Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Les dieux aident ceux qui agissent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Frost Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 244
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Glacialement tourmenté
∞ commentaires :

My soul is full of pain


MessageSujet: Les dieux aident ceux qui agissent.   Sam 16 Nov - 7:50






Les dieux aident ceux qui agissent.






VesperinaFrost

Tous se préparaient dans la salle du trône, cliquetis d'armures et cordes que l'on tendait afin de vérifier la parfaite sonorité des instruments de musique, les enfants décoraient la salle avec d'immenses tentures aux coloris écarlate et noir. Aujourd'hui était le jour de la fête des moissons, les fermiers et paysans de toute la région étaient conviés à venir dans la forteresse et y passer trois jours. Et cette année les cultures avaient étés des plus riches; la neige me diriez-vous ? Non, les gens d'ici ne font pas d'agriculture à l'extérieur en cette saison, ils les font sous la terre avec l'aide des créatures bien sur. Mais là n'était pas le sujet. Il devait être le milieu de la matinée lorsque l'orchestre se mit à jouer une longue et entraînante litanie accompagnée par les bruits de métaux qui s'entrechoquent. Des acteurs, déguisés en soldats se donnaient en spectacle, parlant avec classe et se répondant à grands coup d'épée en fer rouillé arrachant aux plus jeunes des cries de joies. Dans tout ce brouhaha de bonne et heureuse humeur, l'Empereur fit son apparition. Il arborait une coiffure compliquée composée d'un enchevêtrement de tresses de différentes tailles rassemblées en une seule qui reposait sur son dos, une coiffure qu'il n'arborait guère souvent. Vêtus d'un long manteau noir à capuche, il avança d'un pas calme et gracile. Le bruit ambiant ne cessa pas bien que tous s'inclinèrent devant l'elfe albinos jusqu'à ce qu'il rejoigne le trône. Contrairement à ce que l'on aurait pu penser, il n'y prit pas place et observa quelques instants la salle bondée de monde. Un garde en armure lourde s'approcha du maître des lieux et garda la tête penché vers le sol. Frost lui dit dans un murmure à peine audible, sans détacher ses yeux dorés du spectacle.

« Va me chercher Dame Vesperina, je requiert sa présence immédiatement. Qu'elle me rejoigne dans la salle de la carte. Montre lui le chemin.»

Le garde acquiesça et s'éloigna au pas de course. Frost leva une main et l'assemblée se mit à l’applaudir et à crier des "vive l'Empereur", puis lorsqu'il abaissa la main le calme se fit et une voix monta de la foule comme si elle n'était que celle d'un seul homme tandis que l'Empereur s'éloignait vers le fond de la pièce.

Maître Frost nous guide ! Maître Frost nous protège! À sa lumière nous nous épanouissons. Dans sa bienveillance, nous nous réfugions. Devant sa sagesse, nous nous inclinons. Nous existons pour le servir et nos vies lui appartiennent.

Quelques instants plus tard, l'Empereur avait disparut en passant au travers d'un mur de pierre. Bien sur, ce n'était pas un mur, mais un sortilège qui dissimulait un passage secret. La salle de la carte était une pièce plutôt grande, ses murs étaient recouverts de vieux parchemins enroulés et de livres qui partaient en poussière, il y avait aussi ces sortes de pions en or de formant des personnages, ou plutôt des unités de combat. Au fond lorsqu'on continuait à avancer, on se retrouvait face à un gigantesque vitrail aux couleurs chatoyantes représentant les hautes montagnes survolées par un dragon noir. Derrière cette véritable oeuvre d'art se trouvait un grand balcon. Et clou du spectacle, au centre de la pièce trônait la table des cartes au dessus de laquelle pendait un lustre en cristal aussi gros qu'une diligence. Bras croisés, silencieux, Frost se posta face aux vitraux, attendant la fée.



Tout homme est capable de faire du bien à un homme ; mais c'est ressembler aux dieux que de contribuer au bonheur d'une société entière.



© Méphi.



_____________________

    I was once like you. You have come to this place seeking to bring judgement upon the damned.♘  .ReedNight
     
    But you are only quite a little fellow in a wide world after all !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Sam 16 Nov - 16:05

La fête des moissons, elle n'y avait participé que deux fois dans son enfance, et les souvenirs de celle-ci remontaient à beaucoup trop loin pour elle, qui n'était à ce moment là, qu'une petite fille possédée par une fée déchue. Ici, les préparatifs étaient différents, mais ils étaient aussi merveilleusement joyeux et plein de vie, un éclat de vie dans ses ténèbres de solitude. Du haut de ses appartements, elle pouvait tout entendre, les chants, les rires, les cliquetis des armes qui s'entrechoquent dans les spectacles et autres représentations, et cela lui donnait un sourire presque émerveillé. Elle souhaitait se rendre dans la salle du trône pour saluer l'auteur de ce miracle, son bienfaiteur et seigneur, mais elle ne pouvait le faire dans ces vêtements habituels. Son désir était d'être en harmonie avec la fête, et c'est ainsi qu'elle sortie ses confections de la petite armoire, un drapé de soie et de velours glissa d'entre ses doigts et elle s'en vêtit. Ensuite, elle fit sa coiffure, tressant ses cheveux en six, puis, assemblant les six tresses ensemble qu'elle garnit de perles comme elle en avait la coutume. Elle n'avait laissé que quelques mèches de sa frange ainsi que déposé la tiare de quartz sur son front. Lorsqu'elle contempla sa personne dans le miroir, elle fut satisfaite. sa robe était attachées aux épaules par deux liens dorés, les manches étaient d’un blanc écrue et évasée au niveau des coudes. D’autres manches, longues et moulantes, étaient retenues par un lien d’or à ses doigts. Sa poitrine plutôt imposante pour son âge, était enserrée dans un corset, d'une chaude couleur or, bien que de nombreuses arabesques d'argent y aient élus domicile. Le corsage retombait en pointe et libérait alors toute l’étoffe écrue, dont une large traine à l'arrière, et un nœud doré retombant doucement sur celle-ci, le tout, recouvert de sa cape de fourrure blanche.

Elle ne portait qu'un seul bijou, et elle l'avait créer dés son arrivée dans ce palais, c'était une pince à cheveux en forme de lys, qu'elle avait accroché prés de son oreille et dont les perles dansaient à chaque pas. Vesperina était fin prête pour rejoindre la salle du trône, et alors qu'elle allait ouvrir sa porte, trois coups retentirent. Surprise de ce fait, elle ouvrit, et observa le visage couvert par un casque de l'un des gardes de Frost, l'homme semblait fort embarrassé de se trouver ainsi armé devant elle, mais le sourire qu'elle lui offrit sembla lui rapporter un brin d'assurance. L'homme lui fit donc part de ses informations, comme quoi, le seigneur la faisait mander, une chaleur s'était rependue en elle durant ses paroles, elle adorait Frost, et ne lui serait jamais assez redevable. Le garde lui fit signe de le suivre, et c'est ce qu'elle fit, cependant, au lieu de soulever les bords de sa robe pour n’éprouver aucune difficulté dans sa marche, elle libéra ses ailes dorées étincelantes et le suivit en voletant. Le trajet ne fut pas très long, mais dans un silence presque affolant lorsqu'on le comparait aux rires qui provenaient de la salle du trône. Ils y parvinrent, et lorsqu'il ouvrit les deux grands battants de la porte, Vesperina fut éblouit par tant de beauté et de joie, un chant radieux s'élevait dans la salle, et à présent, elle en comprenait les paroles.

"Maître Frost nous guide ! Maître Frost nous protège! À sa lumière nous nous épanouissons. Dans sa bienveillance, nous nous réfugions. Devant sa sagesse, nous nous inclinons. Nous existons pour le servir et nos vies lui appartiennent."

Le garde lui fit traverser la foule, et l'entraina vers le fond de la salle, proche du trône imposant de son seigneur. Le parfum de sa majesté était présent, mais elle ne le voyait nulle part. Le garde la laissa là, pensant surement qu'elle savait où se rendre, hélas, ce n'était absolument pas le cas. La jeune fée chercha des yeux son seigneur, huma son parfum, pensant le retrouver ainsi, mais le problème, c'était justement qu'il était là sans l'être. Alors que Vesperina commencer à s'épuiser en cherchant une solution à son souci, une idée lui vint, elle allait reproduire sa rencontre avec le Seigneur des elfes. Ainsi, tous les convives sentirent cette magie féerique et tiède emplir la pièce, et la magie, puissante, chaleureuse, impériale de Frost rentra en résonance avec la sienne. Le sourire de Vesperina s'élargit, et elle traversa le mur, sachant que son Seigneur et protecteur était juste derrière celui-ci. La salle était immense, et de nombreuses cartes de toutes les regions et du monde entier, reposaient dés-ci dés-là. Sur les murs, quelques étagères portaient leur fardeau poussièreux. En face, luisant par une douce lumière colorée par les vitraux, se trouvait Frost Osbern. Il arborait une coiffure compliquée composée d'un enchevêtrement de tresses de différentes tailles rassemblées en une seule qui reposait sur son dos, comme elle. Vêtus d'un long manteau noir à capuche, il était silencieux et semblait attendre quelque chose. Avec tout le respect qu'elle lui devait, Vesperina s'inclina avec grâce et douceur.

"Vous m'avez faite mander, monseigneur?"


_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Frost Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 244
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Glacialement tourmenté
∞ commentaires :

My soul is full of pain


MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Sam 16 Nov - 17:45






Les dieux aident ceux qui agissent.






VesperinaFrost

Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour sentir la magie de la fée et ne se retourna pas tout de suite lorsqu'elle trouva l'entrée de la pièce secrète; la laissant parler il lui répondit d'un ton calme en inclinant très légèrement la tête en signe de salutation. Elle était magnifique, non, enfaîte elle était bien plus que cela, et le rôle de noble lui allait à ravir, comme quoi, l'Empereur avait le don d'assigner le rang parfait aux créatures vivants sous sa protection. Décroisant les bras il s'approcha de la fée en superbe tenue. C'était elle qu'il avait désigné pour la lourde tâche qu'il s'apprêtait à lui confier, nul autre créature ne pouvait avoir son sens du détail, son talent de faire apparaître la beauté avec presque rien.

«Dame Vesperina. Il y a quelques jours, lors d'un voyage, j'ai fait la rencontre du voyageur des plans, Hertaï. Après avoir entamé la conversation, j'avais compris qu'il semblait ne point venir de notre monde. Il m'a compté l'histoire des... Pyramides, et cela m'a beaucoup plus. Ces monuments immenses ont été construis par ceux que l'on appelaient les dieux de son monde. En ce jour de fête tu risque de trouver cela injuste mais la vie est ainsi faite chère Vesperina, alors je te demande de mettre de côté ta tristesse et de m'écouter attentivement. Sais-tu à quoi servaient ces monuments ? Ils sont les tombeaux de ces créatures célestes, glorifiant leur histoire, assurant le repos de leurs corps.»

Rien ne se lisait dans son regard, pas une émotion ne filtrait de tout son être, Frost restait de glace bien que sa voix soit douce et emprunte d'un sérieux effrayant.

«Personne ne peut déterminer les réactions des hommes ni prévoir l'avenir exacte, alors comme tout grand dirigeant, je dois me préparer. Ont dit que les elfes sont des créatures immortels, mais sais-tu jusqu'où ? Nous sommes éternels et nos capacités nous empêchent de vieillir comme les mortels, mais si un malandrin trouve notre faiblesse... nous mourrons. Je ne sait pas quand, mais un jour ce sera à mon tour de partir. Puis-je compter sur toi Vesperina ?»

C'est alors qu'il plongea ses yeux dans ceux de la jeune femme, transperçant son âme, ou plutôt ses deux âmes comme si son regard pouvait dire des choses que sa bouche taisait. Peut-être qu'elle le prendrait pour un fou qui avait rencontré on ne sait quel charlatant au détour d'un chemin, peut-être qu'elle s'enfuirait à tire d'aile loin de cette terre et qu'elle voudrait oublier toute cette histoire... Il ne lui avait bien sur pas tout expliqué et tout dit, il ne voulait pas des pyramides puisque ça existait déjà quelque-part, non, il lui en dirait plus dans quelques instants. Dos aux vitraux, les rayons du soleil à l'extérieur faisaient se refléter les couleurs merveilleuses sur la chevelure blanche de l'elfe albinos, auréolant presque le contour de sa tête d'une aura lumineuse.



Tout homme est capable de faire du bien à un homme ; mais c'est ressembler aux dieux que de contribuer au bonheur d'une société entière.



© Méphi.



_____________________

    I was once like you. You have come to this place seeking to bring judgement upon the damned.♘  .ReedNight
     
    But you are only quite a little fellow in a wide world after all !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Sam 16 Nov - 22:41



«Dame Vesperina. Il y a quelques jours, lors d'un voyage, j'ai fait la rencontre du voyageur des plans, Hertaï. Après avoir entamé la conversation, j'avais compris qu'il semblait ne point venir de notre monde. Il m'a compté l'histoire des... Pyramides, et cela m'a beaucoup plus. Ces monuments immenses ont été construis par ceux que l'on appelaient les dieux de son monde. En ce jour de fête tu risque de trouver cela injuste mais la vie est ainsi faite chère Vesperina, alors je te demande de mettre de côté ta tristesse et de m'écouter attentivement. Sais-tu à quoi servaient ces monuments ? Ils sont les tombeaux de ces créatures célestes, glorifiant leur histoire, assurant le repos de leurs corps.» Rien ne se lisait dans son regard, pas une émotion ne filtrait de tout son être, Frost restait de glace bien que sa voix soit douce et emprunte d'un sérieux effrayant.«Personne ne peut déterminer les réactions des hommes ni prévoir l'avenir exacte, alors comme tout grand dirigeant, je dois me préparer. Ont dit que les elfes sont des créatures immortels, mais sais-tu jusqu'où ? Nous sommes éternels et nos capacités nous empêchent de vieillir comme les mortels, mais si un malandrin trouve notre faiblesse... nous mourrons. Je ne sait pas quand, mais un jour ce sera à mon tour de partir. Puis-je compter sur toi Vesperina ?»

La douleur, la crainte, la joie, tout fut brusquement confus dans l'esprit de la fée. Tout d'abord, malgré sa magnificence, il lui avait paru différent de l'accoutume, et à présent, elle comprenait pourquoi. Une boule se forma dans sa gorge, c'était un sanglot, un sanglot qu'elle put retenir avec fierté, mais dans son regard, cela se voyait, elle se brisait peu à peu. Étrangement, elle se rendait compte que toutes les personnes à qui elle s'était attachée, ces gens qui l'avaient porté vers la lumière disparaissaient à l'instant même où elle commençait à s'adapter au bonheur et à la vie. Ses ailes se couchèrent immédiatement, ses mains tremblèrent, et tout ce qui faisait d'elle une fée puissante et respecté disparu, elle n'était à présent qu'une toute petite fille à qui l'on retiré ses parents et ses proches. Inconsciemment, elle le savait, elle connaissait sa décision, son comportement le lui avait dit, mais elle ne voulait pas, non, pas lui, pas Frost Osbern. Tout en elle lui disait de crier, de pleurer, de hurler son désaccord avec cette décision, mais elle ne fit rien, elle ravala simplement son sanglot, serra ses mains fines sur l'étoffe de soie de sa robe, la froissant.

Dans son esprit, plus rien n'avait de sens. Évidemment qu'elle lui obéirait, elle lui devait la vie après tout, mais elle ne voulait pas construire de tombeau, car qui disait tombeau, disait mort de la personne aimée. Et dans le cas de l'elfe, c'était trois personne aimées, le père, qui la conseillait, à qui elle pouvait se confier, et en qui elle cherchait sa voie; le frère de sang, celui qui avait perdu son peuple, qui était le dernier de sa race, le plus puissant, un partenaire d'ancien temps; et enfin, cet homme qui lui avait tendu la main et l'avait sauvé, celui qui était sa lumière de l'espoir. À cela s'ajoutait le fait qu'elle ne voulait plus voir quiconque mourir et la laisser seule. Encore moins lui, Frost était l'être qui, à ses yeux, méritait le plus de vivre, de connaitre une éternité si longue qu'il s’ennuierait par la suite, et qu'il serait obligé de faire des guerres insensées pour se distraire en créant des anneaux magiques. Pour sa personne, il ne fallait pas un simple kiosque, il fallait une œuvre bellissime. Elle lui créerait un tombeau dans le plus pur des diamants, une sorte de palais somptueux qui n'apparaitrait qu'à ses proches et ceux qui avaient foi en lui, qui protègerait son enveloppe charnelle tout en concurrençant la splendeur de la lune et qui, le moment venu, le libérerait pour qu'il ressuscite et reprenne le pouvoir. Parce qu'il ne pouvait qu'en être ainsi, n'est-ce pas?

Pour autant, s'il désirait un tombeau digne de sa personne, alors elle ferait de son mieux pour que celui-ci soit digne encore que celui des Dieux dont il venait de lui parler. Elle créerait le plus beau sanctuaire du monde, un sanctuaire qui protégerait son corps et son âme jusqu’à ce que le destin fasse sont œuvre et l'éveille à nouveau. Brusquement, sa seconde âme lui rappela que la demande qu'il venait de lui faire était une preuve de confiance inestimable, et le cœur de Vesperina fit un bond dans sa poitrine, autant par la tristesse que par ce sentiment de bonheur. Tant de choses se bousculaient dans sa tête, et à l'instant, elle était parfaitement mitigée. Elle avait des envies de mortelle, gifler Frost pour sa demande, parce qu'il lui brisait presque le cœur, puis le prendre dans ses bras pour la preuve de confiance qu'il venait de lui offrir. Mais elle ne fit rien de tout cela, d'abord, parce que si elle bougeait, elle craquerait et pleurerait, mais aussi, parce qu'avant d'être son protecteur, il était son seigneur, et elle ne pouvait se permettre ce genre de familiarité. La jeune fée déglutit, elle devait donner une réponse, il le fallait, pour lui.

"Je comprends votre... votre demande et...Je vous serais toujours... toujours dévouée..." Elle ravala son sanglot, et lui offrit un sourire merveilleux, radieux, plein de douceur et de volonté. Elle acceptait de lui faire ce sanctuaire plus beau encore que les... pymarides? Mais en secret, Vesperina veillerait à ce qu'il n'ait jamais à y entrer. Elle prononça ensuite une phrase dans la langue des fées, si basse que seul un être omniscient et omnipotent aurait pu l'entendre."Minä pelastan sinut pimeydestä."

traduction féerique:
 

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Frost Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 244
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Glacialement tourmenté
∞ commentaires :

My soul is full of pain


MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Mar 19 Nov - 15:17






Les dieux aident ceux qui agissent.






VesperinaFrost

Ce n'était pas un sujet aisé ni agréable à discuter alors que nous étions en pleine fête, mais s'il ne lui en parlait pas dès aujourd'hui, il ne trouverait certainement plus jamais le temps de lui en parler plus tard. Et au fond, il aurait aimé avoir le courage de faire preuve de plus de compassion, comme de poser une main réconfortante sur la chair de cette créature qu'il sentit alors emplit de tourments par sa faute, mais il n'en fit rien, gardant son masque Impériale bien qu'au fond il soit extrêmement satisfait et fière de la fée. De toute manière, elle n'aurait su refuser car l'Empereur ne pouvait accorder une tel confiance à un simple être humain. Non le Nord avait été depuis la nuit des temps habité et gouverné par des créatures, il était donc normale que ce soit l'une d'elle qui soit chargé d'ériger le sanctuaire de celui qui oeuvrait pour leur protection. Inclinant la tête très légèrement tandis qu'une légère lueur de tristesse passait dans ses yeux dorés, et qu'une esquisse de sourire se dessinait sur ses lèvres, l'Empereur posa avec grâce une main sur son coeur avant de répondre dans la plus ancienne langue elfique.

«Bronion I'luume ar Amin Naa I'heru celebriedhel, i kuruvar ho ohta,  varya ho formen. Heri Vesperinandil ... Nîn oore laume firtha enyaare ar'kuile caeltha trî Palurin. Palurinamin ûnaa loome nan'calen ar'linyenwa. Sii lastaim. »

Tout en discutant, il ne cessa pas de faire des gestes gracieux, comme si ses mains complétaient ses paroles sorties tout droit d'un autre temps. L'Empereur affichait alors son visage sans âge emplit de sagesse et de bonté. Posant, après avoir terminé son discourt, un doigt sur le front de la fée afin d'apaiser son esprit tourmenté et chagriné. Puis il s'éloigna doucement afin de se rapprocher de la table centrale. Il déplaça de vieilles cartes, les faisant glisser sur le bois et les autres parchemins, renversant au passage des petits pions d'or. Il remis une très ancienne carte sur le dessus afin de mieux l'observer. C'était celle qu'il cherchait. Sur celle-ci figurait des noms écrits en elfique et des inscriptions magiques rédigées en runes comme celles que l'Empereur portait sur sa peau. Cette carte avait un titre: Les Monts Oubliés.

« Ce sera à toi de choisir ceux qui t'accompagneront dans cette lourde quête, prend autant d'homme qu'il te faudra quitte à monopoliser tous les braves de la forteresse. Dans un premier temps personne ne saura de quoi il s'agit, cette construction sera 'Le Sanctuaire', comme il n'en existe aucun, personne ne viendra se poser de question. »

Frost jeta un coup d'oeil à la fée avant de se pencher sur la carte et d'y poser son index. Il n'y eut aucuns sons, le seule changement qui s'opéra ensuite n'était que visuel. Le doigt de l'Empereur glissa sur le papier, entourant l'un des monts, celui du centre, tandis qu'une lueur bleue apparaissait sur le papier jaunis par les âges.

« Sauras-tu briser un sortilège d'illusion vieux de 3000 ans ? Il n'est pas compliqué de savoir pourquoi ces Monts portent un tel nom, il est plus compliqué de savoir où ils se trouvent aujourd'hui, et je suis certain que tu y arrivera. Pourquoi ais-je choisit cet endroit ? Et bien j’attends tes questions... »

traduction:
 
 



Tout homme est capable de faire du bien à un homme ; mais c'est ressembler aux dieux que de contribuer au bonheur d'une société entière.



© Méphi.



_____________________

    I was once like you. You have come to this place seeking to bring judgement upon the damned.♘  .ReedNight
     
    But you are only quite a little fellow in a wide world after all !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Mer 20 Nov - 16:12


Le discours elfique du seigneur Osbern fut comme un rappel à l'ordre pour la douce Vesperina, il était vrai que jamais ce seigneur ne disparaitrai totalement de ce monde, ne serait-ce que parce qu'il avait marqué les esprits de celui-ci. Mais s'il venait à mourir, alors, sa personne, son caractère, sa bienveillance et sa sagesse ne seraient plus totalement présente, puisque simple songe, image éphémère. Elle ne voulait pas cela, de manière égoïste, elle voulait qu'il reste à ses cotés, voir s'éteindre avant lui et ainsi, ne pas souffrir de son absence. Sur l'instant, il lui était apparu si gracieux, si vivant qu'il lui était impossible d'imaginer ce visage impérial devenir terne et sans vie, ses gestes si fluide lorsqu'il lui avait parlé lui avaient rappelé son rang. Il posa ensuite un doigt sur le front de la jeune fée, dans le but de l'apaisé, ce qui la fit frissonner de manière presque imperceptible. Ensuite, le seigneur elfique se dirigea vers la table centrale, dont il dégagea quelque peu la surface en repoussant de nombreuses cartes et parchemins jaunit par les âges. le cliquetis d'objet métallique résonna dans la pièce, à peine étouffé par le bruit et les chants de la fête de la moisson, c'était des petits pions en or, représentant surement les armées de sa majesté, mais Vesperina n'y faisait point réellement attention. Il sembla enfin trouver l'objet de sa fouille, et déposa sur la table la plus ancienne carte qu'il semblait possédée. Elle semblait totalement recouverte de rune aux premiers abords, mais le plus surprenant, fut que ces runes étaient pour la plupart identique à celles qui se trouvaient sur la peau de sa majesté Frost. Le titre de la carte parut alors, aux yeux de la peinée Vesperina, une véritable énigme, les monts oubliés... était-ce métaphorique?

De mémoire féerique, elle se souvenait que les rares lieux qui portaient ce genre de titres étaient soit les plus dangereux, parce que renfermant une créature démoniaque par la magie et sous scellé, soit parce que la magie elle même les avaient désertés et que plus rien ne pouvait vivre en ces contrées. À moins que ce titre soit là pour prévenir les tristes aventuriers que ces terres leur feront oubliés tout de leur vie et les contraindront à errer comme des âmes en peine. Mais toutes ces suppositions étaient justement ce qu'elles étaient, des suppositions. « Ce sera à toi de choisir ceux qui t'accompagneront dans cette lourde quête, prend autant d'homme qu'il te faudra quitte à monopoliser tous les braves de la forteresse. Dans un premier temps personne ne saura de quoi il s'agit, cette construction sera 'Le Sanctuaire', comme il n'en existe aucun, personne ne viendra se poser de question. » De nouveau, Vesperina croisa le regard profond de son seigneur, et sentit sa peine revenir à grand pas, mais elle resta digne durant sa démonstration. Il posa un doigt sur la carte, et entoura une zone, qui fut bientôt auréolée d'une lueur bleue.« Sauras-tu briser un sortilège d'illusion vieux de 3000 ans ? Il n'est pas compliqué de savoir pourquoi ces Monts portent un tel nom, il est plus compliqué de savoir où ils se trouvent aujourd'hui, et je suis certain que tu y arrivera. Pourquoi ais-je choisit cet endroit ? Et bien j’attends tes questions... »

Durant quelques instant, Vesperina resta parfaitement silencieuse, fixant en alternance la carte, puis le regard de son seigneur, et de nouveau, la carte. Ainsi donc, elle serait la seule à diriger cet ouvrage immense qu'il venait de lui demander, elle avait tout choix, et toute volonté sur cela, la preuve de confiance était en fin de compte bien plus grande qu'elle ne l'imaginait, et une bouffée de stress l'envahit une courte seconde. Elle se reprit tout aussi vite, et commença à réfléchir à la manœuvre à suivre pour la construction de l’édifice demandé. Comme elle l'avait songé plus tôt, il fallait que ce monument soit le plus somptueux possible, mais aussi le plus protégé et digne de l'être qui s'y endormirait un jour. Il ne lui fallait que très peu de gens pour cela, tous les braves ne lui seraient pas utile. Non, au total, il lui faudrait cinquante personnes, ni plus ni moins. Il fallait varier les travaux, c'est à dire trente ouvriers, mais pas ces grosses brute habituelle, non, des gens sachant être délicat, dix architectes de qualité, et cinq tisseuses de lin, de préférence des femmes d'un certain âge et connaissant avec minutie leur métier. Il leur faudrait aussi deux cuisiniers, afin de subsister sur les lieux du chantier, un fin stratège afin de mettre en place des protections, et enfin deux fleuristes, membres très rares.

Brusquement, la jeune fée fut ramenée à la réalité par une constatation effroyable. Un sort d'illusion de plus de trois mille ans? Pensait-il sincèrement qu'elle puisse être capable de telle prouesse? Bien que la fée Dementia lui ait laissé un savoir proche de ce nombre d'année, elle n'était pas sure de pouvoir entraver ce genre de sortilège, et même si elle en avait la capacité, cela devait requérir une immense quantité d’énergie, quantité d'énergie qui s'amenuisait considérablement chaque fois qu'elle s'éloigner de sa seigneurie. Vesperina se rapprocha de sa majesté, et observa avec attention la carte, cherchant un moyen de retrouver ces lieux avec facilité. La réponse lui vint naturellement, ce genre d'endroit avait une signature magique encrée dans le sol, et elle était une fée élémentaire, spécialisée dans le cristal et la roche. En formant des filaments magiques qu'elle disperserait dans le sol et en rentrant en transe, il lui serait plus qu'aisé de retrouver ce lieu si secret. Une sourire discret éclaira son visage, alors qu'elle faisait à présent face à l'empereur.

"J'ai en effet, quelques questions à vous soumettre, mon seigneur. Je sais parfaitement comment retrouver les Monts oubliés, cependant, cette recherche me coutera énormément de magie, et je voulais savoir si vous pouviez y assister, afin de réduire l'élargissement de la tache qui me ronge... Ensuite, pourriez-vous être présent le jour de la cassure de ce sort illusoire?" elle déglutit avant de reprendre d'une voix plus douce et légèrement hésitante "j'aimerais que vous assistiez à cette dernière, pour que vous puissiez voir les progrès que j'ai fait en magie depuis que je suis sous votre protection..."


_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Frost Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 244
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Glacialement tourmenté
∞ commentaires :

My soul is full of pain


MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Sam 23 Nov - 9:16






Les dieux aident ceux qui agissent.






VesperinaFrost

Le silence s’installa soudainement signe que la fée devait être en pleine réflexion. En arrière plan, la musique de la fête battait son plein, mais l'Empereur ne l'entendait pas, son esprit était bien trop occupé. Il repensa à ses parents, eux ils avaient étés presque oublié et leur tombeau n'était pas un lieu extraordinaire mais une simple crypte comme on en trouve chez toutes les familles de sang royale. Dans les entrailles de la forteresse se trouvait cette crypte où il ne rendait plus, il avait même scellé les portes de peur que l'esprit de son père ne revienne le hanter. Son père, ce monstre qui l'avait élevé comme un soldat plutôt qu'un fils, ce même père qui l'interdisait de se servir de la magie puisque c'était l'arme des faibles et des sorciers. Sans s'en rendre compte, l'Empereur était entrain de serrer les poings. Ce père à qui il avait tenu tête et à qui il avait prouvé qu'on pouvait être plus qu'un simple guerrier, oui, Frost lui avait montré combien la maie était plus importante que les armes, faisant de lui, un sorcier de guerre. Si on lui retirait sa magie, il se battrait avec son corps et son arme, si on lui retirait son arme, il se battrait avec ses pouvoirs. La musique n'était qu'un très lointain échos, l'Empereur en oublia presque la présence de la fée. L'atmosphère se rafraîchit alors dangereusement juste avant que l'elfe albinos ne retrouve son calme en voyant le petite sourire de la fée. Lui n'était plus un monstre, et cette demoiselle allait l'aider. Il desserra ses poings et la regarda avant de lui répondre d'un ton extrêmement calme.

«Il en va de sois, je serais présent même si le devoir risque de m'appeler ailleurs ce jour là. J'assisterais à cet évènement de taille et apporterais ma contribution. Dame Vesperina, comme ce sont mes ancêtres qui ont érigés ce sortilège, il faut que j'y investisse un peut de ma magie si nous voulons briser le maléfice. Je serais très honoré d'y assister afin de voir tes progrès. Mais il y a autre chose...»

Avec une grâce immense, l'Empereur porta une main à son coeur tandis qu'une ébauche de sourire se dessina sur ses lèvres noirs. Oui, il était sincère lorsqu'il disait être honoré d'assister à un tel évènement. Puis il se retourna et marcha vers une étagère remplis de rouleaux de parchemins. Le silence s'imposa une fois de plus tandis qu'il parcourait des yeux les rouleaux poussiéreux. Il y avait autre chose, c'était presque floe dans sa mémoire, mais il l'avait lue quelque part il y a quelques temps, une chose à propos de ces Monts oubliés. C'était écrit dans un dialecte très ancien, qui n'était pas de l'elfique, mais une écriture plus... grossière. Il agita sa main droite dans les airs, un halo bleuté l'entoura, puis un second apparut dans les hauteurs de l'étagère, le parchemin recherché était là. Frost se redressa sur la pointe des pieds, tendis le bras et le saisit, puis il reprit son air concentré et repartit de l'autre côté de la pièce à la recherche d'une autre relique. De longues minutes s'écoulèrent avant qu'il ne trouve enfin une sorte de lentille de cristal verte. Il se dirigea alors vers les vitraux et les ouvrit doucement, puis fit signe à la fée de le rejoindre sur le balcon. Il posa le parchemin et l'ouvrit, sur la balustrade de pierre. Ensuite il pointa son indexe vers les montagnes à l'horizon, deux montagnes très espacées et tendit la lentille à la fée.

« J'ai retrouvé cet artéfact il y a quelques mois. Regarde... Voici les Monts Oubliés. »

En regardant à travers la lentille de cristal, dans la direction que pointait l'Empereur, entre les deux montagnes apparurent des monts non enneigés, où la végétation turquoise, était aussi par endroits orangée. Sans la lentille, l'illusion était parfaite. Puis Frost fit passer la lentille sur une zone du parchemin qui lui aussi semblait incarner une parfaite illusion. A première vue, ce n'était qu'un morceau de papier vierge, mais lorsque la lentille passa au dessus, elle révéla les traits d'un dessin.

« Gwaith-i urug. Autrement dit, le peuple des orcs. J'ignore combien ils sont en ce jour, je sais seulement qu'ils craignent la magie car ils n'en possède pas une infime goûte si ce n'est... le fait qu'ils sont insensibles à la douleur et autres tortures. Pourquoi mes ancêtres les ont-ils piégés avec le sortilège d'illusion, ça, je l'ignore. Chère Vesperina, nous allons contribuer à la libération de créatures d'un autre temps. S'ils sont toujours en vie bien sur... »

Sur cette dernière supposition, l'Empereur regardait pensivement vers l'horizon. Et si ce peuple lui obéissait comme le font tout les habitants du Nord ? Il pourrait avoir en sa possession de plus farouches guerriers, il pourrait partir et voyager de par le monde afin d'étendre son pouvoir. Libérer les créatures du monde entier et les faire cohabiter en harmonie avec la nature et les humains... même s'il n'en restait qu'un de ces urug, ce serait un atout. Il avait lue que ces créatures étaient née de la terre et du sang des elfes, il obéissaient aveuglément à celui qui possédait la magie. Tant de possibilités s'ouvraient désormais à eux.
 



Tout homme est capable de faire du bien à un homme ; mais c'est ressembler aux dieux que de contribuer au bonheur d'une société entière.



© Méphi.



_____________________

    I was once like you. You have come to this place seeking to bring judgement upon the damned.♘  .ReedNight
     
    But you are only quite a little fellow in a wide world after all !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Lun 25 Nov - 21:43



Le froid avait à peine envahit la pièce durant son questionnement, que déjà, la chaleur reprenait ses droits sur ce lieu secret, et Frost répondit à son interrogation en portant une main à son cœur, signe de sincérité chez lui. «Il en va de sois, je serais présent même si le devoir risque de m'appeler ailleurs ce jour là. J'assisterais à cet évènement de taille et apporterais ma contribution. Dame Vesperina, comme ce sont mes ancêtres qui ont érigés ce sortilège, il faut que j'y investisse un peut de ma magie si nous voulons briser le maléfice. Je serais très honoré d'y assister afin de voir tes progrès. Mais il y a autre chose...» Ensuite, le seigneur laissa une fois de plus le silence remplir la courte distance qui les séparaient, il semblait à la recherche de quelques chose en supplément. Doucement, sa main fut éclairé d'un halo bleuté, et bientôt, le même halo fut visible sur l'une des étagères. Le seigneur prit appui et récupéra l'objet de ses désirs, puis, il se dirigea vers une autre étagère, et récupéra une sorte de lentille de cristal verte, que la fée reconnue comme étant du chrysoprase.

Frost vint ensuite vers les grands vitraux qu'il ouvrit, s'avançant vers un joli balcon et réclamant à la jeune fée de le suivre, chose qu'elle fit docilement. Il posa le parchemin et l'ouvrit, sur la balustrade de pierre. Ensuite il pointa son indexe vers les montagnes à l'horizon, deux montagnes très espacées et tendit la lentille à la fée. « J'ai retrouvé cet artéfact il y a quelques mois. Regarde... Voici les Monts Oubliés. » Vesperina regarda avec précaution dans le petit artefact qu'elle semblait presque reconnaitre, et vit alors, à sa plus grande stupeur, qu'entre les deux montagnes, se trouvaient des lieux verdoyants, d'autres orangers, presque dorés. Par la suite, l'empereur passa la lentille sur le parchemin, au niveau d'une zone qui lui était apparue comme trouble, et un dessin se révéla... celui d'un orc.

« Gwaith-i urug. Autrement dit, le peuple des orcs. J'ignore combien ils sont en ce jour, je sais seulement qu'ils craignent la magie car ils n'en possède pas une infime goûte si ce n'est... le fait qu'ils sont insensibles à la dou...

Mais Vesperina n'écoutait plus, cette vague esquisse avait ramené en elle de vieux vieux souvenirs, datant d'au moins cinq cents ans, des souvenirs appartenant autrefois à une fée de la roche, Dementia.

"Dépèches-toi Démi, si l'alarme retentit, ce n'est pas pour le plaisir, les orcs sont à nos portes!" retentit une voix féminine mais lourde.

C'était une fée de la roche, au teint mat et aux cheveux rouge sang, elle paraissaient plus que dangereuse, avec ses grandes ailes filandreuses sombre. Elle empoigna la fée rosée et bleutée du quartz, et l'entraina avec force vers l’extérieur de la pièce, une sorte de serre formait le couloir vers les jardins. D'autres fées apparurent, toutes de la roche, et toutes se mirent contre les remparts de granit qui protégeait la cité. Elles s'envolèrent alors avec une grâce surprenante pour des femmes vêtues de voiles noirs et recouvertes de symboles ésotériques plus sombres. Elles se posèrent sur les rebords de chaque piliers et claquèrent les mains à l'unissons, ce qui provoqua un grondement similaire au tonnerre. Bientôt, elles tendirent leurs mains vers le ciel, alors que la masse compacte d'orcs se rapprochaient de la cité féerique avec une vitesse plutôt marquée, et le ciel s'embrasa de milles feux.

De tous cotés jaillirent des larmes solides, colorées, des pics de quartz, de rubis, d'opalines, de saphirs, de diamants, de serpentines et de malachites. Toutes les pierres créées autrefois par les fées spécialisé dans la garde royale vinrent frapper l'armée à torrent. Le sang jaillit lui aussi de toutes part, l'odeur nauséabonde des monstres se mêla à celle fruitée de la magie même de leurs assassines aux grands pouvoirs. La bataille fut évidemment remportée par les fées. Ce n'était qu'un faible escadron envoyé par des chefs surement pour chercher la nourriture, et évidemment, les fées avaient la nourriture, mais elles ne partageaient pas avec ces monstres. Tout être normalement constitué savait que seules les fées des quatre éléments gouvernaient la cité, et c'était aussi elles qui envoyaient les gardes massacrer des orcs en quête de nourriture, souvent par simple divertissement. Tandis que le Roi et la reine, fées de l'esprit, se délectaient du spectacle.

Mais ce n'était pas cela qui irritait le plus Demi dans son devoir de garde royale. Non, c'était pire encore. Il y avait, depuis la nuit des temps, une réalité qui pourtant, n'était pas retenu par leur politique. Les fées de la roches étaient des maitresses de pouvoirs et de création. Elles étaient venues au monde les premières, elles étaient celles qui maitrisaient le plus d'éléments et ce avec une précision inébranlable, alors, pourquoi étaient-elles simplement des gardes? Des soldates au services des autres? Cela, Dementia commençait à croire que c'était par l'ignorance, elle se persuader que les autres fées avaient joué de l'ignorance de ses consœurs pour les manipuler et les reléguer à ce rang ingrat. La fée du quartz ne retourna donc pas avec ses collègues dans la cité, et attendit la tombée de la nuit pour agir, elle avait repéré un orc survivant à leur hécatombe, et cet orc servirait d'émissaire aux autres pour son nouveau plan. Elle allait s'emparer du pouvoir royal par la force, et ce, en contrôlant un nouvel escadron d'orc sur la cité impériale. Le mois suivant, les Orcs étaient morts sous les répliques magiques de leurs victime choisie, mais Dementia était parvenue à affaiblir considérablement la communauté féerique. Son châtiment, après avoir assassiné le roi et la reine des fées et récupérer plus de pouvoir que n'importe quelle fée élémentaire posséderait, elle s'était vue enfermée dans un miroir et jetée au fin fond d'une forêt.


Elle cria.

La douleur de cette malédiction était encore si présente en ses cotes, en son cœur et en son âme, que Vesperina suffoqua. Elle se mit à trembler, alors que de fines écailles rosée apparaissaient aux coins de ses paupières. Elle toussa, tentant de s'éloigner du seigneur Frost afin de ne pas l'ennuyer, et tomba à genoux, une main sur sa poitrine. Elle ne s'était pas rendue compte qu'un certain temps s'était écoulé, ni même qu'elle avait embaumait l'air avec toute sa magie, et que la tache sur sa poitrine venait de prendre une taille considérable. Sur ses joues roses, les sillons argentés de nombreuses larmes s'étaient formés, la douce et dévouée Vesperina venait de revivre l'un des pires souvenirs de celle qui l'avait possédée pendant des années, et ce, simplement après avoir vu l'ébauche d'un dessin censé représenté un Orc, un ancien de ses serviteurs.

"Je... Je suis navrée monseigneur... Je ne... je ne voulais pas vous importunée..."


_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Frost Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 244
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Glacialement tourmenté
∞ commentaires :

My soul is full of pain


MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Ven 13 Déc - 7:32






Les dieux aident ceux qui agissent.






VesperinaFrost

Frost ne fut pas surpris par la réaction de la jeune fée puisqu'une partie d'elle était plus âgé, elle avait sans doute connu ces êtres de l'ancien temps, que ce soit en bien ou en mal. Plutôt que d'avoir un mouvement de recul face aux réactions de la demoiselle, l'elfe s'accroupit et pris le menton de la fée afin de le relever doucement, leur visages se faisant ainsi face.

«Tu ne m'importune point petite fée dit moi plutôt que le mal qui t'a été fait dans le passé ne se reproduira plus jamais. Je ne sais ce que tu as vu, mais je sais combien cela te fait mal aujourd'hui encore. Cesse de penser au passé, le présent est différent et l'avenir s'annonce glorieux. Nous devons délivrer les urug, ils nous aiderons dans mes plans. »

Sa voix se fit plus calme et douce tandis qu'il aida la demoiselle à se relever avant de poser ses coudes sur la balustrade. Son regard se perdit dans l'immensité de ses terres.

« J'ai besoin de personnes de confiances avant de me lancer à la poursuite du monde. Je dois savoir s'il reste d'autres créatures perdues dans ce vaste univers. Le Nord n'est qu'une partie de ce monde, la seule contrée que je domine et protège. Le territoire est comme une immense toile dont chaque file est relié à mon esprit. Pourquoi ne se contenter que d'une infime partie du monde lorsqu'on à la possibilité d'explorer le monde entier ? Je veux voir la folie de l'homme, je veux voir les êtres me supplier de les protéger contre le mal qui les ronge, je veux refaire vivre la magie au delà des océans et des terres. »

Le regard animé d'une étincelle nouvelle, Frost continuait d'observer les limites de son territoire. Oui il allait partir de par le monde et cesser de ne rester que chez lui, le monde devait changer et il allait bouger avec lui. Peur, effroi, magnificence, il emploierait tout les moyens pour montrer combien le monde allait perdre s'il ne réagissait pas. Il cessa alors de regarder ses terres pour poser ses yeux dorés sur Vesperina avant de lui dire avec une grande sincérité.

« Je ne veux qu’œuvrer au bonheur d'une société entière. Et après... peut-être pourrais-je trouver moi-même mon propre bonheur... seulement après, puisque je ne peux me permettre de faire les mêmes erreurs de tout les sangs royale de ce monde.  »

Sur ces mots il contempla la beauté de la jeune femme qui lui faisait face, il pensa aussi à Eléa qui était aussi une très belle femme et à la reine Susan qui ne tarderais pas à se marier. Jamais il n'avait eut le droit de penser à son propre bonheur à cause de sa famille, de son rang, des combats, de ses responsabilités. Le peuple devait passer avant puisqu'il était bien plus nombreux et sans lui, il ne serait empereur de rien du tout. Un long soupire à fendre l'âme sortit des profondeurs de la gorge de l'Empereur qui appuya son menton dans la paume de sa main tout en regardant sans intérêt la forêt en contrebas.




Tout homme est capable de faire du bien à un homme ; mais c'est ressembler aux dieux que de contribuer au bonheur d'une société entière.



© Méphi.



_____________________

    I was once like you. You have come to this place seeking to bring judgement upon the damned.♘  .ReedNight
     
    But you are only quite a little fellow in a wide world after all !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Sam 14 Déc - 20:20



Ce fut presque avec tendresse que Frost Osbern s'accroupit devant la jeune fée, lui rappelant que le mal qui lui avait été fait d'antan ne serait plus d'actualité, et que, bien que le mal fait avec les urugs fut violent, ils devaient les délivrer. Puis il l'aida à se relever, la rendant digne en maintenant son menton dans le creux de la main, leurs visages se faisant face. Le cœur de la douce Vesperina eut un léger raté, mais elle l'ignora, et bu avec passion les paroles de son seigneur. « J'ai besoin de personnes de confiances avant de me lancer à la poursuite du monde. Je dois savoir s'il reste d'autres créatures perdues dans ce vaste univers. Le Nord n'est qu'une partie de ce monde, la seule contrée que je domine et protège. Le territoire est comme une immense toile dont chaque file est relié à mon esprit. Pourquoi ne se contenter que d'une infime partie du monde lorsqu'on à la possibilité d'explorer le monde entier ? Je veux voir la folie de l'homme, je veux voir les êtres me supplier de les protéger contre le mal qui les ronge, je veux refaire vivre la magie au delà des océans et des terres. »

Le regard flamboyant du seigneur elfique devint plus scintillant encore, et il fixa avec attention le paysage qui  lui faisait face, au delà du balcon de pierre sur lequel il était appuyé. Son aura se modifia de nouveau, comme une légère saturation d'émotions habituellement étrangère. Peine, regret, elle parvenait à les sentir, sans pour autant les comprendre.

« Je ne veux qu’œuvrer au bonheur d'une société entière. Et après... peut-être pourrais-je trouver moi-même mon propre bonheur... seulement après, puisque je ne peux me permettre de faire les mêmes erreurs de tout les sangs royale de ce monde.  » L'aura se modifia de nouveau, alors qu'il l'observait. Ce n'était pas un regard habituel, il n'était absolument pas dans les habitudes du seigneur de la regardait ainsi... De la regarder comme une véritable femme. Vesperina ne pu s’empêcher de rougir doucement. Frost s'appuya alors sur la rambarde du balcon, posant sa main sous son menton, et observa amorphe les forêts alentours. De nouveau, l'aura si puissante et majestueuse de l'empereur chuta, elle devint plus froide, plus peinée, malheureuse, elle le sentait, il souffrait, en silence, comme un héro. Parce que le bonheur des autres passait avant le sien, parce qu'en tant qu'empereur, il se devait d'agir pour son peuple avant d'agir pour lui-même, et c'était parfaitement ce qu'il faisait depuis. Pour la première fois, Vesperina vit son empereur non pas comme le grand seigneur elfe qu'il était, mais comme un être ayant besoin de respirer l'air pur de la tendresse, de l'amour, de la peine, de la haine, de pouvoir ressentir tout ce panel d'émotions que seuls les gens du bas peuple et les rois sans réflexion se permettait d'avoir à longueur de temps. De nature, une fée était un être empathique, Dementia avait renié cette partie d'elle même il y a longtemps, pour ne plus entendre les cris de souffrances de ses congénères, mais la dernière des Farell n'avait pas cherché à dompter ce pouvoir. Ainsi, il lui venait par bribes, au début, et maintenant qu'elle était en contact prolongé avec son seigneur, elle ressentait tout.

Tout l'amour qu'il avait à donner, il le donnait modérément à ses protégés, elle sentait son désir de vivre une vie simple, d'aimer et d'être aimé en retour, de découvrir le monde... Elle pouvait sentir tout cela, mais aussi ce besoin de savoir que les gens en qui il plaçait sa confiance la méritait et ne la trahirait pas. Un battement du cœur de la fée céda une fois de plus, parce qu'elle savait, elle savait pour cette elfe qui avait été ramené, elle le savait non pas parce qu'il lui avait dit, mais parce que son aura ne mentait pas. Toujours aucun amour, seulement du royal, du bénéfique pour le peuple, toujours le peuple, et jamais lui. Son cœur se serra, sa gorge se noua, mais cette fois-ci, elle n'éprouvait aucune peine pour lui, juste une haine presque palpable pour un rang auquel il avait été assigné. Un ressentiment qui la prit à la gorge parce que peu à peu, elle avait développé des émotions contradictoires à l'égard de ce maitre. Il était la personne la plus chère à ses yeux, normal dans un sens puisqu'il avait été son éclat, son dernier espoir dans une presque mort. Il avait agit en père en l'aidant à user de magie sans faiblir. Plus elle passait du temps avec lui, même moindre, plus elle se sentait bien, en sécurité, rassurée, à la limite du heureuse, chose qu'elle ne concevait pourtant plus depuis des années.

Cette révélation fut pour la douce Vesperina comme une gifle en plein visage. Son ventre se tordit, elle se mordit la lèvre, et retint un nouveau sanglot. Elle n'avait pas le droit, aucun droit d'aimer son seigneur ainsi... Et pourtant, la place qu'avait occupé Ange pendant plus d'un an avant qu'elle ne se mette à le haïr profondément, venait d'être prise. Elle voulut s'étouffer, se noyer, elle voulu ne jamais avoir survécu à sa chute de la falaise, ne jamais avoir trouvé refuge ici, dans le giron de sa majesté. Une fois de plus, elle aimait, une fois de plus, elle ne pouvait pas lui dire... Après tout, une elfe attendait sa main, il avait une succession, le trône, elle n'était rien, rien qu'un souvenir de l'ancien temps... Sa respiration fut saccadée, et Vesperina se demanda s'il ne valait pas mieux qu'elle se jette du balcon immédiatement, pour en finir tout de suite. Quelques larmes vinrent perler sur la balustrade, juste à coté des bras de sa seigneurie. la jeune femme resta digne malgré cela. Elle prit une grande respiration, et prononça d'une voix douce, et pleine de tendresse qu'elle ne se connaissait pas :

"Je ferais tout mon possible pour réaliser votre volonté, Mon seigneur. Les Urugs vivront de nouveau, et votre sanctuaire sera le lieu le plus paisible et le plus somptueux qui soit..." Elle se tut, avant de prendre la décision la plus folle qui soit de toute sa vie, une décision à la fois audacieuse et incroyable pour elle qui n'avait été que timidité. "Veuillez me pardonner cependant pour ce que je m’apprête à faire..." Et pour la première fois de toute sa vie, Vesperina fut très rapide. Elle posa la main pâle qui était la sienne sur celle d’albâtre de son seigneur, reposant sur la balustrade alors que l'autre maintenait son visage, et se pencha vers lui. Un baiser, aussi léger que la caresse d'un flocon de neige sur ses lèvres, mais elle l'avait fait. Elle venait de transmettre tout l'amour qu'elle éprouvait à l'égard de son seigneur, et ce, en l'embrassant impunément.

"Peu m'importe de savoir que vous soyez le dernier elfe du nord, l'empereur ou même un Dieu, vous avez autant le droit au bonheur que votre peuple Frost, et quand bien même vous le nierai, votre aura dira le contraire, alors je... Je... Vous n'avez pas le droit de renoncer au bonheur... Vous devez le tenter... Malgré votre rang, malgré les convenances, tout être à le droit d'être heureux, et vous... Vous encore plus à mes yeux..." L'audace s'évanouit, le sanglot éclata pour de bon, le cœur de Vesperina vola en éclat, elle était terrifiée de ce qu'elle venait de faire, non pas parce qu'elle regrettait, mais parce qu'elle avait sentie tout son amour partir dans cette étreinte, et qu'elle savait d'ors et déjà, qu'elle pourrait même céder sa vie...
En une fraction de seconde, elle se prépara à disparaitre dans ses appartements, afin de ne plus l'importuner de sa présence, mais au fond d'elle, elle espérait.

Elle espérait qu'il la retienne...

Spoiler:
 

_____________________







Revenir en haut Aller en bas


avatar
Frost Osbern
Elfe du Nord
∞ messages : 244
∞ camp : Le Nord
∞ humeur : Glacialement tourmenté
∞ commentaires :

My soul is full of pain


MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Ven 20 Déc - 7:58






Les dieux aident ceux qui agissent.






VesperinaFrost

Spoiler:
 

La respiration de la fée devint saccadée, et Frost ne perçut pas pourquoi, mais quelque-chose l'empêchait de détourner son regard des yeux de la jeune femme d'où perlait des larmes cristallines. Avait-il été trop dur dans ses propos ? Ou étais-ce justement à cause du fait qu'il ne devait que passer après les autres dans tout les domaines ?

«Merci dame Vesperina, puisse-tu ne pas avoir d'ennuis avec les urug. Qu'est-ce que...»

Mais avant même qu'il n'ait terminé de poser sa question, Vesperina fit ce pour quoi elle s'était excusée. Le seigneur du Nord n'avait alors jamais, oh non jamais, de sa longue vie, sentit pareil contacte. La petite main de la fée se posa sur celle du grand elfe tandis que son autre main vint se placer sur sa joue. Ce fut alors au tour de l'elfe albinos de manquer d'air. Quel étrange situation étais-ce là, comment y faire face ? Le visage de Vesperina se rapprocha tellement près du sien qu'il sentit son souffle chaud. Sans doute étais-ce la magie qui lui dictait ce qu'il devait faire. Le dernier elfe albinos ne fit que fermer les yeux, sans bouger, s’abandonnant pour la première fois à ce qui lui avait était interdit depuis sa naissance. Les lèvres de la douce Vesperina se posèrent sur les siennes tel une caresse hors du temps. Boum... Boum... quelque-chose se brisa à l'intérieur de lui, une chose qui manqua lui arracher un crie, tellement la douleur était profonde, mais rien, il ne montra rien. Puis il rouvrit les yeux et écouta attentivement Vesperina. C'était comme si le monde avait changé, comme si cette chose qui lui faisait mal à l'intérieur allait le réduire à néant pour avoir bravé la toute première consigne. Amour, dévotion... existait-il meilleur moyen que celui qu'avait employé la jeune fée pour montrer ses sentiments ? Certes non. Mais il ne pouvait pas ... Non il n'avait pas le droit... et cette chose qui se brisait au plus profond de son âme, ne cessait d'augmenter la douleur. Il garda une main appuyée sur la rambarde. Le bonheur. Aspirait-elle au bonheur avec lui ou étai-ce simplement un avant-goût histoire de le convaincre qu'il ratait quelque-chose en laissant passer les autres avant ? Il n'en savait rien, tout se bousculait dans son esprit, il avait du mal à réfléchir, et à respirer. Vesperina éclata alors en sanglots. L'elfe lui saisit la main afin qu'elle ne s'en aille pas se réfugier dans ses appartements, il voulait lui parler et eut du mal à trouver ses mots.

« Pour toi... je ne renoncerait pas au bonheur, je ne fait que le remettre à plus tard. Tu as le droit d'aimer qui tu veux, jamais je ne te blâmerais pour ce que tu m'a appris... donné... Le temps viendra ... »

Il posa une main tremblante sur la joue de la fée sans cesser de la dévisager de ses yeux dorés animés d'une étrange lueur oscillant entre la plus profonde tristesse et la plus terrible des douleurs. Il ne pouvait laisser de place aux véritables sentiments pour le moment, le monde n'était pas encore en paix, il restait encore de nombreuses batailles à mener et de nombreux combats à remporter, de nombreuses personnes à protéger, il était hors de question de penser au bonheur pour le moment. Il fallait donc laisser le temps passer. La douleur s'intensifia encore un peut plus, obligeant l'Empereur à retirer sa main du visage de la jeune femme. Il se crispa nerveusement avant de déclarer d'une voix encore plus saccadée.

« Dans deux jours... retrouve moi avec Ronal et ton équipe dans les montagnes afin de... lever le sort. Je suis désolé. »

Il se détourna pour rentrer dans la salle de la carte, la tête penchée afin que personne ne puisse voir cette larme d'argent tracer un sillon sur la peau de cette joue impériale. Cessant d'avancer, il passa une main sur sa joue et essuya cette chose humide, la regardant avec effroi avant de reprendre sa marche. Il tituba quelque-peut, comme si ses jambes avaient du mal à avancer vers la sortie. D'ailleurs en parlant de sortie, il ne passa pas par la porte qui menait à la salle du trône, il en emprunta une autre, une qui s'enfonçait dans les entrailles de la forteresse. A plusieurs reprises il trébucha dans les escalier avant de s'éloigner et de s'enfoncer dans les ténèbres. C'est alors qu'il tomba à genoux sur le sol de pierre glacé. Il se tenait toujours le coeur et respirait avec grand peine, quant d'un souffle glaciale, sa magie balaya toutes les flammes des torches de cet étage, l'air se mit à vibrer. Pour une fois, depuis fort longtemps, ce n'est qu'a cet instant, que l'Empereur se permit de laisser éclater sa douleur. Remontant des profondeurs de son être, un sombre râle se transforma en un puissant et terrifiant hurlement d'agonie.

Le bloc de glace qui s'était formé autour du coeur de l'Empereur du Nord venait d'éclater en morceau, une carapace mise en place au fil des décennies, une armure forgé par les guerres et les souffrances endurée tout au long d'une vie, un coeur enfermé dans une boîte magique sans clé. C'était ça qui le torturait; la magie ne résolvait pas tout.



Tout homme est capable de faire du bien à un homme ; mais c'est ressembler aux dieux que de contribuer au bonheur d'une société entière.



© Méphi.



_____________________

    I was once like you. You have come to this place seeking to bring judgement upon the damned.♘  .ReedNight
     
    But you are only quite a little fellow in a wide world after all !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Vesperina-C Farell
Fée Nordique
∞ messages : 72
∞ camp : Celui de Frost
∞ double-compte : nan!
∞ humeur : Lunatique
∞ commentaires :

Let me sing a song
MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   Jeu 26 Déc - 17:19



Le faible espoir devint réalité, et le cœur de la douce Vesperina rata un nouveau battement. Elle se tourna lentement vers le seigneur et maitre des lieux, de ses yeux perlaient des sillons de larmes argentés, et son souffle se tarissait peu à peu alors que le sanglot la retenait. « Pour toi... je ne renoncerait pas au bonheur, je ne fait que le remettre à plus tard. Tu as le droit d'aimer qui tu veux, jamais je ne te blâmerais pour ce que tu m'a appris... donné... Le temps viendra ... » Tout doucement, la jeune fée sentit la main de l'elfe se poser sur sa joue, elle ferma les yeux, appréciant à la fois la caresse et craignant la suite des paroles de son seigneur. Elle savait que c'était une folie, que c'était idiot, elle ne faisait que le blesser avec ses âneries, surtout que son aura reprenait cette force d'altruisme violente. Elle sentit cependant que Frost souffrait aussi, son baiser était comme amer, et elle se rendit compte que cet acte serait surement la chose la plus dangereuse ayant touché l'empereur depuis des siècles. Il retira brusquement sa main, et d'une voix encore plus saccadé que la sienne prononça : « Dans deux jours... retrouve moi avec Ronal et ton équipe dans les montagnes afin de... lever le sort. Je suis désolé. » Et Vesperina sut, l'amour était la chose la plus puissante au monde, elle était certaine que même le Dieu Aslan pourrait l'annoncer, parce que le grand empereur du nord, elfe de son état, ne craignant ni ses ennemis ni la mort, avait l'amour pour faiblesse. Tout comme Démentia s'était retirée après avoir constaté les sentiments de la jeune fille qu'elle était à ce moment là. La jeune fée libéra sa main de celle du seigneur, et s'en fut, oubliant qu'elle pouvait voler, elle courut pour rejoindre ses appartements.

Ignorant la foule qui dansaient pour la fête des moissons. Elle bouscula bon nombre de personne, la vue brouillée par ses larmes. Elle avait mal, mal au cœur, mal à la tête, mal pour lui, elle voulait juste s'endormir, et ne plus se réveiller. Elle voulait que tous les problèmes disparaissent, que l'épée suspendue au dessus de la tête de son seigneur soit annihiler, que les élans de son cœur se dispersent et ne lui causent plus de soucis. Elle voulait mourir. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle était dans le couloir qui menait à ses appartements, mais l'atmosphère festive avait totalement disparu, seul restait un sentiment de douleur. Elle ouvrit avec difficulté la porte de ses locaux et y entra, tremblante et en larme. Elle referma la porte et se laissa glisser contre elle, enserrant sa poitrine avec ses bras, elle avait l'impression d'étouffer. Vesperina voulut crier tout son désespoir, toute sa peine, elle voulut remonter le temps et effacer son existence. Pourquoi avait-il fallut qu'elle tombe amoureuse de son seigneur? Pourquoi fallait-il que ce soit elle qui se charge de son tombeau? Pourquoi en partant, Démentia ne l'avait pas exempté d'émotion? Son coeur fut parcourut de tremblement alors qu'enfin, le sanglot qu'elle tentait de retenir le plus possible éclata dans sa poitrine, et que le cri de sa peine ne soit expulsé de ses lèvres. La sensation d'être poignardée en son sein fut telle qu'elle se laissa aller sur le sol de pierre de ses appartements, serrant sa poitrine comme si on lui avait arraché le cœur.

"Miksi?" hurla-t-elle, agonisante sur le sol de ses appartements.

Cependant, sa plainte fut couverte par un son empli de douleur. Un son qui semblait provenir des entrailles du palais de sa Seigneurie, qui déchirait son cœur comme une longue plainte d'agonie lugubre. Et elle sut que ce cri était le sien, elle sut que ses actes venaient de provoquer une réaction en chaine. Cette carapace de sympathie, cette armure qui emprisonnait le cœur de sa majesté pour être sur que jamais il ne soit blessé venait de se briser comme du cristal, et c'était elle qui en était la cause. Et la douleur qui était présente en sa poitrine éclata de nouveau, alors que les larmes qui coulaient de ses orbes turquoises se changeaient en diamants au contact du sol. Vesperina rampa jusqu’à son lit, sa sublime robe l'encombrant alors qu'elle tentait de se hisser sur le meuble afin de s'enfuir sous ses couvertures en fourrure. Elle voulait s'en aller pour les bras de Morphée et ne plus revivre cette douleur. Lorsqu'elle fut recroquevillée sous la fourrure, et qu'elle ferma les yeux, une autre plainte déchirante lui vrilla les tympans, une plainte provenant de sa propre gorge. Ce fut la fatigue qui l’assomma pour de bon, et elle s'endormit, cependant, sa magie ne resta pas inactive. Toutes les émotions qu'elle venait de vivre avait un effet particulier sur elle, et le rêve qu'elle fit ne fut pas totalement un rêve. Son énergie se mêla à son désir d'aller aider son seigneur à supporter la douleur. Ainsi, elle offrit dans son rêve une caresse pleine de tendresse au seigneur Frost et l'entoura d'une étreinte réconfortante, abandonnant ses larmes pour faire tarir les siennes.

"Je vous aimes..." murmura-t-elle dans son sommeil.

Vesperina ne sut jamais que son énergie réalisa cette étreinte, mais cela, c'était une autre histoire...


_____________________







Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les dieux aident ceux qui agissent.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les dieux aident ceux qui agissent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA : A NEW AGE ™ ::  :: Les Contrées Sauvages :: Château de Frost Osbern :: Salle du Trône-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com