvé cette décision de le bannir, de toute façon moi non plus, mais on m’y avait quelque peu contraint et j’avais été obligé de jouer mon rôle de roi, malgré mon amitié avec l’ancien soldat. Je fronçais légèrement les sourcils à la fin de son « discours ».

    « Je n’attends pas de vous un pardon. » commençais-je afin de mettre les points sur les ‘i’. « A vrai dire, je n’attends absolument rien de vous, Braethan. Vous êtes libre de faire ce que vous voulez après tout, je n’ai pas à vous dicter comment vivre votre vie. » Je lui adressais tout de même un sourire amical, bien qu’il ne semblait pas spécialement disposé à recevoir un geste de sympathie de ma part. « Vous faites un bon choix en servant le Roi Edmund et la Reine Susan, ils se montreront très bons avec vous. » Je ne cherchais nullement à le faire culpabiliser, car après tout, j’étais sincèrement content qu’il est plus ou moins reconstruit sa vie ici à Narnia et qu’il se soit donné un but. J’ignorais sa petite ‘critique’ de moi vis-à-vis de mon père, car je ne jugeais pas important de revenir là-dessus, de plus, je ne cherchais pas spécialement à égaler mon feu père, même s’il avait toujours été un modèle pour moi.

    J’avais presque la sensation qu’un vent glacial avait éteint notre conversation, mais ce n’était pas moi qui l’avais lancé. Braethan ne semblait pas réellement ravis de me voir ou de me faire la conversation. Pourtant, j’avais tant de chose à lui dire, je ne pouvais partir maintenant comme ça, lui disant à la prochaine comme si on n’avait jamais discuté. La curiosité finit par l’emporter. « Dites, qu’avez-vous fait durant ses cinq années ? »
    C’était peut-être impolis et indiscret de demander une telle chose, mais tant qu’à être. Et puis, je me moquais dans l’instar des étiquettes ou autre, je continuais seulement de le vouvoyez, car déjà il le faisait à mon égard et que donc nous n’étions plus aussi proches qu’avant pour se permettre de se tutoyer et se parler d’ami à ami.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Croiser quelqu'un qu'on a pas vu depuis des années [Braethan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Croiser quelqu'un qu'on a pas vu depuis des années [Braethan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA : A NEW AGE ™ ::  :: Cair Paravel-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit