Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 The Last Song ; RP intrigue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Tash
Dieu Calormène || PNJ
∞ messages : 30
MessageSujet: The Last Song ; RP intrigue.   Lun 11 Nov - 18:12


The Last Song



    Les terres du nord sont des terres hostiles et dangereuses. On dit que maintes créatures s'y trouvent et que celles-ci auraient été créées par la magie de l'ancien temps. A travers les montagnes, depuis quelques temps, des phénomènes étranges se produisent. Certains hommes ont entendu dire que les géants eux-mêmes craignaient de trop s'en approcher. Pourquoi ? Que peut-il bien s'y passer pour que les créatures elles-mêmes n'osent plus non plus s'y aventurer ? Les rumeurs font bon train dans les tavernes, les théories également. Certains y auraient entendues des hurlements incessants, d'autres auraient senti des secousses près des grottes, alors qu'ils en étaient assez éloignés.

    C'est sans doutes pour découvrir d'où provient la cause de toutes ces rumeurs et ces cris que quatre personnes décidèrent d'aller se rendre aux grottes. Pour vérifier si les théories n'étaient pas purs mensonges et si tous disaient vrai. C'est ainsi que deux femmes partirent de leur côté. Une elfe et une fée prirent donc le chemin des montagnes pour parvenir à atteindre les grottes où se trouvaient déjà deux hommes, partis eux aussi, peu avant elles. Ainsi donc, à peine les quatre jeunes gens se trouvèrent réunis à l'intérieur d'une grotte que des secousses firent leurs apparitions. Que se passait-il ? Visiblement, une avalanche se préparait ; et celle-ci risquait bien de boucher l'entrée de l'endroit par lequel notre petit groupe avait encore une chance de sortir...


Le groupe est constitué de :

Eléa E. Lys
Vesperina-C. Farell
Aldric Elaazar
Edwin G. Petterson


Eléa et Vesperina sont donc parties seules de leur côté, tout comme Aldric et Edwin. Les deux petits groupes se retrouvent donc à chercher chacun l'origine de tout ce remue-ménage, pour des raisons diverses et personnelles. Une fois tous réunis dans la même grotte, ils se retrouvent donc bientôt piégés par une avalanche qui va les condamner à devoir trouver une autre issue pour sortir des montagnes...
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Edwin G. Petterson
Nordique || Élu || Admin
∞ messages : 518
∞ double-compte : Vitani (calormène)
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Jeu 14 Nov - 15:05

THE LAST SONG ♪



    Les rumeurs avaient tellement du changer d'un écho à un autre que je doutais de la véracité de ces propos. Mais pourtant, si une parcelle de vérité était dissimulée sous toutes ces belles paroles, il y avait bel et bien un danger du côté des montagnes, là où se situait mon dragon, Ancagalon. Je ne pouvais pas m'empêcher de songer à lui, car peut-être était-il la cause de toute cette agitation... ou peut-être bien qu'il en était la victime ? Il y avait tellement de phénomènes étranges dans le nord que je ne savais pas très bien si celui-ci avait plus de valeur qu'un autre. Déjà, la route pour aller jusqu'aux sommets passait par le territoire de ces abrutis de géants. Je ne pouvais m'empêcher de me souvenir d'eux, puisque j'avais failli mourir par la faute de l'une de ces créatures. Cependant, si je comptais y retourner cette fois, ce serait différent. Si je voulais vérifier les dires des alcooliques dans les tavernes ou vérifier que mon dragon n'était en rien lié à tout ça, j'avais plus de chances de m'en sortir vivant sans problèmes. Cette fois, Aldric était avec moi.

    Nous avons donc entamé le voyage vers les sommets et n'avons fort heureusement rencontré aucun problème vis-à-vis des géants, ni même de créatures dans la forêt. Officiellement, j'avais dit à mon compagnon que je voulais aller voir mon dragon, mais officieusement je désirais aussi voir si ce que l'on disait était vrai. En chemin, nous avons seulement du nous arrêter de temps à autre pour nous reposer, manger quelque chose et nous réchauffer – car n'oublions pas que nous ne sommes pas nés ici et que nous ne nous habituerons sans doutes jamais à ce froid hivernal incessant – avant d'arriver jusqu'aux grottes. Celles-ci se trouvaient dans un renfoncement dans les montagnes, il fallait monter par un chemin assez étroit pour y parvenir, mais c'était largement faisable. Il suffisait juste de ne pas tomber sur une plaque de verglas et glisser. Une fois devant l'une des grottes, je me tournais vers Aldric, l'air soucieux.
    « Et si on se trompait d'endroit ? Il doit bien y avoir plusieurs entrées... » Me souvenant aussi que le motif « principal » était Ancagalon et que je désirais vraiment le voir, je soupirais avant de continuer.

    « Je n'entend et ne ressens rien vis-à-vis de mon don. Je ne pense pas qu'il soit en danger mais je ne comprend pas pourquoi c'est aussi silencieux... surtout que d'après les rumeurs, il devrait y avoir des victimes de je-ne-sais-quoi dans les environs. Personne ne crie sans motif et repart sagement d'ici. »

    Décidant d'entraîner néanmoins Aldric avec moi par cette entrée, je posais mes mains sur les parois étroites de la montagne, dans l'espoir de découvrir quelque chose. Mais à peine venions nous de rentrer que des voix se firent entendre à quelques mètres de là. Attrapant mon compagnon par le bras, je reculais jusque dans un recoin sombre de la grotte et posais une main sur mon épée, au cas où. Deux silhouettes venaient de pénétrer en ce lieu, deux femmes apparemment. Je ne pus les reconnaître, mais je vérifiais rapidement mon apparence. Hormis mes cheveux plus longs qu'à Telmar, et une barbe de quelques semaines que j'avais laissé poussée ainsi que par mes vêtements nordiques, rien n'était censé trahir mon identité. Je jetais un coup d’œil à Aldric quelques instants avant de lui faire signe de sortir de l'ombre. J'avançais donc le premier, lentement, vers les deux femmes, toujours la main posée sur mon arme. Lorsque nous fumes tous plus ou moins proches, je portais mon regard sur l'une d'elles.

    « Que faites vous ici ? » demandais-je calmement mais sur un ton plus ou moins froid. J'avais l'impression de connaître l'une d'elles, mais j'avais un gros doute. Elle ne lui ressemblait pourtant pas... je devais donc me tromper. Tournant la tête vers Aldric, je demeurais sur mes gardes, espérant qu'en cas de problème, il pourrait réagir rapidement avec la magie. Puis tout à coup, des secousses se firent sentir. Les yeux rivés sur les parois de la grotte, mon seul réflexe fut d'attraper mon ami pour le garder près de moi si jamais un problème se présentait. Les secousses se firent alors plus violentes et un raisonnement plutôt alarmant se fit entendre alors que visiblement devant l'entrée – et sortie éventuelle – de la grotte, des rafales de neige commencèrent à s'écrouler. Comprenant alors que sortir par là n'était plus à l'ordre du jour, je reculais avec mon ami vers l'une des parois de la montagne en faisant signe aux deux femmes de faire de même. « Il ne manquait plus que ça... »

_____________________
Votre récompense vous l'aurez quand viendra ce beau jour
Quand la gloire couronnera ma tête, soyez prêtes !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eléa E. Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 79
∞ camp : Nord
∞ double-compte : Jacen Deynor, Naïla E. Till'aam
∞ humeur : Heureuse
∞ commentaires :
Sais-tu que l'on se construit plus par les drames auxquels on survit que par les bonheurs que l'on vit ?

MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Dim 17 Nov - 17:18


Partout dans l'empire on en parlait. Dans les tavernes, entre femmes, entre alcooliques d'un soir. On le murmurait, peut-être plus par respect pour les forces obscures à l'oeuvre que par crainte. Mais personne n'est dans le coeur des autres, et qui sait ce que chacun pensait de ces événements pour le moins étranges. Beaucoup prétendaient avoir aperçu des ombres au lointain, alors qu'ils étaient proches des grottes du Nord. Ceux là n'étaient pas cru. On ne peut voir d'ombre dans ce décor blanc. On gardait alors cette hypothèse que des gémissements se faisaient entendre. Des hurlements, des cris perçants. Eléa n'était guère en mesure de témoigner. D'autres disaient avoir ressenti des tremblements. Étrange...

L'elfe voulait voir, ou entendre ces phénomènes d'elle-même. C'est à pied qu'elle partirait, mais pas seule : une femme vivant actuellement au Nord manifestement allait faire partie du voyage. Il n'en avait pas été convenu ainsi, mais sans doute la curiosité des deux créatures avait pris le dessus sur le fait qu'elles ne se connaissaient pas. Une elfe et une étrangère ferait route vers les grottes. Qu'il en soit ainsi.
Le voyage ce fit tout d'abord silencieux, jusqu'à ce qu'Eléa rompe cette monotonie qui l'exaspérait au plus haut point. Le sujet de discussion se porta tout d'abord sur les créatures : elle parla de sa propre espèce avant d'assaillir sa camarade de route de questions au sujet de son vécu avant de venir ici. Le chemin parut alors moins long et ennuyeux, d'autant que la blonde sentait comme une amitié naître entre elles. L'elfe aborda ensuite le Nord, le dépaysement par rapport au Sud, la peur que lui avait tout d'abord inspiré l'Empereur avant qu'elle ne se rende compte de sa bonté d'âme, bien que légère d'après elle.
Parlant toujours, la jeune femme songea à son anneau noir, serré autour de son annulaire droit, sous ses gants chauds.

Perdue dans ses pensées, elle remarqua à peine qu'elles arrivaient aux grottes. Cependant, elle sentait, grâce au vent qui tournoyait dans les cieux, que quelque chose clochait. Quelque chose ici n'était pas normal. Mais elle ne sut dire quoi et préféra laisser tomber, gardant sur ses lèvres un mince sourire de gentillesse.

Vesperina et Eléa entrèrent dans les grottes. La Felindra sentait un poids sur ses épaules, et elle n'aurait pas pu dire pourquoi elle se sentait si oppressée, sans que rien ne lui fasse pressentir un quelconque danger. Y avait-il quelqu'un dans ces grottes, autre qu'elles ?
Ses inquiétudes furent confirmées après quelques instants où elle s'était instinctivement rapprochée de sa compagne, redoutant le pire, espérant qu'il ne se passe rien.
Ses yeux d'elfe virent un corps se mouvoir dans l'obscurité. A première vue, il lui était totalement inconnu. Un homme plutôt grand, blond. Il ne devait pas s'entretenir parfaitement étant donné l'état de sa barbe et des cheveux qui étaient bien plus longs que ceux des autres hommes du pays.
Il demanda ce qu'elles faisaient ici. Et lui alors ? La main sur son épée, accompagné d'un ami ?

L'elfe allait justement répondre, poliment comme à son habitude pour éviter tout conflit quand des tremblements firent vibrer ses jambes. Dans un moment de peur, et guidée par son instinct, elle s'empara de la main de Vesperina pour l'éloigner de l'entrée, qui se bloqua derrière elles, obstruée par la neige épaisse qui venait de tomber : une avalanche. Voilà qui était beau ! Elles se retrouvaient coincées dans un endroit peut-être clos avec deux inconnus.
Celui qui avait parlé leur faisait signe et Eléa, tenant toujours fermement la main de sa camarade, s'approcha lentement.

- Nous étions venus à cause des rumeurs sur les hurlements qu'on entend ici. Mais il fallait bien sûr que ça tombe sur nous. Ses yeux se rivèrent sur l'entrée de la grotte. Impossible de sortir. De plus, la lumière de l'extérieur ne leur parvenait plus. Par chance, étant nyctalope, elle voyait dans le noir comme au dehors. Un atout précieux en somme.
- Et vous ? Pourquoi êtes-vous ici ? Je vous propose simplement de ne pas rester ici, et de marcher pour tenter de trouver une sortie.

Eléa lâcha Vesperina et avança, jetant un regard aux deux hommes comme pour leur dire de la suivre. De toute façon, ils étaient désormais piégés, et leur seule chance de s'en sortir était de se serrer les coudes pour trouver une seconde entrée et donc un lieu pour s'échapper de cette grotte.

_____________________

 
♠️ C'est dans l'effort que nous devenons plus forts. ♠️
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Mar 19 Nov - 23:23

La rumeur aurait pu parfaitement être couverte par les histoires abracadabrantesques de Ronal, elle aurait pu rester cacher dans l'esprit des soldats qui ne parlaient que très peu à la douce qu'elle était. Non, la rumeur aurait parfaitement pu lui être inconnue, si elle n'avait pas entendu Frost Osbern en parler, c'est pourquoi elle lui avait posé des questions pertinents à ce sujet. La réponse ne lui avait pas plu, quoi qu'il se passe en ces terres, c'était beaucoup trop dangereux pour elle qui était encore très affaiblie par sa propre magie, et ne pouvait donc pas s'y rendre. Mais cette rumeur l'intriguait, non pas parce qu'elle était curieuse de nature, bien qu'elle le soit, mais parce que cela ressemblait à celle qui avait été formée peu de temps après que le village de Marbaden, celui qui l'avait vu naitre, avait brulé par sa faute. Des secousses, causées par sa magie lorsqu'elle ouvrait sa caverne aux inconnus envoutés par sa voix, des hurlements, ceux de ces mêmes inconnus, lorsqu'elle aspirait leur essence vitale. Tout était beaucoup trop ressemblant, et elle voulait en avoir le cœur net, était-ce un fait similaire à sa propre existence? Où bien une autre créature capable de reproduire les mêmes crantes dans le cœur de la population de ces terres? Ainsi, alors que tous dormait, Elle avait revêtu une enveloppe charnelle magique, et s'était couverte de telle sorte qu'elle ne pouvait être reconnu par ceux qui la connaissait, puisqu'elle portait une robe bustier noir, ainsi qu'une large cape de fourrure du même coloris, cependant, elle avait conservé son pendentif. Et c'est ainsi qu'elle quitta le château de Frost, parfaitement masquée par la magie, puisqu'elle était devenue rousse aux yeux verts, comme sa mère, et que son visage était bien plus ronds.

Elle traversa les nombreux couloirs du palais, et finit par quitter le château pour se retrouver en ville, dans une taverne parfaitement inconnue, ce n'était que la seconde fois qu'elle découvrait ce genre d'endroit. Elle ne fut point dépaysé contrairement à la première fois, où elle s'était faite passée pour une voyante, mais les gens d'ici étaient bien différents d'Archenland. C'est ici qu'elle fit la rencontre d'une belle elfe, qui, elle aussi, était à la recherche de la vérité sur cette rumeur. Elles prirent donc la décision, malgré leur rencontre récente, de partir à l'aventure ensemble. Il en fut ainsi.
Les deux femmes partirent dans un silence presque palpable, mais qui ne dura pas, l'elfe engagea la conversation, qui débuta en premier lieu sur son espèce, Vesperina fit comme si elle ne savait que très peu de choses à leur sujet, malgré sa grande connaissance grâce aux explications de Frost, mais aussi à sa seconde âme. Ensuite, elle se fut assaillit de question de la part de la dame, mais ne répondit que brièvement, faisant abstraction, évidement, de sa nature féerique, après tout, elle était la toute dernière de son espèce, et ce n'était pas pour rien. Toutes deux commençaient à créer ce que l'on appelle des liens. Le sujet suivant fut le nord, et cette fois-ci, Vesperina n’apprécia pas tant que cela la conversation, mais elle se tut, chaque être pensait ce qu'il voulait, et elle n'avait pas à donner son avis, même si cela concernait son seigneur protecteur.

C'est dans cette atmosphère qu'elles parvinrent aux grottes, et quelque chose dans l'air, dans cette odeur, cette essence, perturba légèrement la dernière fée de ce monde. C'était quelque chose de malsain, de mauvais qui se propageait dans l'air comme un parfum. Inconsciemment, elle serra son pendentif dans le creux de sa main, tout en argent, il se formait de spirale d'argent descendant en goutte d'eau et maintenant une pierre de quartz en son centre, son jumeau devait encore se trouver au château de son seigneur, au cou de son apprenti, ancien roi. À la seconde même où elles passèrent l'antre des grottes, la dernière des Farell frissonna, et son cœur rata un battement. Les deux femmes se rapprochèrent comme pour se protéger, une odeur venait de se mêler à l'atmosphère déjà pesante, et cette odeur était humaine.

L’inquiétude fut alors bien présente dans leurs corps, et les deux créatures féminines se rapprochèrent l'une de l'autre. Un être se mue alors devant elles, accompagnés par une ombre, il était grand, et de toute évidence, mal entretenu. Il les héla en les questionnant sur leur venue, une main sur le pommeau de sa lame, lorsqu'un bruit sourd se fit entendre, et que des tremblements prirent le sol en joug. Vesperina voulut lancer un sort, mais sa camarade d'infortune/d'aventure fut plus rapide, et l'entraina par la main avec un geste vif pour l'écarter du danger. L'entrée fut brusquement obstruée par une masse poudreuse et blanche : c'était une avalanche qui venait de les piéger dans cette grotte, en compagnie des deux hommes. Une étrange impression de déjà vue s'empara des entrailles de la fée masquée, mais elle se tut, et resta silencieuse durant la conversation menée par sa nouvelle amie Elfe.
- Nous étions venus à cause des rumeurs sur les hurlements qu'on entend ici. Mais il fallait bien sûr que ça tombe sur nous. Ses yeux se rivèrent sur l'entrée de la grotte. Impossible de sortir. De plus, la lumière de l'extérieur ne leur parvenait plus. Par chance, étant nyctalope, elle voyait dans le noir comme au dehors. Un atout précieux en somme.
- Et vous ? Pourquoi êtes-vous ici ? Je vous propose simplement de ne pas rester ici, et de marcher pour tenter de trouver une sortie.

-Il serait je pense, aisé de sortir d'ici, puisque l'air circule toujours, cela signifie qu'une entrée reste encore praticable. Mais peut-être devrions nous d'abord nous préoccuper de ce pourquoi nous sommes tous ici avant de fuir?

Sa voix avait été presque timide au niveau du timbre, mais elle s'était montrée impériale comme la puissante fée qu'elle était. Puissante? Plus pour longtemps, sans Frost, elle ne tiendrait pas vingt-quatre heure en ces lieux sans s'épuiser à force de garder son déguisement magique, sans compter le fait qu'elle aurait surement à utiliser de la magie offensive en cas de danger, et là cela réduisait considérablement son temps de conscience. Ainsi, sans même prendre en compte l'avis de ses nouveaux camarades, la Dame entraina son amie vers les deux hommes, les dépassa, et emboita le pas de ceux-ci, non sans s'être retournée pour voir s'ils la suivaient...

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Tash
Dieu Calormène || PNJ
∞ messages : 30
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Jeu 21 Nov - 13:44


L'avalanche commence à s'arrêter, bien que quelques secousses se font encore sentir dans la grotte. Alors que cela ne fait que quelques minutes qu'ils sont tous réunis au même endroit, Vesperina et Aldric commencent à entendre des voix.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Aldric Elaazar
Telmarin
∞ messages : 68
∞ camp : Le sien uniquement
∞ double-compte : Yoren Eshbaan
∞ commentaires :

    In your shadow I can shine.


MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Ven 22 Nov - 1:55

The last song.
Edwin, Elea, Vesperina, Aldric.
Bien avant qu’il ne décide de partir y vivre, Aldric avait entendu bon nombre de choses ahurissantes sur le Nord. On lui parlait d’une terre hostile, où le froid régnait été comme hiver et où l’on pouvait assister à des phénomènes étranges et inexpliqués. Morrigan avait bien essayé de le dissuader car elle-même lui avait parlé du danger  et lui avait conté ô combien cela pouvait être exténuant de vivre dans le Nord, sur cette terre à qui il n’appartenait pas. Le jeune druide s’était rapidement rendu compte à quel point cet empire était… Anormal. Tout était si différent ici, comme si la nature elle-même était magique et s’amusait à faire devenir fou les êtres humains qui osaient y vivre. Cette terre l’intriguait tout autant qu’elle le passionnait, d’autant plus depuis qu’il avait rencontré son ancien roi, Edwin que tout le monde ou presque croyait mort. Le Nord était décidément plein de surprises. Et c’était dès lors qu’Aldric et Edwin s’étaient trouvés que ce territoire était devenu passionnant pour le jeune druide. Il n’avait pas la chance de voir Morrigan aussi souvent qu’il le souhaitait, bien au contraire alors qu’avec Edwin, c’était différent. Leur solitude les avait rapprochés et souvent, ils partaient vers les montagnes rendre visite au don d’Edwin ou encore explorer des terres peuplées d’êtres magiques. D’ailleurs, Aldric en profitait pour s’entraîner à la magie, pour parfaire ses connaissances et ses capacités. Edwin, lui aussi, avait un don à maîtriser. C’était donc tout naturellement qu’Aldric décida d’accompagner Edwin lorsque celui-ci déclara vouloir rendre visite à Ancagalon. Il n’avait pas demandé ‘l’autorisation’ de l’accompagner, c’était comme ça, c’était tout. Cependant, le druide n’était pas totalement dupe. Si son ami voulait se rendre vers les grottes, c’était bien-sûr pour voir son dragon mais également pour s’assurer de quelque chose. Le Nord était moins peuplé que les autres pays mais les rumeurs y circulaient tout aussi rapidement. Pas un seul habitant n’ignorait ces rumeurs. En fait, ces murmures avaient fini par s’élever et s’étaient propagés sur tout le territoire. Il était difficile de distinguer le vrai du faux, si vrai il y avait. Cependant, toutes les rumeurs se rejoignaient sur deux choses : des cris inexpliqués et les grottes. Beaucoup en parlait mais personne ne bougeait. Probablement terrifiés par l’idée du destin funeste qui pouvait les attendre en haut. Aldric, quant à lui, était presque enthousiaste à l’idée de partir là-bas avec Edwin. Ils connaissaient le chemin par cœur maintenant et, hormis quelques haltes nécessaires, les deux hommes arrivèrent plus ou moins rapidement (et surtout sans encombres) aux grottes. Alors, avant de pénétrer dans celles-ci, Aldric jeta un coup d’œil à son compagnon qui avait l’air préoccupé. Edwin avait expliqué à Aldric que lui et son dragon étaient liés et que l’un ne pouvait vivre sans l’autre ; tout ce qu’ils ressentaient était partagé. C’est pour cela que le druide comprenait l’air soucieux de l’ancien roi. Et à vrai dire, lui aussi était inquiet car rien ne devait ni ne pouvait arriver à Edwin. Aldric ne pourrait le supporter.


- Le meilleur moyen de s'en assurer, c’est d’y entrer dit-il en indiquant d’un coup de tête l’entrée de la grotte où se tenait déjà Edwin. Tout en suivant Edwin, il continua. Je suis persuadé qu’Ancagalon se porte aussi bien que tu te portes. Un lien magique vous unie et s’il lui était arrivé quoique ce soit ou bien même s’il était la source de tout ces cris, tu l’aurais forcément ressenti.


Aldric n’était pas un fin connaisseur du lien qui unissait Edwin à son don mais il savait ce qu’était un lien magique. Il en partageait un avec Morrigan, sa sœur spirituelle alors peut-être était-ce à peu près similaire… Mais le jeune druide n’eut pas le temps d’y réfléchir plus longtemps. Quelqu’un approchait et, avant même qu’il ne puisse entendre quoique ce soit, il ressentit, au plus profond de lui, que quelque chose, ou plutôt quelqu’un, de magique approchait. Ce n’était pas un druide ou un être qu’il connaissait. Non, il en ignorait la nature. Mais avant même qu’il ne puisse prévenir son ami, Aldric sentit la main d’Edwin se refermait sur son bras pour l’entraîner un peu plus loin, là où l’on ne les verrait pas. Aldric avait été tellement troublé par la magie qu’il sentait arriver, qu’il n’avait même pas entendu ces personnes approchaient. Aussi, d’un signe de tête, il fît comprendre à Edwin qu’il le remerciait. Deux femmes se rapprochèrent alors et ne semblaient pas encore avoir repéré les deux anciens telmarins. Edwin s’avança en premier vers elles. Aldric, quant à lui, le suivait comme son ombre. Il restait en retrait, comme pour surveiller les arrières de l’ancien roi. De là où il était, il avait l’impression de tout voir mieux, de pouvoir voir ce qu’il se passait et avoir ainsi la capacité de réagir plus vite si les deux inconnus décidaient d’attaquer. Bien qu’aucunes d’elles n’avaient l’air méchantes ; Aldric restait sur ses gardes. Il posa alors son regard sur la rousse. C’était elle, il pouvait sentir la magie en elle. Tout comme elle devait probablement sentir la magie en lui. C’était l’un des avantages de la communauté des praticiens de la magie : ils pouvaient se reconnaître sans même se parler. Aldric écouta Edwin parler, sans lâcher la rousse du regard. Puis il finit par s’en rapprocher un peu, à l’instant même où celui-ci lui jeta un coup d’œil,  pour lui murmurer


- Méfie toi, l’une d’entre elle…


Sa voix se brisa à l’instant où il sentit le sol trembler sous ses pieds. Machinalement, il chercha à croiser le regard d’Edwin avant que ce dernier ne l’attrape. Tout se passa rapidement et avant même qu’il n’eut le temps d’agir, ils firent plongés dans le noir le plus complet ; un bref instant. Par chance, Aldric avait pris pour habitude d’amasser de quoi faire brûler un feu dans son sac avant chaque départ. Grâce à ses pouvoirs, il parvint à allumer une torche, non sans lancer un regard en coin à Edwin ; affichant un demi-sourire. Ici, il n’avait pas à cacher sa vraie nature. Cependant, son sourire s’effaça aussi rapidement qu’il était venu lorsqu’il constata que l’entrée de la grotte était complètement bouchée par de la neige. Le nord réservait bel et bien son lot de surprises inattendues. Tout en réfléchissant à ce qu’ils allaient bien pouvoir faire, Aldric écouta les deux femmes répondre aux questions d’Edwin. Elles aussi étaient là suite aux rumeurs incessantes. La jeune femme rousse se mit à parler. Alors, à nouveau, Aldric la fixa, sans vraiment écouter ce qu’elle avait à dire. Il ne parvenait pas à déceler sa nature.
Le jeune druide profita du court instant où les deux femmes marchèrent devant pour avertir son ami.


- L’une d’elle a de la magie en elle. Je ne saurais dire si elle s’en sert pour le bien ou pour le mal, je ne sais même pas si elle est au courant d’avoir ce don mais… restons sur nos gardes.


Puis ils se mirent à suivre les deux femmes. Après tout, ils étaient tous à la cherche de la même chose : comprendre les rumeurs et trouver une sortie. À nouveau, Aldric laissa Edwin passer devant, marchant alors dans son ombre. Il marchait depuis quelques minutes quand il s’arrêta net, ouvrant de grands yeux.


- Qu’est-ce que c’était ? Vous avez entendu ? demanda-t-il aux trois autres


Pourtant, ni Edwin ni la femme blonde ne semblaient réagir. Aldric, qui était resté silencieux depuis l’arrivée des deux étrangères,  était sûr de lui, il n’avait pas halluciné. Il entendait des voix. Des voix qui venaient des entrailles de la montagne ; des voix qui, sans pour autant prononcer son nom, l’appelaient presque. Il n’aurait su dire pourquoi mais il en était presque hypnotisé. Il secoua alors la tête et se dirigea vers la jeune femme rousse, en tête du cortège, qui semblait elle aussi troublée.


- Toi, dit-il une fois arrivée à son niveau. Tu les entends aussi, n’est-ce pas ?


Le druide regarda alors Edwin et l’autre femme, dont il ignorait encore le prénom.


- Je crois que nous sommes au bon endroit pour trouver ce que nous cherchons, dit-il un sourire au coin des lèvres ; pas un sourire chaleureux mais un sourire satisfait. C’est comme si… la montagne elle-même nous appelait.


Il allait probablement passer pour un illuminé mais qu’importe. Ils allaient pouvoir trouver leur chemin maintenant. Mais nul ne savait où mènerait ce chemin. Une chose était sûre, Aldric allait suivre ces voix.
 
Code by Silver Lungs

_____________________
Save me from the nothing I've become
I've been here waiting for something to live and die for. You see my soul, I'm a nightmare. I've lost control I'm crashing into the dark. You're the sun and I'm the moon. Without a soul, my spirit sleeping somewhere cold until you find it there and lead it back home.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Edwin G. Petterson
Nordique || Élu || Admin
∞ messages : 518
∞ double-compte : Vitani (calormène)
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Sam 23 Nov - 21:37

THE LAST SONG ♪



    L'une des nouvelles venues venait de me répondre en nous disant qu'elles étaient là suite aux rumeurs. Hum, après tout, pourquoi ce seraient-elles amusées à venir par ici... j'entendis quelques bruits provenant alors du sac d'Aldric et lorsque je vis le jeune druide allumer une torche grâce à sa magie, je ne pus m'empêcher d'être soulagé et d'esquisser un demi-sourire complétant le sien. Il fallait dire que nous nous étions drôlement bien trouvés lui et moi, étant donné que j'étais un élu, tandis que lui était même né avec sa magie. Je continuais de trouver ça fascinant, pourtant ça faisait quelques mois maintenant que je m'y étais accommodé. Lorsque les deux jeunes femmes prirent les devants pour s'enfoncer dans les profondeurs obscures de la grotte apparemment sans mal, ce qui semblant assez étrange, mon compagnon m'avertit de la présence d'un être magique parmi l'une d'elles. Je le remerciais de l'information d'un signe de tête avant de m'engager avec lui à notre tour dans cette quête pour retrouver un chemin de sortie. Passant légèrement devant mon ami mais en m'assurant de ne pas trop s'éloigner de lui afin de toujours voir où je marchais, j'espérais que personne n'était claustrophobe, car ce serait éventuellement dommage... pour lui. Ou que quelqu'un ait peur du noir.

    Je me demandais davantage ce qui pouvait errer dans cette partie des montagnes et si nous étions bien au bon endroit où ces fameux cris ce seraient fait entendre... mais je n'en doutais pas tellement puisque les secousses avaient été réelles, elles. Cependant, à peine la marche était entamée que Aldric nous demanda si nous avions entendu quelque chose. Me retournant quelques instants vers lui en l'observant voir s'il allait bien, puis voyant qu'il semblait perturber, je lui répondis simplement que je n'avais rien remarqué. Il passa alors près de moi pour rejoindre l'une des deux femmes, la rousse. Voyant alors ma source de lumière se diriger un peu plus loin, j'accélérai le pas pour ne pas me retrouver plongé dans le noir. J'atteignis alors l'autre femme du groupe puis je décidais de répondre à sa question posée quelques instants auparavant.
    « Nous sommes ici aussi pour découvrir l'origine de ces rumeurs. Visiblement, l'une d'elles vient de se confirmer... » Je focalisais ensuite mon attention sur l'inconnue et Aldric, qui se retourna pour nous parler. Je ne m'inquiétais pas facilement à vrai dire, mais l'air de mon compagnon m'intriguait et je n'aurai su dire si cela était un bon ou un mauvais signe. Soupirant légèrement, je restais à proximité de lui et des deux jeunes femmes, me demandant pourquoi il avait soudainement cet air si sûr.

    Alors que nous nous engouffrions dans un autre endroit de la grotte, les murs semblèrent être plus étroits. N'ayant pas tellement envie de me retrouver coincé entre tout le monde, ni à l'arrière, je me positionnais donc entre Aldric et l'inconnue aux cheveux blonds, une fois encore par rapport à la lumière et également pour ne pas perdre de vue mon ami. Nous ne connaissions pas ces femmes de toutes façons, d'ailleurs le fait même d'être entre elles était peut-être mauvais, mais nous pourrions toujours improviser si jamais l'une d'elles attaquait ou tentait de s'en prendre à nous. Physiquement parlant, j'étais le plus robuste du groupe, mais cela pouvait être une force comme une faiblesse ici. Tentant de ne pas trop y penser et voyant que Aldric semblait préoccupé par la rouquine, je repris la parole en m'adressant à la blonde.
    « Quitte à devoir rester cloîtrés ici, autant connaître nos prénoms... le mien est Gabriel. Quel est le vôtre ? » Je n'allais évidemment pas donner mon véritable prénom à ces deux femmes, il en était hors de question. Gabriel était mon deuxième nom à vrai dire, mais personne ne le connaissait, hormis Aldric. Je lui avais révélé en lui disant que si je devais mentir sur mon identité, je le donnerai et il devrait m'appeler ainsi et non Edwin.

    Je tentais de porter une oreille on ne peut plus attentive aux moindres petits échos de gouttes d'eau que j'entendais jusqu'au son que faisait nos pas sur le sol glacé, mais rien. Rien, aucun bruit anormal ou de pressentiment magique dans les environs. Pourtant il semblait qu'il y ait quelque chose, mais quoi ? Posant ma main sur le pommeau de mon épée au cas où un danger se présenterait à nous - bien que dans ce cas, nous serions plus en sécurité entre les deux femmes que l'inverse, et tant mieux puisque nous aurions le temps de déceler l'origine de ce danger même - puis je tentais de regarder chaque parcelle de grotte possible grâce à la torche. Je me rapprochais ensuite davantage d'Aldric jusqu'à ce que je puisse lui murmurer discrètement à l'oreille.
    « Qu'as tu entendu ? Tu perçois de la magie, je me trompe ? » Conscient que malheureusement, la personne qui me suivait aurait remarqué ces messes basses, je pris un air totalement décontracté et peu inquiet, histoire de n'éveiller aucun soupçon. Mieux valait pour elles de ne pas connaître la nature des pouvoirs de mon compagnon, cela devrait rester secret aussi longtemps que possible.

_____________________
Votre récompense vous l'aurez quand viendra ce beau jour
Quand la gloire couronnera ma tête, soyez prêtes !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eléa E. Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 79
∞ camp : Nord
∞ double-compte : Jacen Deynor, Naïla E. Till'aam
∞ humeur : Heureuse
∞ commentaires :
Sais-tu que l'on se construit plus par les drames auxquels on survit que par les bonheurs que l'on vit ?

MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Sam 30 Nov - 15:47


Alors qu'ils marchaient encore, légèrement éclairés par la torche qu'avait allumée le deuxième homme, le groupe s'arrêta. Pourquoi ? Le brun disait avoir entendu des bruits. Des voix ? Un cliquetis métallique ne présageant rien de bon, un grognement ? Qu'avait-il perçu ? Eléa n'avait rien senti, pourtant elle pouvait se vanter d'avoir la meilleure ouïe, étant une elfe. Là, dans cette grotte, ses oreilles ne captaient que le bruit de leur marche, l'écho des paroles du jeune homme.
Elle trouva encore plus étrange le fait que sa nouvelle amie soit également perturbée. Avaient-ils entendu la même chose ? La blonde ne s'inquiéta guère de cela, mais il subsistait une certaine crainte dans son coeur. Et si c'était un piège ? Déglutissant avec peine, la jeune femme se répéta qu'il n'y avait rien à craindre. Deux guerriers, dont un semblait étrange, deux femmes dont l'une possédait pouvoir et aptitude au combat et l'autre devait sûrement avoir des ressources cachées. Il n'y avait strictement rien à craindre de ces grottes.

C'est davantage sereine qu'Eléa se plaça à l'arrière du groupe, fermant la marche et surveillant bien que rien ne bougeait dans son dos. Le blond devant elle, puis le brun et pour finir, Vesperina. Elle ouvrait la marche, confiante.
L'homme juste avant l'elfe lui avait dit être la pour trouver l'origine de ces bruits. Il n'était pas du Nord pourtant... et elle ne l'avait jamais vu au château de Frost. Il était l'Empereur et savait qui était sur ses terres quand même... et lors de ses sorties avec les fauves, ni eux ni elle ne l'avait repéré. Qui était-il donc ? Il lui apporta un élément de réponse en lui donnant son nom. Gabriel ? Joli prénom. Eléa se mit à sourire. Avec un peu de chance, c'était un faux. Ou un deuxième prénom. Qui serait assez fou pour décliner sa véritable identité à des inconnus dans un tel lieu ? Si ils mourraient ici, personne ne le saurait après tout. Jugeant que pour une fois il valait mieux jouer la carte de la prudence, l'elfe répondit de sa voix calme.

- Moi c'est Elemintia. Je ne vous ai jamais vu dans cette région. D'où venez-vous ?

Elle lui laissa le temps de s'imprégner de la question... En réalité, c'est surtout lui qui parla ensuite à son compagnon. Pour un guerrier, il n'était pas très discret. Ou bien elle avait une audition parfaite. Les deux peut-être. Son ami aux cheveux bruns était-il un être magique ? Pas un elfe, ni une fée. Un loup-garou ? Un druide ? Ou alors, il avait juste une capacité lui permettant de localiser une source magique. Le fait de rester sur sa faim frustra Eléa sui serra le manche de la dague cachée sous son bras. Personne ne l'avait remarquée, et il fallait que ça reste ainsi. Les deux hommes se sentiraient sûrement en danger et ça aboutirait à un combat dont l'issue était imprévisible.
Se rappelant de ses mots précédent, la jeune femme s'empressa de poser une main amicale sur le bras de son voisin de devant, souriant pour le rassurer au cas où il tournait la tête. Allez savoir pourquoi, elle ne parla pas à voix haute mais murmura assez près de son oreille.

- N'allez pas imaginer que nous pourrions vous vouloir du mal. Loin de là notre idée. Nous sommes bien là pour les mêmes raisons que vous.

L'elfe retira sa main et continua sa marche, ne se préoccupant même pas de ce qu'il pouvait se dire, ou dire. Perdue dans ses pensées, elle ne faisait plus attention au bruit de leurs pas, à l'écho de cette marche. Eux qui ne se connaissaient pas ne s'entretuaient pas. Parce qu'ils étaient dans le besoin ? Ou par peur d'être réduis en charpie s'ils faisaient le moindre geste ? Elle l'ignorait, mais ça la faisait presque rire.
C'est avec un petit sourire au coin des lèvres qu'elle effleura la paroi du bout de ses doigts.

_____________________

 
♠️ C'est dans l'effort que nous devenons plus forts. ♠️
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Tash
Dieu Calormène || PNJ
∞ messages : 30
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Dim 1 Déc - 2:36

Vesperina et Aldric décident donc de suivre les voix, et ils comprennent alors qu'il s'agit d'un langage magique qu'eux seuls comprennent et semblent entendre. Celles-ci, plus distinctes désormais, leur font comprendre que s'ils veulent sortir d'ici vivants, ils devront s'enfoncer dans la montagne le plus bas possible. S'ils veulent sortir d'ici vivants, leur seule solution est d'abandonner Eléa et Edwin dès que possible, car ils représentent un immense danger pour le groupe ainsi que pour leurs vies.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Lun 2 Déc - 21:06

Pendant que sa compagne et le jeune homme qui ne portait pas de torche conversaient sur leurs situations similaire et déclinaient leurs identités, Vesperina se sentait perplexe. D'abord, le jeune homme possédait une odeur qui lui était plus que familière, sans qu'elle puisse déterminer son identité. Lorsqu'il donna le nom de Gabriel, et que sa voix résonna contre les parois de la caverne, elle fut encore plus insatisfaite de ne pas se souvenir. Ensuite, l'autre jeune homme, celui qui portait une torche, quelque de magique émanait de lui, mais elle ignorait de quoi il s'agissait. Les rares magies que la jeune fée connaissait, se trouvait être la magie elfique, celle féerique, et celle que l'on trouve un peu en chaque sorcier, mais, là c'était encore une fois différent. Lorsque brusquement, alors que Vesperina tentait de se souvenir, et de faire le point sur leur situation, une voix s'éleva. Elle sentit son cœur accélérer le rythme avec une force qu'elle ne soupçonnait pas, et observa quelque peu les alentours. Personne ne semblait s'être rendu compte de la voix. Préférant se rassurer quant à son origine, elle reprit la route, l'ignorant. Une fois de plus, la voix, les voix, firent écho dans son esprit, et cette fois-ci, elle cru en reconnaitre une...

La peur était un sentiment bien connu de la douce Vesperina. D'abord enfant, elle avait vécu la peur de perdre ceux qu'elle aimait sans pouvoir rien n'y changer, et par sa faute, cette peur s'était réalisée lorsqu'elle avait mit le feu au petit village de Marbaden, et donner la mort à tous ses habitants. Ensuite, elle s'était enfermée dans la caverne derrière la grande cascade, afin de protéger les autres êtres humains de sa possession, et chaque fois qu'elle avait peur qu'un malheur ne survienne par sa faute, cela arrivait. Lorsqu'elle fit la rencontre d'Ange, sa seule et unique peur, était de le voir partir, dégouté d'elle, ou de la rejeter... Il l'avait fait, et la douleur qui en avait résultée avait permit l'exclusion de sa fée, qui, bien que mauvaise, avait été peinée de voir la souffrance de son hôte toujours gentille malgré son influence. La fée s'en était donc allée, sans jamais revenir, ne laissant que sa magie et ses souvenirs pour compagnie à son ancienne hôte. Tout allait donc pour le mieux, d'abord partie à la recherche d'Ange, Vesperina avait vue ses illusions se briser contre un mur de haine, puis, mourante et terrifiée, elle s'était réfugiée chez Frost. L'elfe lui avait redonné une vie convenable, l'avait sauvée de cette mort certaine qui l'a menacée, et désormais, sa seule crainte était de le voir partir, ou de la rejeter à son tour.

Elle ignorait totalement que cela ne serait pas sa plus grande peur, et que la simple pensé de pouvoir entendre une voix similaire à celle de la fée Dementia la mettrait dans une instance de panique des plus incroyables. Elle se mit à suffoquer, tremblante, les larmes coulèrent immédiatement sur ses joues, mais silencieuse. Elle ne dit rien, et déglutit, son pire cauchemar semblait vouloir se réaliser. Elle ne comprenait que partiellement ce discours, les mots semblaient inversés, comme un étrange mélange entre les runes, l'elfique, et le féerique, une langue impossible à entendre, mais la jeune masquée avait l'impression, ce sentiment si fort, d'être à nouveau appelé par quelque chose : tout comme dans sa jeunesse, elle avait ressentit l'appel du miroir maudit. Inconsciemment, elle voulu se protéger, et quelques symboles ésotériques reprirent le dessus sur sa forme d'emprunt, laissant au coin de ses yeux des écailles bleutées, et d'étranges runes sur le dos de ses mains. La magie suintaient en elle, une magie si ancienne, que seul Frost l'avait reconnu comme étant celle d'une ancienne fée. Pour autant, elle demeura rousse, et attendit quelques secondes pour se reprendre.

- Qu’est-ce que c’était ? Vous avez entendu ? retentit une voix, celle du jeune homme à la magie étrange. Le jeune homme se dirigea vers elle assez rapidement, et peu à peu, c'était comme si elle reprennait vie, car s'il entendait aussi ces voix, cela ne pouvait signifier qu'une chose : Dementia n'était pas revenue. La douce Vesperina ne se rendit même pas compte que le sillon de ses larmes étaient toujours présent sur ses joues lorsqu'il demanda : Toi, tu les entends aussi, n’est-ce pas ? Et elle se retourna pour lui faire face, montrant au passage toute la détresse qu'elle venait de vivre et son sang non humain. "Je crois que nous sommes au bon endroit pour trouver ce que nous cherchons. C’est comme si… la montagne elle-même nous appelait."

Lorsqu'il prononça ces mots, Vesperina comprit, seuls les êtres dotés de magie pouvaient entendre les cris de la montagne, cris de créatures anciennes, fantômes d'un ancien temps, elle l'ignorait, mais elle savait surtout ce que cela impliquait, il fallait se débarrasser des deux autres. Mais comment le faire comprendre au jeune homme, et puis, n'était-ce pas dangereux qu'elle reste avec un être qui aurait tout aussi bien pu vivre comme mercenaire, ou encore sorcier démoniaque? Alors qu'elle allait parler, pour dire qu'il n'était pas forcément une bonne idée de suivre les échos inconnus, et elle savait qu'il ne fallait jamais suivre une voix, quelque chose chez le blond sale la frappa. C'était tout petit, et bien camouflé sous l'encolure de sa cape, mais c'était là. Elle comprenait enfin, pourquoi cette odeur la taquinait, pourquoi cette voix, pourquoi ces yeux, et pourquoi ce visage lui était familier.Comment avait-elle fait pour ne pas reconnaitre son apprenti en camouflage? Alors que depuis le début elle lui répétait inlassablement que cacher son apparence ne faisait pas tout, et qu'il fallait aussi jouer sur la voix et les parfums! Pendant un bref instant, elle se demanda quelle solution adoptée, devait-elle le laissé avec sa nouvelle amie, et partir avec son camarade? À bien réfléchir, les deux semblaient bien se connaitre, donc, le possesseur de magie devait être quelqu'un de confiance.

Alors que les deux autres semblaient en pleine conversation, et que celui qui était à ses cotés semblait attendre une réponse, elle prit, une fois de plus les devants, et s'approcha du duo composé de l'elfe et de son apprenti. Avec une voix forte mais délicate, elle dit :

"Gabriel, je pense que vous reconnaitrez ceci" elle montra son propre médaillon, avant de reprendre, plus doucement" quelque chose nous appelles, votre collègue et moi, et je pense qu'il nous faut nous séparer, de telles sorte que nous puissions comprendre les affaires de cette caverne..." elle marqua un temps d'arrêt, se rendant compte qu'elle devait en surprendre plus d'un, et usa de magie devant tous. C'était simple, un vulgaire sortilège de contact qu'elle avait apprit à maitriser avec Frost, mais pour elle, c'était aussi une torture, car la magie était à la fois son alliée, mais aussi son ennemie. Une sphère lumineuse et verte se forma dans sa main, jusqu’à prendre la forme de deux cristaux de quartz, et, légèrement essoufflée par l'effort, elle en tendit un à l'ancien roi. "Prenez ceci, en cas de danger, vous n'aurez qu'à le toucher et décrire votre situation..." Elle se recula légèrement, afin de se placer au coté du jeune homme portant la torche et forma, une fois de plus grâce à la magie, un tronçon de bois, qu'elle fit flamber en le posant contre la flamme du premier, avant de le céder, cette fois-ci, à l'elfe blonde. Agir comme ceci lui était franchement étranger, mais elle ne se voyait pas faire autrement, comme, si, au fond, l'esprit de chef de la fée qui l'avait possédée était resté en son âme, et qu'à présent, c'était son tour, de devoir mené un groupe vers la réussite d'une mission...

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Aldric Elaazar
Telmarin
∞ messages : 68
∞ camp : Le sien uniquement
∞ double-compte : Yoren Eshbaan
∞ commentaires :

    In your shadow I can shine.


MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Ven 6 Déc - 23:51

The last song.
Edwin, Elea, Vesperina, Aldric.
L’endroit était empli de magie. Les murs, le sol, l’atmosphère, ces voix… Tout ici émanait de la magie. Aldric avait la sensation que celle-ci pénétrait dans sa tête, dans son esprit et même dans son corps entier. Il avait l’impression de ne plus contrôler son corps, d’être extérieur à la scène. Il n’avait jamais connu quelque chose de telle. Même lorsqu’il se rendait à la nuit des druides ; où mages, sorciers et autres praticiens étaient réunis, le jeune homme n’avait jamais senti autant de magie concentrée dans un même lieu. Pourtant, il était lui-même le fruit de la magie. Ses parents l’avaient mis au monde pour cela. C’était étrange ce qu’il ressentait dans cette montagne. Il avait l’impression d’être dans le berceau de la magie, là où celle-ci était née. Mais le jeune druide le savait, ce n’était pas possible. Edwin semblait bien avoir remarqué cela et lui demanda ce qu’il avait entendu, devinant également que le druide percevait de la magie. Il n’aurait su dire pourquoi mais entendre la voix de son ami le fît en quelque sorte redescendre sur terre ; lui faisant ainsi prendre conscience qu’il ne devait pas se laisser contrôler par la magie des lieux. Il secoua la tête et fini par lui répondre, sans se rendre compte qu’Edwin n’était plus collé derrière lui.


- Je ne saurais dire ce que j’ai entendu. Ce sont presque des murmures dans une langue ancienne. Nous devons nous approcher encore un peu pour que je puisse comprendre. Je perçois une puissante magie, quelque chose qui me dépasse complètement…


À l’instant où il acheva sa phrase, Aldric se rendit compte qu’il avait parlé à voix haute et que sa réponse n’était plus personnelle à Edwin. Le petit groupe continuait néanmoins d’avancer et à chaque pas qu’il faisait, le jeune druide comprenait de mieux en mieux ce que disaient les voix. Ce n’était pas une langue ancienne mais bien un langage magique, que seul lui et la rousse semblaient pouvoir comprendre. À vrai dire, il n’en était même pas sûr. Peut-être que tout deux percevaient les voix de manières différentes, peut-être qu’un message différent leur était délivré à chacun d’eux. Mais comment en être certain ? Et puis, pouvait-il accorder sa confiance à cette jeune femme qu’il ne connaissait pas ? Si tel n’était pas le cas, si elle disait percevoir quelque chose de différent, ce serait sa parole contre la sienne. Il ignorait pourquoi il pensait à ça maintenant car la rousse n’avait encore rien dit. Aldric laissait ses pieds le guider quand, soudain son pas s’arrêta net. Il comprenait maintenant. Il ne faisait pas qu’entendre. Il comprenait ce que la montagne lui disait. Un court instant, il avait la sensation que son cœur s’arrêta de battre ; qu’il n’était ni mort ni vivant. Un frisson s’empara de lui. S’il voulait sortir d’ici vivant, il allait devoir abandonner Edwin. Mais pour lui, abandonner signifiait sacrifier. C’était comme cela qu’il avait perçu la chose. Quatre à rentrer ici mais seulement deux à ressortir. C’était impossible, il avait dû se tromper… Non, il ne se trompait pas, les voix le lui disaient. Ils devaient se séparer, les abandonner à leur propre sort à un moment donné de leur expédition. La vue du jeune druide se brouilla un moment. Il était hors de question pour lui de laisser Edwin ni avec cette fille, ni dans cette montagne, ni même jamais. Il ignorait encore comment mais il allait devoir trouver une solution pour le sortir d’ici vivant, quitte à sacrifier la vie des deux autres ou encore sa propre vie. Ce serait son dernier recours. Il pourrait mourir en sachant qu’Edwin s’en sortirait ; comme un ultime souhait. Car lui, il n’avait rien à perdre. Il n’était personne. Il redeviendrait poussière s’il le fallait. Il sentait une sorte de haine monter en lui, comme celle qu’il avait ressentie à l’annonce de la mort de ses géniteurs. Cette haine ancestrale contre laquelle il tentait de se battre, ces maux que Morrigan avait mainte fois essayé d’effacer. Cette haine qui vivait en lui, qui germait chaque jour. Et, comme à chaque fois qu’il pensait s’en être débarrassé, elle réapparaissait pour lui torturer l’esprit. Il regarda alors la scène qui se déroulait devant lui, impuissant. Incapable d’exprimer son mécontentement. La rousse connaissait Edwin, c’était un fait. Elle lui montra un médaillon avant d’annoncer à son amie et à Edwin qu’ils devaient se séparer. Il entendait ce qu’il se disait mais il lui était impossible de sortir ne serait-ce qu’un son. Rapidement, la rousse prouva qu’elle avait bel et bien de la magie en elle. Aldric n’avait jamais vu ce sortilège mais il en avait entendu parler. Il savait ce que cela signifiait. Et c’était impensable. Alors, lorsque la jeune femme se posta à côté de lui, presque prête à partir, Aldric sentit son sang bouillir dans ses veines et, sans vraiment s’en rendre compte, il finit par réagir.


- Non ! hurla-t-il


Il se déplaça, se mettant alors entre la rousse et les deux autres personnes.


- N’avez-vous donc pas compris la même chose que moi ? Les laisser ici, c’est les laisser courir à leur perte ; c’est les sacrifier tout bonnement. Et je ne suis pas prêt à sacrifier un ami pour vérifier des rumeurs d’ivrognes. Ce lieu est empli de magie et vous devez savoir que seule la magie peut combattre la magie. Et ni Gabriel ni votre amie ne possède une telle chose. Je ne donne aucun ordre mais je n’irais nul par sans Gabriel.


Il s’arrêta de parler un instant, tant les voix bourdonnaient dans sa tête.


- Nous devons descendre dans les entrailles de la montagne. Avançons tous ensemble, peut-être aurons-nous plus d’informations en descendant ? Nous pourrions unir notre magie à vos lames.


Sans attendre une réponse, Aldric continua d’avancer, dépassant ainsi tout le monde. Ils ne savaient où ils allaient, ni même ce qui les attendait mais qu’importe, il resterait avec Edwin. Et si cela ne plaisait pas aux deux femmes, elles partiraient de leur côté, tout comme elles étaient venues.        
 
Code by Silver Lungs

_____________________
Save me from the nothing I've become
I've been here waiting for something to live and die for. You see my soul, I'm a nightmare. I've lost control I'm crashing into the dark. You're the sun and I'm the moon. Without a soul, my spirit sleeping somewhere cold until you find it there and lead it back home.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Edwin G. Petterson
Nordique || Élu || Admin
∞ messages : 518
∞ double-compte : Vitani (calormène)
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Sam 7 Déc - 16:44

THE LAST SONG ♪




    L'attitude de mon ami m'inquiétait un peu, aussi je m'arrangeais pour ne pas le laisser avancer trop loin avec la rousse devant nous, car il ne valait mieux ne pas accorder notre confiance à ces deux femmes. Nous ne les connaissions pas et nous n'étions pas venus avec elles. Elles nous attireraient sans doutes des ennuis qui plus est, et j'avais mieux à faire que de m'occuper de deux boulets ou menaces dans ces montagnes. Si je restais la plupart du temps avec Aldric ce n'était pas pour rien après tout, sa compagnie n'était pas une torture, loin de là. Devoir faire partie du voyage avec deux inconnues me poussait à songer au fait de nous en débarrasser le plus vite possible, à vrai dire. Enfin, apparemment celle qui se trouvait derrière moi, Elemintia apparemment, sembla se montrer amicale et rassurante avec moi, comme si elle tentait de m'apaiser. Je ne savais pas très bien à quel petit jeu elle s'amusait, mais elle y jouerait seule.

    « Nous sommes des nomades. Nous venons d'ici et d'ailleurs, nous n'appartenons à aucun lieu. Et vous ? »

    Quant à ce qu'elle avait dit ensuite, je n'y répondis même pas et n'y fais aucunement allusion, je n'en voyais pas le moindre intérêt. Elle croyait être assez intéressante et intelligente pour découvrir qui nous étions, c'était ce qu'elle cherchait à faire. Elle ne nous faisait pas plus confiance que nous ne leur faisions confiance non plus. Soudain, Aldric et la rousse s'arrêtèrent. Que se passait-il ? La jeune femme s'avança vers moi, me désignant son médaillon. Je tentais d'y voir quelque chose avant de comprendre qu'il s'agissait de Vesperina. Faisant comme si de rien n'était, je me contentais de l'écouter. Nous séparer ? Quelque chose qui les appelaient ? Fronçant les sourcils, je la regardai user de sa magie pour faire apparaître des espèces de cristaux lumineux. Je le pris, plus pour avoir de quoi voir dans ces grottes que parce que j'avais l'intention d'être mit de côté avec Elemintia. Croyait-elle vraiment que j'allais sagement les laisser partir tous les deux et rester avec elle ?

    Préférant rester silencieux, je ne fis aucun commentaire. Elle semblait tellement impatiente de nous laisser tomber pour partir avec mon compagnon que j'en fus assez dérouté pendant un court instant. C'est d'ailleurs à ce moment-là qu'il décida d'intervenir en hurlant qu'il était contre cette idée. Sa réaction bien qu'inattendue, me fit sourire... mais seulement l'espace de quelques secondes. Comment ça nous abandonner ? Dévisageant alors Vesperina, je secouais négativement la tête avant de voir Aldric partir devant, visiblement dans un sale état. Ne comprenant pas tout à fait ce qu'il s'était passé, je me contentais de regarder Elemintia qui était toujours derrière moi.
    « Je ne connais pas la relation que vous entretenez avec elle, mais j'aurai plutôt mal prit le fait qu'elle veuille me laisser tomber aussi aisément. » D'ailleurs, puisque je connaissais justement la rouquine, je lui adressais un sourire hypocrite avant de lui rendre sa pierre et de rejoindre mon ami.

    Une fois à sa distance, et à quelques mètres d'écart des deux filles, je repérais deux chemins descendant dans la montagne. L'un d'eux étant plus dur à repérer – bien que je l'ai remarqué grâce à la torche d'Aldric, je profitais de ce tournant dans la grotte pour tirer mon ami par le bras jusqu'au tunnel qui était le plus caché, et je lui fis rapidement signe d'éteindre le feu. Les filles n'étaient pas encore arrivées, aussi je le tirais un peu plus dans ce tunnel de façons à ce que nous ne puissions pas nous faire repérer. Je m'arrangeais donc pour le plaquer contre l'une des parois de la montagne en me rapprochant de lui pour lui parler à voix basse.
    « On ne peut pas leur faire confiance. Je connais l'une des deux, mais... si elle a voulu nous abandonner à cause de ce que vous entendez apparemment et nous non, mieux faut s'en méfier. Tu es la seule personne en qui j'ai confiance ici, alors il est hors de question qu'elles parviennent à nous séparer. Hors de question. » Pour vous dire la vérité, je parlais à Aldric, du moins j'en avais la certitude car j'avais les mains posés sur ses bras, mais sinon... disons que je ne voyais absolument rien.

    Ce qui était un avantage vis-à-vis de Vesperina et d'Elemintia, mais un inconvénient pour voir la réaction de mon ami. Enfin, au moins j'avais pu lui dire ce que je pensais de cette situation, en quelques sortes. Je fis attention, sachant que les filles approchaient, et me rapprochais du druide pour lui chuchoter une dernière chose.
    « Je pense qu'il vaudrait mieux les semer en cours de route. » Ne sachant toujours pas sa réaction, je n'ajoutais rien d'autre au sujet de nos deux suiveuses. J'ajoutais seulement à Aldric qu'il pouvait rallumer sa torche, tout en sortant de ce tunnel pour rejoindre le second où les filles allaient. Agrippant mon ami par la manche pour ne pas le perdre dans le noir, jusqu'à ce qu'il puisse à nouveau nous éclairer, je fus assez ravi de constater que personne ne sache exactement où nous étions et ce que nous avions dit. Tandis que nous reprenions les devants du groupe, je me permettais juste un dernier commentaire à voix basse, à l'attention de mon compagnon.

    « Et merci. »

_____________________
Votre récompense vous l'aurez quand viendra ce beau jour
Quand la gloire couronnera ma tête, soyez prêtes !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Dim 15 Déc - 21:19

Le discours de l'ami d'Edwin sembla à peine l’effleurer, un peu comme la pluie sur les plumes d'un oiseau. La seule phrase qui resta cependant dans son esprit, fut "seule la magie peut combattre la magie". Quelque chose en elle se cassa, et Vesperina se rendit compte que c'était simplement ses convictions. Cet homme avait tord, elle voulu le crier, parce qu'il avait tord, la magie démoniaque qui était en elle n'avait été brisé que par l'amour qu'elle portait à Ange à cette époque, l'amour pouvait tout vaincre, elle en était convaincue...Et tout aussi brusquement, un poids venait de lui tomber sur le cœur. Non, l'amour ne pouvait pas tout vaincre non plus, il suffisait qu'elle pense à Frost pour le savoir, son seigneur et maitre, prisonnier de son propre rang. Secouant la tête pour chasser ses pensés impures, la jeune fée se rendit compte qu'elle avait été presque lésée, les trois autres s'étaient avancés, et bien qu'ils soient déjà assez loin, elle les voyait encore, mais elle ne voulait pas les rejoindre. Vesperina connaissait tout aussi bien la magie que ce jeune homme, parce qu'elle en avait été l'outil pendant toute son enfance, mais surtout, parce qu'elle la comprenait. La douce fée observa un temps la silhouette des trois autres disparaitre au plus loin, avant de s'acculer contre l'un des parois de la grotte, et de s'y laisser tomber. Elle se recroquevilla sur elle même, et entoura ses genoux avec ses bras, posant son menton sur ceux-ci. La cape ne servait à rien, elle commençait à avoir froid ici, et dés à présent, elle regrettait presque d'avoir quitter ses appartements, parce que même si ses visiteurs se résumaient à trois noms, eux lui faisaient confiance et ne la prenaient pas pour une méchante opportuniste.

Elle repensa au regard qu'Edwin lui avait jeté, lui non plus ne lui faisait pas confiance. Son cœur se serra, et il sembla que les voix qui lui parlaient s’amplifièrent. Elle leur cria de se taire, et son cri résonna dans toute la grotte. Inconsciemment, Vesperina libéra de l’énergie magique avec sa peine, et son apparence de jeune femme rousse disparu pour laisser place à son vrai visage. Sa chevelure semblait un peu dépeignée, mais elle ne le su pas non plus. Car lorsqu'elle releva les yeux, elle se rendit surtout compte du fait que son cri avait ranimé tous les cristaux qui jonchaient les parois de la caverne, et qu'ainsi, une lumière mitigée entre le rose, le bleu et le vert irradiait de la roche. Au moins, les trois autres n'auraient plus de souci quand à leur vision nocturne, puisque la caverne s'était illuminée d'elle même. Après un long soupir de douleur, la jeune fée se remémora de très vieux souvenirs, remontant jusqu'au jour où le malheur s'était abattu sur elle. Ce jour funeste, où lors de sa promenade, elle s'éloigna de la limite réclamée par ses parents, et suivit une voix étrange. La voix qui venait d'au fond d'une petite rivière, plus précisément d'un miroir. Bien qu'aujourd'hui, elle considérait ce jour comme une joie, puisque sans ce petit probleme, jamais elle n'aurait pu vivre tout ce qu'elle avait vécu, ni même croiser la route d'Ange, de Ronal, ou de Frost.

Pour autant, une voix inconnue ne pouvait qu'être maléfique, du moins, manipulatrice, et c'est pourquoi elle comprit la négativité de l'ami d'Edwin, cependant, elle ne comprenait pas, elle avait dit qu'ils se séparaient, pas qu'ils abandonneraient les deux autres. Cependant, le fait est qu'elle même était partie de son coté, qu'elle ignorait où se trouvait désormais sa compagne, et encore moins la situation des deux autres. Un étrange sentiment de crainte s’immisça en elle, et les voix semblèrent amplifier tout autour d'elle. Un frisson parcouru son échine, et une voix, différente de celle-ci, la fit sursauter. Son prénom était murmuré par une voix qu'elle connaissait, mais qu'elle n'arrivait pas à coller sur un visage. Levant ses yeux turquoise vers le plafond, un dessin parut se former à l'aide des cristaux, et un visage apparu, effrayant, animal, humain, elle ne savait pas... Ange. La voix lui appartenait, mais pourquoi? Elle paniqua pour de bon, et lorsque quelque chose la frôla dans le dos, alors qu'elle était adossée à la paroi, elle hurla de nouveau. Se relevant, elle constata une sorte de silhouette noire, sortant à moitié de la façade, juste au dessus de l'emplacement où elle se trouvait. Pas de visage, pas de corps matériel, juste une ombre, et une ombre, n'était jamais bon signe.

Vesperina cria de nouveau.

La jeune fée couru tant qu'elle put, cherchant désespérément ses compagnons. Il fallait qu'elle les trouve, pour les avertir de ce qu'il se passait ici. Quelque chose d'autre la frôla, et, terrifiée, elle clos ses paupières, continuant sa course, malgré la douleur dans sa poitrine, malgré son souffle saccadé, et ce ne fut que lorsqu'elle percuta un corps humain et tomba à la renverse qu'elle les rouvrit. C'était Edwin, à ses cotés, son ami, mais pas de Lys, non, pas d'elfe, juste les deux hommes. Paniquée, elle vérifia derrière elle, mais il n'y avait personne... Car personne, ne l'avait suivit... Tentant de reprendre son souffle, elle posa sur les deux hommes un regard à mi-chemin entre l'horreur et le soulagement, avant de demander d'une voix hachée :

"Edwin... Dites-moi que vous savez où se trouve l'autre femme?" Elle le priait presque, parce que selon la logique, si quelque chose avait bien tenté de la toucher lorsqu'elle était isolée, ce même quelque chose pouvait très bien s'attaquer à l'elfe, puisqu'elle était désormais seule.

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Tash
Dieu Calormène || PNJ
∞ messages : 30
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Mar 17 Déc - 22:55

Les voix qu'entendent les deux êtres magiques leurs font comprendre qu'ils commettent une terrible erreur en avançant sans abandonner leurs compagnons. S'ils ne trouvent pas un moyen de les semer, quelque chose d'autre pourrait bien s'en charger à leur place pourtant... Quant à ceux qui sont sourds à ces sons, d'autres voix s'élèvent à leurs oreilles. Eléa entend celles-ci lui dire que Vesperina n'est pas celle qu'elle prétend être et qu'il vaut mieux s'en méfier tandis que les voix qu'entend Edwin lui disent que sa relation avec Aldric causera leur perte à tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eléa E. Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 79
∞ camp : Nord
∞ double-compte : Jacen Deynor, Naïla E. Till'aam
∞ humeur : Heureuse
∞ commentaires :
Sais-tu que l'on se construit plus par les drames auxquels on survit que par les bonheurs que l'on vit ?

MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Dim 22 Déc - 12:40


L'elfe continuait de marcher derrière ce Gabriel, se retournant de temps à autre pour surveiller que personne, non personne, ne la suivait parmi les ombres de la grotte. Non pas qu'elle avait peur, elle craignait juste de se retrouver coincée entre un être démoniaque et malsain et deux hommes dont elle ignorait tout.
La lumière était assez proche pour dissiper toute crainte, mais elle préférait rester sur ses gardes. Après tout, un accident est vite arrivé. On peut mourir en deux secondes, faute d'attention.
L'homme lui dit être nomade, tout comme son ami aux cheveux bruns dont elle ignorait encore le nom... A vrai dire, ça lui importait peu. Car de toute évidence, ils n'allaient pas tarder à avoir des ennuis. Entendre des voix ce n'est jamais réellement bon signe, même quand on est une créature magique. Il y a ceux qui hallucinent, et puis ceux qui deviennent fous, démoniaques parce que d'étranges paroles leur ont dicté de faire ce qu'ils pouvaient pour détruire, massacrer, afin de sauver une partie du monde. En général ils ne savaient même pas pourquoi. Les voix c'est très étrange, il y a celles des supérieurs qui ordonnent de ravager tout un village juste pour le bon voiloir d'une vieille folle censée être morte.

Elle revint à la réalité en comprenant enfin qu'elle était en danger. Abandonnée ? C'était là son destin ? Sa compagne allait abandonner quelqu'un pour vérifier des paroles, des rumeurs d'ivrognes d'un soir à la taverne, des voix qui peut-être voulaient les conduire à leur perte ?
L'elfe resta un instant immobile, ne saisissant pas bien ce qui était en train de lui arriver. Gabriel lui dit qu'il aurait mal prit d'être laissé, abandonné à son sort. Que croyait-il ? Qu'elle sautait de joie, qu'elle se réjouissait de se retrouver seule à nouveau ? Non, rien de tout cela. Elle paniquait déjà à l'idée d'être isolée du groupe. Elle refusait d'être perdue, juste elle dans une grotte, dans un boyau dont elle ne voyait ni la fin ni le début.
Un instant, elle se rappela sa solitude après le massacre... le génocide de son peuple. Il n'y avait guère plus que les arbres, le vent et les animaux pour lui tenir compagnie. Autant dire que ses conversations étaient limitées. Qui sait si à force ele n'aurait pas perdu la notion du langage pour revenir à cet état de primitivité caractéristique des ivrognes lorsqu'ils s'allongeaient tard dans la nuit sur le sol nu. Un état qui révulsait l'elfe et qu'elle n'était pas prête de toucher, pas volontairement en tout cas.

Il semblait aisé de se perdre dans ses pensées, un vrai dédale. Aussi quand elle secoua la tête pour chasser des images sombres, elle était seule. Tout du moins c'est ce qu'elle pensa. La lumière de la torche s'éloignait au loin, même si elle ne la voyait pas. Sa propre flamme brûlait toujours. Par quel miracle Vesperina lui avait donnée, elle ne s'en souvenait même plus. Pour Eléa, c'était le choc. Non, elle ne pouvait pas rester plantée ici, à attendre la mort ou la vie. Il fallait bouger. Lâchant précipitamment sa source de lumière, elle s'élança dans les boyaux des grottes, n'apercevant pas la jeune femme qui était restée collée à la paroi d'un mur.
La jeune femme ne se concentrait plus que sur sa course folle, désespérée pour retrouver le groupe. Certes elle connaissait à peine Vesperina, quant aux deux hommes, ils lui étaient inconnus, mais tant qu'à faire, autant être ensemble que seul contre une menace inconnue.
Elle arriva bientôt face aux deux couloirs. Gauche ou droite ? Elle opta pour la droite, ne sachant pas vraiment pourquoi. Elle marcha plus lentement, reprenant peu à peu son souffle. Malheureusement, elle ne vit personne et un cri lui glaça le sang. Elle s'arrêta net, prenant le temps d'étudier la situation. Son esprit en ébullition ne lui permit pas de faire le point. Elle alla se coller contre la paroi, fermant les yeux pendant de longues minutes.

C'est alors que des voix retentirent dans sa tête. Au début, c'était un brouhaha confus dont elle ne percevait pas les mots. Puis peu à peu ils devinrent plus distinct, de sorte qu'elle en saisit quelques bribes qui lui firent froid dans le dos.
Ainsi, Vesperina lui cachait quelque chose ? Quoi ? Après tout on a tous nos secrets, pourquoi pas elle. Que se passait-il ici à la fin ! Ca en devenait incompréhensible, pourquoi entendait-elle des voix tout d'un coup. Elle n'allait pas devenir folle, cet endroit n'aurait pas sa peau.
Ouvrant les yeux, elle ne fit pas attention à cette étrange lumière qui était apparue à la suite d'un cri horrible. Eléa remarqua des ombres qui bougeaient, sentait presque un contact sur ses bras. Mais il n'y avait rien. Elle avait peur, voilà tout. Oui, elle avait peur et devait se calmer au plus vite.
L'elfe ferma ses paupières pour reprendre une respiration normale. Tout allait bien hein ? Pas besoin de s'inquiéter, les monstres ne sont que le fruit de notre imagination. Bien qu'elle s'en persuada, lorsqu'Eléa rouvrit les yeux, elle ne put s'empêcher de pousser un cri d'effroi en apercevant une ombre immense qui semblait prête à la dévorer. Elle voulait se dire qu'il n'y avait rien, mais rajoutons à cette apparition terrifiante des voix toujours plus fortes dans son esprit... la jaune femme était à bout.

Elle se recroquevilla sur elle-même,prenant son visage entre ses mains avant de la mettre contre ses genoux, tenant ses jambes de ses bras tremblants.
Mais que se passait-il au nom d'Aslan ? Elle ne voulait pas mourir ici, seule... Il fallait qu'on la trouve et vite, ou sinon elle allait se mettre à pleurer, hurler, paniquer, que sais-je, peut-être pire encore.
Un sanglot la prit. Si ça avait été ailleurs, elle se serait endormie. Mas ici, ce n'était pas le bon endroit, ni le bon moment.

- Aslan... aide-moi je t'en prie...

Son murmure se perdit dans ses larmes. C'en était trop pour elle. Pas seulement ces ombres, mes les images des hommes qui ravageaient sa maison, tuaient ses amis, sa famille. Tout lui revenait avec la force d'une gifle. Elle se retrouvait seule comme alors, pluerant.
Wie einst, Eléa Lys...

_____________________

 
♠️ C'est dans l'effort que nous devenons plus forts. ♠️
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Edwin G. Petterson
Nordique || Élu || Admin
∞ messages : 518
∞ double-compte : Vitani (calormène)
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Dim 29 Déc - 17:00

THE LAST SONG ♪



    Apparemment, les deux filles n'arrivaient finalement pas vers nous... seulement l'une d'entre elle. J'entendis quelqu'un courir, comme si cette personne avait eu la peur de sa vie et cherchait à fuir dans cette grotte plongée dans le noir. C'est alors que je sentis que l'on me percutait et tombait à terre. C'était Vesperina. Et j'étais plutôt content qu'elle soit seule, puisqu'elle avait prononcé mon véritable prénom... si son amie avait été là elle aurait peut-être immédiatement comprit qui j'étais, et mon plan tomberait à l'eau. Riant nerveusement, je lui répondis avec une pointe de mépris dans la voix. « Non. J'ignore où elle se trouve. » Sans même songer un seul instant que je pourrais aider Vesperina à se relever, je cherchais du regard où se trouvait la quatrième personne du groupe, bien que si cela ne tenait qu'à moi, je les laisseraient bien seules ici... puis c'est alors que je les entendis. Je me tournais et cherchais encore, sans trouver la source sonore qui résonnait dans ma tête. Qu'est-ce-que cela voulait dire ? Ma relation avec Aldric ? On courait à notre perte ?

    Cela n'avait aucun sens. Demeurant silencieux, je tentais d'y réfléchir. Si nous devions mourir, cela pourrait bien se faire ici. Mais était-il possible que la cause de la mort de l'un de nous deux soit due à la présence de l'autre ? Je savais que Aldric pourrait donner sa vie pour sauver la mienne, et il devait savoir que c'était réciproque. Et dans un sens, nous étions seuls dans le nord. C'était lui et moi depuis des semaines, voir des mois. Il serait impossible de devoir faire face au retour à l'extérieur de ces montagnes seul, sans lui. Quant à ce qu'il ferait sans moi, je n'en avais pas la moindre idée. Je ne voulais pas y songer. Peut-être qu'au fond les voix nous poussaient à faire ce qu'il fallait pour survivre ? Fermant les yeux quelques secondes, je m'éloignais légèrement de Vesperina et Aldric, afin de réfléchir encore un peu. Je ne voulais pas le laisser, je ne voulais pas m'en séparer et je refusais de le voir mort. Mais visiblement, tout ça n'était pas envisageable... je ne pourrais pas rester avec lui et sortir avec lui de ces montagnes. Mais peut-être qu'en partant chacun de notre côté nous pourrions sortir ?

    Je devais faire quelque chose. Nous étions quatre, et Vesperina possédait aussi de la magie. J'étais un élu et j'avais des pouvoirs, je ne les connaissais toujours pas tous mais j'étais l'élu des ténèbres. Je pouvais sans doutes faire quelque chose ici... sauf que seul Aldric savait pour mon don. Si je partais avec Vesperina elle le découvrirait, et l'autre fille le saurait elle aussi. Mais l'autre n'était pas magique. Je devais choisir la solution qui nous laisserait la vie sauve en le sachant en sécurité... dans un sens, celle qui était déjà avec nous me connaissait, et elle ne voudrait probablement pas faire de mal à Aldric, et il saurait se défendre de toutes façons si jamais cela arrivait. Je devais donc retrouver l'autre et partir avec elle... Je devais aussi m'arranger pour que mon compagnon ne se pose aucune question sur ma décision contradictoire de nous séparer. Je n'osais pourtant pas aller parler à Aldric, j'avais... peur de m'en séparer. Je ne le voulais pas, mais je devais le faire. Avec le feu qu'il avait rallumé, je récupérai un morceau de bois de son sac et allumais ce-dernier en me servant de sa torche rallumée puis je partis à la recherche de la fille.

    Sans accorder un regard aux deux autres, et en marchant sur quelque chose de dur – ce qui devait sans doutes être Vesperina, mais quelle partie du corps je ne voulais même pas le savoir – je continuais mon chemin en retournant dans le second tunnel, m'enfonçant un peu dans celui-ci prudemment afin de ne pas me mettre inutilement en danger. Puis au bout de quelques mètres, à terre, je repérai Elemintia dans un triste état visiblement. Me rapprochant d'elle, je l'attrapais doucement par le bras en lui montrant bien mon visage pour qu'elle me reconnaisse, puis je la relevais et passais un bras autour d'elle pour la soutenir, ignorant ce qu'elle avait vu ou vécu ici. Puis en revenant vers le groupe, je savais qu'il était temps pour moi de parler à Aldric. Sans trop que je comprenne pourquoi, je sentis mon cœur se serrer et j'eus comme une boule au ventre à l'idée de ce que j'allais devoir lui dire. Le pire étant que je devrais le faire devant les deux filles, mais je devais le faire. Il devait choisir ensuite de partir, et il devrait le faire avec Vesperina. De toutes façons Elemintia resterait avec moi.


    « J'ai eu tord. Elle a raison. » dis-je en désignant Vesperina d'un signe de tête. « On ne devrait pas rester ensemble. Je me suis trompé, on doit se séparer si on veut survivre. Vous deux, vous resterez ensemble car je sais que vous pourrez vous en sortir vivants. Moi je pars avec Elemintia, on y arrivera aussi. Mais pas tous ensemble, en même temps. » Je devais justifier mes dires, car Aldric et les autres ne comprendraient pas pourquoi en l'espace de quelques minutes je changeais d'avis aussi facilement et rapidement. Je me contentais ensuite de plonger mon regard dans les yeux bleus de mon compagnon, ne regardant que lui et me focalisant uniquement sur lui. Les deux autres n'existaient plus jusqu'à ce que je finisse de parler. « Si on est ici, c'est à cause de toi. Je serai venu, de toutes façons. Moi j'avais des raisons de venir, toi tu n'en avais aucune. C'est toi qui me suis à la trace, et tu aurais du aller ailleurs ou rester à l'auberge ou bien encore ailleurs. A cause de toi, nous sommes quatre ici au lieu de trois. Tout aurait été plus simple si tu n'étais pas venu. Regarde nous... on s'accroche à l'espoir de tous s'en sortir ensemble, mais tu la connais la vérité ? »

    Je marquais une courte pause, le temps de le laisser assimiler tout ce qu'il avait entendu et de me laisser le temps de digérer ce que je lui disais. Je me sentais mal, je refusais de lui dire tout ça... mais j'étais obligé. Il devait l'entendre. J'aurai sans doutes aimé que mon cœur cesse de s'emballer à chaque mot que je lui balançais, car je ne pouvais pas même le quitter du regard. Je devais être convaincant, et j'avais du mal. J'ignorais pourquoi, mais il me troublait, j'avais peur de le blesser et de faire de même avec moi, mais c'était la seule solution. Il devait me détester. « La vérité c'est que sans toi j'aurai eu la certitude de quitter ces lieux vivant. Car au moins j'aurai eu une raison encore plus importante de me sortir d'ici en vie. Si tu étais resté sagement là-bas. Tu ne voulais rien vérifier toi, alors pourquoi tu es là ? Dis le moi, vas-y. J'attends. Mais tu ne me répondras pas, comment le pourrais-tu ? Tu as foncé tête baissée ici, sans te soucier une seule seconde des conséquences de tes actes. Je te déteste pour ce que tu me fais dire, j'espère que tu en as conscience. Moi je serais venu de toutes façons, mais comme tu es là aussi... je suis coupable. C'est pour ça que je te hais. »

    Je voulais plus que tout détourner le regard, dire aux filles de partir, mais cela était inutile. Elles devaient l'entendre. Elles devaient elles aussi savoir que personne ne devait trop s'attacher à moi car je ne pourrais pas sortir d'ici vivant si j'étais trop proche de quelqu'un. A vrai dire, je me souciais surtout du sorti de mon ami, et je n'avais pas fini de lui parler. Mais j'avais encore plus de mal à achever ce que je disais, car je m'en voulais pour ce que je devais lui dire. Les voix m'encourageaient pourtant, elles me disaient que j'avais presque fini, que je nous sauverais la vie en faisant cela. « Je te hais car finalement, j'ai encore tord. Si tu es là, c'est à cause de moi. J'aurai du t'empêcher de venir. Je vais avoir ta mort sur la conscience si je sors d'ici vivant et toi non, et ce sera ma faute si je meurs aussi ici, car si tu survis, c'est toi qui aura ma mort sur la tienne. On s'est trop fourvoyés toi et moi. On aurait peut-être jamais du se faire confiance. » Plus que quelques mots. J'avais presque terminé, je devais finir ce que j'avais commencé. « Oublie ce que j'ai pu te dire auparavant, oublie tout. Contente toi de sortir d'ici vivant. Et oublie moi. Survis. »

    J'aurai voulu dire autre chose, quelque chose de pire, de méchant. Mais je n'avais pas pu, je me contenterai donc de ça. Je devais donc partir avant qu'il ne réplique, je ne voulais même pas me concentrer sur sa réaction, je ne le pouvais pas. Il suffisait d'un seul geste, d'une seule parole ou d'un seul moment de faiblesse pour que je retourne ma veste et lui parle des voix, et que j'ai dis toutes ces paroles pour rien. Je détournais rapidement mon regard alors, qui s'était montré dur tout le long de notre « conversation » et j'emmenai Elemintia avec moi en passant dans le tunnel le plus large. Nous devrions tous passer par là, c'était plus sûr. Mais au moins, nous aurions quelques mètres d'avance sur eux et ça nous éloignerait peut-être suffisamment déjà. Ayant sans trop comprendre pourquoi, les bras un peu tremblant, je relâchais la fille et me concentrais sur la torche que je tenais. « A choisir, tu aurais préféré partir avec elle ou avec lui ? » [i]Au fond, je ne lui avais absolument pas laisser le choix, et je ne lui laissais pas d'ailleurs. J'ignorais si on pouvait la croire et lui faire confiance, alors je préférai courir le risque d'être avec elle que de laisser l'un des deux autres le faire. Le principal, c'était que nous sortions tous vivants d'ici... ou au moins, qu'Aldric et moi sortions vivants de ces grottes.

_____________________
Votre récompense vous l'aurez quand viendra ce beau jour
Quand la gloire couronnera ma tête, soyez prêtes !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Aldric Elaazar
Telmarin
∞ messages : 68
∞ camp : Le sien uniquement
∞ double-compte : Yoren Eshbaan
∞ commentaires :

    In your shadow I can shine.


MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Sam 4 Jan - 3:26

The last song.
Edwin, Elea, Vesperina, Aldric.
Aldric continuait d’avancer, sans savoir si les trois autres le suivraient, bien qu’il se doutait que son ami ne tarderait pas à lui emboîter le pas. Il essayait de faire le vide dans son esprit, ne plus penser à la raison de sa présence ici ni même aux voix qu’il entendait sans cesse quand il sentit une main se resserrer autour de son bras et l’attirer dans l’un des deux tunnels qui se profilait sous ses yeux. Un simple regard sur cette main lui fît comprendre qu’Edwin l’avait rattrapé.

Le jeune druide porta alors son regard sur son compagnon qui lui fît signe d’éteindre la torche qu’il tenait. Il ignorait pourquoi il lui demandait cela mais il devait probablement avoir une raison valable de vouloir être plongé dans le noir. Alors, il s’exécuta. Rapprochant sa libre de la flamme, ses yeux virèrent brièvement au doré et l’obscurité s’abattu autour d’eux. Il n’y voyait rien, ne distinguait plus rien, pas même le visage de son ami mais il sentit à nouveau que celui-ci l’entraîna un peu plus loin dans le tunnel avant de se retrouver adossé à la paroi froide et humide de la grotte. Et, bien que ses yeux ne le voyaient pas, Aldric pouvait sentir qu’Edwin était relativement proche, ses mains étant posées sur ses bras. Sa voix ne tarda pas à briser le silence. L’ancien roi lui murmura qu’ils devaient se méfier des deux femmes, qu’il connaissait l’une d’elle et qu’en aucun cas, ils ne devaient se séparer au profit des filles. Par réflexe, Aldric hocha la tête. Geste inutile puisque personne ne pouvait le voir. Il s’apprêtait alors à répondre à son ami quand ce dernier se rapprocha encore un peu pour l’informer qu’il voulait semer les autres avant de lui dire de rallumer la torche. Ils avancèrent légèrement dans le noir pour ressortir du tunnel et, dans un murmure, Aldric ralluma la flamme. À nouveau, une faible lumière illumina la grotte. Et, alors que des pas semblaient s’approcher des deux hommes, Edwin remercia Aldric. Il n’avait pas à le faire. C’était impensable pour le druide d’être séparé, ne serait-ce qu’un court instant, d’Edwin dans ces conditions. Aussi, Aldric tourna la tête, regardant son ami par-dessus son épaule, un demi-sourire aux lèvres, pour lui faire comprendre qu’après tout, c’était normal. Au fond de lui, il se sentait soulagé. Soulagé de savoir qu’Edwin pensait comme lui, qu’il ne voulait pas être séparé de lui non plus. Soulagé parce que, l’espace d’un instant, il n’avait entendu que la voix d’Edwin. Et il devait avouer être également soulagé qu’ils prévoient de semer les deux femmes. Aldric n’avait rien contre ces deux personnes, il ne les connaissait pas. Et là était le problème. Pourquoi accorder sa confiance à deux inconnus alors qu’il était avec la personne en qui il avait le plus confiance? Il n’y voyait aucune raison. Non, aucune.

Il aurait aimé lui faire part de son soulagement mais quelqu’un arriva en courant, percutant ainsi Edwin avant de tomber à la renverse. Aldric tendit le bras, prêt à faire regretter à cette personne d’avoir ainsi débarquer brusquement mais il ne fît rien. Il n’avait jamais vu le visage de la personne qui se tenait à terre mais il reconnaissait les vêtements de la femme rousse. Il ne voulait pas chercher à comprendre de suite ce changement soudain d’apparence tant le regard de cette femme l'interpella. Elle avait l’air terrifiée, comme si elle venait de voir un revenant. Il remarqua ses lèvres bouger mais il n’entendait pas ce qu’elle disait car à nouveau, les voix reprirent leurs places dans son esprit. Elles se faisaient presque menaçantes, lui assurant qu’il faisait erreur, qu’il ne devait pas rester avec l’autre femme et Edwin car s’ils ne voulaient pas s’en séparer maintenant, quelque chose viendrait les séparer plus tard. Il avait l’impression d’entendre milles et une voix différentes à la fois et cette sensation était des plus horribles. Il se sentait impuissant, incapable de faire quoique ce soit d’autre que d’entendre ces voix. Il les entendait mais essayait de ne pas les écouter. Il devait y faire abstraction, il n’avait pas le choix. Car ce n’était ni ces voix, ni ces filles qui lui dicteraient ce qu’il avait à faire. Pour cela, il devait se rappeler pourquoi il était là, pourquoi mais surtout pour qui il était venu.

Alors il posa son regard sur Edwin, qui ne le regardait pas. Les voix résonnaient encore et il se concentrait sur son compagnon. Il devait être sa force, son point de gravité qui le maintenait au sol, son pilier qui devait lui permettre de tenir la distance, tout simplement. Un bref instant alors qu’il le regardait, il se demandait à quoi il pouvait bien penser. Il le regardait s’éloigner sans dire un mot. Il pensa alors à ce qu’Edwin venait de lui dire et se demandait comment ils pourraient se séparer des deux autres filles. Mais il n’arrivait pas à réfléchir, les voix lui répétaient sans cesse qu’il se fourvoyait, qu’il devait avancer avec la jeune femme rousse (devenue blonde). Parmi ces voix, il avait l’impression d’en reconnaître l’une d’elle. Qu’une voix familière s’élevait dans ce brouhaha incessant. Mais il n’eut pas le temps de se concentrer sur celle-ci car, au même moment, son ami revint, attrapa dans le sac du druide du bois et alluma une seconde torche à l’aide de la première. Puis il s’éloigna, dans le plus grand silence, presque en piétinant la jeune femme blonde restée à terre. Aldric fronça les sourcils, l’air dubitatif, il suivait son compagnon du regard. Il secoua la tête, comme pour se remettre les idées en place et se rapprocha de la femme. Sans lui accorder un regard, il lui tendit sa main, agrippant son avant bras et l’aida à se relever.

Dès lors que la jeune femme fît debout, Aldric sentit son cœur s’accélérer. Il laissa tomber la torche qu’il tenait dans la main, qui s’éclata au sol dans un fracas qui résonna dans le crâne du jeune homme. Il venait de reconnaître une voix. Cette voix familière qu’il n’avait pas entendu depuis des années. Cette voix qu’il ne pensait plus jamais entendre. Cette voix, c’était celle de son père, mort il y a déjà longtemps. Elle surplombait toutes les autres. Elle dominait son esprit. Aldric plaqua ses deux mains contre ses oreilles, il avait envie d’hurler de douleur. Pourtant, il était loin de se douter que ce qui allait suivre serait bien pire que cela, qu’il allait encore une fois souffrir. Pas une souffrance physique non, quelque chose de bien pire. Une souffrance morale, la pire des souffrances qu’il puisse exister. Tout se déroula rapidement. Edwin revint accompagné de l’autre femme. La voix du roi déchu chassa celle de son père. Aldric entendait des bribes des dires d’Edwin. Elle a raison, on doit se séparer, moi je pars avec Elemintia. L’ancien narnien regarda un à un les trois personnes qui l’entouraient. Tout cela était-ce seulement réel ? Ce n’était pas possible, il devait être victime d’hallucination. Il ne voyait que cette explication de plausible. Seulement, lorsqu’Edwin plongea son regard dans le sien, il comprit que tout était vrai. Que ce qu’il allait lui dire était on ne peut plus réel.

Aldric sentit comme un poids lui tomber sur l’estomac. Sa gorge se noua. Il entendait ce que lui disait son compagnon mais aucun mot de pouvait sortir de sa bouche, il lui était impossible de dire quoique ce soit. Alors il écoutait, abasourdi. Etait-ce cela sa vie ? Déception, abandon, haine ? Etait-il voué à faire confiance, à presque tout donner pour au final se faire rejeter, se faire accuser de chose qu’il n’a pas souhaité ? Il voulait lui dire d’arrêter de parler, d’arrêter de dire de telle chose mais il souffrait trop. Il avait besoin de lui. Il n’avait personne et n’était personne. Edwin était la seule personne a avoir été présente à ses côtés, il était la seule personne qui le faisait se sentir quelqu’un, qu’il lui faisait croire que le monde n’était peut-être pas si inhumain après tout. Mais une fois encore, il s’était trompé. Il avait été bercé d’illusions et aujourd’hui, il avait à nouveau l’impression de tomber plus bas que la poussière. Il en voulait à la terre entière mais il se taisait.  Jour après jour, Edwin avait réussi à lui redonner confiance, à le remettre debout, à presque recouvrir ses plaies les plus profondes mais tout s’écroulait maintenant.  Il se sentait indigne, plus rien n’avait de sens. Avant seul ses parents comptaient et ils étaient morts. Puis il avait rencontré Morrigan mais il ne la voyait presque plus tant elle passait du temps à perfectionner sa magie avec Frost. Et maintenant, c’était à Edwin de l’abandonner. Le sort s’acharnait sur le jeune druide.
Il serrait les dents, continuant d’encaisser le flot de haine que déversait Edwin. Il essayait de ne pas laisser transparaître son malaise et sa détresse mais Edwin le regardait et ses yeux ne pouvaient pas mentir. Il essayait d’intensifier son regard. Il avait envie de paraître bien plus fort qu’il n’était. Il voulait conserver le minimum de fierté qu’il lui restait, il voulait le haïr lui aussi, il voulait lui répondre et lui faire autant de mal qu’il venait de lui faire mais il n’y arrivait pas. C’était plus fort que lui. Puis, le coup de grâce tomba. « Oublie-moi. ».  C’était ce qu’Edwin lui avait dit avant de partir avec Elemintia. Alors étaient-ce les derniers mots qu’Aldric entendrait de la part de son ami ? De la part de celui en qui il avait une confiance aveugle ? Pas un au revoir, seulement un « oublie-moi » ? Il avait envie de hurler. De lui hurler de revenir ici tout de suite, qu’il avait le droit lui aussi de parler et que tout cela n’avait aucun sens. Mais à la place de cela, il le regarda partir, s’enfoncer dans le tunnel le plus large.

Aldric resta les bras le long du corps et les poings serrés. Il n’aurait su dire combien de temps il était resté ainsi. Au bout de quelques secondes, ou peut-être plusieurs minutes, il regarda autour de lui. L’autre jeune femme était restée. Elle avait toujours l’air troublée par dieu seul sait quoi. Il ramassa la torche qu’il avait fait tomber il y a quelques instants (bien que cela lui paraissait à des années lumières maintenant, après ce qu’il venait de se passer) et regarda celle qui était restée. Il la regarda, presque honteux qu’elle est assistée à tout ça alors qu’il ne la connaissait pas.


- Nous devrions emprunter l’autre tunnel, dit-il d’une voix chevrotante


Alors ils se mirent à avancer aussi, mais dans le plus petit tunnel. Celui-ci était bien plus étroit et le jeune druide devait se baisser légèrement mais qu’importe. Ils avancèrent en silence pendant un moment. Aldric se doutait bien que la jeune femme devait être pour ainsi dire lésée que personne n’ait voulu l’écouter quand elle avait dit qu’ils devaient se séparer. Il la comprenait. Il repensait alors au moment où il lui avait dit qu’il ne laisserait pas son ami. Il devait avoir l’air bien idiot maintenant.
Il décida de s’arrêter de marcher un court instant et se retournant pour faire face à celle qui l’accompagnait.


- C’est vrai, tu avais raison. On… J’aurais dû t’écouter dès le début. Je suis désolé de m’être un peu emporté tout à l’heure, dit-il en laissant un échappé un rictus gêné, j’ai l’air d’un imbécile maintenant n’est-ce pas ? Je pensais qu’on arriverait à avancer tous ensemble mais apparemment, je me suis trompé. Et la magie n’y est pour rien…


Puis il se remit à marcher, tout en continuant de parler, comme pour s’occuper l’esprit encombré par les voix et ce que lui avait dit Edwin.


- J’ignore combien de temps cela va nous prendre alors autant que tu le saches, je m’appelle Aldric.


Il n’avait aucun intérêt à lui donner un faux prénom. Il n’avait pas d’identité à cacher, pas de secret à garder.


- Je doute que tu veuilles répondre à la question que je vais te poser mais... Qui es-tu vraiment ? Je veux dire, ton apparence a changé en seulement quelques minutes.


Ils continuèrent à marcher, pendant plusieurs minutes, peut-être même plusieurs heures, s’enfonçant un peu plus dans la montagne. Le tunnel semblait s’élargir un petit peu au fur et à mesure qu’ils avançaient. Aldric luttait contre lui-même pour se concentrer sur ce que disait la jeune femme et sur ses pas quand il aperçut comme une lumière, au fond du tunnel. Il alerta alors celle qui l’accompagnait qu’il y avait quelqu’un ou quelque chose et qu’ils allaient droit vers ça. Tant pis, ils n’allaient pas rebrousser chemin après tout ce qu'ils avaient parcouru. Ils étaient de plus en plus proche et ils pouvaient entendre deux voix bien distinctes. Aldric se raidit un instant, comme s'il ne voulait ni ne pouvait plus avancer. Mais il n'avait pas le choix alors il continua de marcher et se retrouva rapidement à la sortie du tunnel, où se tenaient Elemintia et Edwin. Les deux tunnels menaient donc au même endroit mais ça, c'était le cadet de ses soucis. Il se retourna vers Vesperina, s'assurant qu'elle était toujours derrière lui. Il n'avait pas envie d'accorder un regard à Edwin.    
 
Code by Silver Lungs



Spoiler:
 

_____________________
Save me from the nothing I've become
I've been here waiting for something to live and die for. You see my soul, I'm a nightmare. I've lost control I'm crashing into the dark. You're the sun and I'm the moon. Without a soul, my spirit sleeping somewhere cold until you find it there and lead it back home.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Sam 4 Jan - 21:46

Toute chose complexe à sa part de logique, mais ici, elle avait l'impression que la logique leur avait fait défaut depuis l'avalanche. D'abord, Edwin lui répondit que non, il ne savait pas où était l'elfe, et ensuite, il s'éloigna un peu, son expression faciale donnait cette impression d'être prit dans un dilemme. Durant ce cours laps de temps, Vesperina se permit d'observer le visage du compagnon de son élève, il était très doux, un peu comme les traits d'un enfant tout juste passé à l'age adulte. Lui aussi paraissait comme pris dans un malaise. La jeune fée ne savait plus où donner de la tête, que se passait-il dans cette grotte? Pourquoi avait-elle cette impression de danger, similaire à celle d'un rêve? Edwin revint vers eux.« J'ai eu tord. Elle a raison. » dit-il dans une intonation qu'elle n'avait que très rarement entendue, et ce, en la montrant d'un signe de tête « On ne devrait pas rester ensemble. Je me suis trompé, on doit se séparer si on veut survivre. Vous deux, vous resterez ensemble car je sais que vous pourrez vous en sortir vivants. Moi je pars avec Elemintia, on y arrivera aussi. Mais pas tous ensemble, en même temps.» Le revirement plus qu'étrange de cette situation la fit tousser, depuis quand avait-elle raison? D'autant plus qu'a présent, elle donnerait cher pour retrouver l'elfe et ne plus se séparer du tout. Qu'avait-il bien pu se passer pour que cela arrive, pour qu'Edwin change d'avis aussi rapidement, l'ombre les avait elle touchée eux aussi?« Si on est ici, c'est à cause de toi. Je serai venu, de toutes façons. Moi j'avais des raisons de venir, toi tu n'en avais aucune. C'est toi qui me suis à la trace, et tu aurais du aller ailleurs ou rester à l'auberge ou bien encore ailleurs. A cause de toi, nous sommes quatre ici au lieu de trois. Tout aurait été plus simple si tu n'étais pas venu. Regarde nous... on s'accroche à l'espoir de tous s'en sortir ensemble, mais tu la connais la vérité ? »

Elle assistait à un réquisitoire.

Plus son élève parlait, et plus leurs visages se rapprochaient, mais ce n'était pas de la passion qu'elle voyait. Dans les yeux d'Edwin semblait transparaitre de la haine, une haine sauvage et encrée en son corps par une peine immense. Tandis que du coté de son compagnon, peu à peu, elle sentait de la colère, de la peine, de l'incompréhension. Cette douleur semblait jouer entre les deux hommes, et Vesperina assistait à cela sans pouvoir agir. Elle voyait une amitié incroyablement forte, puisque le brun avait crié sur elle que jamais il n'abandonnerait son compagnon, peu à peu, se réduire à néant. Elle était totalement impuissante à cela. Et encore une fois, cette impuissance la narguait. D'abord impuissante pour les craintes de son seigneur, puis pour son bonheur, et enfin, face à elle même. Elle était impuissante à tout ce qu'elle entreprenait, tout ce qui lui arrivait, elle ne pouvait que subir sans jamais agir. Elle subissait les élans de son cœur, elle subissait sa peine, sa haine envers elle même, elle subissait à chaque seconde ses regrets, et là, elle subissait juste devant elle, la destruction d'une puissante amitié. La douce Vesperina se demanda si ce n'était pas simplement l'effet des voix dans leurs esprits qui les poussaient à faire ça, mais non, car Edwin n'entendait rien, et c'était pourtant lui qui refermer cet étau violent autour de son compagnon. Vesperina pouvait clairement dire qu'elle assistait à la destruction d'une âme, et elle aurait presque pu sentir cette tristesse palpitait autour du jeune homme.

« Oublie ce que j'ai pu te dire auparavant, oublie tout. Contente toi de sortir d'ici vivant. Et oublie moi. Survis. »

Ce fut sur ces dernières paroles qu'Edwin partit, manquant presque de lui marcher dessus, et les laissant tous deux là. Il y eut un long moment de silence, pendant lequel la douce fée voulut faire savoir au jeune homme qui restait avec elle qu'elle comprenait sa douleur. Mais elle ne le pouvait pas, elle ne le connaissait pas, et même si il n'avait pas l'air d'aller bien et que sa douleur empiétait sur sa personne, elle ne pouvait rien faire. La jeune femme qu'elle était resta assise, l'observant de ses grands yeux bleus peinés pour lui.
Le jeune homme sembla reprendre un minimum contenance, avant de se pencher pour ramasser la torche qu'il avait fait tomber durant le monologue d'Edwin, et se tourna vers elle. Vesperina était encore perplexe, mais lui, il semblait gêné, voir honteux que l'échange violent ait eut lieu devant elle. La dernière fée de l'ancien temps se leva avec une certaine grâce, ses ailes n'étaient plus présente, mais elle ignorait si elle pouvait leur apporter de nouveau cette lumière chaleureuse produite par ses membres féeriques. Elle épousseta sa robe et resserra les pans de sa cape, avant de lancer un dernier regard compréhensif à son nouveau compagnon de route, couplé à un sourire. Cependant, elle ne pouvait pas faire grand chose pour lui, le réconforter était impossible puisqu'elle ignorait jusqu’à même son nom, et bien que l'envie de gronder son élève fut présente, elle ne pouvait strictement rien faire dans l'instant.

" Nous devrions emprunter l’autre tunnel."
Prononça-t-il d'une voix tremblante. Oui, il avait mal.

Le début de la marche se fit dans un silence uniquement entrecoupé du bruit causé par leur pas sur le sol et du crépitement de la torche. Le tunnel n'était pas très haut, et le jeune homme, qui marchait en tête, devait assez souvent se baisser pour passer. Un bel avantage que d'être plus petite et plus fine. Le jeune homme s'arrêta alors de nouveau, il ne semblait toujours pas s'être remis de l'altercation entre son ami et lui, mais prit tout de même la parole.

"C’est vrai, tu avais raison. On… J’aurais dû t’écouter dès le début. Je suis désolé de m’être un peu emporté tout à l’heure, j’ai l’air d’un imbécile maintenant n’est-ce pas ? Je pensais qu’on arriverait à avancer tous ensemble mais apparemment, je me suis trompé. Et la magie n’y est pour rien…" Elle ne put s’empêcher cette fois-ci de poser une main réconfortant sur son bras.

"Non, j'avais tords, j'ai été la première à écouter ces voix alors que je sais pertinemment qu'écouter une voix inconnue est et reste dangereux... Je suis navrée de ce qui est arrivé..."

"J’ignore combien de temps cela va nous prendre alors autant que tu le saches, je m’appelle Aldric." Il prit un temps, avant de se remettre à marcher, et la jeune fée le suivit presque docilement, un sourire léger sur les lèvres, il ne mentait pas. "Je doute que tu veuilles répondre à la question que je vais te poser mais... Qui es-tu vraiment ? Je veux dire, ton apparence a changé en seulement quelques minutes." En effet, Vesperina était revenue sans son apparence d'emprunt, et c'est avec un sourire assez tendre qu'elle lui répondit.

"En fait, je m'appelle Vesperina, je suis une fée de l'ancien temps. Je suis venue camoufler au début, mais les évènements ont perturbé ma concentration et j'en ai perdue le masque magique que j'avais formé."

Elle n'évoqua pas cependant le lien de maitre à élève qui l'unissait à Edwin, cela ne ferait que blesser un peu plus son nouveau compagnon de route, et elle n'aimait pas faire le mal ainsi. Plus ils avançaient, plus le tunnel s'élargissait, et bientôt, des voix lointaines leurs parvinrent. Aldric l'avertit qu'ils se dirigeaient droit sur quelque chose, ou bien quelqu'un. Cependant, ils poursuivaient leur route. Ce ne fut qu'au bout d'un certain temps que Vesperina sentit de nouveau cette tension s'emparer du jeune homme qui marchait en tête, et lorsqu'elle aperçu vers qui ils s'avançaient, elle comprit pourquoi. Les deux tunnels se rejoignaient finalement. Une fois face aus deux autres, il se tourna vers elle, et la jeune fée lui offrit un regard compatissant avant de s'avancer vers les deux autres, la tête haute et le regard tout aussi froid que celui que Frost réservait à ses ennemis.

"De toute évidence, nos chemins se croiseront toujours, Gabriel." Et elle accentua bien le faux nom avec un sourire tout aussi froid, avant de se tourner vers l'elfe qui n'avait pas l'air très bien. Elle reprit sa voix douce et habituelle pour s'adresser à celle-ci. "Elemintia, vous est-il arrivé quelque chose?"

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Tash
Dieu Calormène || PNJ
∞ messages : 30
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Sam 4 Jan - 22:31

Au détour d'un couloir proche de notre petit groupe se trouve un cul-de-sac. Seule une incantation est accrochée au mur où devrait se trouver un passage.

« Pour trouver le bon passage à travers le mur, vous devrez révéler votre plus grand secret, celui que vous seul savez. Si jamais votre secret ne se révèle pas être le plus important et que d'autres le connaissent déjà, un malheur vous arrivera. »

Chaque membre du groupe devra donc révéler son plus gros secret si au bon chemin il souhaite accéder.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Eléa E. Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 79
∞ camp : Nord
∞ double-compte : Jacen Deynor, Naïla E. Till'aam
∞ humeur : Heureuse
∞ commentaires :
Sais-tu que l'on se construit plus par les drames auxquels on survit que par les bonheurs que l'on vit ?

MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Jeu 9 Jan - 22:48


La jeune femme sentit sa respiration accélérer. Elle avait peur et n’osait même plus le cacher, sa tête coincée entre ses genoux pour mieux masquer un visage terrifié et au bord des larmes.
Tout ce qu’il y avait autour de l’elfe n’était qu’ombres mouvantes, terrifiantes au-delà de l’imaginable ; pitoyable esprit tourmenté incapable de faire la différence entre peurs et réalités, rêves et vie réelle, imagination et faits existants. Rien ne lui disait que ces cauchemars étaient bels et biens devant elle. Pourtant ses yeux refusaient d’affronter un monde trop brutal. Combien de fois l’avait-il maltraitée, meurtrie ? Elle s’était heurtée à un mur de glace infranchissable, il fallait le contourner, prendre plus de temps et finalement redresser la tête avant de voir une autre épreuve, un autre obstacle gigantesque épuisant chaque fois ses forces qui petit à petit s’amoindrissaient avant de reprendre de la vigueur. A chaque fois avec un événement tragique, suivit d’un événement davantage heureux. Et ainsi se poursuivait le cercle vicieux, le tour infernal, le cycle de la vie. La vie d’Eléa bien sûr.
Le temps lui sembla très long avant qu’une main ne se referme sur son bras, manquant de lui arracher un cri de surprise qui mourut dans sa gorge lorsqu’elle vit le visage quelque peu familier de Gabriel.
L’elfe se laissa emmener dans le second tunnel. Bien sûr, il fallait qu’elle se trompe. Cependant, les problèmes passés n’étaient plus d’actualité dans sa tête. Elle se contentait de lutter contre une envie folle de courir, de hurler sur cette maudite coulée de neige, de la faire exploser d’une manière ou d’une autre, même si elle devait y passer. Elle n’en pouvait plus de ces grottes. Alors qu’elle se croyait forte elle était finalement réduite à néant par des boyaux et de la pierre… ridicule. Une elfe apeurée par de simples couloirs taillés dans la roche, de ombres imaginaires bougeant dans les ténèbres. Le monde tournait à l’envers pour qu’elle soit ainsi effrayée par des choses aussi futiles. Cet endroit devait très certainement être empli de magie. D’où ces voix qu’ils entendaient tous à leur façon, chacun pour une histoire différente manifestement.

Puis, sans qu’elle ne s’en rend vraiment compte, Edwin se mit à parler. Elle écoutait à moitié, ne se préoccupant plus de ce qu’il pouvait se passer autour d’elle. La jeune femme était comme déconnectée, ailleurs, oui c’est ça, dans sa bulle protectrice. Cependant, les quelques mots qu’elle entendit lui faisaient froid dans le dos. Comment pouvait-on s’adresser ainsi à son ami ? Eux qui semblaient si proches étaient-ils en train de marquer une rupture.
Sortant de sa léthargie, elle observa le visage du garçon aux cheveux bruns. Elle ne sut dire s’il était choqué ou en colère, mais il n’était pas indifférent et on sentait bien qu’il était perturbé et que ces paroles acerbes lui faisaient mal au cœur. Pauvre de lui pensa alors l’elfe. Mais que pouvait-elle bien faire ? Ce n’était certainement pas ses affaires et elle n’allait pas s’en mêler pour récolter les foudres des trois autres.
Puis le monologue se termina par un « oublie-moi. » Certes il lui avait demandé de survivre, mais il était alors impossible de songer qu’il ait pu dire ça gentiment, même s’il l’avait fait. Ce qu’il avait fait à son compagnon était ignoble, un comportement cruel alors que quelques temps auparavant ils étaient prêts à tout pour rester ensemble, y compris à ignorer des voix étranges.
A la fin de sa tirade donc, Gabriel s’en alla, entraînant Eléa avec lui.

C’est après avoir mis une légère distance qu’il lui adressa la parole. Interrogation qui ne méritait presque pas de réponse. Avait-elle seulement eu le choix ? Non, il ne le lui avait pas laissé. Peut-être était-ce mieux ainsi après tout, au moins il n’y avait pas d’hésitation possible, elle devait le suivre, point barre. Les choses s’étaient ainsi déroulées qu’elle n’avait pas pu choisir énormément.

- A choisir… je crois que c’est bien ainsi. Tant que je ne suis pas seule.

Elle le regarda un instant, posant ensuite sa main sur son bras pour l’arrêter.

- Vous n’avez pas confiance en moi n’est-ce pas ? Je devrais peut-être reprendre : Elemintia est mon second nom. Mon prénom est en fait Eléa. Cette aventure risque d’être longue, alors autant que vous le sachiez non ? Je vous fais confiance, bien que je suis sûre que vous ne m’avez pas dit la stricte vérité. Vous savez… je n’ai rien à cacher. Je suppose que vous vous en fichez bien, mais j’aime savoir à qui j’ai à faire, et il en est sans doute de même pour vous.

Doucement, elle se remit à marcher lentement, comme lorsque l’on fait une promenade dans des jardins pour papoter avec des amies. A la différence qu’ils n’étaient ni dans un parc ni amis…Mais qu’importe.
L’elfe eut alors envie de se laisse aller à quelques confidences. Il écouterait ou l’arrêterait. C’était peut-être ce qu’il lui fallait, parler à quelqu’un.

- Je suis une elfe du clan des Hauts-Elfes, tués par Caspian, vous devez être au courant. Je l’ai détesté, puis j’ai laissé passer en lui proposant une aide. Il ne m’a pas aidée pour l’instant, ni moi de mon côté. Maintenant qu’il est sur le trône je pourrai envisager d’accomplir ma vengeance. Malgré tout je suis restée chez moi avant d’être emmenée de force par Frost ; il faut dire que j’ai tué son guide et causé la mort d’un dragon ! Depuis je suis sa Felindra, je ne me plains pas et puisqu’il est allié à l’ancien roi Edwin, qui est mort dit-on, peut-être un jour sera-t-il en guerre contre Caspian.
Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais en dehors d’être une elfe j’ai quelques pouvoirs liés au vent. J’avais un maître qui m’enseignait cette magie et il est mort, comme ma mère et mon père… le roi et la reine de Lòthia. Je suis une reine déchue, sans terre ni sujets !
elle se mit à rire avant d’afficher un air sombre tout en jetant un regard noir à l’homme, J’aurai ma vengeance. Je suis une elfe du Nord désormais. Vous pouvez avoir confiance en moi vous savez.

Ils attendirent alors là où les deux tunnels conduisaient et attendirent les deux autres qui ne tardèrent pas.
Vesperina s’adressa à Gabriel puis demanda à l’elfe si tout allait bien. Cette dernière lui assura que oui et agrippa le bras du blond pour le garder près d’elle. Inutile que les deux garçons se battent ici.
Ses pas se stoppèrent lorsque le groupe tomba sur un cul-de-sac avec des inscriptions. Ah ! Révéler un secret que personne ne connaît ? Voilà qui était beau. Eléa n’avait plus beaucoup de secrets. A part un. Personne ne le savait. Si, des morts, mais ils ne comptaient pas. Ce n'était peut-être pas son plus grand secret, mais c'en était un vrai.
Elle se racla la gorge pour signaler aux autres qu’elle commençait.

- Le mien est que je communique avec le vent. Je le comprend et lui parler et il fait de même avec moi.

La jeune femme regarda ses camarades de voyage et attendit. Qui resterait et qui vivrait ? Qui n’avait pas de secret et surtout, quels étaient les leurs ?


Si la fin ne convient pas je corrigerai ^^

_____________________

 
♠️ C'est dans l'effort que nous devenons plus forts. ♠️
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Edwin G. Petterson
Nordique || Élu || Admin
∞ messages : 518
∞ double-compte : Vitani (calormène)
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Ven 10 Jan - 1:22

THE LAST SONG ♪



    Sa réponse fut assez innatendue, je devais l'admettre. Je pensais qu'elle aurait plutôt aimé être avec Vesperina ou Aldric, peut-être plus Aldric. Désormais il devait sembler être le plus juste et le plus droit, le plus intelligent. Il l'était. J'avais écouté les voix dès qu'elles s'étaient adressées à moi et désormais je n'entendais plus rien, je n'en avais même pas parlé. Je commençai à sentir une boule se former dans mon ventre, mais je ne pouvais pas revenir en arrière. Je n'avais pas dit ça pour rien, il fallait qu'il survive, et moi aussi. Vesperina veillerait sur lui, surtout après avoir assisté à mon monologue. J'ignorais ce qu'en pensait ma compagne de route mais dans un sens, je ne préférais pas le savoir... apparemment, elle me faisait confiance, bien que je ne comprenne pas vraiment pourquoi. J'avais été horrible avec Aldric et je l'avais menée avec moi pour des raisons personnelles, car je préférais savoir les deux autres ensemble. Mais quelque part, je l'avais sortie de l'autre tunnel, je l'avais peut-être sauvée de quelque chose. Je n'en avais pas la moindre idée.

    Soudain, je sentis sa main se poser sur mon épaule, ce qui me poussa à tourner la tête vers elle. Oui, elle devait vraiment avoir confiance en moi... ou vouloir savoir qui j'étais. Ou les deux. Elle ne semblait pas mentir, mais je préférais ne rien dire pour le moment. Je ne pouvais pas lui dire qui j'étais, je ne la connaissais quand même pas et j'étais censé être mort. Je l'écoutais simplement alors, tandis que nous marchions ensemble dans le tunnel. Puis elle reprit la parole, et je commençais à me demander si je n'étais pas en train d'halluciner. Elle aussi ? Une créature ? Un être magique ? Après Frost, ça avait été Ronal, après Ronal ça avait été Aldric puis ensuite Vesperina et enfin... Eléa. Je tentais de me focaliser sur ce qu'elle me contait, mais mon esprit ne pouvait s'empêcher de songer au druide qui était ailleurs. Je ne savais absolument pas quoi faire, j'ignorais si en sortant de la montagne – si nous en sortions un jour – il me pardonnerait. Si nous nous retrouverions. Si nous serions tous les deux vivants. Je serrais le poing, sentant qu'il tremblait légèrement, puis je fus sorti de mes pensées lorsque j'entendis certains noms.

    Elle était donc ennemie de Caspian ? Pour Frost j'avais un peu de mal à savoir par contre, mais elle en semblait proche et faire partie de ses fidèles. Puis elle parla de moi. Puis de Frost et de notre alliance. Comme s'il allait déclarer la guerre au telmarin, on y croyait tous... mais pour en revenir à nos moutons, elle me parla aussi de ses « pouvoirs »... était-elle une élue ? Non, ça semblait lointain, avant que les dieux nous choisissent. J'étais assez confus et je n'étais pas sûr de savoir quoi en penser. Elle n'avait pas l'air dangereuse, elle avait juste besoin de se confier et d'être avec une présence pour la rassurer. C'était, du moins, ce dont j'avais l'impression. Et donc, elle détestait Caspian. C'était le renseignement le plus utile, sans doutes, dont j'avais besoin. Sachant que je ne pouvais rester muet, je réfléchissais à une réponse. Je devais dire quelque chose, mais je ne pouvais décemment pas dire la vérité. Je parlerai donc, sans forcément dire de mensonges... et sans pour autant révéler qui j'étais vraiment.


    « Personne ne devrait avoir à vivre caché. Si tu as une vengeance à prendre, prends juste tout le temps qu'il te faudra pour bien la préparer. Tout vient à point à qui sait attendre... » J'étais incapable de trop en dire. Je pensais pouvoir lui faire confiance quelque part, mais il fallait se méfier de tout, surtout ici. « Gabriel est aussi mon nom, mais je ne le donne jamais. Seul Aldric et mes parents le connaissent. Je suis originaire d'Archenland, pour tout te dire. Ce qui compte à mes yeux, ce n'est pas tant le passé mais le présent. Un jour tu peux être quelqu'un, une princesse, avoir une famille. Puis le lendemain plus rien, tu perds jusqu'à ton identité. Je pense que indirectement, je comprend ta situation. Mais c'est différent. Aujourd'hui, peu importe ma vie d'avant, l'endroit d'où je viens et mes origines. Ce qui compte c'est que je ne regarde pas en arrière mais toujours droit devant moi, en avant. Toi tu ne peux pas penser comme moi. Comme je l'ai dit, c'est différent. »

    Au bout d'un certain temps passé dans le tunnel à parler sans vraiment dire quoi que ce soit de direct, presque comme si tout n'était qu'énigmes alors que l'elfe avait été sincère avec moi, je finis par ne plus dire le moindre mot, me résignant au silence. Un tunnel rejoignait le nôtre, et j'y avais vu Aldric. J'avais réussi à faire abstraction de ce qu'il s'était passé quelques minutes ou heures plus tôt, mais je ne pouvais ignorer avoir le sentiment d'avoir un poids sur le cœur en le voyant reculer. Je savais que je lui avais fait du mal, mais je ne réalisais pas. Pourquoi me faisait-il cela ? Les voix ne disaient toujours rien, peut-être que si nous étions à nouveau réunis elles parleraient ? J'étais perdu. Oubliant ce qui m'entourait, je me contentais de marcher, les yeux rivés sur mon compagnon qui lui, ne pouvait pas me regarder. Je sentais qu'il allait mal, et je ne pouvais rien dire ou faire. Je vis alors Vesperina sortir du tunnel la tête haute, pour bien me faire comprendre qu'elle n'avait pas apprécier ma façon d'être et mes dires.

    Je détendis ma main avant de n’agripper mon manteau pour le serrer le plus fort possible, comme si je refusais de ne faire le moindre geste. Je sentis que la jeune femme à mes côtés venait d'attraper mon bras, je tournais donc la tête vers elle comme pour la remercier mais sans dire le moindre mot. Je me contentais de lui adresser un sourire triste avant de reposer mes yeux sur ce qui se trouvait face à moi. Un cul-de-sac. Cette montagne allait littéralement tous nous tuer ! Je posais le regard sur ce qui était cependant écrit devant nous. Vraiment ? Un secret ? Eléa parla la première, de son don de communication avec le vent. J'avais l'impression d'être blessé, sans trop comprendre pourquoi. Je ne voulais rien dire, car j'étais celui qui devait sans doutes avoir le plus à perdre ici en se révélant. Je n'étais pas habitué à ce genre de situation et je me sentais terriblement mal. Je regardais l'elfe puis la fée et enfin le druide. Mon regard resta figé sur lui un long moment. J'avais des secrets, mais je ne savais même pas lequel était le plus important, et le plus intime. Celui qu'il faudrait dire. Les battements de mon cœur accélérèrent et je demeurai perdu.

    Mon don ? Tash ? Ancagalon ? Ma mort ? Caspian ? Telmar ? Yoren ? Aldric ? Kyara ? Le nord ? Les voix ? Je détournais le regard, scrutant un point invisible devant moi, sur le mur. J'avais besoin de soutien mental ou physique, aussi j'attrapais la main que la jeune femme avait posée sur mon bras et la serrais, comme pour sentir que quelqu'un était là. Je ne pouvais pas compter sur Aldric, pas après ce que je lui avais dit. Il me détestait, et Vesperina aussi d'ailleurs. Je ne savais pas de quoi parler, quoi dire, comment agir, si nous devions faire ce qui était dit. Et si c'était un piège ? Après tout, nous révélions quelque chose d'important, au moins à nos yeux, pour le groupe. Pour la montagne. Pour ce qui s'efforçait de nous torturer et nous condamnait peut-être à la mort. Les voix. Le nord. Ancagalon. Aldric. Telmar. Caspian. Yoren. Que se passait-il si nous ne nous confions pas ? Si Aldric et Vesperina ne trouvaient pas de secrets que personne ne connaisse ? J'avais peur. Pour lui. Mais quelque part, je ne voulais pas non plus la mort de la fée, ni même de l'elfe. Perdu.


    « Je pense à Telmar et à Caspian tous les jours. J'essaye de réfléchir, de penser à l'avenir mais je ne peux pas m'en empêcher. J'ai la haine à l'idée de l'imaginer assit sur mon trône, de le savoir dans mes appartements, chez moi. Car je n'appartiens plus à Telmar, je n'appartiens à nulle part, je ne peux même pas être avec les êtres auxquels je tiens le plus désormais. Yoren me manque, Ancagalon et moi sommes trop éloignés et ça finira par me tuer, et si ça ne le fait pas, ce sera alors parce que je tiens à Aldric. Mais concrètement, je suis seul, dans ma tête. J'ai beau ne pas être « seul » physiquement, je suis toujours tout seul. Je suis mort. »

    Je me sentais peut-être encore plus mal d'avoir parlé, d'en avoir peut-être trop dit. Mais je craignais quelque part que ce ne soit pas assez, que ce ne soit pas le plus important, celui que personne ne savait. Après tout, c'était le cas ! Personne n'était au courant. Je lâchais alors la main d'Eléa, lui tendis la torche puis partis m'éloigner de quelques mètres avant de frapper du poing contre un mur à l'orée d'un couloir, là où personne ne pouvait me voir. Ils entendraient sûrement le bruit, mais je n'en avais plus rien à faire. J'avais besoin d'évacuer à la fois la colère et la peur qui m'envahissaient, je n'avais aucune garantie, pas plus qu'eux, que nous passerions tous ensemble et qu'il y avait un passage. Tout ça me torturait l'esprit et je ne parvenais pas à me calmer. Je pouvais cependant les entendre, et je finis par faire quelques pas afin de revenir simplement dans le même couloir que les autres. Mais je restais un peu à l'arrière, préférant ne pas me mêler au groupe. Je n'appartenais pas à celui-ci, j'étais l'intrus.

_____________________
Votre récompense vous l'aurez quand viendra ce beau jour
Quand la gloire couronnera ma tête, soyez prêtes !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   Lun 27 Jan - 23:22

Les choses qui passent sans réellement marquer d'importance notre vie, sont en fait, pour la plupart, les évènements qui font de nous ce que nous sommes. C'était un fait, Vesperina n'était pas devenu celle qu'elle était par ce tournant effroyable qu'avait prit sa vie lors de sa mutation avec l'âme d'une ancienne fée; Elle n'avait pas prit de violents affront par ce revirement de situation dans la destruction de son village, ou encore dans son départ à la suite de cette espoir lumineux. Non, ce qui avait fait d'elle cette fée au doux regard, n'étaient autres que les remarquables souvenirs de son enfance, doux, chaleureux, ces étranges songes du passé en compagnie d'une seule personne, événements charmeurs et trépassé, puis ce temps présent, bercé d'amour, de noblesse et de promesses égarées. Bien qu'elle ait eut définitivement peur lorsque cette ombre s'était approchée d'elle, et que la crainte de ne pas ressortir s'était faite sentir en son sein, la jeune femme qu'elle était n'avait pas renoncée, et elle avait avancé. La compagnie d'Aldric n'était pas un souci, il semblait gentil dans un sens, mais légèrement honteux et mal depuis cette scène que leur avait joué Edwin. Elle ne le connaissait pas assez pour dire s'il était juste blessé ou en colère, mais elle pouvait ressentir une douleur malgré tout, c'est pourquoi elle avait fait savoir à son apprenti sa propre colère dans un regard.

Le fait de croiser l'autre groupe une fois de plus avait ajouté une tension quasiment palpable qui n'était pas bonne en vue du danger qui pouvait leur tomber dessus à chaque recoin de cette grotte. Elemintia semblait avoir prit Edwin pour un bouclier, puisqu'elle s'était fortement accroché à son bras, mais la jeune fée ne dirait rien, elle comprenait cela parfaitement. C'est pourquoi, elle resta parfaitement silencieuse jusqu’à la fin de leur parcourt, puisqu'ils furent arrêté par un vulgaire cul de sac. Mais quand bien même elle pensait qu'il ne s'agissait là que de la fin du tunnel, ses espoirs furent réduit à néant lorsqu'elle aperçu l'inscription qui y était gravée. Un sentiment de colère et d'ennuis se matérialisa en sa poitrine, cet fin là n'était pas prévue à son égard. Son regard azuréen dériva sur ses compagnons d'infortune, tous devaient avoir un secret, évidement, tous allaient tenter de protéger leur vie, probablement en parlant d'un sang royal coulant dans leurs veines, d'une magie ancestrale formant leur énergie, ou encore d'un attachement à une quelconque personne. Un secret était un secret, nullement révélé à qui que ce soit, jamais, et voilà quel était son probleme. Toute une myriade de secrets auraient pu faire valoir sa vie, en vue de son existence plutôt déroutante et longuement frappée par la magie, les meurtres, sa romance toujours impossible, ses sens, sa propre douleur. Oui, tout, aurait put être secret, si elle n'avait pas été si honnête, si aucun de ses secret n'avait été révélé au moins une fois.

Toutes ces cachoteries avaient été objet d'honnêteté, soit auprès d'un homme loup qui, finalement, n'aurait pas valu qu'elle les révèle, soit auprès de Frost et d'Edwin. Tout ce qui aurait pu lui permettre de satisfaire cette stèle qui la narguait de toute sa hauteur, n'était plus, car elle avait favorisé la confiance et la franchise à la dissimulation. Un triste sourire de circonstance orna ses lèvres bleuit par le froid, elle était condamné pour l'instant, à moins que, au contraire, son absence de secrets puisse être salvatrice. Il fallait espérer que cela fonctionnât, sinon, elle ne donnait pas cher de sa peau. Une voix la sortie de sa rêverie. Elemintia avait parlé la première, elle avait révélé son secret, elle parlait au bourrasque et au zéphyr, et ceux-ci lui répondaient et partager son pouvoir. Ainsi donc, elle n'était pas qu'une simple elfe en quête de réponse, mais aussi une détentrice du pouvoir élémentaire qui, d'ordinaire, habitait ces êtres là. Une douce assurance prit possession des moyens de la jeune femme qu'elle était, tout n'était pas encore joué, il était vrai que pour l'instant, son silence ne l'avantageait pas, mais elle pouvait s'en accommoder, et, surement, parvenir à rester en vie malgré son manque de disgrâce mise sous silence. Vesperina savait aussi que ses dons lui permettrai outre mesure de s'échapper de ce lieu, si, impossible de sortir en déclarant tout haut la vérité, mais à quel prix?

Oui, à quel prix pourrait-elle rentrer chez elle saine et sauve, sa conscience? Son innocence? Puisque de toute évidence, sortir d'ici sans passer par cet stèle ingrate, lui réclamerait bien plus qu'un faible éclat de magie féerique. Oui, par logique, utiliser les flux telluriques pour se diriger dans un autre lieu, tel que le château de sa seigneurie, lui demanderait une énergie magique considérable, une dose de puissance qu'elle ne possedait qu'en présence de Frost... Et Frost, n'était pas là. Un frisson d’inquiétude traversa son esprit, si elle n'avait pas assez d’énergie, elle devrait en reprendre, et pour ça... prendre la vie de l'un de ses compagnons. Un frissons de dégout l'habita, elle se répugnait à envisager cette possibilité. Non, aujourd'hui, elle était de bonne instance, et n'avait nullement besoin de retirer une vie pour secourir la sienne. Vesperina eut de nouveau ce sourire rassuré, et l'image floue de son seigneur apparu à sa mémoire, celle d'un baiser, aussi chaud que le désert, mais léger comme un grain de sable vint ensuite la rassurer. Elle était bien plus forte que cela, oui, elle pourrait surmonter cette épreuve, avec ou sans magie. Prenant une grande inspiration, et conservant toute sa force mentale, la jeune femme qui n'était plus humaine depuis déjà bien longtemps s'avança vers la stèle, dépassant ainsi l'elfe.

"Pour ma part, et contrairement aux propos formulés par le monde, tous mes secrets ont été dévoilés sans pudeur à l'égard de ceux qu'ils concernaient, je me suis donc affranchit de toutes omission, et je réserve dorénavant la franchise pour seule compagne de mon esprit."

Vesperina ignorait totalement ce qu'il allait advenir d'elle, toutefois, elle avait admit la vérité, et seul le mensonge pouvait la conduire dans l'au delà...

_____________________







Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The Last Song ; RP intrigue.   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Last Song ; RP intrigue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA : A NEW AGE ™ ::  :: Collines et Montagnes :: Les grottes-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit