Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Swann, Foley et Pumpkintoes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Aglaé L. Foley
Narnienne
∞ messages : 129
∞ camp : Les gentils ! (ça dépend donc du point de vue)
∞ double-compte : J-C Gareth DuFossé
∞ humeur : Aventurière
∞ commentaires :
MessageSujet: Swann, Foley et Pumpkintoes   Jeu 13 Mar - 1:17

Depuis plusieurs heures déjà, Aglaé suivait du regard la lente progression des aiguilles sur le cadran de son horloge. Le ciel était menaçant et l'air lourd, si bien qu'il n'y avait presque personne dans les rues. Aglaé n'avait reçu aucun client depuis la fin de la matinée et il était déjà cinq heures. Elle avait déjà rangé et nettoyé de fond en comble son chariot, refait tous les étalages, replié toutes les étoffes. Maintenant, elle n'attendait plus que le moment où l'ennui la tuerait ; mais même la mort se faisait longue à venir. Désespérée, Aglaé étala ses bras sur le comptoir et posa sa tête dessus. Elle ne tarda pas à somnoler et finalement, elle s'endormit sans le vouloir. Elle se réveilla en sursaut quelques instants plus tard et vérifia l'heure. Bon, elle n'avait dormi que vingt minutes. N'empêche que si ses parents l'avaient vu, ils l'auraient bien disputée : quel déshonneur pour la profession que de s'endormir au travail ! Si un client s'était pointé et l'avait trouvée comme ça, qu'est-ce qu'il aurait dit... Ou il aurait très bien pu voler. D'ailleurs, Aglaé sentit une odeur bizarre, mais familière. Un mélange de terre, de betteraves et de carottes... Ça sentait le DuFossé ! A ce moment, elle remarqua l'enveloppe posée à côté d'elle. Voilà d'où venait l'odeur. L'enveloppe était tachée par endroits, et son nom avait été gribouillé au dos. Cela voulait sûrement dire qu'Aglaé venait de se faire attribuer une nouvelle mission ! Toute excitée par cette perspective de mettre fin à son terrible ennui, Aglaé déchira le morceau de papier avec précipitation et en sortit une petite carte sur laquelle on pouvait lire :

« Taverne de la Toison Dorée, 19h30. Madame Gardenia Pumpkintoes, 58 ans, productrice de légumes dans une ferme près de Beaversdam, célibataire et sans enfants. Fait de l'ombre à ma firme à cause de ses choux trop gros et trop bon marché. Lui faire croire qu'elle a attrapé une maladie qui va peu à peu l'empêcher d'exercer son métier : elle doit arrêter de travailler MAINTENANT ou ça la tuera. Profession : médecin. Nom : Lenaë Bagley.  Signé : H.DF»

Folle de joie, Aglaé rangea la carte dans sa poche, débarrassa ses étalages et remit son chariot en conditions de voyage. Elle prit les rênes de son poney, donna quelques petites tapes à la bête avant que celle-ci n'obéisse, puis partit au galop. Enfin elle atteignit le hangar où elle rangea son chariot, puis elle mit Navet à l'écurie et enfin retourna à son appartement. On entrait dans cet immeuble comme dans un moulin et maintenant que la nuit tombait et que l'air était plus agréable, il y avait plus de monde dehors ; elle ne fut donc pas remarquée. Aglaé ressortit quelques instants plus tard, méconnaissable. Elle était maintenant vêtue comme une femme exerçant un métier haut placé. C'était un costume qui lui servait peu mais qu'elle appréciait beaucoup : il était composé d'une robe bleue un peu stricte et d'un manteau bleu-gris joli et confortable, mis en valeur par un petit chapeau assorti qui donnait à Aglaé un air de grande dame. Pour parfaire son allure de médecin pratique, Aglaé avait noué ses cheveux en un chignon et transportait avec elle une sacoche remplie de quelques outils qui, pour des gens qui ne connaissaient rien au milieu médical, ressemblaient à des instruments de médecine. Elle soignait aussi son maintien et prenait une démarche assurée, sans oublier de garder la tête haute et le regard digne.

Aglaé croisa quelques badauds qui traînaient devant l'immeuble et comme ils restaient la regarder, elle les salua respectueusement :

- Bonsoir, messieurs dames. Faites attention à ne pas attraper froid, surtout, les recommanda-t-elle d'un ton savant.

Ce rôle de femme-médecin lui plaisait beaucoup, décidément. Elle n'attendit pas qu'ils lui répondent et descendit la rue, à la recherche d'une charrette. Elle en trouva une assez facilement et arriva à la Toison Dorée environ un demie-heure plus tard. Il n'était pas encore dix-neuf heures et peu de gens se trouvaient dans la salle. Les personnes au comptoir parurent surpris de la voir entrer, ce genre de taverne ne devant pas être habituellement fréquenté par des personnes du style d'Aglaé, ou plutôt de Lenaë Bagley, à cette heure-ci. Cette dernière leur adressa son sourire le plus poli accompagné d'un « bonne soirée » sur le même ton docte que tout à l'heure, puis commanda un jus de fruits, boisson la plus adaptée pour un médecin, et s'installa à une table en face de la porte. De son poste, elle observait les entrées et sorties des clients de la taverne, guettant l'arrivée de Gardenia Pumpkintoes. Aglaé comptait la reconnaître grâce à la légère description qu'on lui avait faite d'elle ainsi qu'à l'odeur de soupe aux légumes commune aux concurrents de Hortense, puisqu'ils travaillaient tous dans ce domaine.

Aglaé se maintint à son poste de guetteuse pendant un long moment, commandant plusieurs verres de jus de fruits au fur et à mesure. Le temps s'écoulait lentement et elle commençait à craindre que sa soirée se passe comme son après-midi. Peut-être madame Pumpkintoes avait-elle eu un empêchement de dernière minute ? Ou Hortense avait-elle mal prévu son coup ? Quoiqu'il en fût, dix-neuf heures trente arriva sans la personne attendue par Aglaé. Elle commençait à désespérer quand tout à coup, elle remarqua l'entrée de quelqu'un qui lui était familier.

- Cass' ! S'écria Aglaé d'un ton enjoué en s'élançant à sa rencontre.

La jeune femme était si contente de la voir qu'elle en oublia de prendre un air à moitié snob. Cassiopée Swann était une personne à laquelle Aglaé tenait énormément. C'était la seule, en dehors de sa famille et de son employeuse, à savoir ce qu'Aglaé faisait secrètement pour madame DuFossé. Elle lui accordait toute sa confiance et aimait beaucoup lui parler. Malheureusement, leurs rencontres étaient rares : elles correspondaient surtout par lettres, et se croisaient par-ci par-là de temps en temps, le plus souvent dans des tavernes, justement. Cassiopée effectuait également des petites taches pour des gens, elle ne serait donc pas surprise quand Aglaé lui raconterait pourquoi elle était déguisée. Aglaé espérait seulement que leurs retrouvailles ne seraient pas compromises par l'arrivée de Gardenia, car elle serait obligée d'aller la voir : si sa mission n'était pas correctement remplie, elle s'attirerait les foudres d'Hortense. Elle invita tout de même son amie à s'asseoir avec elle, et commanda pour elle la boisson de son choix.

- Alors, Cass', comment vas-tu ? Je me rends compte à présent que nous ne nous étions pas parlées depuis un petit moment... J'ai peut-être oublié de répondre à ta dernière lettre ? Je ne savais pas que tu étais sur Narnia ! Qu'est-ce que tu fais, en ce moment ?

Aglaé l'assommait de questions, mais elle était vraiment curieuse d'avoir de ses nouvelles. Depuis son arrivée à Narnia, Aglaé avait beaucoup travaillé et les occasions de se faire des amis ou de passer du temps avec ceux qu'elle s'était fait étaient devenues rares. Il était important pour elle d'avoir un peu de contacts. D'ailleurs, il allait peut-être falloir qu'elle lui explique dans quelle situation elle se trouvait, bien que Cass' devait bien s'en douter. Elle espérait que ses changements d'accent n'avaient pas semblé suspects aux gens autour d'elle.

- J'allais oublier de te prévenir : ce soir, je suis médecin et je ne m'appelle pas Aglaé mais Lenaë Bagley. Je dois rencontrer une dame dont les beaux choux gênent mon employeuse. Il faut que je lui fasse croire que je reconnais sur elle les symptômes d'une maladie qui va l'empêcher de travailler... Heureusement, elle est proche de la retraite. Je pense que je vais lui conseiller d'aller prendre sa retraite dans un joli coin. Qu'est-ce que tu lui conseillerais, toi qui voyages beaucoup ? D'ailleurs, désolée que nous ne puissions pas discuter plus tranquillement... Il faudra que je t'invite chez moi, un jour, tu n'as encore jamais vu mon appartement. Là-bas, avec un peu de chance, nous serons tranquilles pour papoter.

Alors qu'elles discutaient, Aglaé vit enfin la cible de sa mission apparaître. C'était une dame qui commençait à paraître âgée, d'apparence assez petite et dodue, et qui malheureusement pour ce qu'Aglaé prévoyait de lui annoncer, avait l'air vif et en excellente santé. Gardenia était effectivement seule. Elle alla prendre commande et sembla chercher du regard une table où s'asseoir. Toutes étaient prises, les gens ayant commencé à prendre place. En discutant avec son amie, Aglaé n'avait pas fait attention au brouhaha de la salle ni à l'odeur d'alcool qui à présent lui chatouillait les narines. Avec les sympathiques messieurs qui risquaient de finir éméchés d'ici peu de temps, il était prévisible que Gardenia trouverait plus sûr de se joindre à des femmes. Aglaé se redressa pour paraître la plus digne de confiance possible, histoire de l'attirer, et se tourna vers Cassiopée.

- J'espère qu'elle va venir avec nous... Qu'est-ce qu'on dit ? Que tu es ma collègue ? Une patiente ? Ou une amie ?

Elle accompagna ses derniers mots d'un sourire puis releva les yeux vers madame Pumpkintoes, dont elle croisa le regard. Le contact se fit et d'un regard, la concurrente d'Hortense sembla lui demander si elle pouvait s'asseoir à leur table. Contenant sa satisfaction, Aglaé lui répondit que oui d'un signe de tête courtois. Son affaire était en marche.

_____________________


BOUM:
 
Revenir en haut Aller en bas



M-P. Cassiopée Swann
Nomade
∞ messages : 27
∞ camp : Le mien.
∞ double-compte : //
∞ humeur : Massacrante.
∞ commentaires :

MessageSujet: Re: Swann, Foley et Pumpkintoes   Ven 14 Mar - 16:28




Cass' & Aglaé

« Swann, Foley et Pumpkintoes »

Je m'élance avec hâte dans la forêt la plus proche, tentant sans relâche de semer la vermine qui me colle depuis plusieurs mètres. Je soupire en concentrant mon regard sur l'horizon. Je me dois de respecter le plan, facilité la fuite de la personne qui m'a engagé. Une mission que je regrette d'avoir acceptée malgré la récompense qui m'attend une fois la fuite terminée. J'aurais dû insister et réclamer la totalité de la paye avant de me lancer dans cette aventure. Mine de rien, ces brigands sont du genre collant et les devancer n'est pas une chose facile. Je jette un vif coup d'oeil derrière moi, j'esquisse un faible sourire en remarquant avec joie que la moitié de mes poursuivants ont abandonné. Ils doivent être épuisés, je n'en doute pas. Je suis rapide, endurante et sportive. Des qualités parfaites pour le métier que j'exerce. Je me demande pour la énième fois d'où me vienne de telles habilités. Mon passé est encore flou, bien trop flou et je ne peux m'empêcher de le craindre. Me souvenir n'est pas ma priorité, loin de là et je vis à merveille mon amnésie. Je soupire, craignant de ne pas pouvoir continuer la course bien longtemps. Je suis humaine malgré mon endurance, il est inévitable de devoir faire face à de la fatigue. Je me retourne compte le nombre d'adversaire et décide de leur faire face. Je dégaine mes deux poignards et me lance dans le combat. Je blesse et assomme, mais ne tue pas. Je n'aime pas l'odeur du sang et devoir faire face aux regrets que cela engendre. Haletante, j'esquisse un faible sourire avant de m’éclipse en toute tranquillité.

Je traverse la forêt d'un pas lent avant de me rendre compte que je suis à présent sur les terres narnienne. Je rejoints le chemin de terre le plus proche, regarde de chaque côté et sors délicatement la fiche de mon sac qui indique le lieu de rendez-vous pour que je rencontre mon employeur. Une taverne. J'acquiesce, range la feuille et mes lames. Je place ma capuche pour cacher mon visage et ma chevelure dorée avant de reprendre mon chemin. Les routes sont désertes, calmes et sans doute un peu trop à mon goût. Je n'aime pas le silence, j'ai sans cesse l'impression qu'il ne présage rien de bon. Je reste donc sur mes gardes, prudente sans pour autant devenir paranoïaque. Je marche nonchalamment jusqu'au lieu de rencontre. Je m'arrête un instant devant la porte de la taverne, entre et retire ma capuche. Je détaille un à un les personnes qui se trouvent dans ce bâtiment dont l'odeur de bière et de sueur me titille les narines.

Je me laisse surprendre par une voix familière et détourne mon regard vers la source de cette dernière. « Aglaé ?! » Je prononce ce nom, surprise par la présence de mon amie. Rapidement, ma surprise laisse place à un doux sourire. Je suis heureuse de retrouver ma plus proche amie. Aglaé est une personne qui compte énormément pour moi et ce même si ma façon de le montrer peut être vu comme étant particulière. M'attacher, considérer une personne comme étant une amie. Ce n'est pas quelque chose que j'ai l'habitude de faire facilement et ce entre-autre à cause du métier que j'exerce. Je lance un vif coup d'oeil autour de moi et profite de l'absence de mon employeur pour accepter l'invitation d'Aglaé. Je m'installe silencieuse à sa table et refuse gentiment l'idée d'une boisson alcoolisée, pas en service. « Je vais bien et toi? » M’enquérais-je de demander à mon amie. « Il est vrai que notre dernière rencontre remonte à fort longtemps. Je suis ici pour le travail, enfin plutôt pour clore mon travail. » Je réponds en toute honnêteté en regardant autour de nous. Je sais que je peux être honnête envers Aglaé autant qu'elle pouvait l'être envers moi. Toutes deux connaissions le travail de l'autre et les difficultés qu'ils peuvent engendrer à chacune.

J'acquiesce aux informations d'Aglaé sur la mission qu'on lui avait donnée avant de rester quelque peu pensive à son interrogation. Il est vrai que j'ai beaucoup voyagé, vu d'innombrable paysage, mais je n'ai malheureusement pas pu m'intéresser davantage à chacun d'entre eux. « Les îles sont magnifiques. » Une réponse simple et honnête. Les îles ont sans doute été les lieux qui m'ont davantage marquer, mais la raison je l'ignore. « Ne t'en fais pas, nos travail sont plutôt prenant. » Répondis-je avec un faible sourire. Il est vrai qu'hélas, les discussions banales ne sont pas ceux qu'on peut échanger le plus souvent. La preuve étant qu'il n'a pas fallu longtemps avant que la cible de la brunette ne ce pointe. « J'aime bien l'idée de la collègue, hélas ma tenue n'est pas des plus adéquates. Ton herboriste personnelle? » Je commente d'une expression des plus neutres envers mon amie. Après tout, je doute que mon employeur se pointe pour payer ce qu'il me doit. Enfin, tant pis, je devrais le retrouver pour réclamer mon dû si jamais il ne vient pas.
fiche par century sex.


_____________________
Count the stones don't think about him. Let the stones become your mountain. Let them go the nights you doubted: All those thousand cares, softly now thread, through the towns and the dark. Softly be led by the clouds and the stars.
Revenir en haut Aller en bas



Aglaé L. Foley
Narnienne
∞ messages : 129
∞ camp : Les gentils ! (ça dépend donc du point de vue)
∞ double-compte : J-C Gareth DuFossé
∞ humeur : Aventurière
∞ commentaires :
MessageSujet: Re: Swann, Foley et Pumpkintoes   Dim 23 Mar - 22:58

Depuis que Cassiopée lui avait révélé qu'elle se trouvait également ici pour le travail, Aglaé surveillait discrètement les clients de la taverne, cherchant quelqu'un qui semblerait manifester de l'intérêt pour son amie. Pas un admirateur, non non, enfin pourquoi pas, mais plutôt son employeur. Cassiopée pouvait s'attirer des ennuis si on la voyait en pleine discussion avec quelqu'un pendant sa mission, surtout si la personne pour qui elle travaillait était paranoïaque, chose malheureusement fréquente. Mais Aglaé faisait confiance à son amie pour gérer cette situation si cela arrivait, elle savait très bien se débrouiller toute seule. Elle préféra tout de même s'assurer qu'il n'y avait pas de risque, ne souhaitant pas lui créer de problèmes :

- Tu ne penses pas que si ton employeur te voit parler avec moi il aura des soupçons ? Vous êtes censés vous retrouver dans combien de temps ? Il n'est pas désagréable avec toi, au moins ? Demanda Aglaé, soucieuse du bien-être de son amie.

Son anxiété s'évapora aussitôt que Cassiopée lui déclara que les îles étaient magnifiques. Aglaé n'avait encore jamais quitté le continent, mais elle savait que toute sa famille était originaire des Sept-Îles, y compris ses parents. Attirée par cet endroit où tous les Foley avaient vécu, de l'autre côté de l'océan, Aglaé rêvait de s'y rendre. Malheureusement, descendre d'une lignée de brigands ne pardonnait pas, et tous les membres de sa famille restés sur l'île étaient soit morts soit en prison. Les retrouvailles familiales se retrouvaient donc compromises et son patronyme risquait de ne pas être très apprécié des habitants de là-bas, et ce bien malgré sa douce sonorité. Enfin, avec un petit coup de pouce de Hortense, Aglaé arriverait certainement à y aller un jour. Avec ses parents, si possible, auxquels le pays devait manquer.

En parlant de parents, Aglaé songea à Cassiopée, qui lui avait récemment confié qu'elle ne se souvenait plus des siens, ni de quoi que ce soit de son passé d'ailleurs. Bien qu'il s'agisse d'un sujet grave, Aglaé éprouvait toujours de la fierté en se disant que Cassiopée lui avait révélé quelque chose de si intime. Elle savait que la jeune femme lui faisait confiance et c'était réciproque. Aglaé avait perdu bon nombre d'amis depuis qu'elle travaillait pour le compte de Hortense DuFossé, mais la seule présence de Cassiopée parvenait à combler ce vide. C'était la seule personne avec qui elle pouvait parler de ses missions, puisque Cassiopée partageait sa condition en quelques sortes, et l'avoir à ses côtés pour cette mission ce soir la réconfortait ; c'était comme travailler avec une collègue. A ce propos, Cassiopée lui répondit qu'elle préférait se faire passer comme son herboriste devant Gardenia Pumpkintoes, ne portant pas une tenue adéquate pour un médecin. Aglaé lui sourit puis reporta son attention sur Gardenia, qui venait de s'asseoir sur la chaise en face des deux filles. La concurrente de Hortense les regarda tour à tour, visiblement gênée, et leur adressa un sourire bref.

- Bonsoir, hey ! lança avec entrain la nouvelle venue. C'est bien sympa de votre part de m'avoir laissée m'asseoir avec vous.
- Mais je vous en prie, répondit le plus poliment possible Aglaé, prenant un air distingué. C'est l'affluence, effectivement. J'aimerais qu'il en soit autant au cabinet, ha !

Elle conclut sa dernière phrase en se tournant vers Cassiopée d'un air complice, comme si elle était la seule à pouvoir comprendre la dernière phrase, ce qui était réellement le cas. Aglaé venait de condamner à jamais son personnage actuel à avoir un humour de médecin cynique et de mauvais goût. Elle se tourna presque aussitôt vers Gardenia afin d'observer sa réaction : de l'incompréhension. Prévisible. Aglaé en profita pour l'étudier : de plus près, elle pouvait noter davantage de détails intéressants. Madame Pumpkintoes faisait bien son âge, près de la soixantaine. Des rides étaient visibles aux coins de ses yeux et de sa bouche, signe qu'elle riait facilement. D'ailleurs, elle affichait un grand sourire blanc agrémenté de dents en... or. Sa peau halée était constellée de taches de rousseur, comme elle devait souvent travailler au soleil, et ses cheveux formaient un bouquet de boucles argentées, aux reflets étonnamment aubergine. Elle portait une robe verte et violette par endroits dont les manches étaient retroussées jusqu'aux coudes, laissant apparaître un tatouage qui représentait une fourche sur son bras robuste. Aglaé trouvait cette dame plutôt sympathique et bien portante ; il serait difficile de lui faire croire qu'elle était malade. Elle se doutait aussi qu'il valait mieux éviter de lui chercher des noises... En attendant, elle allait se présenter.

- Je pense qu'il est plus correct que nous fassions connaissance, maintenant que nous sommes camarades de table, avança Aglaé avec un sourire engageant. Je m'appelle Lenaë Bagley, je suis femme-médecin, et voici mon acolyte Garance, qui est mon herboriste.

Elle se tourna vers Cassiopée, attendant une validation du regard quant à ses propos. Elle espérait que son interlocutrice n'était pas une experte en signification des fleurs, car la garance voulait dire « calomnies », et c'est pour cette raison qu'Aglaé avait choisi ce prénom. Elle avait eu l'occasion de s'intéresser à ce domaine il y a peu, alors qu'elle s'était improvisée en fleuriste au nom extravagant pour un autre concurrent de madame DuFossé. Gardenia avait commandé une boisson, un jus de betterave relevé d'un soupçon de céleri – très énergétique d'après le serveur – et leur répondit vivement une fois qu'elle en eût pris une gorgée.

- Enchantée, enchantée, les jeunettes ! Moi c'est Gardenia – dites Nini – Pumpkintoes. Vous êtes dans la médicatiologie, alors ? Intéressant, hey. Eh bien, tant que vous êtes là, expliquez-moi un petit truc, madame l'herboriste... Est-il normal que j'aie si mal au ventre après avoir mangé des flageolets ? Je viens d'en commencer la culture et j'ai goûté à ce qui a poussé, mais c'est spécial...

Aglaé se tourna aussitôt vers Cassiopée, interloquée. C'était la chance pour son amie de briller et peut-être de régler cet entretien rapidement, aussi sympathique soit madame Pumpkintoes. Le travail restait le travail, et Aglaé préférait s'en acquitter au plus vite pour mentir le moins possible et pouvoir parler après comme bon leur semblait avec son amie. C'est alors qu'un homme arriva et posa une main sur l'épaule de Cassiopée. Il n'avait pas l'air très content et semblait attendre la jeune femme. Ce devait être son employeur. Aglaé la regarda avec inquiétude, tandis que madame Pumpkintoes fronçait les sourcils en voyant que les filles n'avaient pas l'air satisfaites de l'arrivée du nouveau venu.

- C'est qui ce bougre, dites ? Demanda-t-elle sans aucune gêne, sur un ton carrément agressif. Il vous embête, les jeunes ?

Les yeux d'Aglaé s'écarquillèrent alors que madame Pumpkintoes relevait ses manches encore plus haut, découvrant d'autres tatouages sur le thème agricole. Elle avait l'air d'une sacrée dure à cuire, et elle s'emportait décidément très très vite. Certaines personnes autour de la table se retournèrent vers eux, guettant la réaction de l'employeur de Cassiopée, tout comme Aglaé. Y allait-il avoir des complications si tôt ?

_____________________


BOUM:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Swann, Foley et Pumpkintoes   Aujourd'hui à 3:15

Revenir en haut Aller en bas
 

Swann, Foley et Pumpkintoes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA : A NEW AGE ™ ::  :: Le village :: Taverne de la Toison Dorée-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit