Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Une belle somme promise [Yoren de Calormène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Une belle somme promise [Yoren de Calormène]   Jeu 8 Juil - 21:28

Le lendemain du Conseil de Guerre, un après-midis ensoleillée à Archeland. Archeland, territoire dit Neutre . Plus beau pays qui existe au monde selon beaucoup de personnes. Valentina était d'accord avec ces personnes. Bien que Narnia et Telmar soit beau aussi, ils n'était pas de taille à rivaliser avec Archeland. Valentina se promenait sur la plage. La mine sombre et défaite, elle se remémorait le tragique accident de ce matin. La Marquise avait entrainé son ami De Fersen à Telmar où ils étaient tout deux rechercher par le Roi Caspian. D'ailleurs, ils avaient pu constater avec surprise que Caspian X avait promit une somme assez importante pour les capturé vivants. Ainsi, il voulait la marquise vivante. "Pour pouvoir me tué lui même sans doute" avait-elle pensé.
Val avait donc, risqué leurs vies pour récupérer des papiers, des photos rien de bien important et cela avait bien faillit couté la vie de son Ami le Conte et la sienne. La marquise tâtonna sa blessure ou un pansement cacher sa blessure et empêcher le sang de couler. Son ami De Fersen était chez Ange, l'ex de Valentina puis son "meilleur ami" si on pouvait dire ça comme ça. Elle lui avait demander refuge pour la journée car c'était l'abri le plus proche là ou De Fersen et elle pouvait se faire soigner en toute tranquillité. De plus un voyage de nuit était fort peu recommandé.
Cette après-midis donc, la Marquise se promener seule sur la plage. Ses amis se reposer chez Ange , elle les avait quittée pour "prendre l'air" mais, surtout pour faire le point dans sa vie. par moment elle avait besoin de solitude afin de se retrouver, se ressourcer et se souvenir dans quel but elle ne c'était pas laisser mourir dans la forêt. Pour son père évidemment. Son père le Marquis Donatello qui était emprisonné dans le château de Telmar. Elle tenait le coup grâce à la haine et l'esprit de vengeance. C'était pas très sains mais, c'était ainsi. La belle était vêtue d'une belle robe de soie. Elle l'avait enfiler l'après-midis après cette nettoyer,soigner et reposer. Chevaucher et combattre toute la nuit pratiquemment n'est pas de tout repos. Valentina portait donc sa magnifique robe corset à lacets longue de couleur olive. Ces cheveux étaient détacher et tomber sur ses épaules nus. On distinguer aussi une petite barrette couleur ambre qui fessait tenir le tout. A son cour, un pendentif, le portrait de sa mère qui avait appartenu à la défunte. Cela changement de la tenue d'homme de ce matin et de la cape. D'ailleurs elle avait eut beaucoup de mal à détacher le sang sur son visage mais vêtue ainsi elle afficher clairement son Rang de Marquise. On voyait clairement qu'elle était de la noblesse. A son doigts trônait la chevalière de son père qui était décoré aux armoiries des Donatello. Sous le jupon de la belle, à sa hanche bien que personne ne pouvait le savoir ni le voir, Valentina portait une dague. Avec ces mésaventures, elle devenait parano voir méfiante et ne se déplacer pas sans sa dague.

Ainsi, la marquise se promenait sur la plage, sa robe trainant dans l'eau, ses pieds nus car celle-ci avait ôté ses ballerines et les tenaient à la main. Val respirait l'air frais et pensé à tout ce qui se passait en ce-moment. La guerre notamment, le dernier espoir de retrouver son père. C'était une grande opportunité, ainsi qu'elle avait prêter allégeance à Narnia. Toutefois, elle était inquiète pour ce pays. Ces rivaux étaient puissants enfin Archeland l'était et Telmar possédait les meilleurs armée. Puis la cruauté de Caspian n'était pas inconnu de tous. Quand à Yoren, elle l'avait jamais vu. Un Tisroc, il diriger Calormène les rumeurs prétendait qu'ils étaient tous barbares là-haut. Si c'était vrai, les espoir de Valentina pour récupérer son père était anéantie. Ainsi, Val se tourmenter pour des choses pas encore arrivé, elle ne vit pas des personnes arriver sur la plage d'Archeland. Puis elle s'en fichait ici tout le monde était libre de venir.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une belle somme promise [Yoren de Calormène]   Ven 9 Juil - 11:00

  • Enfin, enfin, ENFIN LA GUERRE !! Elle avait été déclarée hier soir, après de longues heures passées dans la salle du conseil de guerre. Ce conseil est destiné résoudre en partie les problèmes que se reprochent deux contrées et ainsi éviter, pourquoi pas, une éventuelle guerre. Mais il y a une chose que personne ne peut résoudre en conseil de guerre, que personne ne pourra enlever. Quelque chose de très important qui peut faire pencher la balance d'un côté ou... de l'autre ! C'est la soif de vengeance, la haine, le mépris et le désir de conquérir encore plus de territoire. Il y a aussi la gloire, celle d'être le souverain du monde de Narnia, celle d'avoir à ses pieds la moindre parcelle de terrain de chaque contrée mais aussi le fait d'être respecté et admiré par chaque personne, chaque esprit habitant dans ce monde.

    Je devais repartir d'Anvard ce soir même. En effet, j'avais une armée à préparer et des mesures adéquates à prendre compte tenu de la situation dans laquelle que m'engageais. Mais j'étais très confiant, Telmar était réputé pour avoir la meilleure armée non ? Quant à Archenland, ils s'étaient considérés comme neutres, tout en lançant un avis pour les soldats voulant rejoindre les lignes Narniennes ou Telmarines. C'était une attitude totalement imbécile, quoique bénéfique pour nous, les calormènes. Pourquoi ? Il y aurait beaucoup de pertes ce qui signifierait que j'aurai la voie à semi libre pour envahir le royaume que je convoitais tant depuis si longtemps...

    Vous ne connaissez pas l'histoire ? Laissez moi vous la conter. Il y a un petit moment de cela, je n'étais alors qu'un simple général d'armée, Tashbaan déclara la guerre à son voisin archenlandais. Il s'agissait en effet d'une très belle opportunité pour remettre enfin la main sur les terres narniennes, sensées nous appartenir ! En effet, nous avions été chassés, nous les calormènes, de notre ancien territoire. Et pour aller où ? Dans le désert, loin, très loin de ces bestioles qui parlent ! Cette terre nous revient de droit et je compte bien la récupérer. Mon grand père, mon bisaïeul, tous mes ancêtres se sont battus pour récupérer ce fichu territoire mais aucun d'eux n'a réussi ! Peut être n'avaient-ils pas la grandeur et l'audace pour mener à bien une campagne de guerre... Il est vrai que notre armée est restreinte mais enfin, je pourrai profiter des hommes de Caspian pour conquérir cette contrée.

    Le conseil s'était donc terminé hier mais j'avais encore ma chambre à disposition jusqu'à ce soir. Le soleil était sur le point de se coucher et j'avais autorisé à mes hommes d'aller se promener, histoire de se détendre un peu. Mais voila, la nuit allait tomber et ils n'étaient toujours pas revenus. Je choisis donc ma tenue de soie noire, celle que j'avais vêtu lors du conseil de guerre, car elle passait presque inaperçue durant le crépuscule. J'étais seul, physiquement mais des serpents me suivaient, aussi noirs que l'ébène et extrêmement venimeux. Une seule petite morsure vous plongeait dans un sommeil... éternel. Rapides, vifs et très obéissants, ils étaient rapidement devenus ma plus fidèle garde rapprochée. Personne n'en soupçonnait la dangereuse existence, pensant que c'était le Mal lui même qui les avait frappé.

    Soudain, j'entendis des cris. Les cris d'une jeune femme. Elle appelait à l'aide mais visiblement, personne ne l'avait entendu. Je sais que je suis particulièrement cruel avec la gente féminine mais tout de même, je considère ces êtres comme sacrés. S'il avait été question d'un homme, pas certain que je m'y serai aventuré ! Les cris venaient de la plage. Je découvris alors une horde d'hommes vêtus de noir, de costumes noirs, tel était la tenue du soldat de Calormen. Je levai les yeux au ciel. Mes hommes n'avaient donc aucune tenue ? Il est vrai que nous étions considérés comme des barbares mais tout de même... Je pris un de mes nombreux poignards et le lançai dans la direction que je voulais. La main de l'homme désirant palper les seins de la demoiselle tomba alors à terre. Oui, je lui avais bel et bien coupé sa main ainsi me faisant remarquer.

    Tout le monde tourna sa tête vers moi pour s'agenouiller. Tout le monde sauf la jeune femme. Elle ne devait pas me connaitre sinon, elle aurait sû la peine encourue quand on ose ne pas saluer un Tisroc. Je regardai les soldats un à un, mémorisant leur visage, me promettant de faire leur fête plus tard. Celui avec la main coupée agonisait par terre et pleurait. Un sourire se dessina sur mon visage. Je leur déclarai alors

    - Ne vous a-t-on jamais éduqué ? S'en prendre à une femme... c'est minable. Rentrez au château du Prince, je ne veux pas vous revoir de ce soir.

    J'avais dis ces propos sans aucune méchanceté, ma voix était restée très calme et... annodine comme si j'avais annoncé avoir manger une pomme. Mais les soldats ne se firent pas prier, sans doute heureux que je ne les aie pas tué sur le champ. Nous étions à présent seuls avec la jeune femme. La nuit était sur le point de tomber et elle s'annonçait fraîche. J'enlevai alors ma cape pour la mettre sur les épaules de l'inconnue. Puis, je m'assis à ses côtés lui disant avec un sourire

    - Il ne faut pas prêter attention à eux ils sont... de parfaits sauvages. Mais à qui ai-je l'honneur ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une belle somme promise [Yoren de Calormène]   Ven 9 Juil - 15:15

Il semblait que la Marquise ne soit encore pas assez méfiante. Les cavaliers qu'elle avait aperçus foncèrent sur elle et la firent tomber à terre. Par réflexe elle sortit sa dague. Or, elle remarqua rapidement que cette tentative était vaine vu le nombre de soldats. Ils étaient nombreux et certains ivres. Étrangement, elle remarque qu'ils étaient tous vêtues de noirs. Et quel noir, rien qu'à les regardait on imaginer les pires horreurs qu'ils pouvaient affliger. Un des hommes la gifla et elle perdit sa dague dans le sable. Valentina revoyait les scène ce matin sombre. Son frère d'arme tomber, les soldats de Caspian s'effondrer , le sang qui coule,la terre,la sueur et l'odeur du sang. Quand aux émotions elles étaient différentes. Si ce matin Val respirait la haine et la vengeance, là on y voyait de la peur sur le visage de porcelaine de la marquise.
Les soldats la ramassèrent brusquement en lui serrant son poignet si fort qu'elle décrocha automatiquement une gifle au soldat devant elle. Cette réaction eut le don d'énerver les hommes de...de qui d'ailleurs ? Ce n'était pas du tout les couleurs de Corin,ni Caspian et encore moins ceux des Pevensie. Elle pensa alors au Tisroc Yoren. Le visage de Valentina se remplit d'effrois. C'était sans aucun doute qu'elle avait affaire aux barbares de Calormène. La belle sentit son sang ce glacer. Aucun hommes même ceux de Caspian, ne se comporter comme cela avec une femme même ivre. Ils étaient vraiment des monstre. Et s'ils étaient comme cela, Val ne souhaitait pas rencontrer leurs souverain. Le soldat agrippait fortement essayant tant que bien que de mal de la maitriser pour lui toucher sa poitrine. Plutôt mourir. Ces amis l'aidèrent en attrapant les mains de Val et en se plaquant contre elle. Non non cela ne pouvait se passer ainsi. Elle fit une prière à son dieu invisible. Celui qui répondait toujours à ses appels. Le fera-il cette fois-ci ? Visiblement oui. La jeune femme rouvrit les yeux et faillit faire un malaise en voyant l'homme pleurer. Sa main...sa main venait d'être coupé par quoi ? Par qui plutôt. Les hommes lâchèrent Valentina qui tomba dans le sable et remit son corset. Ces yeux encore remplit d'horreur. Les soldats se mirent à terre signe de soumission, Val ne les remarqua pas tâtonnant dans le sable à la recherche de sa dague. Elle la trouva rapidement. Valentina resta à terre et posa enfin son regard sur l'homme qui venait de la sauvé. Son visage ne lui était pas inconnu.

- Ne vous a-t-on jamais éduqué ? S'en prendre à
une femme... c'est minable. Rentrez au château du Prince, je ne veux
pas vous revoir de ce soir.

Signe de soumission, château,prince..Valentina comprit rapidement à qui elle avait affaire. Devant-elle se tenait le Tisroc Yoren de Calormène. L'allié de Caspian pensa-elle. Les soldats repartirent sans se faire prier. Le Tisroc s'avança près de la Marquise , la nuit allait tomber. Elle aller devoir vitre rentrer avant que Luidwig et Ange parte à sa recherche. Sa Majesté retira sa cape pour la posait sur les épaules de la jeune femme qui le regardait méfiante et silencieuse. Au moindre faux pas même si elle avait aucune chance, elle sortirait sa dague. Val dévisageais l'homme, il était très différent des hommes d'ici. Il avait un charme hors du communs auquel il était difficile de résister. Le Tisroc s'assit près d'elle et prit une seconde fois la parole:

- Il ne faut pas prêter attention à eux ils sont... de parfaits sauvages. Mais à qui ai-je l'honneur ?

Valentina ne perdit pas de temps pour répondre. Oubliant la promesse de garder le silence sur son rang elle avoua tout son titre au Tisroc.

-Valentina Donatello, Marquise de Telmar.

Qu'est qui lui prenait ? Si Luidwig l'aurait entendu il lui aurait volontairement gifler pour sa bêtise. La Marquise ne détournait plus le regard, soutenant celui de son interlocuteur. A la fois par fierté et provocation mais pour ceux qui la connaissais bien compris que la demoiselle tenter de se faire bien paraitre. Ange et Luidwig aurait surement dit que l'ancienne Valentina était de retour.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une belle somme promise [Yoren de Calormène]   Ven 23 Juil - 18:45

  • La jeune femme paraissait particulièrement retournée par ce qu'il venait de se produire. En même temps, je ne pouvais pas lui en vouloir. A Calormen, les soldats ont pour habitude de faire souvent la fête mais surtout de boire. L'alcool les aide souvent lors des combats, c'est la principale raison pour laquelle nous sommes souvent considérés comme des barbares d'ailleurs... Il est vrai que la barbarie est inscrite dans nos moeurs, dans nos gênes, dans notre sang mais elle est accentuée par bien des choses. Ces fêtes n'y sont pas pour rien... tout ce qui peut raviver notre barbarie y est présent : l'or, le vin doré de nos contrées, une plante qui se met dans une pipe qui nous met dans un état second mais surtout... des femmes. Voici la principale raison de notre folie.

    Je regardai la jeune femme à côté de moi. Mes soldats ne devaient pas avoir beaucoup bu ce soir, ils ont simplement perdu la raison à cause d'elle. Il y avait de quoi en même temps. Je la regardai et malgré la nuit, je pouvais me faire une idée quand à son physique. Brune, les cheveux très longs et bouclés, un teint de poupée de porcelaine, dénué de défauts, de grands yeux noirs au regard envoûtant et surtout... une nuque grande et elle menant nos yeux jusqu'à une poitrine pulpeuse et très bien mise en valeur. Une noble... de Telmar si l'on en juge ses vêtements quelques peu... provocateurs ? Non, ce n'est pas le mot. Simplement son corset est concerné. Je souris. Il est vrai que je comprends totalement mes soldats mais à leur place, je n'aurai pas agi de la sorte, surtout face à une telle beauté !

    -Valentina Donatello, Marquise de Telmar.


    Comme pour appuyer ce que je venais de penser, la jeune femme déclara qu'elle se nommait Valentina Donatello et qu'elle était marquise de Telmar. Ce nom me disait quelque chose ou plutôt... ne me disait absolument rien justement ! Cette femme à la beauté envoûtante n'était pas telmarine et encore moins narnienne. Une mystérieuse et désireuse inconnue s'offrait sous mes yeux. Qui était-elle ? Une Marquise ? Ou... voila, j'y étais enfin. Je me souvins lors de mon passage à Telmar que les murs des maisons étaient tous sans la moindre exception meublées de posters indiquant la recherche d'un hors la loi. La beauté troublante de la jeune femme en question m'avait fortement frappé. Je regardai encore une fois l'inconnue devant moi, enfin, la dénommée Valentina et fis le rapprochement.

    - Valentina Donatello dites-vous ? Certes... Marquise de Telmar ? Je ne pense pas...

    Lorsque je déclarai ces propos, je sentis comme une tension apparaitre entre la jeune femme et moi. Sans doute pensait-elle que j'allais la dénoncer est-ce vrai ? J'en étais persuadé. Moi ce qui m'intéressait vraiment, c'était de savoir ce qu'elle avait bien pu faire pour s'attirer les foudres du jeune Roi Caspian X. Il devait vraiment être énervé contre elle pour populariser à ce point la recherche d'une... femme ? Peut être la douce avait-elle été sa maîtresse quoi que non... Un corps de déesse comme celui de la personne qui était installée devant moi ne pouvait pas se permettre d'avoir été souillé par celui indélicat et brute d'un homme comme Caspian ! Je dois avouer que son visage angélique est un atout chez lui mais à mon avis, il ne sait même pas ce que signifie le verbe "bander" !

    - N'ayez crainte belle Demoiselle, je ne dirai rien à Caspian. Je ne lui dois rien et l'argent, ce n'est pas ce qui manque à Tashbaan ! Je ne lui envie rien hormis... son royaume voyez-vous ? Je ne souhaite que sa chute...


    Un Calormène digne de ce nom aurait sans doute profité de la situation. Moi aussi en temps normal mais là, j'avais envie de m'y prendre différemment. Non pas que cette jeune femme aux traits délicats ne se faisait pas désirer mais justement, elle me semblait très fragile et peut être trop sage. Je n'avais aucune envie de lui démontrer une certaine envie que je jugerai déplacée. En effet, n'importe qui, Calormène ou non, aurait abusé de cette situation pour lui proposer un certain marché et lui faire du chantage. Moi non... j'attendrai simplement qu'elle vienne vers moi... Mais moi, je n'irai pas vers elle.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une belle somme promise [Yoren de Calormène]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une belle somme promise [Yoren de Calormène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA : A NEW AGE ™ ::  :: Les RP abandonnés-


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit