Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Le Tertre oublié

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Frost Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 244
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Glacialement tourmenté
∞ commentaires :

My soul is full of pain


MessageSujet: Le Tertre oublié   Mer 28 Aoû - 9:28






Le Tertre oublié






SusanFrost

Couvert des pieds à la tête de sang qui n'était pas le siens, le rouge séché dans ses cheveux blancs, l'Empereur était rentré en plein milieu de la nuit et s'était dirigé vers les bains escorté par un bataillon de serviteurs lui demandant s'il avait besoin de tel ou tel chose. Il affichait une mine apaisée, comme si toute la déception et la colère qui l'habitait s'étaient évanouit en quelques jours. Il sortit de l'eau chaude au petit matin, propre comme un sous neuf, sa chevelure impeccablement lisse et soyeuse à souhait, il se parfuma même d'une eau de toilette au parfum délicat et s'habilla normalement. Frost n'était pas le genre de souverain à faire étalage de ses richesses, non, il aimait porter des vêtements sombres et d'une simplicité déroutante. Ainsi il s'était vêtus d'un haut de cuir épais sans manches et d'un pantalon de toile ample, une cape de voyage en laine bordeaux était fixé à ses larges épaules et des bottes de forures grises ornaient ses pieds. Un baudrier lui faisait office de ceinture où à son côté battait sa lance d'argent rétracté signe qu'il ne se servirait pas de sa magie aujourd'hui. En traversant les couloirs il donna de nouvelles directives à certains de ses serviteurs et croisa Ronal entrain de dormir debout le front appuyé contre un mur. L'elfe ne s'énerva pas (pour une fois) en le voyant ainsi, il le secoua doucement et lui ordonna de préparer deux montures et les provisions qui allaient avec pour le voyage, il devait agir le plus vite possible. Le gratifiant d'une courbette, le serviteur s'éloigna au pas de course, manquant de renverser un chariot couvert de linge propre.

L'Empereur, les cheveux virevoltant derrière lui, entra d'un bon pas dans la salle du trône, provoquant une cacophonie de cliquetis métalliques, les gardes s'inclinèrent sur son passage en ajoutant des "Votre majesté." , mais il les ignora superbement. Jusque là personne n'avait remarqué ce paquet qu'il tenait sous le bras, depuis quand l'avait-il ? Au lieu de se diriger vers le trône pour y prendre place comme à son habitude, l'elfe albinos emprunta le petit escalier qui montait en colimaçon jusqu'au donjon. Donjon dans lequel étaient les quartiers de la reine de Narnia. A son arrivée dans le couloir, les gardes avachis dans leurs armures se redressèrent d'un bon, signe qu'ils ne s'attendaient pas à voir leur chef débarquer si tôt; il proférèrent des excuses au passage de leur maître, mais ce dernier les ignora une fois de plus et tira le rideau qui servait de porte. Susan était là, dans sa chambre. D'une démarche presque militaire l'Empereur entra puis inclina doucement la tête en signe de salutation mais pas seulement. Il tendit les bras révélant aux yeux de la jeune femme quelque-chose d'emballé dans un tissus blanc et retenue par une ficelle dorée. Le paquet semblait bien mou; et sur son dessus un objets brillait, une fine barrette à cheveux, dont toute la structure et l'attache - normalement métallique - était faite dans le diamant le plus solide qui soit, représentant une fleur d'orchidée éclose, faite à partir de la fibre du saphir, donnant cette impression de soie bleue pâle, et le cœur de cette fleur royale était un rubis en forme de flocon de neige. À cela venait s'ajouter quelques feuilles délicatement formée dans l’émeraude la plus fine qui soit, et aux structures cristalline s'ajoutait trois branches pendante constituée de perles faites dans la même matière que les pétales de la fleur, et dont la dernière perle formait une goutte d'eau. Le tout scintillait doucement sur le paquet blanc. Frost gardait les yeux baissés sur le sol.  

« Veuillez acceptez ces modestes présent et puissiez-vous me pardonner du comportement que j'avais adopté l'autre fois... Susan Pevensie.»

Il ne bougeait pas d'un pouce attendant que la reine accepte ses cadeaux. Le paquet renfermait en réalité une somptueuse robe rouge sur les épaules de laquelle était fixé de la fourrure de renard blanc. Une robe luxueuse, mais aussi permettant de résister au froid, un trésor parfait pour partir à l'aventure; cette oeuvre avait bien sur était dessiné par la reine en personne. Comment Frost avait-il réussit ce tour de passe-passe ? Comment avait-il pu se procurer le dessin de la reine et ordonner à ses couturière de la faire sans que personne ne le sache ? Sans doute un secret de sorcier qui cherchait à se faire pardonner... Un petit son de clochette lui indiqua que la petite fée n'était pas très loin dans la pièce. Il se dit alors qu'il aurait due lui apporter quelque-chose à elle aussi, mais il ne savait pas ce qu'elle aimerait, peut-être une fleur ? Il se maudit de son incompétence et se jura d'offrir quelque-chose la prochaine fois au don de la jeune femme. Son visage exprimait la sagesse mais ses yeux dorés rivés sur le sol étaient emplit de honte. Il avait honte de s'être comporté ainsi la dernière fois qu'il était partit du château pour aller se défouler, il avait aussi honte de se racheter avec des biens matériel et il avait aussi honte de ne pas avoir pensé à la petite fée lumineuse. Qu'allait donc penser la reine de Narnia ? Il gardait les yeux rivés sur le sol, certain qu'elle n'accepterais pas forcément sa proposition de partir à l'aventure.

« Je pense qu'un peut d'air vous ferai du bien et dans cette tenue vous n'aurez pas froid pour m'accompagner.»



La vie est une aventure, elle doit être sans cesse disputée à la mort.



© Méphi.



_____________________

    I was once like you. You have come to this place seeking to bring judgement upon the damned.♘  .ReedNight
     
    But you are only quite a little fellow in a wide world after all !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Susan Pevensie
Reine de Narnia || Élue
∞ messages : 179
∞ camp : Narnien
∞ double-compte : Aleksander F. Blackburn
∞ humeur : Douce
∞ commentaires :

« Please my love, stay with me until the very end. »


MessageSujet: Re: Le Tertre oublié   Mer 28 Aoû - 18:10


Il y avait déjà quelques jours que l’Empereur Frost avait quitté son château et que j’étais conviée à rester dans mon donjon. Je m’occupais comme je pouvais, tantôt dessinant des robes, tantôt lisant des livres de ces contrées lointaines qu’étaient le Nord. La magie était présente dans beaucoup d’ouvrages, j’avais l’impression de me replonger dans le temps ou la magie était omniprésente à Narnia, lors de notre premier règne. Depuis notre retour et les nombreuses guerres, beaucoup avaient perdus espoirs et la magie avaient finit par disparaître de nos contrées narniennes. Ici, il semblait que tout n’était que magie, même au sein du château il régnait une atmosphère mystique et unique. J’aimais passer du temps à lire ces ouvrages, datant parfois de plusieurs siècles et m’informant toujours un peu plus sur cet étrange pays qu’était l’Empire enneigé de Frost Osbern. Cependant, un jour je surpris la conversation de deux hommes armés gardant ma tour discuter du retour de l’Empereur dans le château. J’avais en effet cru ressentir sa présence froide et étrange lorsqu’il était entré. Je me surpris à me demander si il allait bien et si il allait venir à ma rencontre. Il fallait dire que notre première conversation s’était plutôt mal terminée quand j’appris qu’il aidait le roi Edwin. Je dois avouer que la peur irascible du pouvoir de ce roi telmarin me hantait toutes les nuits et m’obligeait sans cesse à me remettre en question.

Ce jour là j’étais assise sur un fauteuil devant la cheminée allumée, lisant un autre ouvrage nordique, lorsque j’entendis de l’agitation dans le couloir derrière la grille et le rideau me séparant du reste du château. Jetant un coup d’œil à Clochette, posée sur le rebord de l’âtre de la cheminée, je compris qu’elle se posait les mêmes questions que moi. Soudain, j’entendis qu’on écartait brusquement le rideau et je sursautais légèrement, tournant la tête vers la grille. Je vis alors l’Empereur Frost, un colis à la main, ouvrir la grille métallique et pénétrer dans la pièce. Je refermais le livre avec douceur et le posait sur la petite table proche de moi avant de me relever pour faire face à l’Empereur et lui fit une révérence élégante dont j’avais seule le secret. Me redressant, je posais mon regard azur sur l’Empereur et constatait qu’il semblait détendu mais je cru lire une sorte d’expression honteuse sur son visage, sans comprendre pourquoi. C’est alors que le maitre de ces lieux s’inclina vers moi en me tendant un paquet emballé d’un tissu blanc et retenu par une fine corde dorée. M’approchant doucement, quelque chose de brillant attira mon attention sur le dessus du colis. Il s’agissait d’une magnifique pince à cheveux représentant une orchidée ouverte, possédant des pétales et des détails tous plus magnifiques les uns que les autres et entièrement recouvert de pierres précieuses et brillantes. La surprise était lisible sur mon visage et alors que j’ouvrais la bouche pour le remercier, ce fut lui qui brisa le silence le premier en m’indiquant qu’il m’offrait ces présents pour se faire pardonner de son comportement quelques jours plus tôt. Il m’appela pas pour prénom et mon nom sans ajouter de titre, comme si ces paroles étaient beaucoup plus personnelles et non formelles. Je posais mon doux regard sur lui en souriant.


    « Vous n’avez rien à vous faire pardonner, c’est déjà oublié. »


Dis-je dans un joli sourire. Je finis par prendre le paquet qu’il me tendait et me déplaçait vers le lit pour le déballer. Il s’agissait d’une robe magnifique que j’avais dessinée quelques jours plus tôt. Mes yeux brillaient d’une lueur d’admiration et mes lèvres affichaient un sourire radieux, témoins de ma joie face à ce cadeau. J’entendis alors l’Empereur derrière moi me proposer une balade et, toujours souriante je me retournais vers lui. Je m’approchais de lui et, posant mon regard dans le sien je m’inclinais doucement.


    « Ces cadeaux sont magnifiques, je vous en remercie du fond du cœur. En gage de ma reconnaissance je vous accompagnerais vêtue de cette sublime robe. »


Lui offrant un autre sourire, je le vis me remercier puis tourner les talons et m’indiquant m’attendre dans la salle du trône en bas des escaliers, je devais le rejoindre une fois prête. Quand il fut parti et eu tiré les rideaux, je me hâtais de me préparais ainsi que Clochette. Cette dernière utilisa sa magie pour se confectionner une tenue résistante au froid, bien qu’elle n’en ait pas forcément le besoin. Plusieurs minutes plus tard, je fis mon entrée dans la salle du trône, descendant les escaliers en tenant ma robe dans mes mains. Une fois sur le palier, je vis de nombreux regards admiratifs dans ma direction, il fallait dire que ma tenue n’était pas des plus discrète. La robe était d’un rouge profond, tombant jusqu’à mes pieds. La voilure de dessous était ornée de dessins noirs et une voilure supérieure plus sombre venait de poser avec élégance par dessus. Le col était orné de roses rouges brodées avec soie et dentelles. Enfin, une épaisse cape rouge sombre tombait dans mon dos, accrochée au niveau des épaules par une fourrure de renard blanc. Je portais des gants noirs et j’avais coiffé mes cheveux de manière à ce que je puisse faire tenir une mèche derrière mon oreille droite grâce à la pince à cheveux de l’Empereur, sans oublier ma bague de fiançailles par dessus mon gant. Apercevant Frost un peu plus loin, je m’approchais de lui avec un sourire timide, le monde m’admirant autour de moi me rendant légèrement mal à l’aise. J’étais prête à affronter le froid de ses contrées et découvrir enfin ces terres enneigées dont j’avais tant entendu parlé.

Un aperçu de la robe ici.

_____________________
'cause I'm just one of those ghosts, travelling endlessly. Don't need no road, in fact they follow me. And we just go in circles. Now I'm told that this life and pain is just a simple compromise so we can get what we want out of it. Someone cared to classify, a broken heart and twisted minds, so I can find someone to rely on.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Frost Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 244
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Glacialement tourmenté
∞ commentaires :

My soul is full of pain


MessageSujet: Re: Le Tertre oublié   Sam 31 Aoû - 10:29






Le Tertre oublié






SusanFrost

Ravie des réaction de la reine, Frost se redressa fièrement lorsqu'elle s'empara des présents qu'il lui tendait. Elle souriait, une réaction qui ne trahissait donc pas ses dires à propos du fait qu'elle avait tiré un trait sur le comportement passé de l'elfe albinos. Puis elle accepta de l'accompagner, manquant de le faire sourire de bonheur. Il posa gracieusement une main sur son coeur et inclina doucement la tête en signe de gratitude puis il sortit de la pièce à grands pas afin de la laisser se changer en paix. Arrivé en bas de l'escalier en colimaçon, Frost ordonna à tout les gardes que l'on ouvre en grand les portes de la salle du trône et du hall d'entrée. Il en était ainsi à chaque fois qu'un évènement important avait lieu lorsque l'Empereur devait s'absenter théâtralement de la forteresse. Une petite brise rafraîchissante investit donc les lieux, les rayons du soleil vinrent se poser sur le sol de pierre tandis que Ronal venait tout juste d'arriver avec les deux montures prêts au voyage, il attendais devant le hall d'entrée et posait ses yeux ébahit sur l'immense porte ouverte. Susan descendit quelques instants après, s'approchant de l'Empereur qui tourna la tête dans sa direction. Avait-il un jour imaginé qu'une simple humaine puisse être la plus belle des créature de ce monde ? Non bien sur que non, mais la tenue de la reine de Narnia ne le laissa pas si indifférent qu'il le montrait. Le tissus rouge, la robe, la cape et la fourrure combinée à sa peau pâle, ses cheveux noir et ses yeux clairs, il y avait de quoi faire tressaillir plus d'un homme. Les soldats dans leurs armures et les quelques serviteurs présents avaient tous leurs yeux rivés sur Susan, chacun s'étant arrêtés dans leurs activités. Las du comportement de ses hommes, Frost agita une main dans les aires avant de faire signe à sa compagne de se diriger vers l'extérieur. Toutes les armures grincèrent à l'unisson et les serviteurs reprirent leurs activités d'une démarche mécanique; la magie les forçaient à ne plus regarder dans la direction de la reine afin qu'elle ne soit pas trop mal à l'aise. Un petit tour de magie de rien du tout.

Une fois à l'extérieur, Frost aida la reine à enfourcher sa monture, ce n'était pas un vulgaire cheval comme on en trouve partout dans le monde, non. Les deux chevaux étaient les montures personnelles de l'Empereur, des créature ayant reçut des don de magie runique afin d'être plus puissant, plus robustes, plus intelligent... La monture de la reine était une jument à la robe grise et au crin blanc, l'étalon de l'Empereur était totalement noir et devait bien mesurer dans les 2 mètres au garrot. Il l'enfourcha sans plus de difficulté avec l'agilité propre à ceux de sa race. Ronal caressa leurs museaux et leur murmura de protéger les deux individus qui les montaient puis il entra dans la forteresse pour vaquer à ses tâches. Frost fit signe aux gardes de refermer les portes puis ils purent enfin partir.

Cela devait faire une heure qu'ils étaient en route, chevauchant côte à côte au petit trot vers le Nord. La neige était là sur le sol et sur les branches des pins argentés, par endroit on pouvait apercevoir des champignon ou des perce-neige, on entendais aussi par moment des oiseaux chanter, des écureuils se déplacer de branche en branche faisant tomber de temps à autre des paillettes de neige sur les deux individus. Ils sortirent enfin du couvert des arbres. Les yeux de l'Empereur s'attardèrent quelques instants sur les montagnes au loin, c'était leur direction. Sans autre bruit que les craquement de la neige sous les sabot des montures, ils traversèrent une immense pleine à moitié enneigée où un berger faisait paître paisiblement son troupeau de... bêtes poilus à groins. Soudain Frost leva un bras et pointa la direction de l'Est, à quelques centaines de mètres, se trouvait un énorme bosquet de chêne aux feuilles d'un vert profond. S'assurant que Susan avait bien vu, il fit partir sa monture au gallot dans cette direction. Pourquoi tout les autres arbres étaient recouverts de neige et pas ceux-là ? Et d'ailleurs ce n'était pas des sapins comme ils en voyaient depuis leur départ, mais bel et bien des chênes, et surement d'autres espèces d'arbres devaient s'y rassembler.

Frost fit ralentir sa monture une fois qu'il arriva à l'orée du bois, puis il descendit de monture en se laissant glisser à terre. Le sol était plutôt sec, et il n'y avait pas de neige ici, seulement de la verdure. Oui de la verdure, comme s'ils s'étaient retrouvé dans un autre monde, loin de la neige et du froid mordant. Il n'y avait pas de sentier, simplement des plantes en tout genre et des arbres plusieurs fois centenaires. Le cheval noir s'empressa de brouter l'herbe verte au pied d'une vieille souche creuse couverte de mousse et de champignons. Pas besoin de l'attacher il ne s'enfuirait pas de ce petit paradis pour retourner gambader dans la neige, et il en serait de même pour la monture de Susan. Frost lança un regard à la reine de Narnia puis il se mit à marcher sur l'herbe, s'enfonçant plus profond sous les hautes branches des arbres. Les rayons du soleil filtraient tel des faisceaux lumineux à travers les feuillages, baignant les environs d'une atmosphère idyllique. Une légère brise chatouillait les narines, apportant une délicieuse odeur de fleurs et d'herbe fraîche. Ils arrivèrent dans une petite clairière à ciel ouvert où un ruisseau gazouillait derrière un gros rocher. Soudain l'Empereur escalada le rocher mousseux et s'y assit en tailleur, invitant la reine de Narnia à faire de même. Scrutant les bois, l'Empereur semblait attendre. Un temps s'écoula avant qu'un étrange sons ne parvienne à leurs oreilles. Dans le lointain un rire cristallin retentit. Mais étais-ce vraiment un rire ? Des petites particules douces et semblables à du pollen ou de la neige, virevoltèrent dans la petite clairière puis les bruits se rapprochèrent. Frost aimait cet endroit, un havre de paix où il était déjà venu plusieurs fois lorsqu'il était enfant.

C'est alors que le bruit parvint à leur oreilles, plus clair et plus net que jamais. Non, ce n'était pas un rire, mais un hennissement d'une beauté et d'une douceur sans nom. Entrant doucement dans la clairière, deux licornes avançaient fièrement vers le petit ruisseau au pied du rocher sur lequel étaient les deux suzerains. Toutes deux plus blanche que la neige, l'une avait une corne d'argent, l'autre avait une corne d'or plus longue. Ce spectacle ressemblait presque à un rêve. Les deux créatures se désaltèrèrent comme si elles n'avait pas remarqué la présence des deux individus dans leur sanctuaire. La licorne à corne d'argent releva ensuite sa tête, faisant osciller son crin immaculé. D'un geste lent et emplit de la grace des elfes, l'Empereur tendit la main et la posa sur le museau de la licorne. Hénissant de plus belle, la créature semblait ravie, elle tendit un peut plus le cou pour se rapprocher de son vieil ami. Joue contre joue, Frost caressait sans mouvement brusque l'encolure de la licorne tout en murmurant.

« Je crois que ce petit détours ne vous déplaira point . Les licornes ne parlent pas, et pourtant il n'est pas difficile de les comprendre. Vous êtes ici dans leur sanctuaire, un vieux sortilège protège ces lieux. Un vulgaire chasseur ne verrait qu'une vielle forêt d'arbres mort sous la neige. »

La seconde licorne, celle avec la corne d'or, releva enfin la tête, projetant de l'eau sur les plantes alentours, puis elle avança vers le rocher, ses yeux azur plongés dans ceux de la reine de Narnia. Il devait surement y en avoir d'autres dans ce bosquet magique, mais ces deux là, avec les sabot et la corne d'or ou d'argent, semblaient incarner les deux suzerains de ce sanctuaire.


La vie est une aventure, elle doit être sans cesse disputée à la mort.



© Méphi.



_____________________

    I was once like you. You have come to this place seeking to bring judgement upon the damned.♘  .ReedNight
     
    But you are only quite a little fellow in a wide world after all !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Susan Pevensie
Reine de Narnia || Élue
∞ messages : 179
∞ camp : Narnien
∞ double-compte : Aleksander F. Blackburn
∞ humeur : Douce
∞ commentaires :

« Please my love, stay with me until the very end. »


MessageSujet: Re: Le Tertre oublié   Lun 18 Nov - 16:53


Il faisait extrêmement froid à l’extérieur du château et je me demandais bien comment on pouvait vivre toute l’année ici. Cair Paravel connaissait certains hiver rudes bien entendu mais il n’avait jamais fais aussi froid. Toutefois, ce froid me rappela une sombre période de l’âge de Narnia, lorsque la Sorcière Blanche dominait tous les royaumes. J’eu un frisson en y repenser et préférait chasser ces idées de mon esprit lorsque l’Empereur m’aida à monter sur mon cheval, une belle jument à la robe grise. Il me sembla que cela faisait des années que je n’étais pas monté à cheval. Je retrouvais cependant rapidement mes habitudes et, mes deux jambes du même côté, comme devait monter les dames, j’attrapais la bride pour guider mon cheval et suivit alors l’Empereur à travers une forêt somptueuse.

Nous chevauchions en silence et j’avais la tête ailleurs, le regard observateur sur cette nature froide mais qui semblait magique. Certains oiseaux que nous n’avions pas dans notre royaume s’envolaient et faisant tomber de la neige. Des plantes que je ne connaissais pas sembler pousser et s’épanouir dans ce climat froid et dur, comme si elles s’y plaisaient. Parfois je ne pouvais empêcher un sourire de se dessiner sur mes lèvres rouges, je semblais bien loin de tous les soucis et je préférais laisser mon esprit s’émerveiller devant ce paysage plutôt que m’embrouiller l’esprit avec des pensées sombres. Puis, l’Empereur s’arrêta et me désigna un endroit étrange. En effet, alors que tout était recouvert de neige, il semblait qu’un bosquet de chêne était à l’abri puisque l’on pouvait observer le feuillage vert et abondant. Je fronçais les sourcils, signe de mon incompréhension puis suivit la route de l’Empereur qui s’y dirigeait manifestement.

Une fois arrivé là bas, nous étions comme dans un bout de forêt de Narnia, tout était vert et le sol était recouvert d’herbe et non de neige. Toujours aussi étonnée de cette découverte, je descendais de mon cheval et prit ma robe dans une de mes mains pour la soulever légèrement et marcher aux côtés de Frost. Clochette voletait près de moi et semblait tout aussi étonnée de cet endroit. Je ne savais où poser mon regard, sur ces feuilles vertes et brillantes ou sur les fleurs colorés et magnifiques ? C’est alors que l’Empereur grimpa sur un rocher et m’intima du regard de faire de même. Après m’être installée sur le rocher, je laissais mes jambes pendre dans le vide et observait cette clairière apaisante. Le cadre était somptueux et semblait posséder une étrange magie, toutefois, je me retins de poser la moindre question, préférant laisser l’Empereur me répondre lorsqu’il le désirerait, je ne voulais gâcher ce moment pour rien au monde. Nous sommes restés ici de nombreuses minutes sans que je comprenne ce que nous attendions quand j’entendis un son étrange.

Le vent s’engouffra dans mes cheveux et mon regard se posa sur des créatures magnifiques que je reconnu immédiatement : des licornes ! J’étais émerveillée de trouver de telles créatures en ce lieu et ne put m’empêcher de sourire. Doucement, les deux licornes approchèrent et l’Empereur caressa la première qui possédait une corne d’argent. Il m’expliqua alors que ce lieu ét ait magique, protégé par un sortilège ancien. Je souris en le regardant et la licorne à la corne d’or s’approcha de moi. Je fus surprise mais doucement, je levais la main pour la caresser. Nos regards azur se croisèrent et j’eu un sourire tendre avant de la caresser avec plus de douceur. « Cet endroit est magnifique, vous avez raison de protéger ces licornes. Dans le monde d’où je viens, on dit qu’elles représentent la pureté la plus parfaite et sont des créatures divines. » Ma voix était douce et un petit sourire tendre affiché sur mon visage. Mon regard ne pouvait se décoller de celui de la licorne en face de moi. J’étais comme envoutée par tant de magie et de beauté.

HJ : Je suis désolée pour le temps de réponse u.u

_____________________
'cause I'm just one of those ghosts, travelling endlessly. Don't need no road, in fact they follow me. And we just go in circles. Now I'm told that this life and pain is just a simple compromise so we can get what we want out of it. Someone cared to classify, a broken heart and twisted minds, so I can find someone to rely on.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Tertre oublié   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Tertre oublié

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA : A NEW AGE ™ ::  :: Collines et Montagnes :: Les grottes-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com